Dernières publications

Flash

Deux éminentes personnalités religieuses et non de moindre, des prélats d’Eglises catholique et protestante revêtues d’une notoriété universelle et incontestée vont piloter désormais la méga structure dénommée: Fonds National de Solidarité Contre le COVID-19, FNSCC en sigle.


Ils sont deux durs à cuire qui n’ont jamais transigé, ni fléchi devant le pouvoir finissant de M. Kabila. Ils sont restés de marbre dans la lutte pour le triomphe de la doctrine sociale de l’église à savoir, le bien-être social des fidèles. Il s’agit du Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque Métropolitain de l’Archidiocèse de Kinshasa (Coordonnateur) et Révérend Dr. André Bokundoa, président national de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), Représentant Légal (Coordonnateur Adjoint). Le triumvirat est complété par un scientifique de renom en la personne de Dr. Jean-Jacques Muyembe, Coordonnateur du Secrétariat Technique de la Riposte de la pandémie à COVID-19. Il a également démontré ses preuves irréfutables dans l’éradication de certaines épidémies dont celle à virus Ebola. Les autres membres du comité de gestion n’étant que des compléments d’objets directs ou indirects pour garnir la structure et pour aussi éviter que des gens montent sur des toits et commencent à crier à l’injustice et à l’exclusion. Qu’à cela ne tienne, la fronde est déjà au rendez-vous. Les responsables de l’Eglise Copte Orthodoxe crient à l’exclusion pour n’avoir pas été associés.

Tous ont trempé leurs mains dans la caisse
Face à la saga judiciaire qui frappe de plein fouet des hautes personnalités congolaises (Hommes d’Etat et gestionnaires d’entreprises), loin d’être soupçonnées dans la corruption et malversation financière, le Chef de l’Etat qui est sur la bonne voie d’assainissement des mœurs des congolais a vu juste en nommant à la tête du FNSCC, des éminents hommes d’Eglises d’une probité morale irréprochable. Inexorablement, le Chef de l’Etat serait dans une crise de confiance, surtout lorsque l’on observe des gens qui étaient autrefois de modèles ou des donneurs de leçons, aujourd’hui, tombés sous le verrou ou derrière les barreaux.

COVID-19: malheur pour les uns et business pour d’autres
Pis encore, même les compatriotes congolais de retour de Dubaï, en quarantaine, se plaignent des médiocres conditions d’hébergement. Il n’y a rien d’Hôtels si ce ne sont que de simples ‘’flamingo’’, dépourvus de toutes les conditions hygiéniques, se plaignent-ils.
Entretemps, la prise en charge des malades atteints du COVID-19 et l’amélioration de conditions de travail des médecins et personnels soignants des hôpitaux de Kinshasa, continuent à susciter un débat qui fait couler autant d’encres et salives.

Deux éminents Pasteurs, une seule vision
Le Cardinal Ambongo comme Mgr Bonkudoa avaient, au cours de leur prise des fonctions canoniques, promis de poursuivre la lutte pour l’amélioration des conditions sociales des fidèles. L’Eglise n’aura pas bien joué son rôle de prêcher l’évangile à un peuple affamé. Elle ne pouvait non plus, se taire devant un régime qui ne cesse de paupériser son peuple.

A cet effet, Cardinal Ambongo avait promis de marcher sur les traces du Cardinal Laurent Monsengwo.
Au lendemain d’être créé Cardinal, Jeune-Afrique, dans ‘’Je suis passionné par les questions de justice, de droit et de dignité de la personne’’, avait déclaré Fridolin Ambongo dans ‘‘Jeune Afrique’’.
S’il n’est pas sur les traces de son prédécesseur, Mgr Marini Bodho, Dr. André Bokundoa a, quant à lui, la même la vision que Dr. Pasteur Ekofo en exil forcé aux USA après avoir, dans un discours solennelle de commémoration de l’assassinat de Mzee L.D Kabila, devant tous les Corps constitués de la République, craché la vérité sur la corruption, le détournement des deniers publics et l’asservissement du peuple congolais par un groupe minoritaire des prédateurs qui s’est accaparé de toutes les richesses du pays.

Ainsi, le président national de l’ECC et Représentant Légal a-t-il lâché dans son discours du 19 février 2018, relatif à l’ouverture de la 53ème session Ordinaire du Comité Exécutif national de l’Eglise, je cite : ‘’La situation du peuple Congolais est un gémissement et que quand les justes se multiplient le peuple est dans la joie et quand les méchants dominent, le peuple gémit’’, fin de citation.

Arrêté et après?
Sur un autre chapitre, tout en condamnant les troubles récurrents orchestrés par les adeptes de la secte mystico-religieuse Bundu dia Mayala (BDM) en cette période de crise sanitaire planétaire, plusieurs observateurs sont d’avis que Ne Muanda Nsemi a joué son dernier feuilleton après être sorti de sa clandestinité qui a duré environ deux ans. Ecroué à l’ex. Prison centrale de Makala, le gourou de Bundu dia Mayala est sur une voie de non-retour sinon, il risque de ne pas sortir indemne, alertent-ils.

C’est ici l’occasion pour eux, d’en appeler à la sagesse du président de la République de se montrer prudent afin qu’il ne soit pas comptable de ce qui pourrait arriver à Ne Muanda Nsemi.
Par ailleurs, une analyse froide et objective faite par bon nombre des Congolais qui dénoncent l’usage disproportionné des forces par des agents de l’ordre causant mort d’hommes à chaque intervention, prescrit que Ne Muanda Nsemi n’est pas sain mentalement, au regard des faits et gestes qu’il pose.

Car, un homme normal ne peut pas prétendre renverser un régime à l’aide d’abeilles, des serpents et des noix palmistes lesquels, depuis toujours n’ont jamais produit d’effets ou réussi à faire un coup d’Etat.
Le mieux serait de le mettre avant toute poursuite, devant un médecin psychiatre pour des examens appropriés.
Car, soutiennent-ils, l’homme pourrait bien poser des actes irréfléchis dans l’inconscience.
Wait and see !

Eugène Khonde

 

Pin It

Statistiques

9745403
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
13699
31785
108607
9434426
637887
938558
9745403

Your IP: 54.237.183.249
2020-09-23 10:41

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg