Droit de réponse


Cher Editeur Directeur Général du Journal LA PROSPERITE, un quotidien paraissant à Kinshasa, en République Démocratique du Congo.
Dans votre livraison du 17 mars 2020, Série I, numéro 5278, à la page 11 est apparu l’article intitulé :
Ministère de Développement rural : le torchon brûle à la Coordination du Centre de développement intégré !
Je suis dans l’obligation de rétablir la vérité sur la gestion de l’Agence Nationale d’implantation des Centres de Développement Intégré, AN-CDI en sigle.
La situation qui prévaut au sein de l’Agence Nationale d’Implantation et de Coordination des Centres de Développement Intégré est atypique en ce qu’elle gène les agents et cadres qui se sont illustrés par le laxisme dans la gestion de l’Etablissement public de l’Etat.
Dans un passé récent, ces agents et cadres se sont illustrés à vilipender l’ancien ministre de Développement Rural, puis faire publier dans un journal satirique dont je tais le nom, l’incompétence de certains agents dudit Etablissement public de l’Etat, en ce y compris l’amateurisme de l’ancien Ministre de Développement Rural dans la prise de certaines décisions.
Curieusement, les mêmes agents qui, hier ont été vilipendés par ce journal satirique, d’incompétence, reviennent à la charge accusant l’actuel Ministre de Développement Rural, Son Excellence Guy Mikulu Pombo et le Chargé des Missions récemment nommé même pas 45 jours de violation du Code de Travail à vouloir remplacer les agents et cadres. Ils accusent le ministre de népotisme pour avoir engagé sa sœur.
Vous poursuivez dans votre colonne que les agents et cadres de cette agence spécialisée du ministère de développement rural vont plus loin en dénonçant qu’une véritable chasse aux sorcières a été lancée contre tous ceux qui manifestent de velléités de réclamation ou de protestation. Et pourtant, poursuit votre article et votre source, il y a un mois, la tutelle a nommé un nouveau chargé des missions à l’AN-CDI, dont je suis et mes deux adjoints. C’est alors que débute le chemin de la croix des agents et cadres de cet établissement public. Se considérant comme le roi de la forêt , le nouveau maitre aurait immédiatement affiché un comportement d’une rare brutalité, tant en parole qu’en actes…le nouveau roitelet aurait instauré un climat de défiance qui rappelle le tristement célèbre période des sbires du régime mobutiste, à savoir les « Hiboux » qui ne se gênaient pas d’infliger des traitements inhumains à quiconque s’opposait à l’aigle de Kawele…Ce n’est pas tout. Des femmes travaillant au Secrétariat auraient été bousculées brutalement pour avoir été cherchées, pendant la pause, des boissons sucrées pour se rafraichir. L’homme aurait l’injure facile et se ferait aussi remarquer par des menaces de révocation et humilie les agents, voire des cadres surtout, devant des femmes et des subalternes…Que des menaces aux femmes qui auraient le malheur de refuser ses rendez-vous galants…
Aussi, vous devriez chercher des informations objectives au lieu des vindicatives inutiles, genre qualificatif hiboux à l’endroit d’un cadre qui remet les choses bons endroits.
Je me limite à ce niveau sans me référer à leur appel aux autorités des institutions de la République. Sinon, vous restituez la vérité dans son contexte et respect des lois de la République.
Monsieur l’Editeur Directeur Général, l’actuel Ministre de Développement Rural a hérité d’un désordre organisé par son prédécesseur en complicité avec le groupe des Agents et cadres incompétents de l’AN-CDI, dont je me réserve de citer les noms et que les autorités que nous sommes prendront des dispositions contre ceux qui viennent irrégulièrement au travail et dont le rendement est mitigé. Je ne suis pas du genre à courtiser mes collaboratrices, et heureusement tout se conjugue au conditionnel. Nous avons une mission et les objectifs à atteindre dans le but de relever cet Etablissement public de l’Etat. Les concernés s’illustrent dans cette dynamique de désinformation, dysfonctionnement et allégations gratuites dans le but de couvrir leur incompétence.
Cependant, la réalité est que, l’AN-CDI fait face aux incompétents à la place de compétents et aux absents à la place de l’assiduité. Nous avons déjà identifié ces agents et cadres véreux, les dispositions pertinentes seront prises.
La nomination des actuels animateurs de l’AN-CDI ne viole aucune disposition du Décret n°17/006 du 03Avril 2017 portant organisation et fonctionnement d’une Agence Nationale d’Implantation et de Coordination des Centres de Développement Intégré « AN-CDI », puis publié au Journal officiel.
La nomination de Madame MIKULU ENGI Aimée et celle de Monsieur MULIKUZA MUSOLE Guillaume sont logique du fait de leur compétente dans la gestion de la chose publique de l’Etat en dehors de l’accointance biologique avec le Ministre. Cela ne peut m’étonner car, le groupe n’est pas à son premier forfait. Il a déjà été à la base de la gestion laxiste de cette Agence notamment, en livrant à l’ancien ministre des information erronées qui l’ont conduit au licenciement abusif des agents et cadres qui met aujourd’hui l’AN-CDI et le nouveau Comité de gestion devant une situation difficile.
Le nouveau comité de gestion mis en place par le pouvoir reconnu au ministre de Développement Rural ne viole aucune disposition réglementaire de l’Entreprise. Je ne suis pas étonné des accusations de ces agents contre le ministre et le nouveau comité de gestion. Car, elles constituent (accusations, absence au lieu du travail, coup bas) leur nourriture au quotidien, en lieu et place de s’adonner réellement au travail. Pour cette catégorie des agents et cadres qui distillent les mensonges, l’assiduité est remplacée par les absences non justifiées, la compétence par l’incompétence.
Nous avons le devoir d’accompagner le Gouvernement de la République dans sa lutte contre la pauvreté en impulsant le développement à partir de la base, sous l’œil vigilant du Ministre de Développement Rural, Monsieur Guy Mikulu Pombo.
Pour ce faire, l’ordre et le respect des textes seront au rendez-vous. Que les agents et cadres qui ne sont pas dans cette logique le sachent bien.
Monsieur l’Editeur, la situation de l’AN-CDI mérite des solutions objectives et durables.
L’équipe que je dirige à ce jour à la tête de l’Agence Nationale d’Implantation et de Coordination des Centres de Développement Intégré a pour mission et ambition de remettre l’Agence dans son rôle conformément au Décret qui le crée. C’est ce qui se fera contre vents et marées. Que des agents et cadres consciencieux se mettent au travail pour aider le Comité de gestion à atteindre cet objectif.
Ceux qui résistent au changement positif initié par Son Excellence Guy Mikulu dans l’intérêt général seront pris dans leur propre piège.

LIAKI LA-NDONGU Robert
Chargé des Missions AN-CDI

Statistiques

6100262
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
7397
44877
116989
5748910
795729
559814
6100262

Your IP: 66.249.64.155
2020-05-27 05:09

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg