Flash

*Les sociétaires de l’Intersyndicale nationale de l’administration publique (INAP) étaient réunis à Notre-Dame de Fatima (Gombe), le 3 janvier. A l’ordre du jour : la note attribuée au ministre du Budget qui imposerait un retrait sur salaire, dès ce mois de janvier, de 4000 FC pour les cadres et 2500 FC pour le huissier, en sus d’une déduction de 15 pourcents au titre de l’impôt professionnel sur les rémunérations.


A l’issue de la rencontre, les syndicats ont souhaité d’engager des discussions directes avec le chef du gouvernement au plus tard le 10 janvier courant. Force est de constater que le délai en forme d’ultimatum est épuisé. Et, il est à craindre que l’Intersyndicale ne mette à exécution sa menace : celle de déclencher une grève illimitée à compter du 14 janvier, avec occupation permanente de la « Place Golgotha », (esplanade du ministère de la Fonction publique).
«Le président de l’INAP, Fidèle Kiyangi déclarait à ce sujet : « …nous devons savoir sur quoi on veut retenir cet impôt, parce qu’il nous donne un salaire de misère de 85 dollars sur lesquels on veut retenir un impôt. C’est à celui qui ne bénéficie ni d’indemnités de transport, de logement, d’allocations familiales… c’est à celui-là que l’on cherche à retenir un impôt sur la rémunération».

L’INAP rappelle, en outre, au gouvernement central l’application du précédent palier du barème du salaire mensuel fixé à l’équivalent en FC de 150 dollars américains pour l’huissier, conformément à l’accord conclu en octobre dernier et qui, à ce jour, n’a pas connu un début d’exécution.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

9829723
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4343
30514
192927
9434426
722207
938558
9829723

Your IP: 3.92.74.105
2020-09-26 02:55

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg