Flash

Décrétée par l'Assemblée générale des Nations Unies depuis 1998, le monde entier a célébré hier, lundi 9 décembre 2019, le 21ème anniversaire de la journée internationale des défenseurs des droits de l'Homme.

A Kinshasa, cette journée a été célébrée avec faste au cours d'un forum des droits humains à Kempinsky Hôtel, sous la férule du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme, la Commission nationale des droits de l'Homme (CNDH) ainsi que les ONGs de défense des droits de l'Homme.
"Fidèle à sa tradition et conformément à son mandat en République démocratique du Congo, le BCNUDH n'a cessé d'accompagner les organisations des défenses des droits de l'Homme. De multiples plaidoyers conjoints, briefings, sensibilisation avec la CNDH et les organisations de la société civile ont été menés auprès des députés et sénateurs de la commission PAJ en vue de l'adoption d'une loi portant Protection des défenseurs des droits de l'homme", a souligné le Directeur du BCNUDH, M. Abdoul Aziz Thioye. Il a, à cette occasion, appelé l'assistance à la quête de la liberté, l'égalité et la justice. La protection et le renforcement des capacités des défenseurs des droits de l'homme doivent être une priorité.
" Nos héros, ces innombrables sentinelles qui mènent, jour après jour, le combat pour nos droits, méritent notre soutien inconditionnel", renchérit-il.
Car, les défenseurs des droits de l'homme ont, sans nul doute, façonné l'architecture du système international des droits de la personne actuel et joué un rôle de premier plan au sein du gouvernement, de la société civile et des entreprises. Ils ont, également, accompli des actes quotidiens dans les petits endroits afin de permettre aux citoyens congolais de jouir d'un large éventail de droits de la personne réclamant ainsi l'égalité des sexes, reconnaissance des droits fonciers et environnementaux des peuples autochtones, la lutte contre les violences basées sur le genre, la lutte pour le droit de la femme, la protection des personnes handicapées et autres personnes vulnérables…
Obstacles
Mais, ce travail combien humaniste est confronté à beaucoup de difficultés. Notamment, les menaces visant à restreindre le noble travail des défenseurs des droits de l'homme à travers des arrestations. Parce qu’ils cherchent quotidiennement à démasquer l'injustice. Or, le travail de promotion et de défense des droits humains ne peut en aucun cas constituer une menace à la sécurité d'un Etat. Il vise, par contre, à renforcer la cohésion sociale, la démocratie et l'Etat de droit.

Voilà pourquoi, le Directeur du BCNUDH a souligné que les défenseurs des droits de l'Homme représentent de véritables chiens de garde qui surveillent le respect des droits de l'Homme et la stricte application des normes nationales et internationales de protection des droits de l'Homme.
"C'est pourquoi, il nous revient à tous de créer un environnement sûr pour les défenseurs des droits de l'Homme et de renforcer le soutien qui leur est apporté et le protéger’’, souligne le directeur du BCNUDH.

Pour le Directeur du BCNUDH, ledit forum des droits humains a été un cadre idéal pour son plaidoyer, en présence du ministre RD. Congolais des droits Humains, pour le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales de défenseurs des droits de l'Homme. Notamment, le droit à un procès équitable et leurs libertés d'expression, de réunion et d'association ; le refus de tout acte d'intimidation ou de représailles contre les défenseurs des droits de l'Homme et leur protection contre les agressions ou les actes de harcèlement commis par des acteurs non étatiques ; l'ouverture d'enquêtes effectives de tous les actes d'intimidation commis contre les défenseurs des droits de l'Homme et, en particulier, les affaires d'assassinat, d'agression physique et menaces; la création d'un environnement propice à leur action, à travers notamment, l'adoption de la loi portant Protection des défenseurs des droits de l'Homme, en conformité avec les normes internationales en matière de droits de l'homme.

Les assurances de Christelle Vuanga
Présente au forum des droits humains, la députée nationale et présidente de la commission permanente de droits de l'homme à l'Assemblée nationale, Christelle Vuanga a rappelé sa phrase fétiche : "les droits de l'homme est un domaine transversal qui touche tous les domaines de notre vie. Même si sa valeur ne se compte par milliards de dollars, mais sa valeur est fondamentale. C'est la raison pour laquelle la Constitution congolaise lui consacre plus au moins 80 articles".

Parce que l'aspect politique freine le travail des défenseurs des droits de l'Homme, la députée Christelle Vuanga a souligné que la seule façon de réussir leur mandat au niveau de la commission est d'être apolitique. Car, ladite commission est consacrée d'aller au-delà de tendances politiques pour la cause des congolais.
" Votre commission est là pour tout le monde pour cette noble cause du respect des droits de l'Homme…", a-t-elle conclu.

Jules Ntambwe

 

Pin It

Statistiques

8415727
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
31139
32838
219097
7970533
246769
979134
8415727

Your IP: 3.236.132.132
2020-08-08 22:46

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg