Flash

Il y a quelques semaines, le Président de la République, Félix Tshisekedi, était à Matadi dans la province du Kongo Central pour participer au Forum sur l’énergie électrique.

Un évènement important qui n’a pas laissé indifférents les agents de la SNEL qui, d’ailleurs, n’ont pas été associés à ces assises. Ils s’insurgent contre la concurrence déloyale dont fait face leur entreprise. Après Kinshasa, ces dernières semaines, c’est au Nord-Kivu où ces agents ont battu le macadam pour dénoncer cette pratique. Calicots en mains, l’on pouvait lire : «Libéralisation du secteur d’Electricité ne signifie pas concurrence déloyale, les agents disent non au démembrement de leur entreprise, halte à l’amputation de la SNEL par des prédateurs».

Ces nombreuses agents de la SNEL qui représentent plusieurs familles, soupçonnent les anciens de cette société (les retraités, les révoqués et autres) de vouloir démembrer la plus grande Société d’Electricité du pays, pour leurs propres fins et mettent l’Etat en garde contre ce plan machiavélique. Ils plaident ici pour une concurrence loyale, vu que ce secteur a été d’ores et déjà libéralisé.

L’un des points qui fâchent, c’est le fait que la clause dudit forum sur l’énergie stipule qu’outre la libéralisation du secteur, que la SNEL produise l’électricité pour que des sociétés tierces transportent et distribuent à leurs tours sans avoir perdu beaucoup de moyens financiers. Ce qui fait qu’ils seront tentés de se greffer aux efforts de la SNEL et vendront l’énergie qu’ils n’ont pas forcement produit, et gagneront de l’argent. La Société Nationale d’électricité qui a toujours eu pour mission la production, le transport, la distribution et la commercialisation de l’énergie électrique se voit non seulement retirée de sa fierté, mais aussi être victime d’un complot de démembrement. Elle n’y voit pas son compte dans ce schéma.

Appel à la vigilance de l’Etat
Il s’agit des sociétés Virunga SARL, de la société de distribution d’eau et d’électricité SOCODE et la société ENK à Beni qui, d’après la SNEL, ont violé la loi n° 14/011 du 17 juin portant libéralisation du secteur de l’électricité corroborant au même moment les principes et les règles d’exploitation du secteur d’électricité.
Ces nouveaux actes dénoncés par cette société de l’Etat interviennent après la signature du protocole d’accord sous la bénédiction de l’autorité de régulation dans lequel, il était demandé la suspension des travaux de déploiement des lignes moyennes, et basse tensions dans le couloir où celles de la SNEL sont chevauchées. La grande surprise est que ces clauses n’ont pas été respectées, confirme l’un des contestataires.

Sur ce, ces agents de la société de l’Electricité Nationale appellent l’Etat à la prudence au risque de ne pas tomber dans les mêmes conséquences que celles qu’a subi la Gécamines. Il appert, selon eux, que des tierces personnes qui ont quitté la SNEL nourrissent des projets de déstabilisation de cette société en voulant brader les ressources de cette société. Raison pour laquelle, dans leur mémo, ils appellent le Chef de l’Etat à plus de vigilance et interpellent les autorités de façon à punir les actes commis par les entreprises réfractaires. Ces agents promettent d’amplifier leurs revendications au cas où leur requête ne trouvait gain de cause.

Grâce Kabedi

 

Pin It

Statistiques

10710857
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
18062
26706
95017
10425374
750972
852369
10710857

Your IP: 34.236.245.255
2020-10-28 16:36

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg