Flash

BAN2

 

Ils étaient des milliers de personnes à répondre à l'appel lancé par le leader du Nouvel Elan, le premier ministre honoraire Adolphe Muzito, à la marche pacifique tenue hier, jeudi 17 novembre 2022, à Kinshasa. A partir de Kianza, leur point de départ, jusqu'au Palais du peuple où ils ont chuté, les militantes et militants, cadres de et sympathisants de cette formation politique ont manifesté pour d'abord soutenir les FARDC au front, et dénoncer l'agression de la RDC par l'Ouganda et le Rwanda. Dans le mémo lu sur place par Blanchard Mongomba, secrétaire général du Nouvel Elan, les relations diplomatiques entre la République démocratique du Congo et ses agresseurs, le Rwanda et l'Ouganda, doivent illico presto être rompues. Ce parti membre de la plateforme Lamuka dit ne trouver aucun intérêt pour la RDC de continuer encore à maintenir des relations diplomatiques avec ses agresseurs et, à cet effet, il exige la construction d'une muraille de séparation d'avec ces pays. Nouvel Elan exige aux autorités congolaises de reconnaitre de manière officielle, que le Rwanda et de l'Ouganda sont les agresseurs de la RDC et, ainsi, rappeler à Kinshasa, ''pour raison de consultations'', l'ambassadeur de la RDC à Kampala, après celui du chargé d'affaires de Kigali il y a quelques jours, mais aussi, l'annulation de tous les accords signés avec le Rwanda et l'Ouganda depuis 2019 et la fermeture des frontières avec ces deux pays. "Les attaques et la chute de la localité congolaise de Bunagana le 13 juin 2022, Rutshuru et Kiwandja le 29 octobre 2002 ainsi que l'insécurité endémique dans l'Ituri donnent aux observateurs objectifs la preuve que c'est sont bel et bien le Rwanda et l'Ouganda qui conçoivent, planifient et supervisent ainsi l'exécution de leur projet de balkanisation de notre pays", indique ce parti politique. Il souhaite, de la sorte, que la RDC initie une plainte auprès des instances judiciaires internationales compétentes ''contre le régime de Kagame et celui de Yoweri Museveni'' afin de les obliger à répondre de tous les crimes contre l'humanité commis en RDC depuis le 2 août 1998. Se disant contre le déploiement des forces régionales dans la partie Est de la RDC, le Nouvel Elan demande de même le retrait ''sans délais'' de la RDC de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC). A tout prendre, Nouvel Elan exige ''la conduite d'une vaste organisation des forces armées, des services de sécurité, de la police, de l'immigration et de douane notamment, en expurgeant ces services pour cause d'intelligence avec un pays hostile de tous les cadres congolais où supposés tels des armées nationales de ces deux pays agresseurs où du brassage avec tout groupe armé ayant endeuillé la RDC''. Afin d'en finir une bonne fois pour toutes avec les agresseurs dont le Rwanda, incubateur des belligérants de haute facture dans la partie orientale de la République démocratique du Congo, Nouvel Elan sollicite la mise en place des mesures pour la suspension de la compagnie aérienne ''Rwand'Air'', la conduite d'audit de ses activités depuis l'année 2019 jusqu'à 2022, son interdiction définitive de survoler et de l'existence de cette compagnie dans le territoire national congolais. Plus loin, Nouvel Elan ordonne la fin de l'exploitation commune de l'or congolais par les sociétés SAKIMA et l'arrêt de son raffinage au Rwanda, et la fin du transit systémique et du contrôle par le Rwanda, des données de communication à partir et à destination de la RDC, notamment en procèdent par l'arrêt définitif des activités des sociétés rwandaises telle qu'Africell. La Pros.

Pin It

Statistiques

26209892
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8301
12881
21182
26029955
615354
703090
26209892

Your IP: 148.251.11.147
2022-11-28 08:55

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg