Flash

BAN2

 

Le Grand Bandundu comprend trois provinces issues du démembrement de l’ancienne province du Bandundu. Ces trois provinces sont le Kwango, le Kwilu et le Maï-Ndombe. Le Grand Bandundu a produit cinq Premiers Ministres depuis l’indépendance de la RDC en 1960. Ces Premiers Ministres Bandundois sont Nsinga Udju, Jean De Dieu Munguludiaka, Antoine Gizenga, Boboliko et Adolphe Muzito. Malgré la succession de ces dignes fils du Grand Bandundu à la Primature, le développement n’a pas suivi et les problèmes du sous-développement persistent: la pauvreté, le chômage, le manque d’infrastructures de base (eau, électricité, routes, aéroports, écoles et hôpitaux de qualité).

A la croisée des chemins

La RDC est aujourd’hui à la croisée des chemins et a besoin de tourner la page pour redevenir un pays qui se développe normalement.  Pour sortir notre pays de la situation catastrophique actuelle, Professeur Noël Tshiani Muadiamvita propose une nouvelle vision de développement du pays. Sa stratégie de développement cohérente est dénommée « Le Plan Marshall de Noël K. Tshiani pour la Reconstruction et le Développement de la République Démocratique du Congo », qui nous éviterait des actions éparpillées ça et là, permettrait d'accélérer le développement économique et social et créerait des emplois et des opportunités pour les Bandundois et tous les congolais.

Le Plan de Noël Tshiani pour la RDC s'articule autour de 50 programmes complémentaires regroupés en huit mini Plan Marshall couvrant chacun un groupe des provinces du pays. Les huit mini plans Marshall sont les suivants: (1) le Grand Kasaï ; (2) le Grand Bandundu; (3) le Grand Equateur; (4) le Grand Katanga, (5) le Grand Kivu, (6) le Kongo Central, (7) la Grande Province Orientale et (8) Kinshasa la Capitale. 

Professeur Noël Tshiani Muadiamvita dévoile le contenu de chacun des Mini plan Marshall à l’issue des visites sur le terrain dans chacune des zones concernées. Pendant  sa dernière visite dans le Grand Kasaï, il s’est concentré sur le Mini Plan Marshall pour le Grand Kasaï. A l’issue de sa visite à Kenge, il vient de dévoiler le Mini Plan Marshall pour le Grand Bandundu. 

Préoccupions profondes

Noël Tshiani Muadiamvita est très préoccupé par la misère de la population congolaise et le niveau du sous-développement du pays et du Grand Bandundu. Sa vision de développement au niveau national vise à pacifier le pays, lutter contre les antivaleurs, promouvoir la bonne gouvernance, développer le capital humain par des investissements massifs dans l’éducation et la santé, promouvoir l’autosuffisance alimentaire par la mécanisation de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, créer des infrastructures de base par la création de 244 villes et villages modernes à travers toute la RDC, industrialiser et diversifier l’économie nationale, promouvoir un système financier moderne et robuste, restructurer la Banque Centrale du Congo en une véritable autorité monétaire et de régulation, et doter le pays d’une monnaie nationale crédible tout en mettant fin à la dollarisation de l’économie. 

Le Mini Plan Marshall pour le Grand Bandundu

Pour le Grand Bandundu qui connaît un retard énorme sur le plan du développement, le Mini Plan Marshall du Professeur Noël Tshiani vise à relancer le processus accéléré du développement, stopper l’exode des originaires du Grand Bandundu vers Kinshasa et d’autres provinces et créer des emplois et des opportunités pour les ressortissants ainsi que les conditions d’une croissance économique accélérée dans les trois provinces issues du démembrement du Grand Bandundu, c’est à dire le Kwango, le Kwilu et le Maï-Ndombe.

Ce Mini Plan Marshall pour le Grand Bandundu est estimé à 15 milliards de dollars pour les cinq à dix prochaines années et comprend les 15 piliers  suivants: (1) aide humanitaire nationale et internationale pour secourir les plus démunis et les déplacés intérieurs à cause des conflits dans le territoire de Kwamouth et arrêter l’exode des originaires du Grand Bandundu  vers d’autres provinces; (2) désenclavement intérieur par la construction de trois autoroutes reliant toutes les trois provinces du Grand Bandundu et avec le reste du pays : (a) la route nationale n°1 qui va de Boma, à Matadi, Kinshasa-Kenge et à Tshikapa; (b) la route nationale # 16 qui reliera le Kongo Central, le Kwango, le Kwilu et le Maï-Ndombe et traverse le territoire de Popokabaka tout en évitant les embouteillages de Kinshasa; et (c) la route nationale # 17 qui relie la province du Kwilu à celle de Maï-Ndombe; (3) la mise en place de plusieurs ponts flottants ou barques pour faciliter la navigabilité et la libre circulation des personnes et des biens sur plusieurs rivières comme le Kwango et le Wamba.

(4) La solution durable aux problèmes éternels d’eau et d’électricité de la sous-région du Grand Bandundu par la finalisation de la construction du barrage de Kakobola et l’installation des lignes de transport de l’électricité vers les centres de consommation; la récupération de l’électricité à partir de la ligne de haute tension en provenance du barrage d’inga et la construction des mini barrages pour électrifier tous les territoires du Kwango et d’autres provinces du grand Bandundu; (5) la relance de l’économie par la réhabilitation de l’industrie des produits agricoles tels que le Café, le manioc, le maïs, le riz et le millet ainsi que la récréation des entreprises d’en tant telles que PLZ (les Plantations du Zaïre) ou l’Usine de traitement d’huile de palme et ses dérivés ainsi que la mécanisation de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche pour faire une industrie agroalimentaire complète dans le Grand Bandundu; (6) la relance ordonnée de l’industrie pétrolière et minière car le Grand Bandundu contient du pétrole, du diamond et d’autres minerais non exploités jusqu’à ce jour.

(7) La réhabilitation et la construction des infrastructures scolaires, sanitaires et sportives aux standards internationaux dans chacun des territoires du Grand Bandundu; (8) la réhabilitation de l’Etat, de la justice, de l’Administration publique et des services de sécurité; (9) la construction d’un marché public moderne dans chacun des territoires du Grand Bandundu; (10) la mise en place d’un mécanisme d’assainissement de la ville, y compris la voirie urbaine et le Transport en commun dans chacune de grandes villes du Gand Bandundu; (11) la construction d’un aéroport national moderne dans le Kwango pour servir tout le Grand Bandundu.

(12) La construction des quartiers résidentiels modernes urbanisés et le lancement d’un programme de facilitation d’accès au financement de l’habitat; (13) la construction des routes intermédiaires principales et de desserte agricole dans chacune des provinces du Grand Bandundu; (14) la promotion des valeurs et de la citoyenneté congolaise; et enfin (15) la mise en place d’un mécanisme de financement congolais de l’économie incluant entre autre la création des banques de développement et commerciales  pour la RDC.

Les banques de développement couvriront les domaines spécialisés tels que le financement de l’habitat, de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’industrie. 

Que faut-il attendre du Mini Plan Marshall pour le Grand Bandundu?

La mise en œuvre de ce Mini Plan Marshall de Noël Tshiani pour le Grand Bandundu remettra l’économie sur la voie du développement durable, nous évitera des conflits intercommunautaires, et créera des opportunités et des emplois dans la sous-région pour les Bandundois et  tous les congolais. 

Droits légitimes des Bandundois 

Revendiquer le développement du Grand Bandundu fait partie des droits les plus légitimes des Bandundois en tant que citoyens congolais. La mise en œuvre de ce Mini Plan Marshall pour le Grand Bandundu nécessitera la contribution de tous: des originaires du Grand Bandundu, du secteur privé national et international, des bailleurs de fonds et de l’Etat organisateur qui doit assumer son rôle primordial de catalyseur du développement en mettant en place les infrastructures de base tout en coordonnant les efforts et les processus du développement. 

Finalité du Plan de Développement 

La finalité de mon Plan Marshall pour la Reconstruction et le Développement de la RDC au niveau national est de développer le pays et d’éliminer la pauvreté dans laquelle croupit la population. Le Plan Marshall actualisé après la Covid 19, compte 50 programmes cohérents et bien orchestrés pour sortir la RDC du sous-développement et en faire un pays émergent.

Le coût total du Plan est estimé à $1.000 milliards sur 15 ans pour faire progresser le PIB par habitant de $458 aujourd’hui à $15.000 dans 15 ans tout en créant au passage des emplois et des opportunités pour tous et en améliorant considérablement le standard de vie de tous nos concitoyens. Ceci est tout à fait possible car l’impossible n’est pas congolais. 

Mais Noël Tshiani estime que nous ne pourrons réaliser ce rêve que si la RDC continue à rester un pays souverain dont le destin se trouve dans les mains de ses filles et fils, tous ensemble. D’où sa proposition de loi pour verrouiller l’accès à la présidence de la RDC et aux fonctions de souveraineté nationale et d’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine.

Dénonciation de la stratégie d’infiltration

Professeur Noël Tshiani à profite de sa conférence à Kenge pour dénoncer la stratégie Rwandaise  d’infiltration des institutions de la RDC. L’insécurité entretenue dans le territoire du Kwamouth et aussi à l’Est de la RDC par l’armée rwandaise déguisée en rebelles du M23 qui demandent d’être brassées dans les institutions de la république montre clairement la volonté du Rwanda  et d’autres pays voisins, de nous infiltrer pour porter atteinte à notre souveraineté. Ne nous laissons pas faire.

Nous demandons aux FARDC de pourchasser ces criminels jusque dans leur dernier retranchement au Rwanda. Il a enfin recommandé au Gouvernement de la RDC de ne pas accepter de dialogue avec ces terroristes qui ne comprennent que le langage de la violence.

Accompagnement du Député National Matadiwamba

Dans la conférence de Kenge, Professeur Noël Tshiani était accompagné par le Deputé National Matadiwamba, un natif de Kenge qui a sans ambage la proposition du conférencier principal en soulignant les conséquences de l’infiltration étrangère à l’époque de Mobutu avec un directeur de cabinet dénommé “Barthelemy Bisengimana” qui s’était arrangé pour octroyer plusieurs entreprises zairianisées aux Rwandais au détriment des Congolais. D’où la nécessité d’éviter d’avoir dans des fonctions de souveraineté des personnalités à loyauté partagée entre la RDC et d’autres pays. 

Appel à Christophe Mboso 

Pendant la conférence, Professeur Noël Tshiani Muadiamvita a demandé aux habitants de Kenge et du Grand Bandundu d’inonder le téléphone du Président de l’assemblée nationale, Honorable Christophe Mboso, un natif et élu de Kenge dans le Grand Bandundu, avec des appels téléphoniques pour lui demander d’aligner la proposition de Loi Tshiani pour débat et vote à l’Assemblée nationale.

Il a, par ailleurs, promis au public de revenir au Grand Bandundu et d’aller partout en RDC en 2023 pour faire campagne contre toute personne qui ne soutiendrait pas la Loi Tshiani pour protéger la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la RDC. Les élections en 2023 seront une sorte de référendum pour ou contre sa proposition de loi qu’il tient à faire passer en loi pour protéger la RDC contre les mercenaires à la solde des étrangers.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

26534302
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9152
22397
157653
26188710
249122
690642
26534302

Your IP: 45.91.22.161
2022-12-10 07:56

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg