Flash

BAN2

 

L’assemblée nationale va examiner aujourd’hui, mercredi 19 octobre, la motion de défiance initiée contre le ministre des transports, voies de communication et désenclavement, Chérubin Okende Senga. Dans les couloirs du Palais du peuple, on laisse entendre que le ministre sait qu’il ne va pas échapper et se dit prêt à récupérer son mandat à l’Assemblée nationale.

Les proches du ministre seraient déjà préparés à voir leur patron quitter le gouvernement par cette initiative d’une soixantaine de députés nationaux. Tous en dénonçant un règlement de comptes, ils affirment en parlant du ministre : “Les griefs portés contre lui sont infondés, la raison est ailleurs et tout le monde le sait. Son attachement à Moïse Katumbi est la base de cette machination contre sa personne”, avant de souffler : “Il est prêt à quitter. C’est un homme qui ne va jamais marchander sa loyauté et surtout sa personnalité. Une surprise n’est pas exclue”.

Les initiateurs de cette motion reprochent, cependant, à Okende issu de Ensemble pour le Changement de Moïse Katumbi, l’incompétence, l’amateurisme, le manque de vision dans son secteur ou encore l’intrusion dans la gestion des entreprises publiques sous sa tutelle.

Ladite motion a été introduite depuis le mercredi 12 octobre au bureau de l’Assemblée nationale par un groupe de députés de l’Union sacrée. D’après le député national Anicet Babanga Mpotiyolo, élu d’Inongo-Ville, toutes les conditions constitutionnelles, en ce qui concerne une motion de défiance ont été réunies. Selon lui, plus de 60 signatures ont été réunies.

C’est le deuxième examen de motion de défiance contre un membre du gouvernement  depuis le début de cette législature. Celle contre Chérubin Okende intervient après celui du ministre de l’Economie nationale Jean-Marie Kalumba accusé de megestion dans son secteur.

Retombées

Il faudra avouer que cette motion contre un membre affiché de Moïse Katumbi encore au gouvernement, devra finir par fragiliser le gouvernement qui a semblé évoluer jusque-là avec des taupes. C’est curieusement, à peu plus de 450 jours des élections qu’on réalise que l’Union était noyautée. C’est le sens du message du secrétaire général de l’UDPS à Kisangani.

Samedi 15 octobre lors d’un meeting populaire à l’esplanade de la grande Poste de Kisangani, Augustin Kabuya  a avoué que l’Union Sacrée de la Nation  est infiltrée par des aventuriers. C’était l’occasion pour le secrétaire général de l’UDPS de mettre en garde des leaders des partis politiques qui se font passer membres de l’Union Sacrée en vue de s’attirer la sympathie du peuple, notamment à l’intérieur des provinces.

Le parti de Moïse Katumbi pourtant officiellement membre de l’Union sacrée refuse d’endosser les responsabilités du gouvernement dont il fait partie. Tout en étant dans les institutions, par son directeur de cabinet et porte-parole, Olivier Kamitatu, il fait le jeu de l’opposition.

C’est ainsi que bon nombre de délégués de Katumbi ne se reconnaissent plus dans le leader de Ensemble avant de réaffirmer leur loyauté au chef de l’Etat. Okende Chérubin compte parmi ces membres des institutions qui restent fidèles aux idéaux katumbistes.

Emma Muntu

Pin It

Statistiques

26536005
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10855
22397
159356
26188710
250825
690642
26536005

Your IP: 100.24.118.144
2022-12-10 09:28

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg