Flash

BAN2

 

Les Congolais plébiscitent les gouverneurs suivants comme étant ceux qui travaillent réellement sur le terrain pour la réélection de Félix Tshisekedi en 2023. Il s’agit de 1.Gentiny Ngobila Mbaka 78%,  2. Masuka Saini 64%,  3.Guy Badu 62%,  4.Baseana Naanga 60%,  5. Pancrance Boongo Nkoy 57%, 6. Jacques Kyabula 53%, 7. Bobo Boloko 51%, 8. Mabenze 47%, 9. Luboya Nkashama 44%, 10. Constant Ndima 40%.

Conformément aux dispositions de la constitution qui régit la République démocratique du Congo, le gouverneur est le chef de l'exécutif provincial. Il représente la province en justice et auprès des tiers. Il nomme, relève de leurs fonctions et, le cas échéant, révoque les ministres provinciaux. Il dispose de l'Administration publique en province. A ce titre, tous les services publics provinciaux et nationaux en province sont placés sous son autorité. Il promulgue les édits dans les quinze jours de leur transmission. A défaut, la promulgation est de droit.

Par ailleurs, sans préjudice des pouvoirs propres qui lui sont dévolus par les lois et les règlements nationaux ou les édits provinciaux, le gouverneur agit par voie d'arrêté provincial délibéré en Conseil des ministres. L'arrêté est contresigné par le ministre provincial chargé de son exécution.

Compte tenu de l’aspect politico-administratif de leurs fonctions, les gouverneurs de province font partie de la plateforme de l’Union sacrée de la nation mise en place par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Mais, tous les membres de cette plateforme politique ne travaillent pas de la même manière dans leurs entités politico-administratives respectives. Pendant que quelques-uns produisent de bons résultats dans l’exercice de leurs fonctions, d’autres se laissent manipuler à partir de Kinshasa par les leaders politiques ayant des agendas cachés.

L’année 2022 constituant le tournant décisif vers des enjeux électoraux qui s’annoncent très disputés en 2023, l’Institut de sondage Le MONDE PLUS a tenu à connaître le comportement des alliés du chef de l’Etat au sein de cette plateforme, notamment des gouverneurs de province. En d’autres termes, il s’agit de savoir de quelle manière les chefs des exécutifs provinciaux qui l’avaient rejoint participent ou non à la mise en œuvre de sa vision destinée à redresser le pays.

Notre démarche prend tout son sens: le temps avance lentement mais sûrement. La tenue des élections générales en 2023 ne fait plus l’ombre d’un doute. Le fait que les états-majors des partis, regroupements ou plates-formes politiques, préparent lentement leurs stratégies dans la perspective de ces scrutins, montre tout l’intérêt que les Congolais, en général, attachent à cet exercice démocratique.

Ce sondage a donc consisté à mettre en exergue les gouverneurs qui, par leur gestion des institutions provinciales, travaillent véritablement sur le terrain dans le but de faire gagner l’estime et la confiance des Congolais au chef de l’Etat.

  1. Gentiny Ngobila: Ville-province de Kinshasa: 78%

Dans le cadre de ses attributions de gouverneur de la capitale, Gentiny Ngobila se déploie constamment sur l’ensemble des communes aux fins de vulgariser le programme d’action du gouvernement de la République qui découle de la vision du chef de l’Etat ; animer des meetings et autres causeries morales avec les représentants des couches sociales pour les mobiliser en faveur du président de la République.

Et en sa qualité d’autorité morale du parti politique dénommé «Alliance des Congolais Progressistes» -ACP-, Gentiny Ngobila répète, partout où il installe sa formation, qu’il est impossible que Félix Tshisekedi échoue à la présidentielle de 2023. A son avis, avec les millions des Congolais qui se rangent déjà derrière sa personne,  sans compter les membres d’autres formations politiques, la victoire de Félix Tshisekedi est assurée.  Certes, ne cesse-t-il de soutenir, il y a des choses à améliorer en RDC, mais l’espoir de la République démocratique du Congo s’appelle Félix Tshisekedi.

Ce discours n’est entendu d’aucune autre personnalité membre de l’Union sacrée de la nation. Voilà pourquoi Gentiny Ngobila est vivement apprécié pour son franc-parler, son courage, son dynamisme, et sa force de conviction.

Bien plus, l’opération Kin-Bopeto redonne à la ville sa plus belle image. Les montagnes d’immondices qui jonchaient les artères de Kinshasa disparaissent en un clin d’œil. Ici et là, les jardins publics et les espaces de loisir sont en érection offrant à la population plus de lieux de détente.

A l’actif de l’autorité urbaine, on ajoute aussi la stabilité politique, la transparence et la bonne gestion financière attestées par l’Inspection générale des Finances. Le bitumage et la réhabilitation des avenues et rues destinées à désenclaver communes et quartiers de la capitale transforment la capitale en un vaste chantier en plein exécution.

Kinshasa sans trou, le débouchage des égouts, la réhabilitation et la construction des ouvrages de la voirie et drainage figurent également parmi les initiatives du gouverneur Gentiny Ngobila.

  1. Fifi Masuka Saini: Lualaba: 64%.

Le gouverneur de la province du Lualaba figure en bonne position dans tous les sondages grâce au nouvel élan qu’elle a imprimé depuis qu’elle est à la tête de l’Exécutif provincial. Le Lualaba est devenu le modèle de l’encadrement des recettes provinciales dans tous les secteurs: mines artisanales, transport, petits commerces et autres avec la collaboration d’un partenaire privé Kif-Trading.

La province travaille sans relâche pour une bonne canalisation des recettes avec le soutien du projet USAID, pour la bonne gouvernance dans les projets sanitaire, lutte contre le travail des enfants dans les mines ainsi que la transparence dans la gestion des ressources naturelles. Le développement de cette entité décentralisée sous la gestion de l’actuelle gouverneure atteint un niveau non encore égalé en RDC. La construction des infrastructures routières, chaussées, voiries, scolaires, hospitalières et administratives se passe de tout commentaire.

Kolwezi, chef-lieu de la province est revêtu de sa plus belle robe et attire beaucoup de visiteurs. La ville abrite plusieurs événements d’une grande importance comme la conférence internationale de l’université de Lubumbashi; la conférence des chefs d’établissements universitaires, le rendez-vous scientifique sur “les ressources naturelles et l’environnement” dans la province du Lualaba; la conférence minière d’Indaba, et la dernière sur la relance du tourisme en RDC. Fifi Masuka réalise des exploits inédits qui font honneur à la femme congolaise.

  1. Guy Badu: Kongo Central: 62%

 Elu gouverneur, celui-ci s’emploie à ressouder l’unité des Ne-Kongo qui avait été malmenée par la mauvaise action politique de ses prédécesseurs. Il a lancé également un programme de réhabilitation des routes de desserte agricole, de manière à assurer l’autosuffisance alimentaire des populations, et d’approvisionner les populations de la ville de Kinshasa. Par ce programme, le chef de l’exécutif provincial s’implique dans la vision du chef de l’Etat axée sur le redressement du pays et le bien-être de la population.

  1. Christophe Baseane Nangaa: Haut-Uélé: 60%

C’est dans le domaine économique que le gouverneur du Haut-Uélé, enregistre plus d’opinions favorables au sein des couches sociales de sa province. L’on note qu’il a initié et réalisé la construction d’une gigantesque palmeraie et d’une porcherie dans le territoire de Wamba, dans le village d’Ibambi, situé à plus de 80 km d’Isiro. Pour y arriver, il a aussi réhabilité et modernisé cette route. 

Christophe Baseane Nangaa a également fait en sorte que les communautés, les populations impactées par l’exploitation minière puissent bénéficier de manière effective de l’argent issu de celle-ci. Pour cette raison, il travaille pour la promotion de la transparence et de la bonne gouvernance.

  1. Pancrace Boongo Nkoy: Tshuapa: 57%.

En dépit de l’enclavement de sa province qui a peu des ressources à sa disposition, et la maigre rétrocession qu’envoie le gouvernement central, le gouverneur Pancrace Boongo met tout en œuvre pour assurer la construction d’une province digne de ce nom. A son compte, l’on retient le lancement des activités du Centre d’achat et de traitement du café à Watsikendo, dans le territoire de Boende. Cette initiative de l’Ong italienne ISCO à travers son projet se réalise dans le cadre du « Programme agricole rural de conservation du complexe de la Salonga. ».

Elle est financée par le 11ème Fonds européen pour le développement (FED). Ce programme encourage les paysans à cultiver entre autres le café et le cacao, afin de bien conserver et protéger le parc de la Salonga. Avec l’aide de l’Ong Widal, Pancrace Boongo Nkoy a réussi à transformer l’image de Boende avec la construction d’un stade et du siège de l’Assemblée provinciale ultramodernes.

  1. Jacques Kyabula: Haut Katanga:53%  

Le chef de l’Exécutif provincial du Haut-Katanga se distingue par les travaux de construction des infrastructures routières et de la voirie. A ce propos, l’on cite l’asphaltage des avenues et des routes d’importance économique reliant les communes; la réhabilitation de la chaussée de Kasenga restée presque 10 ans dans un état de délabrement avancé; et le tunnel qui ont permis la fluidité de la circulation du trafic.

Les nids de poules, les marres ont disparu. Les caniveaux débouchés et réhabilités; l’avenue Lumumba; le boulevard Kamanyola et autres sont réhabilités et se trouvent aujourd’hui en bon état, le pont Kabulameshi jeté sur la rivière Karavia au Golf; les avenues Tshinyama, Prof Mbayo, Rubi, Kiambi, Lofoï 2; Kasa-vubu, Révolution, Lomami, les parvis de la cathédrale Saints Pierre et Paul, le siège de l’Assemblée provinciale, le centre d’isolement des patients atteints du Covid-19 à la Luano, l’éclairage public, le parking des trucks à Kanyaka, etc.

Ce même élan  de reconstruction et de modernisation est également observé dans d’autres localités et villes du Haut-Katanga. Ainsi, à Likasi, les grandes artères comme l’entrée de la ville, les routes de desserte agricole entre Nguya, Shituru et Kitabataba, ainsi que le pont Shituru ont été réhabilités. Plus de 50 bornes fontaines installées à Kampemba, Kasomeno, Kasenga, Pweto, Kilwa, Sakania et ailleurs. Les travaux de modernisation du marché, la construction et la réhabilitation des artères de la cité sont déjà entamés.

La prise en charge des élèves finalistes et la construction en urgence des auditoires de l’Institut supérieur des Statistiques à Kilobelobe. La malnutrition n’est plus de mise grâce à la lutte contre l’importation de la farine de maïs et l’opération Bilanga. Ce, grâce à la maximisation des recettes du trésor public.

  1. Bobo Boloko Bolumbu: Equateur: 51%

Le gouverneur de la province de l’Equateur est satisfait du bon déroulement des travaux et surtout de la qualité des ouvrages déjà réalisés à Mbandaka, au terme d’une visite d’inspection effectuée  sur les différents chantiers dans le cadre de la réhabilitation de la voirie urbaine.

A cet effet, il remercie et soutient le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi pour sa vision et sa ferme volonté de réhabiliter la voirie urbaine de Mbandaka, en vue de rendre la ville  attrayante pour qu’elle retrouve son image d’antan d’une ville coquette.

  1. Jean-Claude Mabenze: Sud-Ubangi : 47%

Quelques actions menées par ce gouverneur ont suffi pour lui attirer la confiance de ses administrés. L’on peut notamment citer l’électrification des principales artères. La pandémie du Covid-19 et les autres crises qu’elle a entrainées ont également été prises en compte par l’exécutif provincial.

  1. Le Lieutenant-général Johnny Luboya N’kashama: Ituri: 44%

Le gouverneur militaire de l’Ituri fixe son attention sur la réussite de l’état de siège décrété le président de la République, sur la pacification de cette province à travers l’éradication de tous les groupes armés. « Je crois que cette population  est fatiguée. Nous aussi, nous avons déjà compris qu’elle est très fatiguée. Je lui demande juste la collaboration. Que la population ne suive pas les oiseaux de mauvais augure », avait-il recommandé. 

Pour ce faire, il avait insisté sur l’étroite collaboration entre les services de sécurité sur le terrain et la population. Il met aussi en garde les membres de la communauté qui sont de connivence avec les groupes armés: « Je serai sans état d’âme. Pour ceux qui veulent bien coopérer, nous allons cheminer ensemble. Ceux qui ne veulent pas, spécialement les groupes armés étrangers, qui ne sont pas chez eux ici, ils doivent quitter», avait-il martelé. Ses efforts ont jusqu’à présent porté des fruits puisque même si la paix n’est pas encore totalement rétablie dans cette partie du pays, les populations sont au moins assurées de la protection des éléments des FARDC et de la Police nationale congolaise.

  1. Le lieutenant-général Constant Ndima: Nord-Kivu: 40%

Le gouverneur militaire du Nord-Kivu a jugé utile, dans le cadre des efforts visant la pacification de cette partie du pays, d’établir son quartier général à Beni pour suivre et appuyer les opérations militaires contre les groupes armés, principalement les Forces démocratiques alliées (ADF). Dans la ville de Goma, il avait expliqué à la population de Beni que « comme vous le savez, nous avons les groupes armés étrangers et locaux que ce soit au Grand Nord ou au Petit Nord, et les opérations de traque de tous ces groupes armés étaient déjà en cours. Et quand nous sommes arrivés, je ne pouvais pas m'amener directement ici au Grand Nord, là où nous avons notre opération principale, parce que c'est ici où nous avons beaucoup de problèmes. Je ne pouvais pas me présenter devant le commandant secteur pour seulement faire de bons yeux. Une guerre nécessite la planification, la logistique y compris les matériels militaires et l'effectif », avait-il fait savoir.

Le Monde Plus

 

Pin It

Statistiques

26536005
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10855
22397
159356
26188710
250825
690642
26536005

Your IP: 100.24.118.144
2022-12-10 09:28

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg