Flash

BAN2

 

 

«Attention aux manipulations de la part de certains opposants. Je n’ai pas de raison de douter que les élections auront lieu, comme prévu, en décembre 2023  », affirme le président congolais Félix Tshisekedi ce vendredi soir dans une interview exclusive accordée à New York à RFI et France 24. Le chef de l’État congolais s’exprime aussi sur sa rencontre surprise de jeudi à New York avec son homologue rwandais Paul Kagamé et sur le retrait à venir des rebelles du M23 de la ville de Bunagana. Quand l’état de siège sera-t-il levé dans l’Est ? Pourquoi le général Philémon Yav vient-il d’être arrêté ? À quand la libération du député Jean-Marc Kabund ? Félix Tshisekedi répond aux questions de Christophe Boisbouvier de RFI et de Marc Perelman de France 24.

Marc Perelman : Monsieur le président, ici à New York devant l’Assemblée générale des Nations unies, vous avez prononcé un discours dans lequel vous avez dénoncé sans détours l’agression militaire directe du Rwanda contre votre pays. Vous avez aussi demandé à l’ONU d’être plus transparente sur ce qu’elle sait à ce propos. Pourquoi ce cri d’alarme. Est-ce que vous avez l’impression que vous n’êtes pas écouté ?

Félix Tshisekedi : C’est plutôt un cri de vérité. Pas d’alarme, parce que les alarmes ont été données à plusieurs reprises dans la région à travers les ONG et autres organisations. Il fallait absolument ce cri de vérité pour que le monde entier sache ce qui se passe réellement et qu’on arrête avec cette hypocrisie, cette cécité et qu’on voit le problème dans son entièreté. Et c’est ce que j’ai fait.

Christophe Boisbouvier : Ce mercredi, à New York, vous avez accepté de rencontrer votre homologue rwandais, Paul Kagame, en présence du président français, Emmanuel Macron. Vous étiez réticent apparemment, mais vous l’avez fait quand même. Le principe d’un retrait des rebelles de Bunagana [ville située dans le Nord-Kivu, près des frontières ougandaise et rwandaise] a été acté. Mais on se souvient que la rencontre précédente avec Paul Kagame - c’était à Luanda en Angola le 6 juillet -, n’avait donné aucun résultat. Est-ce que cette fois-ci, vous avez un calendrier pour ce retrait ?

F.T. : D’abord, il faut que je précise par rapport à l’initiative française, vous savez que c’est la France qui préside le Conseil de sécu–rité en ce moment et le président Macron avait pris contact avec les deux chefs d’État, donc avant l’Assemblée générale, pour qu’on prenne rendez-vous ici à New York et qu’on parle de ce sujet. De ce côté-là, il n’y avait aucune objection de ma part. Et puisque je vous ai dit que mon but ici était de venir lancer un cri de vérité, j’ai continué sur cette même lancée dans cette réunion que nous avons eue autour du président Macron, le but étant d’obtenir dans un premier temps le cessez-le-feu et le retrait inconditionnel de Bunagana des M23, mais ensuite de rentrer dans le processus de paix tel que nous l’avons décidé à Nairobi, c’est-à-dire avec la fin, mais fin totale, des violences à l’est de mon pays. Et en termes de calendrier, il n’y a pas vraiment un calendrier précis, mais il dépendra du déploiement de la force régionale qui est en train d’arriver. Le Burundi est déjà là, le Kenya c’est pour bientôt. Et la situation se clarifiera à ce moment-là.

M.P. : Alors évidemment, la question qui se pose aussi, qui a été abordée lors de cette réunion, ce sont les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Le Rwanda dit depuis des années : attention, c’est un danger pour nous, c’est une menace pour nous, et l’armée congolaise laisse faire, voire plus. Est-ce que vous vous êtes engagé sur ce problème ou est-ce que vous pensez que c’est une fausse excuse du Rwanda ?

F.T. : C’est une fausse excuse. Par rapport à ces accusations, je trouve que le Rwanda est de mauvaise foi et qu’il utilise souvent ce prétexte pour justifier ses incursions en République démocratique du Congo. Depuis que je suis à la tête de mon pays, nous avons rapatrié à deux reprises des centaines de combattants des FDLR. C’est quand même une preuve de bonne foi. Et aujourd’hui, les FDLR, c’est une force résiduelle qui ne menace plus la sécurité du Rwanda.

M.P. : « Fantomatique », vous avez dit…

F.T. : Elle ne menace plus la sécurité du Rwanda en tout cas. Les FDLR sont plus un problème pour nous, Congolais, que pour les Rwandais. J’en veux pour preuve l’assassinat de l’ambassadeur d’Italie en République démocratique du Congo au mois de février 2021, monsieur Luca Attanasio, qui avait été tué par des FDLR, qui sont devenus aujourd’hui des coupeurs de route, des bandits de grand chemin et qui n’ont plus d’idéologie politique visant à regagner le pouvoir à Kigali. Donc, c’est un faux prétexte. La vérité, elle est ailleurs et c’est cela que le Rwanda doit dire.

M.P. : Pour contrer les groupes armés qui sévissent dans l’est de la RDC, vous l’avez abordé tout à l’heure, vous avez accepté avec l’accord de la Communauté des États de l’Afrique de l’Est le déploiement d’une force multinationale dans la région. Quand est-ce que cette force sera totalement déployée et combien d’hommes seront sur votre sol ?

F.T. : Je vous ai dit que la force est en train d’être déployée. Les Burundais sont là déjà dans le Sud-Kivu. Pour les Kenyans, à mon avis, c’est une question de jours. Ils vont d’ailleurs, pour votre information, entrer par Bunagana. Donc, ça se déploie petit à petit, en fonction des moyens aussi. C’est pour cela que nous étions ici aussi et que nous avons pris des contacts, c’était pour sensibiliser les bailleurs de fonds afin d’accompagner cette force régionale.

M.P. : Et donc, si les Kenyans tombent sur le M23 à Bunagana ?

F.T. : Eh bien, voilà. Vous savez ce qui va arriver au M23.

C.B. : Depuis plusieurs mois, dans l’est du Congo, les casques bleus de la Monusco sont violemment pris à partie par les populations qui les accusent de ne pas les protéger. Il y a eu des morts en juillet. Dimanche, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a reconnu sur nos antennes que la Monusco était moins armée que le M23. Est-ce que vous demandez un retrait accéléré de cette Monusco avant l’année 2024 ?

F.T. : Nous devons regarder le rôle que la Monusco doit jouer, parce qu’il lui reste très peu de temps, et pour ainsi faire partir la Monusco sur une note beaucoup plus gaie, beaucoup plus honorable que celle à laquelle nous avons assisté en ce moment.

C.B. : Donc, pas de départ accéléré…

F.T. : Pas encore de calendrier de départ comme tel, mais je pense bien que la Monusco devra partir avant le délai prévu, c’est-à-dire 2024. À mon avis, au-delà des élections de décembre 2023, je crois qu’il n’y aura plus de raison que la Monusco reste.

C.B. : Donc, la Monusco resterait jusqu’à la fin des élections et partirait après…

F.T. : À mon avis. Mais ça, je mentirais si je vous disais que c’est quelque chose qui a été convenue. Il n’y a pas encore eu de discussion sur la question. Mais je crois que, de part et d’autre, on a compris qu’il faut réfléchir très sérieusement à la question. Et c’est dans ce sens qu’il faut aller.

C.B. : En 6 mois, vous avez mis à l’écart deux hommes clé de votre dispositif : votre conseiller sécurité François Beya et tour récemment, le général Philémon Yav. Tous deux sont soupçonnés d’intelligence avec l’ennemi. S’agit-il d’intelligence avec le Rwanda ?

F.T. : François Beya, c’est une autre histoire. D’ailleurs, son procès n’est pas terminé comme vous le savez, parce qu’il a eu des problèmes de santé et il fallait qu’il aille se faire soigner. Nous restons humains malgré le besoin de réprimer, de faire dire la justice. Tandis que le général Philémon Yav, c’est arrivé pendant mon séjour ici à l’étranger, j’ai cru comprendre qu’il était accusé par certains de ses collèges de les avoir contactés au nom du Rwanda pour qu’ils puissent lever le pied et permettre au M23 de passer aisément et de prendre la ville de Goma. C’est ce que j’ai cru comprendre, mais bon. Les enquêteurs sont à pied d’œuvre pour le moment. J’en saurai plus quand je serai rentré au pays.

M.P. : On parle de trahison, là ?

F.T. : Bien sûr.

C.B. : Et François Beya, ce n’est pas le Rwanda…

F.T. : À mon sens, non. Son procès n’est pas terminé, je vous ai dit, donc il faut attendre la fin.

M.P. : L’état de siège… Il a été instauré en mai 2021. Si on regarde bien, les résultats ne semblent pas là. En tout cas, il se prolonge…

F.T. : Pourquoi ? Qu’est-ce que vous attendiez comme résultats ?

M.P. : Qu’il y ait moins de violence, que les groupes armés sévissent moins…

F.T. : Cela fait une vingtaine d’années qu’il y a de la violence. Est-ce que vous avez, vous, un baromètre comme ça sur lequel vous savez mesurer quand est-ce qu’il y a eu plus ou moins de violence ? Non, je ne crois pas.

M.P. : Est-ce que vous avez un premier bilan à nous donner ?

F.T. : Oui. Mais je crois déjà que les groupes mafieux ont été pour la plupart neutralisés. Je crois que vous avez quand même appris que les recettes de ces provinces ont fait un bond en avant. Donc, cela veut dire que l’état de siège a eu du bon au moins de ce côté-là, celui de sensibiliser les ressources pour pouvoir maintenant les injecter dans des programmes de prise en charge de ces groupes armés afin de les désintéresser de cette question, parce qu’il y a aussi le côté pauvreté, chômage qui les avait amenés dans ces activités. Il y a en Ituri par exemple plusieurs groupes armés mono-ethniques qui se battaient justement pour des raisons ethniques, qui ont fait la paix et qui sont prêts à complétement sortir de ces activités. Donc, il y a une lueur d’espoir. Mais évidemment, je ne dis pas que tout est parfait. Ça ne pouvait pas non plus l’être. Moi, je ne me faisais pas d’illusion. On est dans une zone où il y a eu une vingtaine d’années de violence et de mafia, tout ce que vous voulez, ce n’est pas en un an qu’on allait mettre fin à tous ces fléaux. Et en plus, cela a été interrompu par le M23 qui est arrivé comme un cheveu dans la soupe pour encore compliquer les choses.

M.P. : C’est peut-être lié, non ?

F.T. : Oui, sûrement. Mais tout cela, il faut le démêler, il faut le comprendre. Mais la détermination est là…

M.P. : Combien de temps, monsieur le président. Jusqu’à quand l’état de siège ? [cessera-t-il] Avant la présidentielle quand même ?

F.T. : Oui, bien sûr. Il faut.

M.P. : Il faut que les gens sachent.

F.T. : Je vous ai parlé d’élections tout à l’heure quand j’évoquais le départ de la Monusco. Je crois que les élections seront... En tout cas, je n’ai aucune raison et je ne suis pas la Céni [Commission électorale nationale indépendante], mais je rencontre souvent, enfin quelquefois, le président de la Céni [Denis Kadima] parce que je veille à ce que l’accompagnement de l’État soit là, surtout au niveau des finances. Et à chaque rencontre que j’ai avec lui, je lui pose toujours la même question que j’appelle maintenant la question traditionnelle, c’est-à-dire est-ce que les élections seront organisées dans les délais ? Il m’a dit : « Il n’y aura aucun problème ». Donc, je n’ai pas de raison de douter de lui, c’est lui l’expert. S’il le dit jusqu’ici, moi mon travail, c’est juste de veiller à ce que le ministre des Finances fasse le sien aussi en donnant les ressources nécessaires pour faire avancer le processus. Je pense que ça devrait aller.

C.B. : Oui. Mais tout de même, monsieur le président, il y a ce rapport du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), révélé par Africa Intelligence, qui dit que le scénario d’un report est désormais probable, il y a le fait qu’il n’y a pas de calendrier électoral encore pour l’instant…

F.T. : Faites très attention à ce qui a été publié. Faites très attention parce qu’i y a eu beaucoup de manipulations. J’ai vérifié auprès des responsables du Pnud eux-mêmes, ils n’ont pas affirmé cela. Ils m’ont dit très clairement qu’ils n’ont jamais émis d’avis pessimiste, jamais. Donc, cela est une récupération qui est sûrement l’œuvre de nos opposants. Et aujourd’hui, on sait comment on peut manipuler les médias et tout cela. Donc, voilà, c’était ça le but. Parce qu’il y a des forces obscures en République démocratique du Congo qui ne veulent pas de ces élections. Si vous voyez ce qui se passe par exemple à l’Ouest aujourd’hui, qui ressemble presque comme deux gouttes d’eau aux violences qu’on voit à l’Est.

C.B. : Dans le Maï-Ndombe…

F.T. : Oui. C’est clair. Il y a une main noire qui veut saboter…

 C.B. : Mais il n’y a pas de calendrier...

F.T. : Le calendrier viendra. On est à plus d’un an encore des élections. Ce n’est pas le calendrier qui va faire les élections. Ce sont les électeurs. Il faut les enrôler. C’est cela qui est le plus important pour moi. Le calendrier, on peut le faire en dernier lieu, à la dernière minute.

M.P. : L’opposition vous accuse d’avoir placé à la tête de la Commission électorale, la Céni, et à la tête de la Cour constitutionnelle des hommes à votre main, et donc de vouloir verrouiller le scrutin et être sûr d’être réélu parce qu’on sait que vous allez vous représenter…

F.T. : Je trouve que c’est une insulte à l’intelligence de ces deux grands hommes et je ne suis pas le seul à le dire. Le background de Denis Kadima par exemple en termes d’élections, c’était le meilleur d’ailleurs. Il avait le meilleur profil de tous les candidats présidents. Je ne suis pas seul à le dire. Et je crois qu’aujourd’hui, cette question est vidée parce que même cette fameuse opposition reconnait en lui sa valeur. Et tous nos partenaires ont aussi adoubé l’individu. Donc, il n’y a plus de raison de douter de cela. Quant au président de la Cour constitutionnelle [Dieudonné Kamuleta Badibanga], il a été choisi par ses pairs. Ce n’est pas moi. Donc, c’est un faux procès que l’on me fait en m’accusant d’avoir placé quelqu’un. D’abord, ce n’est pas mon homme de main, je ne le connaissais pas. Avant qu’il soit président, je ne le connaissais pas du tout. Je l’ai connu juste au moment où il a été nommé à la Cour constitutionnelle. Avant cela, je n’avais jamais eu de contact avec lui. On peut le vérifier.

C.B. : Votre bilan depuis 3 ans et demi est fortement critiqué par l’opposition…

F.T. : C’est ça la démocratie.

C.B. : L’arrestation il y a quelques semaines de votre ancien compagnon de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le député Jean-Marc Kabund, suscite beaucoup d’interrogations.

F.T. : Des interrogations sur ?

C.B. : Il a été arrêté pour offense au chef de l’État, mais beaucoup s’interrogent sur le fait qu’il soit en prison pour ce délit. Et est-ce qu’il ne faudrait pas qu’il soit éventuellement placé en résidence surveillée ?

F.T. : C’est à la justice de voir, je ne suis pas cette affaire.

C.B. : Vous êtes donc candidat en 2023. Mais est-ce que des opposants, des personnalités, comme Martin Fayulu qui continue de revendiquer la victoire de 2018, comme Moïse Katumbi, comme qui sait un candidat pro Kabila, sans parler de Matata Ponyo... Est-ce que ces hommes-là ne risquent pas de vous mettre en difficulté sur le thème : il faut sortir le sortant, il faut un changement ?

F.T. : C’est le peuple qui décidera. Pourquoi voulez-vous que je me mette à spéculer. Je ne suis pas dieu le père. Je ne connais pas l’avenir. Moi, je vis au quotidien et j’écoute mes compatriotes et essaye dans la mesure du possible de répondre à leurs besoins, à leurs revendications. Le reste appartient justement à ce peuple. C’est lui qui décidera le moment venu de qui peut présider…

C.B. : Mais vous semblez confiant. Vous pensez que…

F.T. : Moi, je suis très confiant.

C.B. : Mais qu’est-ce qui vous rend confiant justement face à toutes ces critiques ?

F.T. : Mais les réalisations, nous en avons fait énormément. Regardez notre budget. Regardez la gratuité de l’éducation. Aujourd’hui, nous sommes à la gratuité de la santé. Les infrastructures sont en train d’être construites. Et il y a ce fabuleux et ambitieux plan programme de développement à la base, c’est-à-dire du développement des 145 territoires,  qui fera date. Et nous sommes convaincus que les choses, le moment venu, vont être appréciées par nos compatriotes et ils nous renouvelleront leur confiance. Donc, il n’y a vraiment pas d’inquiétude de ce côté-là. C’est pour cela que l’opposition a peur d’aller aux élections d’ailleurs.

M.P. : Juste une petite question sur quelque chose que vous avez dit et qui m’a intrigué. Vous avez parlé « d’une main noire »…

F.T. : Oui, bien sûr.

M.P. : Mais vous parlez de quoi, de possible coup d’État, de déstabilisation ?

F.T. : Oui, bien sûr. Il y a ça.

M.P. : Des puissances étrangères ?

F.T. : Oui et non. On est en train d’élucider la question. Les arrestations que vous voyez, dont on a parlé dans l’armée, ne sont pas le fait du hasard. Il y a réellement une main noire.

C.B. : Et d’où l’arrestation de François Beya…

F.T. : Ah, non, non. François Beya, c’est arrivé avant. Cela n’a rien à voir avec. D’où l’arrestation peut-être du général Yav. On verra quels liens ça a avec ces évènements-là.

Rfi

 

Pin It

Statistiques

26460656
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8622
18804
84007
26188710
175476
690642
26460656

Your IP: 64.119.214.253
2022-12-07 10:12

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg