Flash

BAN2

 

L’Institut des auditeurs internes du Congo (IIA CONGO) a lancé depuis ce jeudi 22 septembre 2022, la 5ème conférence nationale portant sur l’apport de la gestion transparente et le développement des organisations en RDC. Réunissant plusieurs auditeurs, il était question autour de ces échanges de vulgariser l’audit interne dans les organisations, de montrer son apport dans la gouvernance des organisations. La clôture intervenant ce samedi 24 septembre 2022, les bénéficiaires devront à leur tour, restituer ce qu’ils ont appris et de le mettre en pratique dans la manière de gérer les institutions auprès de ceux qui les ont mandatés.

Au sujet de l’audit interne et des métiers connexes, dans son mot de circonstance, le Président national de IIA Congo, Claude Nzau, a affirmé que la transparence est le moyen idéal d’assurer l’exécution conforme du budget national au profit des populations disséminées dans les 145 territoires de la  RDC.

Dans son argumentation, il a indiqué que la transparence est d’une importance capitale car, il faut rendre compte à toutes les parties prenantes dans une organisation ou une institution, en guise de traçabilité et de redevabilité.   

Pour ce faire, le panel d’échanges a été marqué par l’intervention du Professeur Emérite Mabi Mulumba qui, en sa qualité d’expert en audit a épinglé des points essentiels sur l’audit au niveau du gouvernement central et de la reddition des comptes, qui soumet ce dernier à rendre compte de l’exécution de son budget auprès du parlement.

Il a exploité ce thème aussi important, en quatre points dont les prérogatives du parlement en matière du contrôle et de l’action gouvernementale, la procédure de la reddition des comptes, les leçons à tirer de la reddition des comptes passés, ainsi que le diagnostic réalisé par la Cour des comptes.

Pour rappel, dans l’agencement constitutionnel, il a précisé que, selon l’article 100 alinéas 2 de la constitution qui stipule que c’est le parlement qui contrôle le gouvernement, les entreprises publiques ainsi que les établissements et services publics.

C’est à ce titre, que le Gouvernement est dans l’obligation en fin d’exercice, de présenter au parlement le rapport de l’exécution du budget, sous une forme de projet de loi, pour raison de transparence.

Pour sa part, Mr Kinzele Ndala s’est attelé sur les points de ressemblance et de divergences entre la Cour des comptes et l’Inspection générale des finances. En outre, il a précisé que  la Cour des comptes régis un contrôle juridictionnel et l’IGF s’occupe du contrôle administratif et qu’il ne faudra pas confondre les deux contrôles. 

Niclette Ngoie

Pin It

Statistiques

24999196
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
624
21290
76914
24766587
107748
682697
24999196

Your IP: 66.249.70.183
2022-10-06 00:03

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg