Flash

BAN2

 

Le président de la République Félix Tshisekedi pourra intervenir, sauf imprévu, aujourd’hui mardi 20 septembre à la 77ème session ordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU. C’est l’occasion pour la RDC de prendre à partie son voisin le Rwanda qui s’évertue à instrumentaliser le M23. Ce mouvement armé occupe, depuis un peu plus de trois mois, une bonne partie du territoire du Nord-Kivu dont le poste frontalier de Bunangana. Le président Tshisekedi ne manquera pas de mettre l'ONU devant ses responsabilités face à la situation sécuritaire à l'Est du pays en dénonçant les manœuvres belliqueuses du Rwanda et les crimes de leurs bras séculiers du M23.

Toutes les enquêtes indépendantes confirment le soutien du Rwanda au M23 mais personne n’ose condamner Kagame dans son entreprise déstabilisatrice de la RDC. Le roi Philippe de Belgique a eu le courage, lors de sa visite en RDC, à condamner clairement le Rwanda. Si Tshisekedi prend la parole aujourd’hui, il peut galvaniser toute la communauté internationale sur cette énième agression de la RDC.

Généralement, dans ce forum international, après l’intervention de grandes puissances, la salle se vide d’un clin d’œil. Les autres chefs d’Etat et de gouvernement se ne contentent que d’être applaudis par les membres de leur délégation ou encore leur diaspora respective. Pour cette deuxième journée, le bal de discours débute avec le président du Brésil Jair Bolsonaro. Joe Biden n’interviendra pas à cause de sa mission britannique.

La RDC de Lumumba qui ne demande pas mieux  que de vivre dans les limites de ses frontières avec ses 9 voisins, est convoitée par les mêmes voisins pour se richesses. La tribune des Nations Unies permettra à Tshisekedi d’étaler ce dont dispose son pays en vue répondre aux nombreuses préoccupations.

193 chefs d’État et de gouvernement de États membres vont prononcer leurs déclarations sur le thème : " Un tournant décisif : des solutions transformatrices face à des défis intriqués ". Il sied de préciser que rares sont les pays qui tiennent compte du thème préalablement défini. La plupart reste obnubilé par leurs problèmes internes et profitent de ce forum international pour faire entendre son point de vue.

Les atouts

Coiffé de sa double casquette de président en exercice de la CEEAC et de la SADC,  Tshisekedi se présentera à la tribune des Nations Unies avec des alternatives crédibles pour l'économie verte et pour le changement climatique. Les forêts de l'Afrique centrale et le bassin du Congo constituent un poumon mondial. C'est donc légitime pour lui de réclamer une rétribution des pollueurs.

La production des minerais stratégiques dont la RDC regorge une grande partie lui permettra de retenir l’attention de son auditoire. Ce, d’autant plus plusieurs puissances se bousculent déjà au portillon. Raison pour laquelle, le président de la République s’est fait accompagner de Christophe Lutundula des affaires étrangères et sa collègue Ève Bazaïba de l’Environnement en plus des autres membres du gouvernement, Nicolas Kazadi des Finances, le ministre de la Communication et Médias Patrick Muyaya… avant de parler des experts du cabinet du chef de l'État conduits par Colette Bwatshia et Serge Tshibangu.

Le chef de l’Etat va enfoncer le clou sur les Casques bleus qui ont fini par lasser la population surtout de l’Est. Une mission de près de deux décennies sans résultats probants. Sans nul doute, la Monusco attend une issue de sortie honorable de la RDC.

Félix Tshisekedi est arrivé depuis lundi 19 septembre à New-York, accompagné de la première dame Denise Nyakeru.

Emma Muntu

Pin It

Statistiques

24965200
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
20131
22787
42918
24766587
73752
682697
24965200

Your IP: 66.249.70.43
2022-10-03 21:44

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg