Flash

BAN2

 

Nous savons tous que ce qui abonde ne vicie pas, mais aussi que tout excès nuit.

Raison pour laquelle je me suis décidé d'interpeller les politiques et ceux qui se font passés pour des hommes ou femmes de Dieu en RDC par cette énième tribune.

Premièrement je vais décortiquer quelques-unes des définitions du parti politique, qui se présentent comme suit:

Selon Feu Z'Ahidi Arthur  Ngoma, il définit le parti politique est comme "un groupement des citoyens et des citoyennes autour d'une certaine idée de la société dans laquelle ils vivent et pour des objectifs communs, censés d'intérêt majeur pour eux, voir pour l'ensemble de la communauté."

De son côté, Ismaël Tdjani-SERPES définit le parti politique comme étant "un regroupement, un projet de société et un programme politique; il a vocation à conquérir et à exercer le pouvoir d'État et à participer à la représentation de la population au niveau local et national. Il concourt à la formation de la volonté politique et à l'expression du suffrage universel par des moyens démocratiques et pacifiques."

Un parti politque doit d'abord être basé sur l'humanisme, ensuite sur l'intellectualisme et avoir un plan organisationnel dans une structuration opérationnelle qui doit être cristallisé par le dynamisme.

Mbuta Kiakwama Kia Kiziki a noté à ce sujet qu'un parti politique moderne se caractérise par une organisation durable fondée sur une structure pyramide, étendue d'un centre fédérateur national aux échelons locaux. Cette structure est constituée sur base d'une volonté délibérée de conquête et d'exercice du pouvoir, seul ou en accord ou en alliance avec d'autres partis.

Le parti politique doit être à la recherche constante du soutien populaire, principalement à travers les élections...

Si nos partis politiques d'aujourd'hui sont à la base du chaos, c'est à cause de nos pères de l'indépendance qui étaient tombés dans le piège des colons belges, qui ont eu l'idée malfaisante d'autoriser aux indigènes de créer les associations culturelles qui n'étaient en réalité que des associations tribales.

Nos pères de l'indépendance ont bâti leurs partis politiques sur le tribalisme, et c'est à cause de ça que l'unité nationale est partie  en vrille.

Tous les chefs des partis politiques de l'époque étaient devenus des chefs des tribus en lieu et place d'être  des nationalistes et patriotes.

La création des associations culturelles était un cadeau empoisonné pour ne pas dire une bombe à retardement des colons belges qui n'ont pas digéré l'indépendance de notre pays.

Ces associations se sont transformées en partis politiques et c'est le nœud du problème qui gangrène dans tout l'espace politique congolais.

Voici la liste, en notre possession, de presque toutes les associations culturelles qui sont devenues des partis politiques:

- ABAKO =  Alliance des Bakongo,

- ABAZI = Alliance des Bayanzi,

- ARP-PRC = Alliance Rurale Progressiste- Parti Rural Congolais,

- ATCAR = Association des Tshokwe du Congo Belge, d'Angola et de Rhodesie,

- ASSOCIATION NGWAKA,

- BALUBAKAT = Association Générale de Katanga,

- COAKA = Coalition Kasaïenne,

- CONAKAT = Confédération des Associations Tribales du Katanga,

- CEREA = Centre de Regroupement Africain,

- FC-D = Front Commun-Delvaux,

- LUKA = Union Kwangolaise pour l'indépendance et la Liberté,

- MNC-L = Mouvement National Congolais-Lumumba,

- MNC-K = Mouvement National Congolais-Kalonji,

- MEDERCO = Mouvement pour l'Evolution et le Développement de l'Economie Rurale du Congo,

- MUB/MNC-L = Mouvement de l'Unité des Basonge (Cartel),

- PNP = Parti National du Progrès,

- PSA = Parti Solidaire Africain,

- PUNA = Parti de l'Unité Nationale,

- RECO = Regroupement Congolais,

- RDLK = Rassemblement Démocratique du Lac-Kwango-Kwilu,

- UDA = Union Démocratique Africaine,

- UNC = Union Nationale Congolaise,

- UNEBAFI/MNC-L = Union Economique des Babembe du Fizi (Cartel).

A cette liste, vous y grefferez  aussi des chefs coutumiers et des indépendants qui soutenaient tel ou tel parti, sans oublier des groupes d'intérêts locaux.

Ce n'était pas étonnant de vivre le conflit ancestral ou ethnique pour ne pas dire tribal juste après la déclaration de l'indépendance de notre pays. 

Ce fut une sombre période de l'histoire de notre pays où un Mukongo ne pouvait pas se retrouver chez les Bangala, ni un Kasaïen chez les Baswahili, et vice-versa...

Ce multipartisme fabriqué de toutes pièces par le colonisateur belge en divisant pour bien continuer son exploitation et pour empêcher au peuple qui venait de gagner son indépendance de parvenir au stade de l'unité nationale.

N'eût-été le coup fourré  des colons dans leur fameuse stratégie pour ne pas dire stratagème du néocolonialisme, les pères des indépendances africaines n'allaient pas opter pour le parti unique.

Malheureusement,  l'indépendance de notre pays, par sa précipitation n'a pas permis à tous les nationalistes de  se regrouper au sein un seul regroupement.

Si les pères des indépendances des pays africains avaient choisi le monopartisme, c'est parce qu'ils avaient compris la mauvaise foi des néocoloniastes, qui avaient alloué des gros budgets pour  déstabiliser tous les pays africains indépendants.

Le monopartisme n'était pas l'apanage du seul maréchal  Mobutu, mais une stratégie des dirigeants africains pour lutter contre le néocolonialisme et aussi pour essayer de renforcer l'unité nationale qui était encore très très fragile.

C'est la fameuse guerre froide qui a poussé les pères des indépendances africaines à se détourner de leurs objectifs premiers en devenant des dictateurs, au pire, des tyrans pour protéger, conserver et renforcer leurs  pouvoirs, malgré que parmi eux, il y avait des non-alignés. Tous dépendaient soit du bloc capitaliste soit du bloc communiste.

Le parti unique devrait être la solution pour combattre le tribalisme et le régionalisme dans les affaires de l'état, mais hélas...

Voilà pour remédier à ça, les dirigeants de la deuxième république ont élaboré une constitution par le professeur Marcel Lihau, appelée la constitution du 24 juin 1967,  dite constitution révolutionnaire, définie par un état unitaire au régime présidentiel, prévoyait au moins deux partis politiques et un parlement monocaméral, c'est-à-dire une seule assemblée nationale.

Deux partis politiques devraient bien faire l'affaire pour diriger notre pays.

Aujourd'hui nous avons plus de 500 partis politiques en RDC et plus de 100 regroupements politiques, et ça continue de pousser comme des champignons sous la barbe des autorités compétentes.

Tous ces partis satellites sont créés par des détracteurs ou des ennemis de la patrie.

C'est l'affairisme de la classe politique congolaise qui tue la RDC.

Faire la politique doit être un apostolat et non du business, ni moins un parapluie pour couvrir des activités illicites, comme on le voit chez nous en RDC.

Celui qui veut être riche, il ne faut pas qu'il vienne faire la politique, mais qu'il aille faire les affaires ! Pour dire que si un individu faisant la politique et devienne riche, ce qu'il est voleur. 

La politique n'est pas pour enrichir les gens! Paraphrasant Laurent Gbagbo.

Une réduction institutionnalisée et un financement des partis politiques devraient permettre un meilleur fonctionnement de ces derniers.

Ce qui est plus grave, c'est au moment où je suis en train d'écrire cette énième tribune, il y a encore des partis et des regroupements politiques en attente de légalisation.

Le gouvernement central doit travailler durement pour limiter le nombre des partis politiques en RDC, le nombre pléthorique de partis politiques ne profite nullement au peuple congolais.

Des partis politiques sont créés seulement pour prêter allégeance au parti au pouvoir, pour la mangeoire qui a toujours été contre-productive pour le souverain primaire.

Limiter le nombre des partis politiques n'est pas anti-démocratique et ne remet pas en cause la liberté d'associations. 

Néanmoins, j'insiste et persiste que la limitation des partis politiques ne va pas à l'encontre de l'expression de la démocratie ou plus précisément du multipartisme.

Les articles 6, 7, 8 de la constitution de la troisième république congolaise encadre le rôle et les obligations des partis politiques.

On peut suggérer une classification des différents partis politiques en trois:

- DROITE,

- CENTRE,

- GAUCHE,

en vue de réduire sensiblement le nombre des partis politiques en RDC.

Je laisse la  latitude à nos législateurs de faire leur travail pour retenir les 3 trois partis politiques qui sont traditionnels!

Mais,  pour notre gouverne, La DROITE opte pour un système LIBÉRAL. C'est-à-dire que le gouvernement encourage l'individu, qui va innover et développer l'industrie, afin qu'il crée de la richesse et ainsi de l'emploi. Et la société est fondée sur la méritocratie, ce qui signifie que les meilleurs sont récompensés.

Alors que Le CENTRE permet à ces partis politiques, passez-moi l'expression, indécis  qui  reprennent  les idéaux de la droite et de la gauche.

Et quant à La GAUCHE, elle s'appuie sur la redistribution des richesses et la suppression de l'élitisme, pour que tout le monde dispose des mêmes chances au départ. Ainsi, la communauté prime sur l'individualisme. Donc un système socialiste.

Malheureusement, beaucoup de partis politiques congolais ne connaissent,  ni n'appliquent même pas ces principes.

Vous allez constater avec amertume qu'un parti politique libéral qui va faire alliance avec un parti socialiste et vice versa.

C'est ça même la cause de tous les désordres en RDC.

Deuxièmement,  je voulais donner une définition de l'Église selon les saintes Écritures, car à toute question biblique, une réponse biblique est obligatoire : L'Église, c'est le corps du Christ donc la maison de Dieu qui est  la colonne et l'appui de la vérité.

L’Eglise du Seigneur, c’est la maison de Dieu, 1 Timothée 3 : 14-15 et en tant que telle, ça ne doit pas porter un nom…  donc elle ne doit pas être dénommée.

Ça fait plusieurs années que ce phénomène pernicieux et préoccupant qui se produit  en RDC, s'est répercuté même au sein de toutes les communautés congolaises de la Diaspora. Il s'agit de la prolifération des églises dénominationnelles.

Quand l'Apôtre Paul disait que les églises d'Asie vous saluent, Aquilas et Priscille, avec l'Église qui est dans leur maison, vous saluent beaucoup dans le Seigneur, cela ne voulait nullument dire que ces églises étaient dénominationnelles.

Les églises de Corinthe, Galates, Thessalonique, Philippe, Ephèse, Rome etc...

Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie, Laodicée n'étaient pas des églises dénominationnelles mais c'est l'Église de Dieu qui se trouvait dans une ville, au pays ou encore sur le continent.

Tout comme on peut dire l'église du Katanga, Kinshasa, Kisangani, Kalemie, Matadi, Bukavu, Goma, Ituri, Bunagana, Mbuji-Mayi, Lisala, Kindu, Kabinda, Lodja, Mbandaka, Kikwit, Kwamouth, Madimba, Kabalo, etc.... La liste n'est pas exhausive !

Donner un nom à l'Église de Dieu est une abomination. Car Paul dit dans Éphésiens 4:4-5,6:  Il y a un seul corps (c'est-à-dire Église) et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.

D'où est venue cette Tour de Babel que j'appelle la prolifération des églises en RDC?

L'esclave de Dieu, j'ai cité : le Prophète Joseph Mukungubila avait écrit en 1995 un sujet  qui reste d'actualité, intitulé : *"UNE EGLISE A L'EUROPEENNE OU L'EGLISE DU DIEU VIVANT???"*

Que je vous recommande vivement de lire sur son site internet: http://mukungubila.com/une-eglise-a-leuropeenne-ou-leglise-du-dieu-vivant/

Dans ce récit l'Homme de Dieu a expliqué la pensée parfaite de Dieu concernant son Église qui est le corps du Christ.

Là où le nom de l'Eternel est blasphémé, c'est la malédiction dans toute sa plénitude que va vivre le peuple ou le pays en question.

Est-ce que la RDC est-elle maudite?

Oui et Non!

Oui, parce qu'elle a rejeté l'ayant droit qui est le Béni de l'Éternel pour servir les idoles et les dieux étrangers.

Non, parce qu'elle est la seconde patrie ou la maison que Dieu a choisie après l'Israël.

La RDC est aujourd'hui la maison de prières à ne pas confondre avec le groupe de prières. Ésaïe 56 : 7 est clair là-dessus.

La maison de Dieu c'est ça même son Eglise, qui n'est pas à confondre avec  un édifice en briques ou pierres ou une tente autrement dit tabernacle.

Je vous épargne toutes ces Écritures Saintes qui parlent de tout ça car l'enseignement du Prophète Joseph Mukungubila cité ci-haut est très très clair avec tous les versets possibles pour vous persuader et vous convaincre en ce concernant l'Église bibliquement parlant.

Si notre Seigneur Jésus-Christ et tous les apôtres qui sont venus après lui, et qui n'ont pas donné le nom à l'Église de Dieu, alors avec quelle audace vous vous permettez de le faire aujourd'hui?

Etes-vous animés par le Saint-Esprit ou le mauvais esprit?

Depuis 1977, l'Homme de Kalemie, le Prophète Joseph Mukungubila s'est levé  en brandissant sa lettre de créance d'Ésaïe 18 : 1-3; qui parle clairement de notre pays. 

Dieu Créateur a choisi notre pays pour accomplir sa promesse par excellence de Matthieu 24 : 14.

Il  a décrit géographiquement notre pays pour que personne ne vienne détourner le regard de son peuple que nous sommes de sa mission des messagers rapides de la bonne nouvelle.

Et il va plus loin, en dessinant la carte de notre pays en Israël pour indiquer où il se trouve aujourd'hui.

Toute cette prolifération des églises dénominationnelles est le fruit  de l'apostasie (rébellion contre la Parole de Dieu) qui doit prendre fin à partir de notre pays.

Citer le nom de notre Seigneur Jésus-Christ n'est pas synonyme d'entrer dans le royaume de Dieu, de même que prophétiser, chasser les démons, ou encore faire beaucoup de miracles car plusieurs ne sont que des ouvriers de l'iniquité.

L'Apôtre Paul de Tarse les appelle des ouvriers trompeurs déguisés en apôtres de Christ.

Et cela n'est pas étonnant puisque satan,  lui-même,  se déguise en ange de lumière. Il n'est pas donc étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres.

S'il y a qu'un seul Dieu et comment peut-on avoir plusieurs pasteurs pour la seule église ?

Dieu n'a jamais envoyé deux pasteurs pour œuvrer au même moment.

Abraham devrait laisser la place Isaac, Isaac à Israël, Moïse à Josué etc... David à Salomon, Jean-Baptiste à Jésus-Christ, Jésus-Christ à Paul de Tarse. 

Et après Paul de Tarse, devrait venir l'apostasie, qui  sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé, mais à cause des élus, ces jours seront abrégés.

Le pasteur n'est pas un titre académique car il est le berger donc l'Oint de Dieu autrement appelé le Christ.

Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix comme dans toutes les églises des saints.

Tout pasteur est le Christ, tout Christ est Prophète, mais tout prophète n'est pas nécessairement Christ.

"Toutes les églises des saints" veut simplement dire les enfants de Dieu qui sont partout dans le monde.

Comment est-ce possible de retrouver 100 églises dénominationnelles dans une avenue par exemple dans la ville de Kinshasa?

Le Seigneur Jésus-Christ a très bien dit: Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mène à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

Et d'ajouter ceci: Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs; ce sont eux, ces ouvriers de l'iniquité qui sont à la base de la malédiction en RDC.

Ils induisent en erreur nos dirigeants, l'exemple criant est celui de la CENI.

Vous-mêmes étiez témoins, les soi-disant pasteurs ont montré comment ils étaient plus charnels que spirituels. Et recherchant uniquement leurs propres intérêts et non ceux du peuple parmi lequel se trouvent les brebis qu'ils exploitent à leur guise comme le font leurs complices les politiciens aux multiples partis politiques sans idéal ni idéologie précis.

Si l'état congolais ne veut pas sanctionner ces imposteurs et charlatans, alors c'est à vous peuple congolais de le faire pour sanctifier le nom de l'Eternel Dieu qui a choisi la RDC comme sa seconde patrie.

Ce qui nous arrive aujourd'hui est exactement ce que le Prophète Elie, le Thischibite a vécu en son temps avec les faux prophètes de baal et d'astarté qui mangaient à la table de la fameuse reine Jezabel.

Pour mettre fin à cette malédiction, nous devons nous débarrasser de ces ouvriers de l'iniquité.

C'est seulement comme cela que la RDC sera libérée de cette occupation étrangère qui est soutenue et par les politicards  et par les pasteurs de pacotille.

Avez-vous déjà constaté que tous les criminels qui sèment la désolation à l'Est de la RDC se font toujours passer pour des pasteurs?

Suivons le plan de la rédemption que le Seigneur Jésus-Christ nous a montré le jour où il a été transfiguré sur la montagne d'où la présence de Moïse et Elie.

Notre rédemption en dépend!

Que celui qui a des oreilles pour entendre entende!

Charlie Mingiedi

Pin It

Statistiques

24964978
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
19909
22787
42696
24766587
73530
682697
24964978

Your IP: 18.208.187.128
2022-10-03 21:28

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg