Flash

BAN2

 

*‘’A  la lumière de ces questions troublantes, je vous exhorte à entreprendre un examen complet de notre politique envers le Rwanda.   Non seulement un tel examen devrait inclure un regard réfléchi sur les niveaux et les types de l'assistance que nous fournissons, il devrait également identifier les actions que nous devrions prendre pour assurer la sécurité des citoyens américains et des résidents permanents légaux’’, déclare Robert Menendez, dans une lettre adressée à   l'Honorable Antony J. Blinken,  Secrétaire d'Etat au Département d'Etat des Etats-Unis.

‘’Je salue le décret du 19 juillet 2022 sur le renforcement des efforts en cours pour rapatrier aux étant donné que M. Rusesabagina est un résident permanent légal, je vous demande de clarifier si son cas relève de cette nouvelle O.E., et si le Département d'Etat ajoutera le nouvel indicateur « D » pour avertir les citoyens américains du risque de détention injustifiée par un gouvernement étranger à l'actuel AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS, concernant le Rwanda.

Compte tenu de la tendance du Rwanda à cibler les résidents américains, le Département d'Etat pourrait élever le niveau d'AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS pour le Rwanda, qui est actuellement au « niveau 1 : prendre des précautions normales », pour le "Niveau 3 : Reconsidérer s'il est nécessaire de voyager."  Cela mettrait l'avis du Département d'Etat concernant le Rwanda,

à égalité avec les avertissements émis sur les autres gouvernements responsables de la détention à tort de résidents américains et citoyens’’, a-t-il ajouté.

Selon lui, ‘’en réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux Etats-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l'Administration américaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda,   tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux Etats-Unis pour participer au Programme International d'Education et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda. Jusqu'à ce qu'un tel examen soit entrepris et communiqué à mon cabinet, j'ai l'intention d'examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire  suspendre toute assistance d'ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions de dollars en soutien aux casques bleus rwandais, car je crains que tout soutien américain à l'armée rwandaise alors qu'elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d'attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l'ONU, puisse envoyer un signal troublant que les Etats-Unis approuvent tacitement de telles actions’’.  

‘’Les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir les contributions rwandaises au maintien de la paix dans certaines parties de l'Afrique tout en fermant les yeux devant la réalité selon laquelle le Rwanda fomente la rébellion et la violence dans d'autres parties du continent. J'ai hâte de travailler avec vous pour  veiller à ce que la politique américaine reflète les valeurs des Etats-Unis et de l'administration Biden’’, prévient-il.

La Pros.

SENAT DES ETATS-UNIS, 20 JUILLET 2022 

A  l'Honorable Antony J. Blinken

Secrétaire d'Etat

Département d'Etat des Etats-Unis

2201, rue C N.-O.

Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Blinken :

Je vous écris avec inquiétude sur le mépris continuel du Gouvernement du Rwanda sur les droits de l'homme et la Démocratie, et la nécessité d'une politique américaine plus efficace contre celui-ci. 

Les efforts du Président Kagame pour faire taire les journalistes, les activistes des droits humains et les voix de l'opposition à l'intérieur du Rwanda sont bien connus. 

Après avoir changé la constitution Rwandaise en 2015 pour éliminer les limites du mandat présidentiel afin de rester en fonction à perpétuité, Kagame a été réélu en 2017 avec un invraisemblable score de 99% des voix. 

Selon Human Rights Watch (HRW), « la victoire écrasante de Kagame n'était pas une surprise dans un contexte où les Rwandais qui ont osé élever leurs voix pour défier le statu quo ont été arrêtés, ont fait l'objet d'une disparition forcée ou ont été tués, les médias indépendants ont été muselés et l'intimidation a réduit au silence les groupes travaillant sur les droits civiques ou la liberté d'expression. 

HRW a également noté que depuis 2019 seulement, pas moins de 32 journalistes, des commentateurs sur Internet et des militants de l'opposition au Rwanda ont été tués, ont disparu, ou emprisonné.

Le gouvernement du Rwanda est également accusé, avec preuves, de cibler des dissidents vivant à l'extérieur du Rwanda. 

Des critiques virulents de Kagame ont été assassinés en Afrique du Sud, au Mozambique, en Ouganda et au Kenya.  En juillet, un autre dissident rwandais a été abattu par des assaillants inconnus au Mozambique.  Le gouvernement sud-africain ainsi que les forces de l'ordre au Royaume-Uni et en Belgique ont dénoncé que Kagame ciblait les Rwandais dissidents dans leurs pays. L'Afrique du Sud et la Suède ont expulsé des diplomates rwandais pour activités d'espionnage contre les dissidents rwandais vivant en exil.

Plusieurs nouveaux rapports inquiétants mettent encore plus en évidence l'étendue des efforts de Kagame pour cibler les critiques non seulement en Europe et en Afrique mais aussi aux États-Unis. 

En mars, l'organisation canadienne Citizen Lab a identifié le Rwanda comme l'un des pays au monde, responsables des actes de répression transnationale. « contre la diaspora rwandaise », écrit Citizen Lab, « les assassinats, harcèlements physiques et rapatriements forcés de ressortissants par le régime rwandais hors de ses frontières ont été combinés par des menaces numériques, telles que l'utilisation de logiciels espions et harcèlement en ligne.  En juin, Freedom House a également identifié le Rwanda comme l'un des pays les plus prolifiques acteurs transnationaux de la répression dans le monde, aux côtés de la Russie, de la Chine, de l'Iran, de l'Egypte et de l'Arabie saoudite Saoudite, et a noté qu'en 2022, le FBI a publié un bulletin soulignant comment le Rwanda, avec l'Iran et l'Arabie saoudite, se livraient à une "répression transnationale aux Etats-Unis".

Paul Rusesabagina, un résident permanent légal des États-Unis, faisait partie des personnes ciblées par le Rwanda tout en vivant aux États-Unis.  Comme vous le savez, il a été piégé sur un vol affrété alors qu'il était à l'étranger et envoyé au Rwanda à son insu dans le cadre d'une opération rwandaise que Kagame avait décrit plus tard au New York Times, comme « sans défaut ».

J'ai été ravi d'entendre le Département d'État confirmer en mai que M. Rusesabagina est désormais classé par l'administration américaine comme détenu à tort.  Cependant, en même temps que le

Département d'Etat à Washington a confirmé cette désignation liée au statut de M. Rusesabagina, l'ambassade des Etats-Unis au Rwanda a tweeté une photo du commandant de la Force américaine pour l'Afrique et du Chargé d'affaires américain à Kigali avec Kagame et de hauts responsables militaires rwandais. 

Cette contradiction est profondément problématique et emblématique d'une politique à l'égard du Rwanda de plus en plus en décalage avec les intérêts et les valeurs américaines.

Les Etats-Unis ont alloué plus de 147 millions de dollars d'aide étrangère au Rwanda en 2021, et a proposé 145 millions de dollars pour l'exercice 2023, faisant des États-Unis le plus grand donateur bilatéral du Rwanda. 

En plus, l'armée rwandaise reçoit une aide et une formation américaines en matière de renforcement des capacités. 

Au cours des derniers mois, l'Administration américaine a pris des mesures contre d'autres gouvernements responsables du ciblage des dissidents à l'étranger. 

En mars, le Département d'Etat a imposé des restrictions de visa aux autorités chinoises « pour leur implication dans des actes de répression contre des membres de minorités ethniques et religieuses, et les pratiquants religieux et spirituels à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de la Chine, y compris à l'intérieur les Etats Unis."  Et en février, le Département D'Etat a imposé des restrictions de visa aux ressortissants Biélorusses en vertu du "Khashoggi Ban", qui a été promulguée en 2021 pour prévenir et répondre aux actes de la répression transnationale par tout gouvernement ciblant des journalistes, des militants ou des dissidents pour des abus. 

Non seulement le Rwanda bafoue les lois américaines en ciblant les dissidents à l'intérieur des Etats-Unis, le Rwanda semble être le seul gouvernement étranger au monde qui est considéré par les Etats-Unis comme un partenaire et un allié, en dépit du fait qu'il détient injustement un résident américain. 

J'exige une explication sur ce que fait le Département d'Etat pour répondre aux actions du Rwanda ciblant les dissidents et les personnes résidant aux Etats-Unis et ailleurs.

Le Rwanda est également une fois de plus engagé dans des actions de déstabilisation régionale en Afrique centrale.  Une semaine après la séance photo avec des hauts responsables américains, l'armée rwandaise a été accusée de manière crédible de soutenir les rebelles du M23 en République Démocratique du Congo (RDC) et de déployer ses soldats au-delà  de ses frontières en RDC. 

Comme vous  vous en souvenez, à la fin des années 1990, le Rwanda et l'Ouganda avaient envahi la RDC, déclenchant une guerre régionale qui, selon le International Rescue Committee avait causé pas moins de 5,4 millions de morts de 1998 à 2007 en raison du conflit, provoquant une crise humanitaire. 

En 2012, le Rwanda avait de nouveau cherché à violer la RDC en soutenant les rebelles du M23 qui avait capturé la ville de Goma, dans l'est de la RDC, en tuant des centaines de civils et en déplaçant plus de 100 000 personnes. 

Dix ans plus tard, en 2022, le Rwanda a de nouveau envoyé des troupes à travers la frontière de la RDC et a réactivé le M23 en tant que milice par procuration, désormais responsable du meurtre des civils congolais, des troupes congolaises et des casques bleus de l'ONU.

A  la lumière de ces questions troublantes, je vous exhorte à entreprendre un examen complet de notre politique envers le Rwanda. 

Non seulement un tel examen devrait inclure un regard réfléchi sur les niveaux et les types de l'assistance que nous fournissons, il devrait également identifier les actions que nous devrions prendre pour assurer la sécurité des citoyens américains et des résidents permanents légaux.

Je salue le décret du 19 juillet 2022 sur le renforcement des efforts en cours pour rapatrier aux étant donné que M. Rusesabagina est un résident permanent légal, je vous demande de clarifier si son cas relève de cette nouvelle O.E., et si le Département d'Etat ajoutera le nouvel indicateur « D » pour avertir les citoyens américains du risque de détention injustifiée par un gouvernement étranger à l'actuel AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS, concernant le Rwanda.

Compte tenu de la tendance du Rwanda à cibler les résidents américains, le Département d'Etat pourrait élever le niveau d'AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS pour le Rwanda, qui est actuellement au « niveau 1 : prendre des précautions normales », pour le "Niveau 3 : Reconsidérer s'il est nécessaire de voyager."  Cela mettrait l'avis du Département d'Etat concernant le Rwanda, à égalité avec les avertissements émis sur les autres gouvernements responsables de la détention à tort de résidents américains et citoyens.

En réponse au ciblage par le Rwanda des résidents américains aux Etats-Unis et à ses efforts pour déstabiliser davantage la RDC voisine, l'Administration américaine pourrait également envisager de renvoyer au Rwanda,  tout responsable militaire ou gouvernemental rwandais se trouvant actuellement aux Etats-Unis pour participer au Programme International d'Education et de Formation Militaires (IMET), et suspendre toute autre assistance militaire au Rwanda.

Jusqu'à ce qu'un tel examen soit entrepris et communiqué à mon cabinet, j'ai l'intention d'examiner attentivement toute aide sollicitée au Congrès en faveur du Rwanda, et de faire  suspendre toute assistance d'ordre sécuritaire, en commençant par plusieurs millions de dollars en soutien aux casques bleus rwandais, car je crains que tout soutien américain à l'armée rwandaise alors qu'elle est déployée en RDC en soutien aux rebelles responsables d'attaques contre des civils congolais, des troupes congolaises et des soldats de la paix de l'ONU, puisse envoyer un signal troublant que les États-Unis approuvent tacitement de telles actions. 

Les Etats-Unis ne peuvent pas soutenir les contributions rwandaises au maintien de la paix dans certaines parties de l'Afrique tout en fermant les yeux devant la réalité selon laquelle le Rwanda fomente la rébellion et la violence dans d'autres parties du continent.

J'ai hâte de travailler avec vous pour  veiller à ce que la politique américaine reflète les valeurs des Etats-Unis et de l'administration Biden.

 Sincèrement,

Robert Menendez

Président de la Commission des Affaires Etrangères au Sénat des Etats-Unis.

*Note:  US Secrétaire d'Etat= Ministre des Affaires Etrangères et 3ème  personnalité du Gouvernement américain. 

*Département d'Etat= Ministère des Affaires Etrangères.

Pin It

Statistiques

23832672
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8723
22415
53837
23630895
323074
641978
23832672

Your IP: 3.236.225.157
2022-08-16 06:48

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg