Flash

BAN2

 

Il s’agit d’une initiative à impacts visibles qu’il faut mettre à l’actif de Jean-Lucien Bussa, Ministre ayant le Commerce Extérieur dans ses attributions. En effet, le Gouvernement de la République a, sous l’impulsion du Premier Ministre Jean Michel Sama Lukonde, pris la ferme résolution de supprimer un total de 14 taxes à l’importation et à l’exportation en vue de la relance effective de l’économie du pays et de l’accroissement des moyens d’investissements. C’est ce qui ressort d’un briefing tenu conjointement par Patrick Muyaya et Jean-Lucien Bussa, lundi 18 juillet 2022, en direct sur les antennes de la RTNC. A tour de rôle, ces deux membres du Gouvernement ont décortiqué le bien-fondé d’une telle mesure qui va sensiblement alléger les charges des opérateurs économiques, tout en maintenant les équilibres financiers des structures bénéficiaires exerçant une mission d’utilité publique.

S’agissant des activités économiques dans les provinces sous état de siège, le Ministre de la Communication et médias a rassuré sur la détermination du Gouvernement de ne céder à aucun caprice des hors-la-loi dans les efforts visant le maintien de la paix. Allusion faite principalement à la ville de Beni dont le Président de la FEC a séjourné à Kinshasa pour différentes rencontres avec les autorités. « C’est juste pour vous dire que nous suivons de près à Beni », a déclaré Patrick Muyaya, tout en réaffirmant l’attention du Gouvernement sur l’évolution de la situation dans cette partie du pays. « (…), pour ce qui concerne cette partie du pays, les instructions du Président de la république sont claires. C’est de dire nous tous comme membres du Gouvernement nous sommes assignés dans nos secteurs respectifs de  nous assurer que nous accordons une attention particulière dans les provinces sous état de siège. C’est justement parce qu’il y a ces opérations militaires qui s’accompagnent fort malheureusement des représailles », a-t-il  déclaré.

Il faut cependant noter que par cette suppression des taxes, le Gouvernement de la République aura ainsi marqué un tournant décisif, d’après Jean Lucien Bussa, qui a précisé qu’une telle mesure n’avait jamais été prise auparavant. Il a indiqué aux uns et aux autres que la mesure avait été prise après un examen minutieux d’une liste de prélèvements soumise par la Fédération des Entreprises du Congo (FEC). « L’une des assignations que le Gouvernement m’a faite en tant que ministre réformateur, c’était la question relative aux taxes selon les prélèvements, à l’import et à l’export, qui est l’une des clés pour l’assainissement du climat des affaires. Comme tout le monde le sait d’ailleurs, aujourd’hui, les économies qui se développent sont des économies qui sont dotées des avantages compétitifs plus importants que dans les pays qui sont dotés des avantages comparatifs mais qui ne sont pas comparatifs…

Et donc, il était temps que des mesures idoines soient prises pour de plus

en plus rendre notre économie compétitive. (…), il faut une économie attractive qui permette aux investisseurs tant nationaux qu’étrangers, lorsqu’ils veulent prendre la décision d’orienter leurs investissements, de localiser leurs investissements, de choisir la République Démocratique du Congo comme la vraie destination… Donc, si l’environnement économique est propice, il y a l’investissement, il est clair que, de plus en plus, nous allons améliorer en volume et en valeur le niveau de nos investissements et donc, par voie de conséquence, notre activité économique deviendra de plus en plus dynamique et la base économique va dont s’élargir», a-t-il insisté au seuil de son intervention, avant de renchérir ce suit :  «Depuis un certain temps, la Fédération des Entreprises du Congo a saisi le Chef de l’Etat, le Gouvernement de la république par rapport à la problématique des prélèvements illégaux, arbitraires à l’exportation comme à l’importation. Et, comme je l’ai indiqué tout à l’heure, ce travail a été confié au Ministère de Commerce Extérieur et nous sommes sur le dossier depuis quelques mois. On a travaillé en collaboration avec la FEC et tous les autres acteurs concernés. Il était important de pouvoir baisser le taux de 20 prélèvements et que les autres pouvaient être maintenus. Voilà, en gros, la manière dont la question a été abordée et les décisions que le Gouvernement a prises à la suite de cette assignation », a rassuré Jean Lucien Bussa.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

23840009
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
16060
22415
61174
23630895
330411
641978
23840009

Your IP: 2a02:842a:8087:701:2dee:2be6:85d9:e3dd
2022-08-16 17:00

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg