Flash

BAN2

 

 *Avec ses ambitions affichées de briguer la magistrature suprême, il tâche de passer à l’épreuve pour tenter, comme il l’a confirmé à maintes reprises, de damer le pion à Félix Tshisekedi, Président de la République. Lors du lancement du deuxième congrès de son parti politique, l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), à Kisangani, le 11 juillet dernier, Martin Fayulu Madidi a, une fois de plus, tiré la sonnette d’alerte sur la tenue des prochaines élections en 2023, conformément au délai constitutionnel. Il a martelé sur le fait que ces échéances devront se dérouler de manière crédible, impartiale et apaisée afin que les résultats qui seront issus des urnes reflètent la volonté du peuple. Ceci ne sera possible que par la mise en place d’un certain nombre de préalables dont la révision de la loi électorale pour inclure notamment : ‘’la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote’’, a-t-il souligné dans son allocution d’ouverture de ce deuxième congrès placé sous le thème : Congo ekolo moko.

«Les élections présidentielle et législatives de 2023, doivent se tenir dans le délai constitutionnel. Qu’il soit bien entendu que nous n’accepterons ni glissement, ni fraude. Nous continuerons à exiger des élections crédibles, impartiales et apaisées.

Nous sommes toujours pour un consensus entre toutes les parties prenantes afin que tout le dispositif institutionnel relatif à l’organisation des élections et à la proclamation des résultats soient impartial et conforme à la vérité des urnes. C’est pour cela dans notre proposition de révision de la loi électorale, nous soutenons la proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote. Ainsi, notre peuple sera informé en temps réel des résultats conformes à son vote.

Nous appelons le peuple congolais à se mobiliser pour s’enrôler massivement et à voter utile et en même temps à suivre le processus électoral pour protéger et défendre l’intégrité de son vote », a insisté le candidat malheureux à la présidentielle de 2018, tout en précisant qu’au moment venu, il sera question, pour lui et sa famille politique, de dévoiler  un projet de société à la hauteur des attentes du peuple congolais. « Quant à nous, nous allons étoffer notre programme de gouvernement et expliquer à notre peuple comment nous allons reconstruire et bâtir un Congo libre, digne, fort et prospère. Le nouveau Congo que nous allons bâtir sera un véritable Etat de droit avec une armée républicaine, puissante et dissuasive ; une justice équitable ; une République assise sur des valeurs morales dont une tolérance zéro corruption ; la priorité à l’éradication de la pauvreté à la restauration de l’efficacité de l’autorité de l’Etat au désenclavement et à la connectivité du territoire par le développement des infrastructures de transport et de communication, à la croissance et la diversification de la production ainsi qu’à la création d’emplois », a promis Martin Fayulu.

La Pros.

 

DISCOURS DU PRESIDENT MARTIN FAYULU A L’OUVERTURE DU DEUXIEME CONGRES ORDINAIRE DE L’ECiDé, le 11 JUILLET 2022 A KISANGANI

Mesdames et Messieurs,

Très chers camarades de l’ECiDé,

Distingués invités,

Au nom de l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement, ECiDé, notre parti, et en mon nom propre, je vous souhaite la bienvenue à Kisangani, ville mythique en province de la Tshopo, où nous avons décidé d’organiser notre deuxième Congrès ordinaire.

Cette ville martyr, faut-il le rappeler, a été le théâtre d’une succession d’affrontements meurtriers entre l'armée ougandaise et rwandaise du lundi 5 au samedi 10 juin 2000 durant la ‘’deuxième guerre’’ du Congo. Ces affrontements ont causé environ 1 000 morts et au moins 3 000 blessés dont la majorité au sein de la population civile. Cette tragédie est nommée « guerre des six Jours », car la population boyomaise en a souffert pendant six jours.

Nous avons donc le devoir, avant toute chose, en mémoire des victimes de cette guerre, en mémoire des nombreux de nos concitoyens qui meurent chaque jour du fait de l’agression contre notre pays par le Rwanda, l’Ouganda et leurs affidés et qui dure depuis 26 ans ainsi qu’en mémoire de toutes les victimes de l’insécurité généralisée qui règne sur toute l’étendue de la République, de vous inviter à vous lever pour observer une minute de silence!

Nous disons un grand merci à la population de Kisangani, qui nous a réservé un accueil grandiose et chaleureux et qui a participé massivement au meeting populaire que nous avons tenu à la Place de la Poste le samedi dernier. Je vous invite à l’applaudir.

Très chers congressistes,

Vous êtes venus des quatre coins de notre pays pour prendre part à cet évènement qui, conformément à nos statuts, intervient ordinairement tous les cinq ans pour faire le point sur la vie de notre parti et décider ensemble de notre avenir commun, de celui de nos enfants et de celui de notre pays. Nos très sincères remerciements à vous tous d’avoir bien voulu répondre présents à ces assises.

Nos remerciements s’adressent également à toutes et à tous ces nombreux membres de notre parti et à tous nos sympathisants de l’intérieur du pays et de la diaspora qui n’ont pas pu faire le déplacement de Kisangani pour diverses raisons mais qui, par leurs contributions substantielles ont rendu possible l’organisation de ces travaux.

Qu’ils trouvent ici l’expression de notre profonde reconnaissance. Nous n’oublions pas les contributeurs qui ont soutenu financièrement et matériellement l’organisation de ces assises. Qu’il trouve ici, l’expression de notre gratitude.

J’invite l’assistance à les applaudir.

Nous nous devons surtout de remercier Dieu Tout-Puissant, maître des temps et des circonstances, de nous avoir protégés et soutenus tout au long de ces sept dernières années depuis le dernier Congrès ordinaire tenu à Kinshasa en décembre 2015 et de nous avoir donné la force ainsi que l’énergie nécessaire pour nous consacrer à la   tâche exaltante de la recherche de la paix et du bien-être de notre peuple.

Ce voyage extraordinaire, nous l’avons fait ensemble mais beaucoup de nos camarades ont été arrachés à notre affection par la barbarie et l’intolérance des régimes répressifs qui se sont succédés à la tête de notre pays ces dernières années.

Nous vous invitons à vous mettre debout pour leur rendre également hommage en observant une minute de silence.

Merci.

Très chers camarades de l’ECiDé, Chers congressistes, Distingués invités,

A l’issue de notre premier congrès de décembre 2015, nous avions au total pris 18 résolutions parmi lesquelles celle recommandant au Président du Parti que je suis d’entreprendre une tournée à travers toutes les provinces de la République en vue de redynamiser les activités du parti à la base et de partager la vision de notre parti.

En exécution de cette recommandation du congrès, nous avions pris notre bâton de pèlerin, dès le mois de février 2016, pour porter votre message auprès de nos populations.

Mais, c’était sans compter avec la détermination farouche du régime à créer des obstacles pour nous empêcher de circuler librement dans notre propre pays et de nous exprimer. L’Histoire retiendra combien dans les villes de Nioki, Bandundu ville, Misai, Bagata, Fatundu, Kananga, Goma, pour ne citer celles-là, nous avions été traqués, menacés, brutalisés et brimés. Ces tentatives désespérées de nous faire taire et de nous décourager, n’ont entamé en rien notre détermination à aller de l’avant dans la mission que vous m’avez confiée.

Très chers camarades, distingués invités

Le travail que nous avons abattu ces dernières années, au prix de sacrifices énormes, a abouti en 2018 lorsque le peuple congolais dans sa grande majorité, m’a élu Président de la République lors du scrutin présidentiel du 30 décembre 2018. La construction de ce résultat est le fruit d’un travail d’équipe commencé au niveau du parti et poursuivi au niveau des différents regroupements auxquels notre parti avait adhéré.

Cette équipe soudée était constituée de personnes engagées, membres et non membres du parti, qui ont consenti d’énormes sacrifices pour notre combat.

Ces personnes sont aussi bien dans la ville de Kinshasa, dans toutes les provinces du pays ainsi que dans la diaspora. Qu’elles trouvent ici l’expression de nos très sincères remerciements.

Contrairement à la volonté de notre peuple, les ennemis de la démocratie et de l’état de droit ont confisqué notre victoire au profit des imposteurs et autres receleurs.

Nous leur disons ici et maintenant que 2023 arrive. Le peuple congolais qui a déjà tout compris, ne se laissera plus faire une deuxième fois. Comme le dit un proverbe de chez nous, ‘’même dans la poche de l’ignorant on n’y met pas la main deux fois’’.

Cette fois-ci, quoi qu’il advienne, nous allons récupérer notre victoire.

La souveraineté n’est pas un concept abstrait inscrit théoriquement dans la Constitution. C’est une réalité que le peuple se doit de s’approprier, de la défendre et de la démontrer par des actions concrètes sur terrain.

Chers camarades, à travers vous, je m’adresse au peuple congolais qui m’écoute en ce moment.

Voici le mot d’ordre : si, d’aventure, quelqu’un ose encore voler ta victoire en 2023, tu n’auras pas d’autre choix que celui de descendre dans la rue pour la réclamer et la récupérer comme d’autres peuples souverains l’ont fait.

Très chers camarades de l’ECiDé, Distingués invités,

Notre victoire, nous la récupèrerons par notre engagement, notre détermination et nos actions sur terrain. Il nous faut pour cela travailler et travailler très dur ! Nous devons nous doter d’un moral d’acier pour faire face aux épreuves qui jonchent notre parcours.

Nous devons être unis et organisés pour affronter les ennemis de notre peuple qui n’ont pas désarmé.

Les temps que nous vivons sont extrêmement graves. Au regard de l’évolution récente de la situation dans notre pays, nous devons nous inquiéter car notre pays va à la dérive, et il y a péril en la demeure.

Ce deuxième congrès ordinaire de notre parti intervient à un moment plus que critique de l’Histoire de notre pays. En effet, nous vivons une période caractérisée par une insécurité généralisée dans le pays, une misère profonde de notre peuple et une instabilité criante des institutions, face auxquelles les gouvernants de fait ne proposent que la mégestion, les détournements des fonds publics, la corruption, l’achat des consciences, l’impunité, la jouissance et l’irresponsabilité, voire la compromission. Entretemps, de graves menaces pèsent sur l’intégrité de notre territoire et d’immenses inquiétudes sur la gestion du processus électoral.

Ce processus souffre du manque d’indépendance, de neutralité et d’impartialité au niveau des organes chargés de le conduire, notamment la Cour Constitutionnelle, le Conseil d’Etat et la CENI dont les animateurs ont été mis en place en violation de la Constitution, des lois de la République et du principe de consensus entre parties prenantes. Tout ceci en vue de programmer la fraude généralisée en faveur de ceux qui n’ont jamais gagné dans les urnes.

Très chers camarades, très chers congressistes, distingués invités,

Voilà pourquoi, le thème de notre deuxième congrès ordinaire est : ‘’Congo Ekolo Moko’’ pour souligner l’importance du combat qui nous attend, celui de défendre notre pays contre sa balkanisation et appuyer sur le champignon de la cohésion nationale qu’il nous faut à tout prix préserver. Et, ceci passe par les élections libres, crédibles, impartiales et apaisées.

C’est la condition sine qua non pour doter notre pays d’un leadership responsable et redevable à notre peuple et à même de défendre l’unité et l’intégrité de notre territoire ainsi que la cohésion nationale. Seul un tel leadership peut efficacement mobiliser notre peuple face aux agresseurs et répondre à ses aspirations profondes de sécurité, de paix, de justice et de bien-être.

Ce cri de cœur ‘’Congo Ekolo Moko’’ qui va constituer le leitmotiv de nos travaux doit être entendu dans tous les coins de la République à travers les résolutions qui sortiront de ces assises.

Nous devons faire une évaluation exhaustive et sans complaisance de la situation générale de notre pays. Nous devons aussi redynamiser l’organisation et le fonctionnement de notre parti. Nous devons, pour ce faire, concevoir des nouvelles stratégies, renforcer nos capacités en vue d’améliorer notre agir collectif.

Nous encourageons donc les congressistes à réfléchir en profondeur et dégager des orientations et résolutions qui nous serviront de guides et de boussoles à nos actions futures en vue de gagner les élections et exercer le pouvoir.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, Distingués invités

Chers camarades, membres de l’ECiDé,

Les élections présidentielle et législatives de 2023, doivent se tenir dans le délai constitutionnel. Qu’il soit bien entendu que nous n’accepterons ni glissement, ni fraude. Nous continuerons à exiger des élections crédibles, impartiales et apaisées.

Nous sommes toujours pour un consensus entre toutes les parties prenantes afin que tout le dispositif institutionnel relatif à l’organisation des élections et à la proclamation des résultats soient impartial et conforme à la vérité des urnes. C’est pour cela dans notre proposition de révision de la loi électorale, nous soutenons la proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote. Ainsi, notre peuple sera informé en temps réel des résultats conformes à son vote.

Nous appelons le peuple congolais à se mobiliser pour s’enrôler massivement et à voter utile et en même temps à suivre le processus électoral pour protéger et défendre l’intégrité de son vote.

Quant à nous, nous allons étoffer notre programme de gouvernement et expliquer à notre peuple comment nous allons reconstruire et bâtir un Congo libre, digne, fort et prospère. Le nouveau Congo que nous allons bâtir sera un véritable Etat de droit avec une armée républicaine, puissante et dissuasive ; une justice équitable ; une République assise sur des valeurs morales dont une tolérance zéro corruption ; la priorité à l’éradication de la pauvreté à la restauration de l’efficacité de l’autorité de l’Etat au désenclavement et à la connectivité du territoire par le développement des infrastructures de transport et de communication, à la croissance et la diversification de la production ainsi qu’à la création d’emplois.

Ce congrès doit nous permettre de faire de l’ECiDé, notre parti, une véritable machine de guerre pour gagner les prochaines les compétitions électorales à tous les niveaux, présidentiel, législatif et au niveau des gouverneurs.

Oui, la tâche est ardue mais exaltante. C’est pourquoi, nous disons en chœur :

Avec ECiDé, pour la dignité du peuple Congolais

Avec ECiDé, pour un Congo fort et prospère

Avec ECiDé, c’est encore possible, c’est encore possible, c’est encore possible !

Oui, c’est encore possible de changer de paradigme, de retrouver notre dignité perdue, c’est encore possible de bâtir un Congo digne, fort et prospère.

C’est pourquoi, soyons fiers d’être des avant-gardistes ; continuons à vaincre la peur ; soyons fiers de la lutte que nous menons pour la mobilisation de notre peuple en vue d’un changement qualitatif dans notre pays.

Le meilleur est devant nous.

Sur ce, je déclare ouverts les travaux du 2ème Congrès ordinaire de l’ECiDé

Je vous remercie.

Fait à Kisangani, le 11 juillet 2022

Martin M. Fayulu

Président

Pin It

Statistiques

23839016
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
15067
22415
60181
23630895
329418
641978
23839016

Your IP: 198.103.198.249
2022-08-16 15:57

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg