Flash

BAN2

 

*Preuves à l’appui, et avançant des arguments bien pesés, les enfants de Feu Révérend Gabriel Nzimbi Nsadisi ont brisé l’omerta, le samedi 9 juillet dernier, sur l’avenue Panzi n°5 dans la commune de Ngaliema. Ils ont rétabli la vérité  sur une prétendue «Spoliation du temple de l’ECC par le Professeur Modeste Bahati», actuel Président du Sénat et figure importante de l’Union Sacrée de la Nation. Dans un point de presse tenu pour la cause, Aurélia Mutanda Nzimbi Talamaku, Fille de cet illustre Serviteur de Dieu de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique (CSEA), a dénoncé la «campagne médiatique nauséabonde relevant d’un calcul politique » contre l’Autorité Morale du Regroupement politique AFDC/A. Dans sa version des faits, lue en présence des professionnels des médias, elle révèle tout d’abord l’historique de ladite parcelle qui, aujourd’hui, est au centre de toutes les polémiques sur son véritable propriétaire. Démontrant qu’elle n’appartient nullement à l’Eglise du Christ au Congo (ECC), elle affirme toutefois que le droit de propriété foncière revient légalement à la Communauté religieuse où servait son défunt père qui l’a acquise et cédée en son temps à la CSEA, conformément au certificat d’enregistrement établi en 2004 par les autorités foncières  congolaises. Et, après une donation de la parcelle par la CSEA aux enfants  Nzimbi lors d’une Assemblée générale du dernier trimestre 2019, révèle-t-elle,  ceux-ci ont décidé, à leur tour, de céder une partie du terrain à leur église d’attache, à savoir : ‘’Impact Centre Chrétien’’ (ICC/Kinshasa), puis de vendre la portion restante au plus offrant qui s’est avéré être le Professeur Modeste Bahati Lukwebo, ‘’acquéreur de bonne foi qui a, en outre, acquis ce bien régulièrement’’. Pour elle, ‘’ce mensonge grotesque est monté par ceux qui croient qu’il faut à tout prix évacuer Bahati Lukwebo pour se tailler une place au soleil’’. Ci-dessous, l’intégralité de sa mise au point lue au nom de la famille Nzimbi.

Affaire dite «Spoliation du temple de l’ECC par le Professeur Modeste Bahati »

Une campagne médiatique nauséabonde relevant d’un calcul politique

Mesdames et Messieurs, les journaliste et professionnels des médias,

Nous vous remercions d’avoir répondu à notre invitation. Nous tenons à rappeler que votre métier est noble et qu’aucun ne devra ternir son image comme certains l’exercent actuellement au mépris des principes et règles qui le régissent dans notre pays.
Point n’est besoin de les citer, car vous-mêmes, hommes et femmes, pétris de talents et professionnels rompus, vous vous plaignez parfois de la manière dont certains dans votre corporation écrivent et racontent comme parole d’évangile quelques incohérences jusqu’à charger abusivement des gens sans leur donner une moindre occasion de donner leur version des faits.

Aujourd’hui, je me dois d’apporter un démenti sur les faussetés véhiculées par un petit média dont je tais le nom pour ne pas beaucoup le valoriser. J’ai beaucoup d’estime pour les médias présents dont le travail respectant l’éthique et la déontologie constitue une valeur.

Hélas, votre image est ternie par des apprentis journalistes qui privilégient le sensationnel (le buzz) plutôt que la vraie information. Un vrai journaliste se doit de rechercher la vérité. Il n’affirme rien sans avoir la preuve.

Historique de la parcelle

Cependant, je vous laisse découvrir la vérité sur la parcelle tant convoitée par l’Eglise du Christ au Congo (ECC). L’histoire de cette parcelle renvoie à Feu Révérend Gabriel NZIMBI NSADISI, notre défunt père, citoyen congolais, originaire de la province du Kongo Central.

L’appartenance de Feu Révérend Gabriel NZIMBI NSADISI au sein de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique (CSEA en sigle) remonte aux origines de cette communauté, créée le 12 février 1961. Celui-ci a acquis sur ses fonds propres plusieurs biens immobiliers en faveur de la communauté.

Ainsi, la parcelle faisant l’objet de convoitise par l’ECC a été achetée en 1982 avec les deniers de notre défunt père Gabriel NZIMBI NSADISI. C’est dans ce contexte que mandaté par ce dernier, le Révérend MULOKI, en sa qualité de Représentant Légal de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique déjà en 1980 (année d’obtention de la personnalité civile de celle-ci) va procéder à l’acquisition de la concession susmentionnée et aux démarches administratives y afférentes.

Le Révérend MULOKI, la représentation légale de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique, quittera la communauté en 1986 et reviendra à sa tête comme Président lors de l’Assemblée générale de 2017.

Il convient de préciser que depuis 1980 jusqu’à sa retraite en 2004, à la même époque, notre défunt père, fut Vice-président statutaire de la CSEA.

Fort de la personnalité civile, la CSEA va adhérer en 1981 et pour la première fois à la plateforme ECZ (actuellement ECC) laquelle regroupe en son sein plusieurs communautés. La CSEA portera le label 79ème communauté lui octroyé par l’ECC.

Par ailleurs, au cours de son histoire, la CSEA a adhéré 3 fois à l’ECC (en 1981, 1986 et 1997) et s’en est retirée autant de fois, (en 1984 et en 1992), le dernier retrait datant de décembre 2019.

La résolution de retrait, entérinée par l’Assemblée générale de la CSEA, a fait l’objet d’une publication au Journal Officiel et transmise pour information au Ministère de la Justice.

Etant donné que la CSEA, entretemps devenue la 63ème Communauté, la CSEA s’est retirée de l’ECC en 2019 après l’avoir notifié à l’ECC et auprès du Ministre de la Justice (Ministère de tutelle), et publié au Journal Officiel ; par voie de conséquence, le label 63ème Communauté n’existe plus.

Aucune Eglise qui adhère à l’ECC n’acquiert une autre personnalité juridique que celle qui lui a été octroyée individuellement à l’origine soit par Ordonnance Présidentielle (tel a été le cas de la CSEA en 1980), soit par le Ministre de la Justice (comme c’est le cas aujourd’hui).

La Communauté demeure une personne juridiquement distincte de l’ECC malgré son adhésion. L’adhésion ne crée pas non plus une indivision sur les biens immobiliers de l’un et de l’autre. Les biens des membres demeurent leurs biens propres ; ce qui signifie que leur patrimoine n’appartient nullement à l’Eglise du Christ au Congo.

Quant au certificat d’enregistrement tant vanté par certains médias, on lit en effet, les dénominations « Eglise au Congo »/Communauté du Saint Esprit en Afrique », se contentant du premier nom couché sur ce certificat sans pour autant lire la suite. Veuillez, je vous prie de noter qu’il figure sur ce certificat trois éléments qui attestent incontestablement et sans équivoque aucun que ladite parcelle est la propriété exclusive de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique, à savoir :

  1. La date de création n’est pas celle de l’Eglise du Christ au Congo. Mais bel et bien celle de la Communauté du Saint-Esprit en Afrique, c’est-à-dire le 12 février 1961 ;
  2. La date de publication au journal officiel des statuts de la CSEA
  3. L’adresse du bureau de liaison de la Communauté (Rue Nkulu, N°84, commune de Bandalungwa) et autre propriété de notre défunt père, le Révérend Gabriel NZIMBI NSADISI. Vous remarquerez que cette adresse n’est absolument pas celle du siège social de l’ECC.

Ces explications sont importantes pour comprendre que la mention ECC/CSEA sur le certificat d’enregistrement établi en 2004 dont fait état l’ECC prouve justement le contraire de ce qu’on voudrait faire dire à ce certificat. Ce dernier appartient exclusivement à la CSEA.

En effet, si le bien en cause appartenait à l’ECC, seul son nom y figurerait. La question à se poser est celle de savoir : «  Pourquoi le nom de la CSEA aux côtés de celui de l’ECC ? ». La réponse réside dans les statuts de l’ECC qui indiquent que la dénomination composée du nom d’ECC barre avec un numéro n’est qu’un simple label.

La parcelle convoitée appartenait bien à la CSEA, elle possède tous les documents de son acquisition, ce qui n’est qui pas le cas de l’ECC qui n’a rien d’autre à brandir qu’une copie de mauvaise qualité du certificat d’enregistrement de 2004.

Au cours de l’année 2016, le certificat d’enregistrement d’origine couvant la parcelle a été perdu. Si l’ECC était propriétaire, le cadastre dépositaire du registre immobilier aurait requis la présence ou la correspondance de l’ECC pour procéder au remplacement dudit certificat. Cependant, ce fut le Représentant Légal de la CSEA, à savoir le Révérend MULOKI, qui initia cette demande. Le conservateur annulant le titre en vertu de la loi dite « foncière » procéda au remplacement du titre perdu auquel personne ne fit opposition.

Par ailleurs, contrairement aux affirmations de l’ECC, et de certains journalistes sous-informés, il n’y a jamais eu de temple sur la parcelle en cause. Les seuls bâtiments s’y trouvant sont principalement ceux construits par notre défunte mère (Maman Helene BADEZA-ba-BABEYINGA, épouse de Feu Révérend Gabriel NZIMBI NSADISI). Dites-moi, je vous prie, à quel titre, eut-elle à le faire si ce n’est en qualité de membre effectif de la CSEA ? Et si l’ECC en eut été propriétaire, qu’a-t-elle érigé sur ce terrain ?

Lors d’une Assemblée générale de la CSEA, au cours du dernier trimestre 2019, la CSEA fit une donation de la parcelle à nous les enfants de Feu Révérend Gabriel NZIMBI NSADISI, en nous avouant que telle était la volonté de notre défunt père et qu’elle s’était engagée à l’exécuter. Nous, les enfants ont énormément apprécié cette marque d’honnêteté et nous nous sommes engagé par écrit à réaliser différentes actions déjà programmées par notre défunt père, ce au bénéficie de la CSEA.

Néanmoins, nous nous reconnaissons  que les autorités foncières avaient été induites en erreur  en rappelant notre certificat d’enregistrement. Cependant, sur présentation de nos pièces, c’est à bon droit que ces dernières ont reporté leur décision.

Au demeurant, parce que nous les enfants NZIMBI, nous sommes tous membres de l’église Impact Centre Chrétien (ICC en sigle) et surtout parce que plusieurs témoignages ont confirmé que le vœu de notre défunt père fut ce que ce terrain soit un endroit d’adoration et de prières, nous les enfants, nous avons fait à notre tour une donation d’une partie du terrain à notre Eglise «Impact Centre Chrétien» (ICC en sigle).

C’est ainsi que nous avons vendu le reste de la parcelle au Professeur BAHATI, pas pour nous en servir comme un paravent parce que ce n’était pas du tout ce que nous recherchions. D’ailleurs, nous n’avions rien à craindre de personne. C’est le hasard des circonstances qui l’ont amené comme client. Celui-ci est donc un acquéreur de bonne foi, qui a, en outre, acquis ce bien régulièrement.

Salir ainsi la réputation de la CSEA par des affirmations mensongères, c’est vraiment conforter celle-ci dans la décision qu’elle a pise de se retirer de l’ECC comme tant d’autres communautés avant elle et après elle.

Salir les enfants NZIMBI, c’est imprimé définitivement dans leur esprit les propos de la Bible qui disent : «Ce ne sont pas tous ceux qui m’appellent Seigneur qui sont mes enfants, il Ya des loups parmi vous».

Salir la réputation du Professeur par une campagne médiatique nauséabonde relève simplement du calcul politique dont une nouvelle cabale lui attribue l’acquisition de l’Hôtel Memling. Un mensonge grotesque monté par ceux qui croient qu’il faut à tout prix évacuer Bahati Lukwebo pour se tailler une place au soleil.

Mesdames et Messieurs les journalistes et professionnels des medias, je vous remercie d’avoir pris le temps de m’écouter.

Aurélia Mutanda Nzimbi

Pin It

Statistiques

23924768
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
10367
24908
145933
23630895
415170
641978
23924768

Your IP: 66.249.70.209
2022-08-20 06:03

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg