Flash

BAN2

 

C’est une nouvelle équipe de secrétaires nationaux qui vient d’être mise en place au sein de l’Alliance des élites pour un Nouveau Congo (A.e.N.C), parti cher à Marie-Josée Ifoku. Mieux identifié sous son étiquette philosophique de «Kombolisation», la seule femme candidate à l’élection présidentielle de 2018 affûte bien ses armes pour affronter les joutes politiques annoncées pour l’année prochaine.

On ne le dira jamais assez : l’heure n’est plus au folklore ni à la fantaisie si l’on veut relever le grand défi du développement intégral de la République démocratique du Congo.

Qu’il s’agisse de la sécurité sur toute l’étendue du pays, de la situation socio-économique, de la diplomatie ainsi que d’autres réalités relevant de cette actualité sulfureuse, l’A.e.N.C s’avise quant au travail de fond qui doit être abattu au niveau du congolais lui-même dans la stricte perspective du changement de sa mentalité.

S’agissant particulièrement des enjeux diplomatiques, le nettoyage-de-soi qui est le premier chapitre de Kombolisation, rencontre parfaitement les fondamentaux de l’auto-affirmation et de l’auto-détermination d’un Etat dans le système international. En effet, étant donné que dans l’auberge espagnole on ne trouve de meilleur que ce qu’on y apporte, la République Démocratique du Congo aura du mal à tirer son épingle du jeu tant il est vrai qu’au niveau interne, l’absence de la justice distributive et punitive fait route avec le tribalisme, le népotisme, le régionalisme, la concussion, la gestion éperdue de la chose publique, l’absence d’une politique cohérente pour la promotion de la culture entrepreneuriale, etc.

Se voulant donc un sanctuaire pour l’apologie des valeurs positives, l’Alliance des élites pour un Nouveau Congo qui éclaire telle une étoile montante, se rallie à ce que disait, non sans pertinence, le Mahatma Gandhi : « Si tout le monde mettait en pratique les paroles de Jésus-Christ, l’humanité toute entière changerait».

A travers ses sept points empruntés essentiellement des saintes écritures, la «Kombolisation» qui est un concept relevant du néologisme symbolisé par le balai qui est un outil de nettoyage pour l’assainissement de l’environnement, reste le leitmotiv-fondateur des ambitions de tous ceux qui, comme Marie-Josée Ifoku, pensent que le renouvellement de l’intelligence, mieux le changement de la mentalité collective reste la pierre de touche pour la renaissance du Congo.

Au regard de l’actualité caractérisée par la guerre à l’Est de la RDC, il y a bien lieu de convenir que la communion spirituelle et psychologique des congolais est un élément déterminant pour reconquérir, dans un élan nationaliste, l’intégrité nationale et le respect de l’intangibilité des frontières. A cet égard, les divisions internes basées sur les affinités tribales et/ou régionales sont des facteurs d’auto- destruction et d’auto-fragilisation face à ce qui apparait comme un complot ourdi contre le pays de Patrice Emery Lumumba.

A l’évidence, une bonne lecture s’impose sur le chapitre de «l’unité dans la diversité» pour ainsi soutenir la respectabilité du pays à l’échelle internationale, sans compter la définition d’une bonne gouvernance en matière de sécurité et de défense dans le contexte des relations internationales où seules les intérêts et le rapport des forces comptent ; et où l’on n’a pas droit de scander machinalement la théorie de la récrimination dans posture de victime éternelle. Bien au contraire, il faut se mettre débout et lever le front longtemps courbé pour  être en phase avec la sémantique de l’hymne national. 

On voyait déjà venir l’aura de ce grand parti politique au plus fort du mariage contre-nature FCC-CACH. Le divorce impromptu était aussi et surtout la retombée de plusieurs dénonciations de l’A.e.N.C qui voyait dans cette cohabitation-hypocrite les signes évidents de la poursuite de la politique de prédation qui a longtemps ruiné le pays en faveur d’une poignée d’oligarques qui, par une désinvolture déconcertante, avaient signé des contrats sans aucun bénéfice sur la qualité de la vie sociale du peuple Congolais.

Avec le nouveau Comité exécutif composé de lieutenant aguerris, l’architecture du parti affiche son tableau complet et sa peinture achevée en pariant que le carquois de la dame de fer est bien garni avec des flèches bien orientées vers l’horizon électoral de 2023.

Bien loin des stéréotypes discursifs et propagandistes frisant le mensonge et la manipulation sur fond de l’ignorance populaire, l’A.e.N.C a son grand mérite de véhiculer les principes de sa démarche politique à travers un discours idéologique clair et limpide : « la kombolisation » avec le-nettoyage-de-soi et de son environnement comme thérapeutique d’attaque, en passant par la vertu de l’unité dans la diversité. La lutte contre les contrats de prédation s’allie utilement à la redéfinition des politiques publiques pour l’éclosion de la bonne gouvernance qui est la clé de voute de la renaissance du Congo.

Félix Kalala Mwanza/C.P

Pin It

Statistiques

26442166
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8936
24160
65517
26188710
156986
690642
26442166

Your IP: 18.232.56.9
2022-12-06 09:42

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg