Flash

BAN2

 

Spasmes du sanglot et naufrage des espoirs : le navire, balkanisation, du Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir, chavire au large de la RD Congo*

 Quand le pays  brûle, 

" *_on serre les rangs_* " ¹.

L'histoire politique nous renseigne que, lorsque dans un pays : la paix, l'intégrité du territoire national, l'indépendance nationale, la souveraineté nationale, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions, ... sont menacés  et en danger, " *_on serre les rangs_".* 

Pour ce faire, les querelles politiciennes sont balayées et cela, pour un temps.

 

Les clivages politiques aussi, se dissipent pour un temps.

 

La Majorité et l'Opposition politiques n'existent plus pour un temps.

 

La nation, toutes les forces vives et la classe politique, *tous à l'unisson* derrière une cause noble.

 

Cela ne peut être possible que lorsque la classe politique, cette influenceuse d'opinion, regorge des Hommes et Femmes d'État.

C'est ainsi que l'on se range derrière les décisions salvatrices prises par le Chef de l'État, le Gouvernement et le Parlement afin de bouter l'ennemi ou les ennemis hors du territoire national, le ou les mettre hors d'état de nuire car c'est bien cela l'objectif ultime recherché même si parfois, on ne s'accorde pas sur les stratégies militaires à adopter ou adoptées et les moyens militaires à déployer ou déployés pour cette finalité. 

Dans ce cas, les suggestions, les discussions et les débats se font à  l'interne, à huis clos, entre Hommes et Femmes d'État afin de régler les contradictions ou lever les  malentendus ; et cela donc, très loin de la place publique, très loin des caméras, très loin des médias pour ne pas mettre l'ennemi ou les ennemis au parfum ni le ou les servir, encore moins s'offrir à lui ou à eux ; et surtout, pour ne pas décourager, démoraliser ou démotiver les hommes en uniforme, ces vaillants et braves militaires, policiers, ... qui sont au front et se battent afin de  protéger ou sauver les populations, le pays, défendre son intégrité territoriale et cela même,  jusqu'au sacrifice suprême.

Ce surpassement de soi, est en réalité, l'apanage, le propre même des Hommes et Femmes d'État.

Des guerres ou conflits armés qu'ont connus ou connaissent nombre de pays en sont de belles illustrations.

D'autres événements  ont  suscité ou suscitent  également  ce même comportement : 

A titre d'illustrations, les  attentats ou attaques terroristes: 

- du 11 septembre 2001 à New-York, Arlington et Shanksville, aux États-unis d'Amérique ²

- du 22 juillet 2011 à Oslo et à Utoya, en Norvège ³

- du 22 mars 2016 à Bruxelles dans la région de Bruxelles-Capitale, et à  l'aéroport de Zaventem dans la province du Brabant flamand, en Belgique ⁴

- du 14 juillet 2016 à Nice, en France ⁵ ; 

en sont aussi de belles illustrations. 

Ces dimensions mises en relief, nous montrent à suffisance que dans la vie d'un pays, d'une nation, il y a des événements qui, naturellement,  rassemblent ; donc, demandent à ce qu' " *_on serre les rangs_* "  quand la nation est en danger. 

Sous cet angle, en RD Congo, l’heure ne doit plus être aux polémiques politiciennes. 

La nation, la classe politique, l'Armée, la Police, les Services de renseignement et de sécurité, *tous à l'unisson* derrière les décisions salvatrices prises par le Chef de l'État, le Gouvernement central et le Parlement afin de bouter définitivement l'ennemi ou les ennemis hors du territoire national et les mettre hors d'état de nuire.

 *MA RÉFLEXION* 

D'aucuns le croyaient invincible, fort, fin Stratège, courageux, enfant gâté et chouchou des puissances occidentales ; 

D'autres croyaient qu'il était le commandant suprême d'une armée puissante, aguerrie, redoutable, professionnelle, responsable, disciplinée, moderne, équipée, ...

Que des mythes construits autour de ce Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir et de son armée.

La promenade militaire qu'il pensait faire, en traversant l'Est de la RD Congo et, en conquérant ses terres, devient plus que jamais, illusoire.

Paul Kagame et son armée, viennent d'être démasqués, démystifiés et réduits à leur plus simple expression.

En effet, des signes avant-coureurs du début de sa descente aux enfers et du processus de son éventuelle inéluctable chute, sont lisibles :

-  la mobilisation tous azimuts du peuple congolais et de l'opinion internationale contre le soutien rwandais au mouvement terroriste M23 et alliés ⁶

- l'unité et la détermination du peuple congolais à défendre la patrie ⁷

- la détermination du peuple congolais d'en finir avec le régime Kagame ⁸

- l'interdiction de la compagnie aérienne rwandaise, Rwandair, sur le sol congolais ⁹

- la convocation de l'Ambassadeur du Rwanda en RD Congo par les autorités congolaises aux fins de protestation ¹⁰

- des victoires militaires successives des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ( FARDC) face au M23 et ses alliés, notamment l'armée rwandaise ¹¹

- les spasmes du sanglot de Paul Kagame en dates du 23 mai 2022 et du 16 juin 2022, à la suite des contre-offensives militaires menées par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ( FARDC ) notamment à Bunagana, causant la débandade de sa soldatesque et de ses alliés, le mouvement terroriste M23 et l'armée ougandaise,  pourchassés jusque dans leurs derniers retranchements ¹²

- la capture des militaires rwandais sur le sol congolais ¹³

- la détresse et le désespoir du porte-parole de l'armée rwandaise, appelant le Mécanisme Conjoint de Vérification Élargi (MCVE) d'enquêter sur la  contre-offensive des FARDC du 23 mai 2022, afin d'établir la responsabilité ¹⁴

- le soutien du gouvernement belge à l'intangibilité des frontières de la RD Congo et, à son droit de se défendre si l'intégrité de son territoire est violée ¹⁵

- la disponibilité du gouvernement belge d'apporter son aide à la RD Congo, si cette dernière l’estime nécessaire ¹⁶

-  la condamnation du soutien rwandais au M23 par la Commission des Affaires Étrangères du Sénat américain demandant à l'Organisation des Nations Unies (ONU) d'ouvrir une enquête afin de sanctionner les coupables ¹⁷

- la condamnation du soutien rwandais au M23 par l'Union Européenne ¹⁸

- la suspension par la RD Congo de tous les accords et protocoles d'accords  signés ou conclus avec le Rwanda ¹⁹

- la fermeture par la RD Congo de sa frontière avec le Rwanda ²⁰

- la condamnation des offensives du M23 par la France ²¹

-  le soutien de la France à l'intégrité du territoire national de la RD Congo ²²

Ces dimensions mises en relief nous montrent à suffisance que Paul Kagame est démystifié et poussé dans les cordes.

Il agace, lasse et révolte notamment l'opinion internationale. 

Celui-là qui, par son arrogance, a toujours juré de faire la guerre au pays qui menacera la sécurité du Rwanda ²³ ; a peur de déclarer officiellement la guerre à la RD Congo alors qu’il la pointe du doigt et la qualifie de pays agresseur du Rwanda ²⁴. 

En réalité, Paul Kagame et son armée reculent et se cachent derrière le M23 et alliés.

A l'instar d'une vache folle capturée qui, se voyant acheminée directement aux abattoirs, donne désespérément ses derniers coups de sabots aux bouchers qui vont l'abattre afin de tenter de se sauver ; Paul Kagame et sa soldatesque tremblent et craignent de subir le même sort nonobstant le début de la série, derniers coups de sabots donnés avec désespoir, par sa soldatesque et alliés, afin de faire semblant de bonne figure et sauver la face.

En effet, le Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir fait un baroud d'honneur !

Les premiers de cette série, derniers coups de sabots du désespoir, donnés par sa soldatesque et alliés, datent du 10 juin 2022 et du 13 juin 2022 :

- le 10 juin 2022, sa soldatesque et alliés ont ciblé _Biruma et Kabaya_, _des localités situées dans le groupement Kisigari, Chefferie Bwisha dans le territoire de Rutshuru_, et  tué deux innocents petits garçons congolais de 6 et 7 ans ²⁵.

Un crime contre l'humanité qui témoigne de l'impuissance et du désespoir de ce Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir, de son armée et de ses alliés

- le 13 juin 2022, sa soldatesque et alliés ont occupé la Cité de Bunagana suite à un retrait stratégique des FARDC qui, ont mené par la suite, une contre-offensive ²⁶.

Celui-là qui a fait du _génocide des Tutsis au Rwanda_ , son fonds de commerce afin de bénéficier des faveurs de ses parrains occidentaux et, réaliser son dessein tant rêvé, celui d'annexer la partie Est du territoire congolais, riche en matières premières ( or, coltan, ... ), pour en faire le " _Tutsiland_ " ²⁷ ; saute aux nues, tombe des nues et, perd des plumes, tous les jours un peu plus en subissant plusieurs revers, déroutes et débandades de sa soldatesque et de ses alliés. 

Enfin, Paul Kagame, son armée et ses alliés, se sont fait remonter les bretelles par le Président Félix Tshisekedi.

" *_Trop c'est trop_* ", dit-on !

L’heure n'est plus aux tapes amicales sur l'épaule ni à l'appellation, " _Monsieur le Président, mon Frère_ " ²⁸.

Le Président Félix Tshisekedi qui, malgré tout, avait voulu à ce que son pays, la RD Congo et son voisin, le Rwanda, ne puissent plus se regarder en chiens de faïence ²⁹ mais plutôt vivre en paix et coopérer ; a été repoussé et trahi.

Revigoré par son armée classée successivement huitième ³⁰ , dixième ³¹ et onzième ³² puissance militaire d'Afrique, le Commandant Suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ( FARDC ), à travers des contre-offensives militaires menées par son armée et des victoires militaires successives de son armée, face au M23 et alliés, a surpris nombre de personnes en donnant " _plusieurs leçons_ " à ce Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir et à son armée de pacotille, qui n'est même pas  classée parmi les 36 armées les plus puissantes d'Afrique ³³.

" *_Autres temps, autres mœurs_* «, dit-on :

- " _Soit la paix totale, soit la guerre totale_ " ³⁴

-  _" [...]  Cela ne doit pas_ _constituer une occasion_ _pour nos voisins de venir nous provoquer._ 

 _J'espère que le Rwanda a retenu cette leçon [...] Aujourd'hui, c'est clair,  il n'y a pas de doute, le Rwanda a soutenu le M23 pour venir_ _agresser la République Démocratique du Congo [...]_ " ³⁵

Enfin, le Président Félix Tshisekedi défie et démystifie Paul Kagame. 

Ses propos ont surpris nombre d'observateurs, d'acteurs, de spécialistes et de témoins de la vie politique de la RD Congo et, valent leur pesant d'or car ils ravivent les couleurs du drapeau de la RD Congo et sa flamme à travers les FARDC.

La bonne volonté et la patience légendaires du Président Félix Tshisekedi, n'ont jamais été des faiblesses, mais bien plus  qu’une force ; en réalité, une stratégie. 

Le Président Félix Tshisekedi a l'habitude de surprendre là où on l'attend le moins ³⁶.

Lorsqu'il est poussé dans les cordes, il rebondit ³⁷.

Lorsqu'il est déterminé, il y va jusqu'au bout ³⁸.

C'est pourquoi, Paul Kagame et ses alliés devraient s'en méfier.

Le compte à rebours, me semble-t-il, est déjà lancé !

 *" _Extremis malis, extrema remedia_ " (_"Aux grands maux, les grands remèdes_) "*³⁹

Il est bien réel que les remèdes trop doux, moins efficaces, ont parfois un défaut majeur, c'est celui d’ 'irriter  le mal sans le détruire.

Ce serait ce qui serait passé depuis près de trois décennies de conflits armés dans la partie Est de la RD Congo.

Nonobstant certaines victoires et avancées militaires importantes ou significatives, plusieurs opérations militaires successives n'avaient pas réussi à restaurer définitivement la paix et la sécurité dans cette partie du territoire national congolais et, à neutraliser les pays frontaliers, et principalement le Rwanda et l'Ouganda qui tentent de déstabiliser la RD Congo. 

C'est pourquoi, il est communément admis et recommandé que, pour faire face à des " _situations exceptionnelles_ ", _plus complexes_,  il faut aussi prendre des décisions énergiques ou des mesures exceptionnelles. 

Par ailleurs,  il est aussi bien réel que les dimensions constitutives de l'épaisseur de la problématique des massacres des populations civiles dans la partie Est du territoire congolais, des exactions commises contre elles, du pillage des ressources minières et 0autres, nous montrent que l' on a affaire à une " _guerre asymétrique_ " ; une guerre très loin d'être classique, où les FARDC en tant qu'une armée régulière, la Police Nationale, tous les Services de renseignement et de sécurité, la Nation dans son ensemble, sont en guerre avec des forces négatives étrangères notamment le mouvement terroriste M23 qui a resurgi, soutenu et nouvellement réarmé par le Spasmophile Flibustier rwandais du pouvoir ; ainsi que près de cent vingt-deux  (122 ) ⁴⁰ groupes armés dont nombreux sont des groupes de défense ethniques ; sans oublier des autorités qui tirent les ficelles ; certains militaires qui vendraient leurs munitions aux ennemis ; certains Officiers militaires congolais qui seraient infiltrés, traîtres ou affairistes,  ...

C'est pourquoi,  l' état de siège en tant qu'une décision énergétique et exceptionnelle, devra être considéré et compris comme un passage obligé afin de stopper et détruire les ennemis de la RD Congo, et non comme une finalité pour ce faire.

Je prône une option militaire plus radicale et une nouvelle organisation administrative des Provinces de la RD Congo, repensée par les patriotes congolais eux-mêmes afin de restaurer la paix dans l'Est de la RD Congo en particulier et, dans l'ensemble du territoire national, en général. 

J'y reviendrai. 

 *POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ RESTAURÉES DANS L'EST DE LA RD  CONGO* 

 *- L'état de siège, un pas géant pour la restauration de la paix et de la sécurité dans l'Est de la RD Congo* 

Sans prétention aucune, à mon sens, comme je l'ai souligné ci-dessus, l'état de siège en tant qu'une stratégie retrempante, devra être considéré comme un pas géant, une étape cruciale pour le rétablissement de la paix et de la sécurité dans le  Nord-Kivu et en Ituri, dans l'Est de la RD Congo en particulier, et à l'échelle nationale, en général. 

Par ailleurs, comme  la thèse de l'infiltration de l'Armée par des éléments étrangers et des seigneurs de guerre suite au brassage et mixage militaires qu'a connus l'Armée congolaise, semble être bien soutenue et, entraverait l'accomplissement de sa mission pour ce faire ⁴¹ ; dans cet ordre d'idées,

scientifiquement, à mon sens, il n’y aurait aucun inconvénient à ce que l'état de siège ait été décrété depuis le 6 mai 2021dans cette partie du territoire national, dans le Nord-Kivu et en Ituri, car il est justement considéré comme une stratégie aguichante, autre que celles qui ont été mises en place depuis bien d'années. 

Sous cet angle, l'état de siège apparaît, de par ses mesures d'action et d'accompagnement, comme une stratégie énergique, raffermie, prise en connaissance de cause ; qui déstabilise et détruit,  psychologiquement et dans le fait, les forces négatives. 

Ses résultats partiels sont probants vu que l'Armée congolaise gagne du terrain, elle a effectivement récupéré nombre de bastions ennemis ⁴².

A rajouter à cela nombre de redditions des groupes armés ⁴³, des arrestations des seigneurs de guerre et des membres de groupes armés ( qui devront être réinsérés dans la société et non dans l'Armée nationale) ⁴⁴, la diminution manifeste des clivages ethniques et communautaires alimentés et entretenus par certains politiques ⁴⁵ ; le démantèlement du réseau des officiers militaires affairistes et detourneurs des moyens alloués à l'Armée pour l'accomplissement de cette mission et leur traduction en justice ⁴⁶ , le début des négociations entre l'État Congolais et des groupes armés qui ont déposé les armes et aspirent d'être réinsérés dans la vie nationale ⁴⁷, ....

Cela démontre à suffisance que même si l’infiltration de l'Armée congolaise serait bien réelle ; la purge dans l'Armée pourrait se faire aussi, concomitamment avec l'état de siège.

Ici, il a été donc question de répondre à l'aggravation de la situation sécuritaire dans cette partie du territoire national, de façon appropriée, efficace, énergétique et meilleure que les autrefois, en mettant fin aux massacres des populations civiles, aux exactions commises contre elles, à leurs cris de détresse, au pillage des ressources minières et autres, et cela, sans plus tarder.

L’état de siège n'est donc nullement, comme le prétendent d’aucuns, " _une manœuvre politique afin d'accueillir massivement des populations étrangères que l'on voudrait implanter dans la partie Est de [la RD Congo]_ " ⁴⁸.

Cette thèse est donc vidée de toute sa substance. Elle porte en elle, ses propres germes de destruction et, s'est autodétruite.

C'est pourquoi, me semble-t-il, qu'il faudrait sur le plan stratégique, maintenir l'état de siège car il  pourrait contribuer aujourd'hui, à l'asphyxie et à la destruction du mouvement terroriste M23, qui a resurgi. 

Dans un autre registre, il était prévisible que l'état de siège connaisse quelques couacs lors de l'accomplissement de sa mission, celle de mettre fin aux massacres des populations civiles, aux exactions commises contre elles et au pillage des ressources minières et autres, car ces groupes armés, ces forces négatives, devaient gesticuler avant  d'être détruits, de disparaître, de mourir .

Dans ce sens, la thèse soutenue par le journal, _le monde, _ est réfutable. 

Ce journal  titre, dans son édition du 6 août 2021 que : 

" _L'état de siège est un fiasco. Les massacres se poursuivent dans l'est de la RDC_ " ⁴⁹.

Bien entendu, la poursuite de ces massacres est fortement déplorable et condamnable ; elle apparaît  en réalité, comme les gesticulations de ces groupes armés avant leur destruction, disparation,  mort car ils sont ou ont été effectivement acculés par les Forces Armées de République Démocratique du Congo (FARDC) qui leurs ont infligés de nombreux et sérieux revers.

Dans une guerre, il y a des étapes que l'on doit absolument franchir. Ces étapes sont appelées dans le jargon militaire, les batailles. Et, s'il arrive que l’Armée congolaise perde une bataille, cela ne veut pas  dire qu'elle a perdu  la guerre. 

Toutefois, souvenons-nous qu’en plein parcours, on peut toujours corriger le tir  en redoublant d'efforts, de moyens d'action.

Sous cet angle, l'état de siège fait déjà ses preuves.

Il apparaît aussi comme un préalable pour l'éradication de cette infiltration qui serait dans l'Armée congolaise, ainsi que l'anéantissement du mouvement terroriste M23 et alliés.

 *- Repenser l'actuelle organisation administrative des Provinces de la RD Congo car elle fait partie du plan de la _balkanisation_ de la RD Congo et du projet expansionniste du Rwanda et alliés*  

S'il est bien réel que notre armée est infiltrée par des éléments étrangers qui l’affaiblissent de l'intérieur et entravent  l'accomplissement de sa  mission afin de restaurer la paix et la sécurité dans la partie Est du pays, comme l'ont soutenu le Président de l'ECIDÉ ⁵⁰ (Engagement pour la Citoyenneté et le Développement) et nombre d'acteurs, de spécialistes, d'observateurs et de témoins de la vie politique de la RD Congo ; 

Cela voudrait dire aussi qu'il est bien réel que cette infiltration de notre Armée est soutenue par des pays tireurs de ficelles ; en  particulier, le Rwanda. 

Nombre d'événements (mis en relief ci-dessous) qu'a subis la RD Congo et, qui ont abouti à la signature des accords entre les gouvernants congolais de l'époque et des groupes armés ou mouvements rebelles aux fins de mixage et brassage de ces forces négatives ennemies dans l'Armée régulière congolaise, pourraient justifier cette thèse :

- l'invasion des territoires de l'Est de la RD Congo par des armées étrangères ennemies et alliés 

-  plusieurs rébellions menées dans l'Est de la RD Congo soutenues par des pays étrangers et alliés 

- les massacres des Congolais, les exactions commises contre les Congolais, et le pillage des ressources minières et autres de la RD Congo, commis par des armées étrangères et groupes armés soutenus par ces pays et leurs alliés.

Cela dit, une question s'avère importante et doit être posée : 

 *Question* : 

Pourquoi c'est principalement  dans la partie Est de la RD Congo que sévissent ces atrocités ? 

 *Réponse* : 

Si la " _balkanisation_ " de la RD Congo est leur objectif ultime; comme  militairement ils n'ont pas réussi, depuis bien de nombreuses années, à l'atteindre ; ils auraient en tant que " _soutiens_ " des milices, des groupes rebelles, des groupes armés, ... donc, de ces " _Belligérants_ " ,  tenté de l'atteindre autrement, en influant sur *l' organisation administrative des Provinces de la RD Congo* , convenue lors de l'Accord de Sun City ⁵¹, de l'élaboration et de la rédaction de la Constitution de 2006.

C'est pourquoi à mon sens, il faudrait *repenser l'actuelle organisation administrative des Provinces de la RD Congo*.

Des gymnastiques intellectuelles nous amènent à nous poser une autre question qui pourrait nous aider à ressortir des dimensions insoupçonnées. 

 *Question* : 

Quelle est la " _plus-value_ " du " _saucisonnage_ " des Provinces de la RD Congo d'avant la Constitution de 2006 ? 

 *Réponse* :

Ce " _saucisonnage_ " des Provinces de la RD Congo semble causer bien de problèmes que les résoudre !

En effet, ce " _saucisonnage_  ", est bien réel.  Il est même stipulé et défini dans l'article 2 de la Constitution de 2006 ;  Constitution que  d'aucuns appellent, " _la Constitution des Belligérants_ «. 

Pour s'en convaincre de ce " _saucisonnage_ ‘, prenons quelques illustrations : 

- la province du Bandundu est  " _saucissonnée_ " en trois " tranches " ⁵² : 

   - kwango 

   - Kwilu 

   - et, Maï-Ndombe

- la province de l’Equateur, " _saucissonnée_ " en 5  tranches ⁵³ : 

    - Equateur 

    - Mongala

    - Nord - Ubangui 

    - Sud - Ubangui 

    - Tshuapa 

- la province de Katanga est  " _saucissonnée_ " en 4 " tranches" ⁵⁴ : 

      

      -  Haut - Katanga 

      -  Haut - Lomami

      -  Lualaba 

      - Tanganyika 

Dans cette acception, l'actuelle organisation administrative des Provinces de la RD Congo, caractérisée par l'instauration des gouvernements provinciaux et des assemblées provinciales,  apparaît comme une  revendication des " _Belligérants_ "  faite dans le but de se partager le pouvoir pour que chacun s'assure de sa part du gâteau dans le sens où  qu' il se retrouve dans son espace géographique afin de participer à la gestion du pays et d'oublier le  " *Grand Kivu* " convoité et visé comme pivot, comme une expérience pilote dans  le " plan de la _balkanisation_ de la RD Congo.

Sous cet angle, le " _saucissonnage_ "  des Provinces de la RD Congo contribue au plan de sa _balkanisation_ et sert le projet expansionniste du Rwanda et, a comme corollaire, *le repli provincial.* 

Ce dernier affecte ainsi l’unité et la  cohésion nationales.

Comment s'étonner que ce    *repli provincial* ait à son tour, la montée du  tribalisme, de l'ethnisme, du provincialisme, ... comme corollaires !

Actuellement, même si la Constitution ne l'interdit pas, il est devenu quasiment impossible, suite à l'actuelle organisation administrative des Provinces de la RD Congo, qu'un originaire d'une province quelconque dirige une province autre que celle dont il est originaire.

C'est bien cela, le propre du *repli provincial*.

Pour s'en convaincre, prenons l'exemple des Gouverneurs de province : 

- hormis la Ville - Province de Kinshasa ; tous les Gouverneurs de province sont originaires de leurs provinces, ce sont des autochtones. 

Il est donc devenu pratiquement impossible, même si la Constitution ne l'interdit pas, que : 

-  un Mungala dirige la province du Kongo-Central

- un Muluba dirige la province du Kwilu

- un Mukongo dirige la province du Haut-Katanga 

- un Mushwahili dirige la province de Mongala 

Ce *repli provincial*, ce modèle d'organisation administrative des Provinces,  joue et continuera de jouer, si on laisse faire, sur le mental, la culture et le comportement des autochtones, en réveillant le " *_vieux démon_* " des tendances séparatiste et   sécessionniste des années 60 qui avait secoué la RD Congo par des rébellions et sécessions.

Si on laisse faire, les  originaires d'une quelconque province, les autochtones, pourraient aller plus loin en considérant un jour, qu'il est anormal qu'un  originaire d'une autre province soit par exemple, le commandant de la police de leur province ; qu'un originaire d'une autre province soit le représentant d'un service public ou  établissement public dans leur province, ....

Ce *repli provincial* semble avoir plusieurs variantes : 

- il apparaît à l'heure actuelle comme une poutre qui est déjà rongée par des termites et qui n’attendrait qu’un fait anodin ou incompris pour s'effondrer. 

Pour s'en convaincre, l'actualité nous révèle cette facette : 

Il suffit qu'une tribu ou ethnie soit bien représentée dans une administration, une institution, un établissement public, un service public, une juridiction, ... quelconque, pour qu'on crie au tribalisme, à l'ethnisme,  à l’injustice, ... sans pour autant faire au préalable un diagnostic, une analyse de fond afin de comprendre le pourquoi !

C'est très inquiétant que cela soit devenu un réflexe !

Cela prouve à suffisance que *le repli provincial* est bien réel et endommage ou affecte la cohésion et l'unité nationales très chèrement acquises ;  facilite le plan de _balkanisation_ de la RD Congo et sert le plan hégémonique ou expansionniste du Rwanda. 

Une autre variante de ce  *repli provincial* est *l'illusion de  l'autosuffisance provinciale.* 

Comment s'étonner qu'un jour qu'une province se considère comme étant très bien organisée et réclame son " _autodétermination_ " car elle s'était déjà repliée sur elle-même de par sa gestion telle que réalisée par ses originaires, les autochtones.

Cela ferait aussi partie du plan de la _balkanisation_ de la RD Congo et, du plan expansionniste du Rwanda. 

C'est pourquoi, il faudrait *repenser l'organisation administrative des Provinces de l'État Congolais*.

Pour éviter, freiner ou  arrêter l'apparition ou la résurgence des forces centrifuges, le travail devra se faire ou continuer de se faire sur tous les plans.

Il est donc plus que temps : 

-  de rétablir l'autorité de l'État partout, sur tout le territoire national ; 

- que l' État redevienne sous toutes ses formes, cette Puissance publique, détentrice  de la contrainte physique légitime 

-  que l’Etat remplisse comme il se doit, ses trois missions traditionnelles : sociologique,  organisationnelle et juridique

- que l'État devienne fort c'est-à-dire, cet Etat : 

    -  de droit 

    -  qui remplit et poursuit une mission d'intérêt général 

      

    -  qui a une armée moderne, professionnelle et équipée 

    -  capable d'assurer la sécurité de ses concitoyens 

     - qui assure l'éducation et l'instruction de ses concitoyens 

     - qui organise les soins de santé de ses concitoyens 

    -  qui assure la recherche scientifique 

        

     -  qui crée des richesses

     - qui rémunère équitablement et honorablement ses agents publics

     -  qui s'occupe de la redistribution équitable des richesses et des fruits de la croissance

     -  qui assure le social de ses concitoyens 

     - qui s'occupe donc de la sécurité sociale de ses concitoyens ;  ...

" *_Scientia Vincere Tenebras_ "* (la Science Vaincra les Ténèbres). 

Prof.  Jean-Denis Kasese 

 

Professeur à l'Université Pédagogique Nationale (UPN)

 

Professeur Associé,  Chercheur et Collaborateur Scientifique à l'Université Libre de Bruxelles

(ULB)

 

Membre de la Faculté de Philosophie et des Sciences Sociales (ex - Faculté des Sciences Sociales et Politiques / Solvay Brussels School of Economics and Management ) de l' Université Libre de Bruxelles ( ULB )  

 

Membre de l'Institut de Sociologie (IS ) de l' Université Libre de Bruxelles  (ULB)

 

Membre du Centre d'Études de la Coopération Internationale et du Développement (CECID ) de l' Université Libre de Bruxelles ( ULB ) 

 *NOTES ET RÉFÉRENCES*

  1. KASESE OTUNG ABIENDA, Jean-Denis, " Treizième Réflexion du Professeur Jean-Denis Kasese. " L'état de siège dans le Nord-Kivu et en Ituri : architectonique holistique d'une stratégie retrempante ", in LA RÉPUBLIQUE, Journal, n° 1182, Kinshasa, du vendredi 13 au Dim.15 août 2021, p.8
  1. RTS - INFO, " Le 11 septembre 2001, New York 8h46 : les événements minute par minute, publié le 11 septembre 2021 à 8h46’, modifié le 11 septembre 2021, 8h54
  1. HIVERT, Anne-Françoise, MALMO, Suède,  Correspondante, " Attaques à Oslo et sur l'île d'Utoya : les survivants exigent un débat sur l'extrémisme ", in LE MONDE, Journal,  publié le 21 juillet 2021 à 6h21, mis à jour le 22 juillet 2021, 6h35
  1. AFVT, " Belgique-Attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles «, publié le 22 mars 2016
  1. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - FRANCE ARCHIVES 2016-2018, " Attentat du 14 juillet à Nice «, Archives municipales de Nice, 2018-2019
  1. - RANDRIANARIMANANA, Philippe, " RDC : pourquoi la société civile congolaise est excédée par le Rwanda ", in TV5 MONDE - INFORMATIONS,  le 16 juin 2022, mise à jour, le 17 juin 2022, 10h54

- MEDIACONGO.NET, " Guerre à l'Est : Kigali et Kampala en difficulté face à l'opinion internationale ", le 15 juin 2022, 12h40 PM 

  1. RANDRIANARIMANANA,  Philippe,  Op. Cit.
  1. Loc. Cit. 
  1. PAVANI, Pascal, " Tension entre la RDC et le Rwanda : Kinshasa interdit la compagnie Rwandair sur son sol ", in AFP - RFI, le 28 mai 2022, 17h08
  1. RFI - AFRIQUE, " RDC : Convocation de l'ambassadeur du Rwanda suite aux accusations de soutien de Kigali au M23 ", publié le 31 mai 2022, 20h57, modifié le 31 mai 2022, 20h58
  1. POLITICO.CD, " Attaques près de Goma : les FARDC récupèrent la localité de Kabaya, tombée entre les mains du M23, publié le 26 mai 2022, 13h02
  1. - ACTUALITÉ. CD, " Le Rwanda accuse les FARDC d'avoir bombardé quelques secteurs sur son territoire ", publié le lundi 23 mai 2022, 17h00

-  RIGAUD, Christophe, " Plusieurs sources annoncent l'entrée de # FARDC dans certains quartiers de # Bunagana. Des éléments # M23 ont déjà quitté la ville «, in TWEETS, le 16 juin 2022

- KIS24.INFO, " Reprise des offensives à Rutshuru : Forte débandade du M23, les FARDC campent à Bunagana " le 16 juin 2022

- OKAPINEWS.NET, " Nord-Kivu : Face à la puissance de feu des FARDC, le M23 et l'armée rwandaise en débandade,  Bunagana sous contrôle des loyalistes ", le 16 juin 2022

  1. 7SUR7.CD, " Guerre près de Goma : 2 militaires rwandais capturés par l'armée congolaise, le Rwanda exige leur libération ", publié le 28 mai 2022
  1. MOD.RDF REQUESTS, REF : RDF/A/10/01/22, " Les FRD demandent une enquête sur le pilotage des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sur le territoire rwandais, Kigali, le 23 mai 2022
  1. MUAMBA, Clément, " Alexander De Croo (1er    Ministre belge ) : " la RDC a le droit d'exiger à ses voisins que son territoire soit respecté ", in   ACTUALITÉ.CD, mercredi 8 juin 2022
  1. Loc. Cit.
  1. ACTUALITÉ.CD, " USA : " La commission des affaires étrangères du Sénat américain condamne le soutien de Kigali au M23 et appelle le Conseil de Sécurité de l'ONU à demander des comptes aux responsables rwandais ", 14 juin 2022, 7h21
  1. OPR NEWS, " L’EU demande au M23 de déposer les armes et d'abandonner toutes les zones qu'il occupe ( communiqué), le 13 juin 2022
  1. RADIO OKAPI, " L’Avenir : " La RDC suspend tous les accords conclus avec le Rwanda ", publié le vendredi 17 juin 2022 , 5h35, modifié le vendredi 17 juin 2022, 8h12
  1. REUTERS, " Monde : La RD Congo ferme sa frontière avec le Rwanda après la mort d'un soldat ", publié le 17 juin 2022 ,18h22
  1. POLITICO.CD, " 

Agression dans l'Est, la France condamne les offensives du M23 et réaffirme son attachement à  l'intégrité territoriale de la RDC ", Kin, le 24 juin 2022, 15h43

  1. Loc. Cit.
  1. RFI, " Le  Président Kagame menace ceux qui s'en prennent au Rwanda ", publié le 6 juin 2014, 10h00, modifié le 6 juin 2014, 14h44
  1. MOD.RDF REQUESTS, Op. Cit.
  1. POLITICO.CD, " Agression dans l'Est : L'armée rwandaise bombarde toute une école et tue deux enfants à Rutshuru " (FARDC ), Kin, 10 juin 2022, 21h58
  1. MFEMFERE LIBULI, Gloire, " Nouvelle offensive du M23 maîtrisée par les FARDC / Attaques de Bunagana et environs : la population appelée à plus de vigilance ", in LAPROSPÉRITÉ.ONLINE/INC, 13 juin 2022
  1. SPITAELS, Steven, HILGENT, Filip,  _Cartographie des motivations derrière les conflits. Le cas de l'Est de la RDC_, IPIS - FATAL TRANSACTIONS, Anvers, 11 mars 2008
  1. - En marge du Sommet de Paris sur l'Afrique,  le Président Félix Tshisekedi avait reçu Paul Kagame, le 17 mai 2021 à Paris et, s'est entretenu avec lui 

- ELECTION.NET, " Paul Kagame : Joyeux anniversaire à mon Frère et Ami Félix Tshisekedi " [13 juin 2021], 20 février 2022, 1h30 am 

  1. EXPRESS NEWS, " Félix Tshisekedi : cette interview à l'allure d'un " dernier acte" à Goma avant le retour à kinshasa, le 1 juillet 2021 
  1. DIGITALCONGO.NET / POLITIQUE, " Les FARDC deviennent la 8 è puissance militaire africaine ", kin, le 17 février 2020
  1. - RADIO OKAPI,," La RDC occupe la 10 è place en Afrique du classement des armées en 2018 selon Global Fire Power, publié le samedi 21 avril 2018, 11h09, modifié le sam 21 avril 2018, 20h37

- AITN/AFRIQUEITNEWS.COM/TEC, Les 10 armées les plus puissantes d'Afrique et leur appartenance technologique ", 29 novembre 2021

  1. MILITARY STRENGTH RANKING - GLOBAL FIRE POWER, " Classement des Etats d'Afrique par indice de puissance militaire en 2022», 2022
  1. Loc. Cit. 
  1. 24NEWS, " RDC-RWANDA : " Soit la paix totale, soit la guerre totale.  Tshiseke [sic.] à Kagame ", 31 mai 2022 
  1. Propos tenus par le  Président Félix Tshisekedi, le dimanche 5 juin 2022 à OYO en République du Congo, lors de la conférence de presse, à l'occasion de sa visite à son homologue, le Président Denis Sassou Nguesso
  1. Analyse du contenu de l'adresse du Président Félix Tshisekedi à la Nation, le dimanche 6 décembre 2020, après les consultations nationales 
  1. Ibidem
  1. Ibidem 
  1. KASESE OTUNG ABIENDA,  Jean-Denis,  " L’état de siège dans le Nord-Kivu et en Ituri : architectonique holistique d'une stratégie retrempante ", Op. Cit., p.8
  1. GROUPE D' ÉTUDE SUR LE CONGO, _La cartographie des groupes armés dans l'Est du Congo. Opportunités manquées, insécurité prolongée et prophéties auto-réalisatrices_, Baromètre Sécuritaire du Kivu, février 2021, p.3
  1. KASESE OTUNG ABIENDA,  Jean-Denis, " L’état de siège dans le Nord-Kivu et en Ituri : architectonique holistique d'une stratégie retrempante ", Op. Cit., p.9
  1. CONGO INTER, " Ituri : l'armée récupère 3 bastions et neutralise 27 rebelles ADF à la suite des combats en territoire d'Irumu ", 26 mars 2022
  1. ACTUALITÉ. CD, " État de siège au Nord-Kivu : les multiples redditions des combattants face au défi de prise en charge en attendant le programme DDR-CS ", vendredi 30 juillet 2021 
  1. Loc. Cit. 
  1. Ces propos du Président de l'Assemblée Nationale, Christophe Mboso, interpellent : 

   " _Vous, les collègues du Grand Kivu, quittez les groupes armés,  je vais le dire_ "

  1. Interview du Président Félix Tshisekedi face à Christian Lusakueno (TOP CONGO) et Françoise Buela ( RTNC), Goma, le 1 juillet 2021
  1. ACTUALITÉ. CD, " L’état de siège : les multiples redditions des combattants face au défi de prise en charge en attendant le programme DDR-CS ", Op. Cit.
  1. FAYULU, Martin,  MUZITO, Adolphe, " L'amateurisme avéré dans la gestion de l'État ", in POLITICO.CD, 4 mars 2021, 19h44 
  1. LE MONDE / AFRIQUE - AFP, " L'état de siège est un fiasco. Les massacres se poursuivent dans l'est de la RDC ", 6 août 2021, 9h58
  1. FAYULU, Martin, " Pour restreindre davantage les libertés individuelles,  un état de siège sans  planification a été décrété en Ituri et au Nord-Kivu ", in ACTUALITÉ.CD, mercredi 30 juin 2021
  1. RADIO OKAPI, " Évaluation de l'accord de Sun City 10 ans après sa signature ", publié le jeudi  18 avril 2013, 15h01, modifié le sam 8 août 2015, 6h41
  1. Article 2 de la Constitution de la République Démocratique du Congo du 18 février 2006
  1. Ibidem 
  1. Ibidem

 

Pin It

Statistiques

23923326
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8925
24908
144491
23630895
413728
641978
23923326

Your IP: 66.249.70.209
2022-08-20 05:16

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg