Flash

BAN2

 

 Après l’Assemblée Nationale, c’est au tour du Sénat d’examiner  en seconde lecture  la proposition de loi modifiant et complétant la loi du 9 Mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, telle que modifiée et complétée à ce jour, avant son adoption par la Chambre haute. Déjà adoptée par l’Assemblée nationale au cours de sa plénière du jeudi 2 juin 2022, ce mardi 7 juin 2022, le Speaker de la Chambre Haute, le Professeur  Modeste Bahati Lukwebo et  les sénateurs ont décidé d’envoyer cette proposition de loi à la commission politique administrative et juridique de la Chambre haute, avant son examen en plénière.

Ainsi, pendant deux jours, la commission recevra les propositions

d’amendements des sénateurs, avant de  revenir présenter le rapport au cours de la plénière de ce dimanche 12 Juin 2022. Les sénateurs ont toutefois fustigé le fait que cette proposition de loi si  importante soit déposée en retard au Sénat par la Chambre sœur violant ainsi les  articles 124 et 125 de la Constitution.

Malgré cette situation, le Président du Sénat, Modeste Bahati a appelé les sénateurs à plus d’assiduité, afin de  doter le pays de cet instrument juridique devant conduire à l’organisation des  élections dans le délai constitutionnel comme le veut le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

« Le travail va être envoyé à la Commission Politique, Administrative et Juridique. Les amendements sont ouverts, grandement ouverts. C’est une loi qui intéresse tout le monde, il n’y a pas d’exclusion. Je rappelle ici que tout Sénateur a le droit de participer aux travaux, sans nécessairement voter », a déclaré le Président du Sénat.

Vote de 5 projets de lois de ratification

Peu avant, la plénière a voté 5 projets de lois de ratification lui transmis par l’Assemblée nationale, après leur présentation par la Vice-ministre des Finances, O’Neige N’sele.

La Vice-ministre des Finances qui représentait le Ministre en mission à l’intérieur du pays a répondu aux préoccupations soulevées par des Sénateurs au cours du débat général.

Il s’agit des lois du secteur des finances, agriculture, et infrastructures. Il faut noter que les 8 sénateurs du regroupement politique Front Commun pour le Congo ont, après une déclaration politique coulée sous forme d’une motion incidentielle, suspendu leur participation au débat sur la loi électorale.

John Ngoyi

Pin It

Statistiques

24861457
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8641
19093
94870
24594961
652706
699153
24861457

Your IP: 18.208.187.128
2022-09-29 11:30

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg