Flash

BAN2

 

 Il est visiblement sûr de ses cartes, sûr de sa compétence, sûr de la confiance que ses compatriotes place en lui. Technocrate qu’il est, génie de l’économie et des finances, politique avéré, longtemps sous les ailes du Grand Patriarche Antoine Gizenga d’heureuse mémoire, Adolphe Muzito  est, désormais,  short-listé   parmi les  leaders charismatiques  qui comptent concourir à la présidentielle  2023. Son nom est, très généralement,  associé à d’autres potentiels  candidats déjà connus ou pressentis,   tels que Félix Tshisekedi, actuel Chef de l’Etat et candidat à sa propre succession, Martin Fayulu Madidi, le même avec qui ils forment la coalition Lamuka, Moïse Katumbi Chapwe, Matata Ponyo,  pour ne citer que ceux-là. Cet ancien Premier ministre  autrefois candidat à la magistrature suprême en 2018 avant de se voir invalider ‘’injustement’’,  aura ainsi mûri et  n’attend plus que le go de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour se jeter dans cette pérégrination électorale     à l’horizon 2023.

Vaillant et résistant 

Vaillant, le Président du Nouvel Elan admet qu’il est toujours dans la résistance de Lamuka, cette coalition politique de l’Opposition. «Je suis dans la résistance de Lamuka, voici trois ans et demi. Nous sommes à la phase de la résistance», déclarait-il en ce début de mois de mai. «Il faut faire la différence entre (i) les alliances de résistance ; (ii) les alliances pour gérer ensemble, c’est le cas de l’Union sacrée et (iii) les alliances comme plateforme électorale », renseignait-il. Comme qui dirait, tout peut, encore, se passer, se préciser dans le peu de temps qui reste avant le sprint final. A en croire les observateurs et analystes politiques indépendants, Muzito est un guerrier politique qui sait s’assumer. 

Pour lui, en effet,  Lamuka n’a pas encore reçu d’offre politique. La plateforme se tient prête à toutes les discussions. C’est ici qu’il aborde le sujet du bloc patriotique. Muzito est clair, dans un pays où les gens se marient avant les fiançailles, il faut d’abord discuter. Tout récemment encore,  Adolphe Muzito a fixé l’opinion,  quant à la nature de sa relation et de  son évolution politique. De ce fait, il aurait ainsi balayé les murmures qui l’annoncent précocement   dans l’Union sacrée de la nation.

Bémol 

Bien avant les joutes électorales, ce grand leader de l’ex-grande province de  Bandundu, pose la problématique des préalables avant de s’engager dans le processus électoral. A l’en croire, une fois que les conditions d’aller aux élections en 2023  offrent à tous les acteurs politiques les chances égales ainsi que des garanties de transparence et de vérité des urnes, c’est alors que la question de nouvelles alliances qui, généralement, se font et se défont, et même, celle des candidatures à différents échelons, peut être posée. 

Maintenant, tel est, visiblement, le sens de son tout nouveau combat. Adolphe Muzito insiste sur des réformes indispensables sans lesquelles des futures élections, si elles  ont lieu dans des conditions actuelles –avec une Céni politisée,  ne seraient qu’une nouvelle parodie susceptible de  perpétuer inutilement la crise de légitimité en RD. Congo.  Ce bémol est le fil conducteur de sa pensée, de l’espoir qu’il nourrit pour, probablement, remporter la prochaine présidentielle. Qui sait !

Alliances politiques ?

Puisque les alliances en politique se font et se défont, nombreux veulent savoir qui feront face à l’actuel Président Félix Tshisekedi. Beaucoup sont dans des embuscades, étant donné que rien n’est encore décidé du côté de l’Opposition, ni encore moins du côté de l’Union sacrée de la Nation où l’on constate bien évidemment, l’éloignement de Moïse Katumbi qui s’est rapproché de son ‘’frère’’ Katangais et l’ex-Président Joseph Kabila auprès de qui il peut s’attendre à un soutien éventuel pour briguer la magistrature suprême. Martin Fayulu  ne va certainement pas baisser les bras dans sa lancée. Matata Ponyo, quoi que dérangé par la justice, à travers son nouveau parti politique LGD, tient, lui aussi, à se  positionner dans l’orbite. Adolphe Muzito  qui bénéficie de la confiance de l’espace Grand Bandundu  devenu  orphelin d’Antoine Gizenga, a des arguments à faire valoir lors de distribution des cartes. Tout compte fait, l’agora politique va s’agiter davantage à l’approche de 2023. Sans doute que son offre politique en perspective lui permettre, à coup sûr, de faire bouger les lignes. 

La Pros.

 

 

Pin It

Statistiques

22857838
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11657
22256
95014
22621861
531723
492155
22857838

Your IP: 44.192.114.32
2022-06-30 13:33

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg