Flash

BAN2

 

L’Agence Nationale pour la Promotion de l’Investissement (ANAPI) a tenu, ce mardi 10 mai 2022n à l’Hôtel Sultani, un café de réflexion autour du thème : «Code de l’Investissements de 2022, 20 ans après : Etats des lieux». Celui-ci a réuni les parties prenantes concernées, à savoir : l’Etat à travers ses institutions et services, le Secteur Privé et la Société Civile afin de tabler sur l’efficacité du code des Investissements de 2002. Par une démarche pédagogique et dans le souci d’atteindre plusieurs composantes, l’ANAPI, en collaboration avec le Ministère du plan, a résolu d’organiser ce café de réflexion en vue de poser le problème à travers une présentation pour fixer l’opinion sur le Code des Investissements en vigueur, ses défis et ses enjeux. Mais aussi de relever les points forts, d’identifier les obstacles qui n’ont pas permis d’obtenir les résultats escomptés conformément aux objectifs fixés.

Réformes économiques

Depuis sa promulgation en 2002, le Directeur Général de l’ANAPI Anthony Nkinzo a rappelé que le code des Investissements a permis la libéralisation de l’ensemble du secteur économique national, la mise en place de nouveaux textes de lois, et l’adoption de ceux-ci ayant pour but d’autoriser l’exploitation des ressources naturelles et la promotion des investissements. Cependant, il a précisé que le code d’investissements un outil d’une politique d’investissements et son climat.

Etats des lieux de l’environnement général des affaires en RDC

A cet effet, le Code des Investissements qui totalise 20 ans repose sur la philosophie de l’Economie Sociale. Lors de sa présentation, Anthony Nkinzo a décrypté la situation actuelle de la RDC qui fait état d’une législation vétuste et inadaptée au monde des affaires. Dans ce contexte, il a avancé  qu’il y a aussi une insécurité juridique, une fiscalité complexe y compris la corruption. A cette énumération, il a fait mention des difficultés d’accès au crédit et au financement, de l’absence de sanctions et d’une faible synergie entre le pouvoir central et les provinces. Au regard de cette observation, il a fait savoir que tous ces éléments fragilisent le progrès du climat des affaires en RDC, face à laquelle il a proposé des pistes de solution tangibles.

Contexte et enjeux de l’heure

De ce qui précède, Anthony Nkinzo a suggéré le Plan National Stratégique de Développement (PNSD), reparti sur trois phases permettant à la RDC de devenir un pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2030 grâce à la transformation de l’agriculture. D’atteindre le stade de pays à revenu moyen à l’horizon 2040 grâce à la transformation de l’Industrie ainsi que de devenir un pays à revenu élevé à l’horizon 2050 suite à l’accumulation de connaissances.   Pour ce faire, il a soutenu que la première phase permettra d’une part la valorisation du capital humain, de développement social et renfoncement de la Bonne Gouvernance. Et d’autre part, la restauration de l’autorité de l’Etat, la consolidation de la croissance économique, sa diversification et sa transformation.

Echanges ouverts

En rapport avec les leçons à tirer du code des Investissements de 2022 au regard des objectifs fixés et de la direction à prendre, les participants ont soutenu la piste du consensus sur la révision du Code dans un cadre précis, qui constituera le ciment d’un nouveau code des investissements dans les prochains jours.

Niclette Ngoie

 

 

Pin It

Statistiques

22106094
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1395
18468
80556
21931225
272134
440043
22106094

Your IP: 185.191.171.4
2022-05-19 01:54

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg