Flash

BAN2

 

Au nom du Gouvernement de la République, Jean-Lucien Bussa Tongba, Ministre du Commerce Extérieur, a pris part active au deuxième Forum Economique Public-privé Japon-Afrique qui s’est tenu le 03 mai 2022 à Nairobi, Capitale du Kenya. Invité de marque du Ministre d’Etat Ministre en charge de l’Economie, du Commerce et de l’industrie du Japon ainsi que de la Ministre du Commerce et du Développement des Entreprises du Kenya, le Ministre congolais du Commerce Extérieur Congolais a saisi la balle au bond pour présenter les opportunités d’investissements qu’offre la République Démocratique du Congo dans les secteurs tant publics que privés. Il a également exprimé la volonté du Gouvernement à mener des réformes nécessaires en vue de garantir un climat des affaires plus attractif sur l’ensemble du pays.

Très précis et séduisant dans son allocution, le Ministre Jean-Lucien Bussa a indiqué aux personnalités et investisseurs présents que la RDC dispose à ce jour d’une main d’œuvre abondante, avec une population estimée à 100 millions d’habitants. «S’agissant des opportunités, elle offre d’innombrables potentialités et de multiples opportunités d’investissements dans plusieurs secteurs porteurs notamment : l’Agriculture : 80 millions d’hectares des terres arables et l’agro-alimentaire ; la Pêche et l’Elevage ; le Tourisme ; l’Economie verte ; l’Energie ; l’Industrie. La République Démocratique du Congo dispose d’un Plan Directeur d’Industrialisation estimé à 58 milliards de dollars américains ; les Infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires… ; les Mines ; le Transport ; les Télécommunications et le textile, les produits pharmaceutiques, la production des vaccins », a-t-il dévoilé. Il a renchéri qu’en outre, la République Démocratique du Congo dispose à ce jour des secteurs innovants très attractifs pour les investisseurs nippons, pouvant également booster les échanges commerciaux avec le Japon et, même, le Kenya.  A ce titre, a-t-il précisé, le pays assure notamment  près de 70% de la production mondiale de cobalt avec une production annuelle évaluée autour de 100 000 tonnes et dispose également  de 25 millions de tonnes de réserves de cobalt identifiées dans son sous-sol, soit 2/3 des réserves mondiales. «C’est l’occasion d’appeler les grands constructeurs automobiles japonais d’investir dans la production des voitures en République Démocratique du Congo et, en particuliers, les voitures électriques. En effet, une étude internationale du cabinet  Bloomberg sur la filière batterie a démontré que les coûts de production des précurseurs de batterie (MNC) en République Démocratique du Congo (39 millions USD) sont environ trois fois inférieurs par rapport aux Etats-Unis (117 millions USD) et à la Chine (112 millions USD) et deux fois inférieurs par rapport à la Pologne (65 millions)», a-t-il souligné. Avant de chuter, Jean-Lucien Bussa a informé que, depuis décembre 2019, la République Démocratique du Congo dispose d’un Plan National Stratégique de Développement (PNSD) dont l’objectif principal est de réaliser une croissance forte, durable et inclusive en vue de réduire la pauvreté ainsi que les inégalités.  «A cet égard, mon Gouvernement considère qu’il revient au secteur privé de créer des richesses et des emplois, pendant que l’Etat joue le rôle régulateur en vue de créer des conditions propices au développement des affaires.  A ce sujet, des réformes nécessaires sont menées sur le plan institutionnel, réglementaire et fiscal, faisant de la République Démocratique du Congo l’une des meilleures destination d’investissements», a-t-il expliqué aux participants.

La Pros.

 

 

DISCOURS DU MINISTRE JEAN-LUCIEN BUSSA AU DEUXIEME FORUM ECONOMIQUE PUBLIC-PRIVE JAPON-AFRIQUE A NAIROBI  

Honorable Betty MAINA, Secrétaire Général au Cabinet du Ministre de l’industrialisation et du développement d’Entreprise du Kenya ; 

Monsieur HOSODA KENICHI, Ministre d’Etat Ministre de l’Economie du Commerce et de l’Industrie du Japon ;

Madame SUZUKI TAKAKO, Ministre d’Etat Ministre des Affaires Etrangères du Japon ;

Monsieur NOBUTANI KAZUSHIGE, Président Japan External Trade Organization (JETRO) ;

Mesdames et Messieurs les Ministres

Distingués Invités à vos titres et qualités respectifs 

C’est pour moi un honneur de me retrouver ici à Nairobi, Capitale de la République du Kenya, pour prendre part, au nom du Gouvernement de la République Démocratique du Congo, à cette Session du Forum Economique Public-Privé Japon-Afrique. 

Avant toute chose, permettez-moi de remercier Monsieur le Ministre d’Etat Ministre de l’Economie, du Commerce et de l’industrie du Japon ainsi que la Ministre l’Industrialisation, du Commerce et du Développement des Entreprises du Kenya, qui m’ont invité à participer à cet important évènement.

Je voudrais également transmettre  au Gouvernement et au peuple frère du Kenya, ma profonde gratitude et mes sincères remerciements pour l'accueil chaleureux et la généreuse hospitalité dont nous avons fait l'objet depuis notre arrivée, ainsi que pour l'excellente préparation de cette réunion.

Ce Forum, à travers ses objectifs, s’inscrit dans le sillage de l’intérêt de plus en plus accru accordé par le Japon à l’Afrique. La réponse africaine manifestée par l’importante participation de son secteur tant privé que public à ces assises  illustre sa ferme volonté de mettre en œuvre des stratégies conjointes qui consolideront davantage les relations Japon-Afrique en général et Japon-République Démocratique du Congo en particulier.

Mon propos de ce jour s’articule autour de trois points. Tout d’abord, un bref aperçu des relations Japon-Afrique en générale et avec la République Démocratique du Congo en particulier ; ensuite une présentation succincte des potentialités de la République Démocratique du Congo, lesquelles constituent des opportunités d’affaires pour le secteur privé Japonais et enfin, les réformes initiées et mises en œuvre par le Gouvernement dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires.

Mesdames et Messieurs,

S’agissant des rapports Japon -Afrique, l’évolution des relations économiques du Japon avec le continent africain procède d’une tendance fondamentale, celle de la montée de l’Asie, devenue la nouvelle locomotive de la mondialisation.

Depuis plus de 50 ans, le Japon est un partenaire important de l’Afrique.  Il multiplie les investissements dans une approche de partenariat gagnants-gagnants, en plus d’améliorer ses relations avec un nombre considérable des pays africains.

C’est ici l’occasion de saluer les  différentes interventions du Japon  qui n’hésite pas à partager son savoir-faire avec les pays africains, en proposant, entre autres, un modèle de coopération sur le transfert des technologies et sur l’enseignement. Le japon s’étant ouvert aux étudiants africains pour leur formation.

Aussi, dans la perspective de la mise en œuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF), les deux partenaires ont encore beaucoup à se donner mutuellement. 

En effet, s’il est de notoriété que le Japon présente d’immenses capacités dans les domaines économique, financier et de la technologie de pointe (3e puissance économique mondial), l’Afrique dispose  d’énormes opportunités d’affaires et d’investissements dans les domaines aussi variés que les Mines, les hydrocarbures, l’énergie, les infrastructures, le tourisme, l’agro-alimentaire, le textile, l’automobile et dans l’industrie, pour ne citer ceux-là.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de faire un point sur la coopération entre la République Démocratique du Congo et le Japon. En effet, depuis la signature de l’Accord Commercial entre la République Démocratique du Congo et le Japon en 1970 à TOKYO, les liens économiques tissés depuis cette époque n’ont cessé de se renforcer. Cette coopération a permis de conclure plusieurs partenariats ayant abouti à diverses réalisations. On peut en épingler quelques-unes, à savoir :

  • la construction du Pont Maréchal dans la Province du Kongo-Central, qui a facilité l’accès du pays à l’Océan Atlantique par voie routière ;
  • l’accompagnement sur le plan médical, à travers l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ;
  • l’assistance aux populations rurales dans l’approvisionnement en eau potable ;
  • le financement de plusieurs projets de développement, à travers le Fonds de Contrepartie ;
  • la construction des infrastructures routières et sanitaires ;
  • la formation technique et professionnelle, à travers l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP) ; et
  • le don d’une locomotive 311 à la Société Congolaise de Transport et des Ports (SCTP).

La dernière visite au Japon, de Son Excellence Monsieur Président de la République, Chef de l’Etat, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, sept mois seulement après son investiture à la magistrature suprême, démontre à suffisance l’importance de la coopération  entre nos deux  pays. 

Notre présence dans ce forum, constitue l’occasion de présenter les opportunités d’investissements qu’offre la République Démocratique Congo dans les secteurs tant public que privé, et en même temps, d’indiquer la volonté du Gouvernement à mener les réformes nécessaires pour un climat des affaires plus attractif.

Mesdames et Messieurs,

Avant de poursuivre mon propos, je voudrais rappeler que la République Démocratique du Congo dispose d’une population dynamique estimée à 100 millions d’habitants, composée à majorité des jeunes, constituée d’une main d’œuvre abondante.  

S’agissant des opportunités, elle offre d’innombrables potentialités et de multiples opportunités d’investissements dans plusieurs secteurs porteurs, notamment :

  • l’Agriculture : 80 millions d’hectares des terres arables et l’agro-alimentaire ;
  • la Pêche et l’Elevage ;
  • le Tourisme ;
  • l’Economie verte ;
  • l’Energie ;
  • l’Industrie : la République Démocratique du Congo dispose d’un Plan Directeur d’Industrialisation estimé à 58 milliards de dollars américains ;
  • les Infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires… ;
  • les Mines ;
  • le Transport ;
  • les Télécommunications ; et
  • le textile, les produits pharmaceutiques, la production des vaccins.

En outre, la République Démocratique du Congo dispose à ce jour des secteurs innovants très attractifs pour les investisseurs nippons, pouvant également booster les échanges commerciaux entre nos deux pays.  A ce titre, elle assure notamment près de 70% de la production mondiale de cobalt avec une production annuelle évaluée autour de 100 000 tonnes. Elle dispose également  de 25 millions de tonnes de réserves de cobalt identifiées dans son sous-sol, soit 2/3 des réserves mondiales.

Par ailleurs, la République Démocratique du Congo est appelée à jouer un rôle de premier plan dans la transition vers des énergies propres et renouvelables. Cette transition nécessitera le développement de nouvelles capacités de production et de transformation de ses riches dotations en cobalt susceptible de la placer au cœur de la dynamique des chaines de valeur des batteries.

C’est l’occasion d’appeler les grands constructeurs automobiles japonais d’investir dans la production des voitures en République Démocratique du Congo et, en particuliers, les voitures électriques. En effet, Une étude internationale du cabinet  Bloomberg sur la filière batterie a démontré que les coûts de production des précurseurs de batterie (MNC) en République Démocratique du Congo (39 millions USD) sont environ trois fois inférieurs par rapport aux Etats-Unis (117 millions USD) et à la Chine (112 millions USD) et deux fois inférieurs par rapport à la Pologne (65 millions).

Mesdames et Messieurs,

Je tiens à porter à votre connaissance que, depuis décembre 2019, la République Démocratique du Congo dispose d’un Plan National Stratégique de Développement (PNSD) dont l’objectif principal est de réaliser une croissance forte, durable et inclusive en vue de réduire la pauvreté ainsi que les inégalités. 

A cet égard, mon Gouvernement considère qu’il revient au secteur privé de créer des richesses et des emplois, pendant que l’Etat joue le rôle régulateur en vue de créer des conditions propices au développement des affaires.  A ce sujet, des réformes nécessaires sont menées sur le plan institutionnel, réglementaire et fiscal, faisant de la République Démocratique du Congo l’une meilleures destination d’investissements.

Parmi les réformes importantes, il y a lieu de citer notamment :

  • l’adoption et la promulgation d’un Code des Investissements ;
  • l’adoption et la promulgation d’un nouveau Code Minier ;
  • la libéralisation du secteur de l’électricité et des assurances ;
  • la création des Zones Economiques Spéciales ;
  • la réduction de 40 à 35 % du taux d’imposition des sociétés sur les bénéfices et profits ;
  • la réduction de moitié du taux d’obtention de permis de construire ;
  • l’adoption et la promulgation de la Loi sur le Partenariat Public-Privé ;
  • la mise en place d’un Guichet Unique Intégral du commerce extérieur afin de dématérialiser les opérations d’Import-Export ;
  • la mise en place d’un Guichet Unique de création d’entreprise pour réduire le délai et le coût y relatifs ; et
  • la mise en place des Tribunaux de Commerce ;
  • le processus en cours en vue de l’adoption du code du numérique.

En outre, point n’est besoin de rappeler que depuis le Gouvernement s’est engagé dans la lutte contre la corruption. Ce qui sans nul doute participe à l’amélioration de la Gouvernance. 

Mesdames et Messieurs,

Distingués Invités,

Comme vous venez de vous en rendre compte, aujourd’hui, sous le leadership de Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat, et au regard de ce que je viens d’évoquer, la République Démocratique du Congo constitue une destination idéale des investissements japonais tant publics que privés.

Pour clore mon propos, j’aimerai affirmer que la République Démocratique du Congo s’inscrit dans la dynamique des sessions antérieures tenues au mois décembre 2021 et manifeste à son tour son intérêt à signer des protocoles d’accords avec le japon et d’autres structures présentes à ce forum.

Je vous remercie.

Fait à Nairobi, le 03 mai 2022

Jean-Lucien Bussa

Pin It

Statistiques

24860647
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
7831
19093
94060
24594961
651896
699153
24860647

Your IP: 185.191.171.2
2022-09-29 10:24

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg