Flash

BAN2

 

*C’est donc un rappel à la célèbre phrase «Les résultats tranchent les palabres». En guise de cette réalisation mémorable qui restera gravée dans les annales de l’histoire, Barnabé Muakadi ou le surnommé «Magicien du fisc», ci-devant Directeur Général à la Direction Générale des Impôts (DGI), a désigné son Chef de Division et Chargé de Communication de la DGI, Monsieur Jean Muteba, de s’entretenir avec la presse congolaise autour des recettes réalisées à l’échéance du 30 avril 2022. Montant : 3.000 milliards de Francs Congolais, soit 1 milliard 5 millions de dollars américains, une première dans les registres des réalisations de cette régie financière. Cette échéance a concerné l’impôt sur le bénéfice et profit (IBP) comparativement aux mois et aux années antérieures, au travers des plans et des stratégies efficaces qui ont produit des résultats applaudissables.

Plans et stratégies de mobilisation

Devant la presse, hier lundi 2 mai 2022, au siège de la DGI située à la Gombe, Jean Muteba a révélé que derrière ces résultats se cachent les coulisses d’un grand travail abattu. N’étant pas hasardeux, ces recettes réalisées par la DGI pour le mois d’avril 2022 trouvent leurs explications en rapport avec la vision du Président de la République et Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, en matière de la mobilisation durable de recettes fiscales, a martelé dans ses interventions magistrales sur la question du civisme fiscal et de la lutte contre la fraude fiscale.

De manière complémentaire, explique le Chargé de communication de la DGI, le Gouvernement avait mis en place des mesures d’accompagnements qui ont été matérialisées par le Ministère des Finances, piloté par Nicolas Kazadi, qui s’est d’ailleurs chargé d’instaurer le dialogue de gestion reposant sur les engagements que prennent les régies financières dans le cadre de contrat de performance.

Dans leurs entretiens, souligne le Représentant du DG Muakadi, le Ministre des Finances et aujourd’hui Ministre intérimaire de l’Economie Nationale avait également insisté sur la numérisation et la digitalisation de toutes les procédures de déclaration des impôts et de paiement, tout en assurant un suivi régulier.  

Par cette politique initiée, il avait été demandé à la Direction Générale des Impôts, sous le leadership de Barnabé Muakadi, d’élaborer une stratégie pouvant permettre la concrétisation de ces orientations levées sur base de la tendance haussière observée l’année passée à l’échéance 2021 avec un taux de réalisation de 130%. «Ce qui a constitué pour cette direction un challenge», a déclaré Jean Muteba.

Pour répondre utilement aux orientations données par le Ministère des Finances, la DGI a mis en exergue des plans d’actions notamment, celles de réhabilitation du bon fonctionnement de la TVA, en restaurant l’assiette de sa collecte appliquée aux sociétés minières, la réforme des régimes fiscaux référentiels ainsi que toutes les conventions et les accords qui prévoient des exonérations fiscales non fondées sur les dispositions légales en vigueur.

Dans la même perspective, un déploiement a été engagé pour corriger les inégalités constatées dans le cadre de la perception de l’Impôt Professionnel sur les rémunérations (IPR) qui n’était soutenu que par le secteur privé et non le secteur public, visant désormais les agents et fonctionnaires de l’Etat, des engagés locaux des ambassades et des organismes internationaux. 

En dépit de la crise sanitaire causée le Covid-19, Jean Muteba a évoqué le respect de tous les gestes de protection par leur régie, qui a permis d’assurer la sécurité des agents et ne causant aucune barrière aux objectifs fixés.

Modernisation de l’administration fiscale

A cette préoccupation, le Chef de Division de la DGI a déclaré que « tel que prévu par le Directeur Général (Barnabé Muakadi), il s’agit dans ce contexte de faire de la DGI une administration performante, censée d’atteindre une mobilisation des recettes par un bon encadrement, une bonne gouvernance de la gestion de l’impôt. Qui, actuellement, travaille en direction du renforcement de capacités par une motivation du personnel, les bons rapports avec les fédérations professionnelles, les syndicats, et cet environnement assaini a favorisé une bonne collecte de recettes».

Pour ce qui concerne le civisme fiscal, il a rappelé que les congolais sont censés contribuer aux charges de l’Etat, conformément aux dispositions des articles 65 et 174 qui stipulent que ‘‘chaque congolais ou toute autre personne résidant en RDC, doit payer ses impôts et taxes et aucune personne ne puisse se soustraire de cette obligation’’.

Procédures de paiement des impôts

Pour éviter les confusions, il sied de noter que les impôts sont déclarés à la DGI, qui n’est pas en contact avec de l’argent des contribuables, mais ces impôts sont plutôt payés auprès des institutions habilitées qui sont des banques et la CADECO. Et tout ce qui est payé est retracé au niveau de la banque centrale, et du compte de trésor national, au travers des mécanismes de logiciel et toutes les déclarations sont sécurisées.

Niclette Ngoie

Pin It

Statistiques

22144701
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5280
16468
119163
21931225
310741
440043
22144701

Your IP: 34.231.147.28
2022-05-21 06:35

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg