Flash

BAN2

 

*‘’Né des parents pauvres, paysans et illettrés, j’ai toujours considéré la SNEL SA comme mon père et ma mère parce qu’elle m’a tout donné jusqu’au-delà de mon espérance en commençant par le crédit qui m’avait permis d’organiser mon mariage en 1976. C’est pourquoi, il y a une complicité et une relation d’amour entre SNEL SA et LUSHIMA qui font que la société est devenue comme une partie de mon corps. Je suis attristé par son effondrement alors qu’elle a formé des cadres compétents capables de la redresser.   J’ai toujours rêvé de sa grandeur, de sa prospérité, de sa puissance et de sa réputation dans le secteur de l’électricité. Ce rêve habite en moi et me poursuit partout. Je vis avec lui, je dors avec lui, je me lève avec lui, je me lave avec lui, je mange avec lui, je travaille avec lui, je me promène avec lui, je me rase avec lui, je défends ma thèse avec lui, j’écris avec lui, etc. Malheureusement, la politisation à outrance du poste de Directeur Général de la SNEL SA ne m’a jamais donné l’occasion de démontrer ma capacité extraordinaire à redresser la SNEL SA, d’exprimer mon ambition et de traduire mon rêve en réalité. Le militantisme vaut plus que l’expertise dans notre pays’’, écrit Lushima Djunga Wembadio, dans une lettre ouverte adressée à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  Président de la RD. Congo.

‘’La SNEL SA  est une société savante parce qu’elle est la pépinière des  meilleurs Ingénieurs Civils et Techniciens en électricité dans notre pays. Pour les avoir côtoyés durant ma brillante et extraordinaire carrière professionnelle ininterrompue pendant 40 ans, soit de 1975 à 2015, je connais tous les Ingénieurs Civils et tous me connaissent. Je connais les limites des uns et des autres. Ils sont excellents dans leur domaine d’engineering et médiocres dans le domaine de la gestion. Ils ont démontré leur extraordinaire incapacité à gérer les consommateurs domestiques de la société depuis 1990. La comparaison des recettes réalisées par la SNEL SA, la CIE de la Côte d’ Ivoire et Vodacom confirme cette incapacité.

Dès sa création le 16 mai 1970, la SNEL, SA, avait envoyé de nombreux cadres Ingénieurs Civils à l’étranger pour acquérir une formation solide en vue de renforcer leurs capacités professionnelles dans le domaine d’engineering et à préparer la relève des cadres expatriés après leur retour en Europe. Le Directeur LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO fut le seul cadre non Ingénieur Civil  qui avait bénéficié d’un stage professionnel d’un très haut niveau financé entièrement par la SNEL, SA, pendant deux ans dans les sociétés d’électricité de la Belgique, de la France et de l’Allemagne. La société a donc investi beaucoup d’argent dans la formation de LUSHIMA DJUNGA en gestion des sociétés d’électricité.

Ce stage était un privilège exceptionnel que la société réservait à ses cadres exceptionnels qui se distinguaient par leur contribution positive au développement de la société parmi lesquels il faut compter LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO ; auteur des Points de Perception en 1995, du Projet CVS et ASIC en 1998, co-auteur avec Monsieur KINANGA de la « Rente » en faveur des agents retraités de la SNEL SA en 1998, système très apprécié par les bénéficiaires ; « Géniteur » de la Cité des agents SNEL SA située à Kinsuka, acquise par compensation avec l’ex-CPA grâce à son initiative personnelle  etc. 

Pour être admis en première année du cycle d’orientation au groupe scolaire LUBUYI à Alberthiville, aujourd’hui Kalemie, Chef-lieu  de la Province de Tanganyka en 1963, l’élève devait obtenir 50% en français et 50% en mathématique. Le petit LUSHIMA avait réalisé son premier exploit dans sa vie en obtenant zéro point en français et 100% des points en mathématique. Surprise agréablement par ce résultat inédit, la Direction de l’école fut obligée de violer son propre règlement en inscrivant le petit LUSHIMA en première année avec l’obligation de suivre les cours de rattrapage en français. En 1975, pour être engagé par la SNEL SA, le petit LUSHIMA avait fait deux fois l’examen de comptabilité parce qu’il était soupçonné par les examinateurs d’avoir triché pour obtenir la côte stratosphérique au premier examen. Le résultat du deuxième examen avait confirmé celui du premier’’, rappelle-t-il en guise de grands traits de son profil et de son expérience professionnelle.

LPM

 

 

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO   

Rue Luasua n°13

Macampagne Saint Luc

KINSHASA/NGALIEMA

Tél. +243 999 913 960

Kinshasa, le 29 avril 2022

A Sa très Haute Excellence Monsieur le  Président de la République, Chef de l’Etat  (Avec l’expression de mes hommages les plus déférents) 

à KINSHASA/GOMBE

Excellence Monsieur le Président de la République,

Concerne : - Meilleur candidat au poste de Directeur Général de la SNEL SA

                    - Meilleur Plan de redressement de la SNEL SA, société ESI EKUFA 

J’ai l’honneur de solliciter par la présente ma nomination par votre Très Haute Excellence en votre qualité de Président de la République, Chef de l’Etat, au poste de Directeur Général de la SNEL SA, parce que j’estime qu’après l’échec cuisant des Ingénieurs Civils qui dirigent la société depuis 1990, je suis actuellement le meilleur candidat à ce poste, et porteur du meilleur plan de redressement de la SNEL SA, contenu dans mon étude intitulée « Projet CVS et ASIC », menée en 1998, dans laquelle je développe ma nouvelle politique tarifaire inédite et originale, capable de permettre à la société de multiplier par 5 au minimum ses ventes et ses recettes sur les consommateurs domestiques sans modifier  ou en diminuant le tarif le moins cher parmi les tarifs pratiqués par les sociétés privées d’électricité installées dans notre pays.

  1. Nsisanisation ou africanisation des tarifs domestiques d’électricité

La nouvelle politique tarifaire que je propose trouve son inspiration dans la tradition sur  la collecte de l’offrande dite « Nsisani », chère à l’Eglise Kimbaguiste. A cause du pouvoir  d’achat dérisoire des Congolais, aucun consommateur domestique n’est capable de payer une facture d’électricité de 20 USD/mois. La politique tarifaire constitue le cheval de bataille de toutes les sociétés d’électricité. Si elle ne s’adapte pas aux réalités socio-économiques des consommateurs, la politique tarifaire sera vouée en échec. C’est le cas de la nouvelle loi du secteur de l’électricité qui est impropre à la consommation parce qu’elle édicte la fixation des tarifs domestiques selon les règles de la vérité des prix.

Grâce à « Nsisani » l’Eglise Kimbanguiste construit des infrastructures grandioses et réalise des œuvres sociales importantes. Pour  ceux qui ne le savent pas, la « Nsisanisation » des prix de ses cartes prépayées est le secret des performances réalisées par VODACOM qui avait récolté sur ses 5 millions d’abonnés 198,88 millions USD des recettes pour le seul mois de février 2009 contre les recettes médiocres de 72,01 millions USD réalisées par la SNEL SA sur les clients BT pour toute l’année 2020. La SNEL SA doit sa survie aux recettes générées par les sociétés minières. Elle ressemble donc à une souris qui meurt de faim dans une cage pleine d’arachides.

L’adaptation des tarifs domestiques de l’électricité aux réalités congolaises s’appelle « Nsisanisation ou Africanisation des tarifs domestiques d’électricité ». Elle prône l’application d’un prix dérisoire, un prix d’amis, un prix académique, un prix patriotique, un prix incitatif, un prix familial, un prix hors concurrence à la portée de tous les consommateurs domestiques, un prix inspiré du slogan « le peuple d’abord ». Le prix d’amis variera dans la fourchette de 5 à 15 USD/mois à payer par chaque abonné domestique dans les quartiers pauvres selon le niveau de vie de chacun afin de permettre à tous les consommateurs domestiques de contribuer directement et individuellement au budget de la SNEL SA. L’argent de la SNEL SA dort tranquillement dans les habitations de ses consommateurs domestiques.

  1. Déclaration historique du 16 février 1999

Le 16 février 1999, lors de la présentation aux cadres de la SNEL SA et aux Experts Européens du Groupement EEF-ICM-MEDIS, des résultats de mon étude inédite, intitulée « Projet CVS et ASIC », sur les pertes techniques et pertes non techniques de la société, j’avais fait en termes de parabole la déclaration sensationnelle et troublante, exprimée de la manière suivante :

« Le salut de la SNEL SA, ne proviendrait à court terme, ni de sa clientèle industrielle (MT et HT), ni du pauvre Etat Congolais, ni de l’exportation, ni de l’Occident, mais de l’amélioration de la gestion de sa clientèle basse tension ou domestique. En réduisant  son énergie non facturée, la SNEL SA est incapable de multiplier par 5 au minimum ses ventes et ses recettes sur sa clientèle basse tension ou domestique sans modifier ou en diminuant le tarif le moins cher parmi les tarifs pratiqués par les sociétés privées d’électricité installées dans notre pays. Etranglé par le poids de la dette odieuse, le pauvre Etat Congolais est incapable de payer sa facture d’électricité parce qu’il est victime de la surfacturation du fait que l’énergie lui facturée par la SNEL SA représente quasiment le triple de sa consommation effective ».

Cette thèse est valable jusqu’aujourd’hui, sauf en ce qui concerne l’Etat qui a vu sa facturation passée de 1.135 GWH en 1997 à 552 GWH en 2020. Ma nouvelle politique tarifaire propose à la SNEL SA d’appliquer le tarif de solidarité (TSO) et le prix de solidarité (PSO) sur l’énergie domestique effectivement consommée en y intégrant le facteur social entre les consommateurs domestiques nantis et les moins nantis. L’Expert Congolais où Etranger qui vous dira le contraire, est un menteur. Il n’aime pas la SNEL SA. Ma thèse est protégée par le brevet d’invention n°2004/3722 du 09 mars 2004, non signé jusqu’à ce jour par le Ministre de l’Industrie pour des raisons que Dieu seul sait.

J’avais présenté,   moi-même,  mon projet aux Experts de différentes structures ci-après : COSU (Comité de Suivi des Prix et des Tarifs de vente d’eau et d’électricité, le 10/3/1999 ; SNEL SA, REGIDESO, CNE, Cabinet du Ministre de l’Energie, le 27/6/1999 ; Présidence de la République, Conseil Supérieur du Portefeuille, Professeurs de l’ISS, le 20/7/1999 ; Habitants de la Commune Pilote de Kasa-Vubu, le 10/9/1999 ; Banque Mondiale, le 09/11/1999 ; Délégués Syndicaux de la SNEL SA, le 22/01/2000 ; ECOENERGIE (Expert de la Fédération des Entreprises du Congo en sigle FEC), le 08/05/2001 ; cadres de la SNEL SA, Ingénieurs Civils, le 18/08/2003 ; Conseil Supérieur du Portefeuille, le 07/11/2003 ; SNEL SA, les 5,6 et 7/01/2005 ; Ministère de l’Industrie, le 16/11/2007 ;

  1. Qui est Lushima Djunga Wembadio ?

Né des parents pauvres, paysans et illettrés, j’ai toujours considéré la SNEL SA comme mon père et ma mère parce qu’elle m’a tout donné jusqu’au-delà de mon espérance en commençant par le crédit qui m’avait permis d’organiser mon mariage en 1976. C’est pourquoi, il y a une complicité et une relation d’amour entre SNEL SA et LUSHIMA qui font que la société est devenue comme une partie de mon corps. Je suis attristé par son effondrement alors qu’elle a formé des cadres compétents capables de la redresser. 

J’ai toujours rêvé de sa grandeur, de sa prospérité, de sa puissance et de sa réputation dans le secteur de l’électricité. Ce rêve habite en moi et me poursuit partout. Je vis avec lui, je dors avec lui, je me lève avec lui, je me lave avec lui, je mange avec lui, je travaille avec lui, je me promène avec lui, je me rase avec lui, je défends ma thèse avec lui, j’écris avec lui, etc. Malheureusement, la politisation à outrance du poste de Directeur Général de la SNEL SA ne m’a jamais donné l’occasion de démontrer ma capacité extraordinaire à redresser la SNEL SA, d’exprimer mon ambition et de traduire mon rêve en réalité. Le militantisme vaut plus que l’expertise dans notre pays.

La SNEL SA  est une société savante parce qu’elle est la pépinière des  meilleurs Ingénieurs Civils et Techniciens en électricité dans notre pays. Pour les avoir côtoyés durant ma brillante et extraordinaire carrière professionnelle ininterrompue pendant 40 ans, soit de 1975 à 2015, je connais tous les Ingénieurs Civils et tous me connaissent. Je connais les limites des uns et des autres. Ils sont excellents dans leur domaine d’engineering et médiocres dans le domaine de la gestion. Ils ont démontré leur extraordinaire incapacité à gérer les consommateurs domestiques de la société depuis 1990. La comparaison des recettes réalisées par la SNEL SA, la CIE de la Côte d’ Ivoire et Vodacom confirme cette incapacité.

Dès sa création le 16 mai 1970, la SNEL, SA, avait envoyé de nombreux cadres Ingénieurs Civils à l’étranger pour acquérir une formation solide en vue de renforcer leurs capacités professionnelles dans le domaine d’engineering et à préparer la relève des cadres expatriés après leur retour en Europe. Le Directeur LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO fut le seul cadre non Ingénieur Civil  qui avait bénéficié d’un stage professionnel d’un très haut niveau financé entièrement par la SNEL, SA, pendant deux ans dans les sociétés d’électricité de la Belgique, de la France et de l’Allemagne. La société a donc investi beaucoup d’argent dans la formation de LUSHIMA DJUNGA en gestion des sociétés d’électricité.

Ce stage était un privilège exceptionnel que la société réservait à ses cadres exceptionnels qui se distinguaient par leur contribution positive au développement de la société parmi lesquels il faut compter LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO ; auteur des Points de Perception en 1995, du Projet CVS et ASIC en 1998, co-auteur avec Monsieur KINANGA de la « Rente » en faveur des agents retraités de la SNEL SA en 1998, système très apprécié par les bénéficiaires ; « Géniteur » de la Cité des agents SNEL SA située à Kinsuka, acquise par compensation avec l’ex-CPA grâce à son initiative personnelle  etc. 

Pour être admis en première année du cycle d’orientation au groupe scolaire LUBUYI à Alberthiville, aujourd’hui Kalemie, Chef-lieu  de la Province de Tanganyka en 1963, l’élève devait obtenir 50% en français et 50% en mathématique. Le petit LUSHIMA avait réalisé son premier exploit dans sa vie en obtenant zéro point en français et 100% des points en mathématique. Surprise agréablement par ce résultat inédit, la Direction de l’école fut obligée de violer son propre règlement en inscrivant le petit LUSHIMA en première année avec l’obligation de suivre les cours de rattrapage en français.

En 1975, pour être engagé par la SNEL SA, le petit LUSHIMA avait fait deux fois l’examen de comptabilité parce qu’il était soupçonné par les examinateurs d’avoir triché pour obtenir la côte stratosphérique au premier examen. Le résultat du deuxième examen avait confirmé celui du premier.

  1. Défaut de pertinence du critère âge pour la nomination d’un DG à  la Snel SA

En ma qualité d’Expert en gestion des sociétés d’électricité, formé par la SNEL SA, j’avais identifié 65 erreurs chiffrées commises par les experts canadiens de MANITOBA HI dans les bilans énergétiques de la SNEL SA des années 2014, 2015 et 2016 qu’ils avaient établis dans leur plan de redressement de la SNEL SA en 2015 sous le management de Monsieur Eric MBALA MUSANDA, Ingénieur Civil et Directeur Général de la société. J’avais dénoncé ces erreurs dans ma lettre du  4 Août 2017 adressée à Madame la Ministre du Portefeuille. Malheureusement, Madame n’a pris aucune peine d’en accuser réception pour des raisons que Dieu seul sait. L’interprétation des pertes techniques et pertes non techniques d’une société d’électricité est une matière très hautement technique qui n’est réservée qu’aux initiés. A l’au-delà où ils se trouvent, mes parents doivent être fiers d’avoir donné à notre nation un cadre de mon acabit. On ne le ramasse  pas à la pèle. 

Entre deux médecins chirurgiens, le premier commet des erreurs médicales et tue les malades, le deuxième corrige les erreurs médicales commises et guérit les malades, le plus grand et le plus expérimenté est le deuxième médecin. Un Nègre qui corrige les erreurs de gestion commises par les experts de renommée internationale est un cas rarissime pour ne pas dire un cas d’école. 

Parlant de la jeunesse et de la vieillesse, le Général Américain D. Mac Arthur, déclara ce qui suit : « La jeunesse n’est pas une période de vie. Elle est un état  d’esprit, un effet de la volonté, une qualité d’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme…Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il défie les événements et trouve la joie au jeu de la vie. Vous restez jeune tant que vous restez réceptif à ce qui est beau, bien et grand. Réceptif aux messages de l’homme, de la nature, de l’infini ».

En définitive, la connaissance de l’entreprise et l’expérience professionnelle présentées par COPIREP dans les dossiers distribués aux candidats comme des atouts majeurs pour être nommé Directeur Général de la SNEL, SA, doivent être privilégiés par rapport à l’âge du candidat qui ne peut être considéré comme étant critère de sélection au regard de la réflexion du Général Américain D. Mac Arthur.

  1. Demande d’arbitrage de deux Ecofin réunies du parlement

La SNEL, SA, a été placée par la gestion scabreuse des Ingénieurs Civils dans un gouffre très profond où elle ressemble à un patient atteint d’un cancer généralisé qui nécessite l’intervention d’un gestionnaire expérimenté comme LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO dans la gestion des sociétés d’électricité.

Après l’échec de tous les Consultants occidentaux, des Ingénieurs Civils de la SNEL SA et du COPIREP à aider la SNEL SA à augmenter ses recettes sur les consommateurs domestiques de sa clientèle, je sollicite très humblement votre bienveillante intervention auprès des Honorables Présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale afin qu’ils prennent la responsabilité d’organiser le recrutement du meilleur candidat au poste de Directeur Général de la SNEL SA selon la procédure compétitive et transparente recommandée par le Gouvernement, mais foulée aux pieds par le  COPIREP.

Il a déjà sélectionné en catimini 10 candidats au poste de Directeur Général de la SNEL SA.

Je souhaite que tous les candidats au poste de DG, DGA et PCA de la SNEL SA défendent chacun son diagnostic et son plan de redressement de la SNEL SA devant les deux Commissions ECOFIN du Parlement réunies où l’on trouve des anciens gestionnaires pétris d’expérience.

Le recrutement devrait se faire devant la presse et la télévision afin de permettre à la population de suivre le processus de désignation du futur Directeur Général de la SNEL SA, entreprise mise en faillite par la gestion calamiteuse de ses Ingénieurs Civils.

Au moment où vous cherchez les « chasseurs des recettes » afin qu’ils contribuent à la mobilisation des recettes dont vous avez besoin pour financer votre programme génial de développement à la base à partir de 145 territoires, j’affirme et répète en réaffirmant qu’en dehors de mon plan de redressement de la SNEL SA, le Gouvernement SAMA LOKUNDE n’a pas d’autre alternative plus avantageuse pour redresser la société.

Veuillez agréer, Sa très Haute Excellence Monsieur le  Président de la République, Chef de l’Etat, l’expression de mes hommages les plus déférents.

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Expert en Gestion des Sociétés d’Electricité

Analyste financier de l’ISSEC de Paris

 Directeur retraité de la SNEL SA

 Candidat Malheureux

 

Pin It

Statistiques

22144452
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5031
16468
118914
21931225
310492
440043
22144452

Your IP: 54.36.148.65
2022-05-21 06:20

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg