Flash

BAN2

 

*Kinshasa, le 16 avril 2022 au Roméo Golf, à la Gombe,  Adolphe Muzito, Premier Ministre honoraire, engagé dans une démarche somme toute consultative et déterminé à formuler une nouvelle offre politique de Nouvel Elan, son parti politique, à proposer   aux congolais  lors des prochaines échéances électorales, a organisé un déjeuner d’échange  avec les médias, en tant qu’une des composantes importantes de la société. Après avoir dressé un tableau sombre de la dégénérescence de la société congolaise, depuis 1960 et   dont  tous les paramètres clés sont au rouge aujourd’hui,  il   est arrivé à la conclusion que la RD. Congo est un Royaume des aveugles dirigé  par des borgnes que sont, selon lui,   des leaders politiques, toutes tendances confondues.

Ceux-ci, de par la mal gouvernance et l’absence des projets de société prenant en compte les vraies aspirations du peuple congolais, se sont contentés, depuis 1960, dès le  début  de l’accession de la RD. Congo à sa souveraineté internationale, à se préoccuper plus d’eux-mêmes, en s’engluant dans la logique du partage du gâteau sans toutefois penser aux meilleures politiques publiques pouvant sortir  le pays de la crise réelle à laquelle il est confronté.

D’où, les échecs récessifs de ces mêmes  dirigeants, quant aux solutions aux vrais problèmes des congolais.

A l’écoute du peuple

Pour lui, en effet, tant que le débat public sera articulé autour des individus et des intérêts particuliers, c’est en vain que les congolais attendront le changement de tous ces dirigeants d’hier, d’aujourd’hui et, même, de demain.

Voilà pourquoi, il se lance dans cette campagne de consultation de toutes les catégories socio-professionnelles  qui lui permettrait, espère-t-il, d’élaborer une offre politique qui soit la  plus proche des réalités plutôt que d’enfermer les cadres et militants de Nouvel Elan dans des bureaux huppés  pour concevoir, d’en haut, des recettes miracles en termes des projets de société.

En clair, Adolphe Muzito se met  donc à l’écoute du peuple, pour palper du doigt toutes ces réalités et, puis, le moment venu, il reviendra vers lui avec une offre concrète. 

Il a fustigé, par ailleurs, l’inexistence  de grands partis au vrai sens du mot, l’émergence des majorités politiques factices et  montées de toutes pièces, l’élision des questions essentielles au palmarès de  débats publics qui, normalement, auraient dû être orientés vers  des projets et programmes de développement du pays. 

Telle est, d’ailleurs,  la cause   de tous ces échecs récurrents   liés notamment, à la faiblesse des acteurs à centrer leurs combats autour des idéaux constructeurs pour le bien-être collectif.  

Vers un consensus…

Intervenant dans un contexte politique où le débat est cristallisé sur   la loi électorale dont l’examen  est prévu pour le mercredi 20 avril prochain au Parlement, les échanges du Premier ministre honoraire de la RDC et la presse ont également  oscillé  autour de tous les  autres sujets d’actualité.

Répondant à une des questions, Adolphe Muzito   a souligné qu’il n’est pas possible d’envisager, dans l’état où sont les choses, que le débat au Parlement réponde  de manière conséquente aux besoins et préoccupations de base de différents acteurs, parties prenantes au processus électoral pour les scrutins de 2023.

Face à cette crise politique qui se profile  à l’horizon, il  lance un vibrant appel à une rencontre entre les principaux acteurs politiques constellés autour de l’Union sacrée, du  FCC et de  Lamuka   pour  engager des discussions directes,  franches et constructives  sur des  préoccupations substantielles  en vue de dégager un consensus dont les options seront proposées pour des réformes  à intégrer  dans  la loi électorale.

A ce stade, rien ne vaut la cohésion nationale et l’unité pour permettre un processus électoral paisible et inclusif qui susciterait l’adhésion et la participation du plus grand nombre  et la satisfaction de l’ensemble de la population congolaise.

Quoique la proposition d’une rencontre soit  exclue par le président de l’Assemblée qui considère qu’aucun débat ne devrait être engagé   en dehors de l’hémicycle, Muzito démontre plutôt  la nécessité d’une  rencontre d’échange des vues sur  les principales questions qui divisent la classe politique et formuler une série de  propositions qui pourront, à leur tour, être discutées au niveau du Parlement pour des réformes consensuelles.

Loin d’avoir un quelconque agenda poussiéreux et caché, il dit, par contre,  qu’à Lamuka : ‘’nous sommes ouverts  à la discussion et au partage d’idées fondées sur la paix,  l’unité et la concorde nationale. La question de l’organisation des élections dans les délais constitutionnels nous préoccupent’’.

L’issue de ces discussions  contribuerait, certainement,   à  baisser la tension présente et manifeste au sein de l’arène politique et même,  à rassurer  la population congolaise, quant à la perspective de la tenue des élections transparentes, démocratiques  et inclusives.

Prônant une République dont les actions politiques sont fondées sur des valeurs, il en appelle à se débarrasser des démons du passé, caractérisés par le fait que les alliances politiques entre partis – regroupements – et acteurs politiques se font  et se défont au gré des vagues,  en l’absence des projets de société clairs et participatifs.  

Et, en tant que Premier Ministre honoraire, il a insisté  sur le fait que  la RDC doit    imaginer  une nouvelle façon de gouverner, de  concevoir de nouvelles politiques publiques dont l’action devrait être, désormais,  étalée sur le long terme,   afin d’envisager et d’implémenter, de manière stratégique et échelonnée, des solutions  aux différents défis de la vie socio-économique  de la nation congolaise.

A l’en croire,  l’heure de passer à la table de  discussions a  sonné, pour faire avancer la barque du processus électoral vers le quai, avec l’implication et l’adhésion  de tous.

LPM

 

16/04/2022

Adolphe MUZITO en DEJEUNER DE PRESSEPREPARATION DE L’OFFRE POLITIQUE DE NOUVEL ELAN

Par

Adolphe MUZITO

Initiateur du Parti

Premier Ministre honoraire et Député national

République Démocratique du Congo

(Roméo Golf -Kinshasa, Avril 2022)

BpHAM

 

ETAT DE LIEUX

OÙ NOUS EN SOMMES ?

D’OÙVENONS –NOUS ?

OÙ NOUS ALLONS ?

NOTRE MEMOIRE ?

1) Du point de vue politique

2) Du point de vue socio économique

1.1.

EVOLUTION DU LEADERSHIP CONGOLAIS DU POINT DE VUE POLITIQUE

  1. DU POINT DE VUE POLITIQUE

Partis et Coalitions politiques ELECTIONS 1960

COALITION MAJORITAIRE (LUMUMBA)

  • •MNC-L 41 sièges, soit 30%
  • •PSA 13 sièges, soit 9%
  • •CEREA 10 sièges, soit 7%
  • •BALUBAKAT 7 sièges, soit 5%

S/Total                                 71 sièges, soit 51%

COALITIONMINORITAIRE (KASA-VUBU)

  • •ABAKO 12 sièges, soit 9%
  • •PNP 15 sièges, soit 11%
  • •PUNA 7 sièges, soit 5%
  • •MNC-K 8 sièges, soit 6%
  • •CONAKAT 8 sièges, soit 6%
  • •UNIMO 1 siège, soit 1%
  • •Autres 15 sièges, soit 11%

S/Total                                 66 sièges, soit 49%

Total général :                   137sièges 100%

 

Partis et Coalitions politiques ELECTIONS 1965

COALITION MAJORITAIRE (CONACO de Tshombe) :

CONACO                              35 sièges, soit 21 %

CONAKAT                            9 sièges, soit 5 %

23 Autres                            78 sièges, soit 47 %

S/Total                                 122 sièges, soit 73 %

COALITION MINORITAIRE (CODECO de Kasa-Vubu)

UNICENTRAL                       4 sièges, soit 2,4 %

PUNA                                    4 sièges, soit 2,4 %

ABAKO                                 3 sièges, soit 1,8 %

Autres                                   34 sièges, soit 20,4 %

S/Total                                 45 sièges, soit 27,0 %

Total général                     167 sièges, soit 100 %

 

Partis et Coalitions politiques ELECTIONS 2006

COALITIONMAJORITAIRE (AMP-KABILA)

  • •PPRD 101 sièges, soit 20,2%
  • •PALU 34 sièges, soit 6,8%
  • •MSR 27 sièges, soit 5,4%
  • •F.RENOUVEAU 26 sièges, soit 5,2%
  • •UDEMO 9 sièges, soit 1,8%

 

 S/Total1                              97 sièges 39,4%

 

COALITION MINORITAIRE (JPBEMBA)

  • •MLC 64 sièges, soit 12,8%
  • •INDEPENDANT 63 sièges, soit 12,6%
  • •RCD 15 sièges, soit 3,0%
  • •CDC 10 sièges, soit 2,0%
  • •CODECO 10 sièges, soit 2,0%

S/Total                                  162 sièges 32,4%

  • •Autres 141 sièges, soit 28,2%

S/Total                                 141 sièges 28,2%

 

Total général                     500 sièges 100%

Partis et Coalitions politiques ELECTIONS 2011

Principaux partis de la Majorité

  • •PPRD 62 sièges, soit 12,4%
  • •MSR 27 sièges, soit 5,4%
  • •PALU 17 sièges, soit 3,4%
  • •AFDC 17 sièges, soit3,4%
  • •ARC 16 sièges, soit3,2%

S/Total1                              39 sièges 28,8%

Principaux partis de l’Opposition

  • •UDPS 41 sièges, soit 8,2%
  • •MLC 22 sièges, soit 4,4%
  • •UNC 17 sièges, soit 3,4%

S/Total                                  80 sièges 16,0%

Autres partis

  • •PPPD 29 sièges, soit 5,8%
  • •INDEPEND 16 sièges, soit 3,2%
  • •Autres (Partis fantômes) 236 sièges, soit 47,2%

S/Total                                 281 sièges 56,2%

Total général                     500 sièges 100%

Pin It

Statistiques

22245201
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9165
14952
87633
22025538
411241
440043
22245201

Your IP: 185.191.171.41
2022-05-27 12:26

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg