Flash

BAN2

 

 *L’Inspecteur Général des Finances, Chef de service, Jules Alingete Key s’est entretenu ce mardi 12 avril 2022 avec les professionnels des médias. C’était dans le nouvel amphithéâtre Félix Tshisekedi, à l’occasion de la 5ème journée d’échange citoyen. Cette rencontre s’est inscrite dans la stratégie de  mise en place de  la sensibilisation contre  de la corruption et le détournement de deniers publics. Nommé depuis le 7 juillet 2020 par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi, Jules Alingete, avec l’implication de l’ensemble de son équipe d’Inspecteurs des Finances,  a su inlassablement donner un sens et un contenu à la lutte contre la prédation et   les  détournements des deniers publics.  Une lutte  qui, du reste, s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, depuis son accession aux affaires, le 24 janvier 2019,  s’était  engagé à mettre fin au régime d’impunité, au coulage des recettes, à la lutte contre la corruption  et à redorer le blason terni de la justice congolaise.

Considéré  comme le 4ème pouvoir, il a été impératif d’associer ces intermédiaires, car il faudrait associer tout citoyen congolais à lutter contre ces antivaleurs qui sont des freins à la bonne gouvernance.

Sans ignorer que  jadis,  le pays était plongé dans la  jungle où  chacun pouvait se servir des finances de l’Etat,  sans le moindre remord, ni sens de  redevabilité. 

Les échanges de ce mardi 12 avril 2022  avec  les professionnels des médias ont permis à l’Inspection Générale des Finances d’expliquer sa mission, les méthodologies d’enquêtes  et ses conclusions.

De prime abord, l’IGF  est considérée est une institution publique  d’audit   disposant d’une compétence générale en matière de contrôle des finances et des biens publics.

A cette définition, le Coordonnateur  Herman Iyeleza Kebe a souligné que cette entité n’effectue aucun recouvrement et ne règle pas de  contentieux. En effet,  son rôle s’exerce uniquement au niveau du  contrôle du trésor public, du compte de trésor de la banque centrale, de la régularité des opérations. Mais,  aussi sur le contrôle,  quant à la régularité des opérations au sein des entreprises du portefeuille de l’Etat à Kinshasa, provinces  et de tout  ce qui concerne l’utilisation des fonds publics.   

Gendarme des Finances publiques

La corruption battait son plein dans plusieurs entreprises publiques de l’Etat, causant ainsi  des écarts et des manques à gagner énormes au niveau du  trésor public. Et,  en 34 ans d’expérience, la nouvelle direction de l’IGF et avec le concours de ses différentes brigades a enchaîné des audits depuis lors, des contrôles des finances et des biens publics, des enquêtes, des vérifications et des contre-vérifications.  D’ailleurs, c’est cela qui  vaut aujourd’hui à l’IGF,  le rôle de gendarme des finances publiques. 

Implémentation de la bonne gouvernance

Après l’exposé du Coordonnateur   Herman Iyeleza Kebe, Jules Alingete, Inspecteur Général, Chef de Service,  a remercié chaleureusement les journalistes qui ont répondu à son   invitation et dont l’implication permettrait d’accroître la campagne de sensibilisation les congolais sur  le vrai  rôle que l’IGF a à  jouer pour le développement de la nation.

«Vous êtes une force, et vous devez communiquer de la meilleure façon afin que le message soit compris de tous »,  s’est-il exprimé.

Il a en profité pour rappeler que la lutte contre ces antivaleurs est une volonté du Chef de l’Etat, dont ils ne sont que des instruments d’exécution en ayant pour soubassement,  des directives et des recommandations précises.

Sur cette  base, il a  appelé les médias  à se joindre aux  efforts de l’IGF  de sorte qu’ensemble,  la corruption soit dévastée au sein des institutions.

Par ailleurs, il a insisté sur le fait  que cette initiative intervient parmi les nouvelles stratégies mises  en place pour   associer tout le monde à cette  lutte.  Car,  chacun doit user du pouvoir positivement et pour l’intérêt du pays.

Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que le détournement détériore la qualité de la vie sociale, aggrave le sous-développement, la misère, et la perte de la crédibilité internationale et  éloigne  des vrais investisseurs. 

Moisson abondante 

Pour ce faire, le Chef de service adjoint Victor Batubenga Pandamadi a retracé les actions fortes posées par l’IGF  depuis la mise en marche de ces nouvelles réformes.

En ce qui concerne les recettes, l’IGF,  au travers du déploiement de ses  inspecteurs, a  pu supprimer des procédures illicites qui servaient d’ombre au détournement. Mais aussi, détecté   des exonérations illégales de certains partenariats qui, contre toute attente, sont allés jusqu’à  près de 5,4 milliards de dollars américains  comme manque à gagner. 

En plus d’empêcher le détournement des deniers publics et de stopper la mégestion, grâce au travail de l’IFG,  plusieurs millions de dollars américains  ont été repris  dont la somme de 1,5 millions de dollars américains  de fonds détournés au Ministère de l’Agriculture, 712.988 dollars de la prime des agents de la riposte, et plus d’un  million de dollars à la Fédération Congolaise de football Association (FECOFA).

Pour ne citer que ces réalisations  parmi tant d’autres, Victor Batubenga a, enfin,   ajouté qu’au travers de l’IGF, un taux élevé d’amélioration de la trésorerie s’est signalée dans certaines entreprises ainsi qu’au Trésor Public. 

Niclette Ngoie

Pin It

Statistiques

22143432
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4011
16468
117894
21931225
309472
440043
22143432

Your IP: 54.36.148.65
2022-05-21 05:20

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg