Flash

BAN2

 

 Où serait passé Maj Kisimba Ngoy ? Que serait-il devenu ? A-t-il renoncé à la politique ? Toutes ces questions ont désormais de réponses claires. Bien portant, depuis la Belgique, l’ancien ministre des Affaires Foncières reste disponible à contribuer à l’avancement de son pays, la République Démocratique du Congo. Sa toute dernière sortie médiatique date d’il y a moins d’une semaine, au cours de l’émission Parcours, réalisée sur place en Belgique. Face au journaliste, Maitre Maj Kisimba Ngoyi a lancé un plaidoyer aux autorités en faveur de la jeunesse et, par ricochet, de la promotion de la classe moyenne dont font partie les réparateurs de pneus communément appelés quado en RDC.

La jeunesse, estime Maj Kisimba, c’est le socle de l’émergence de toute société. Investir dans la jeunesse, à son avis, c’est anticiper des solutions face aux éventuels défis ayant trait au développement durable. «Il est vrai que nous n’avons pas donné de nos nouvelles pendant un certain temps. Non pas que nous avons été inactif. Loin de là. Le silence a été pour nous une posture qui nous a permis d’être en phase avec nos propres convictions. Nous n’avons jamais considéré que les fonctions ou les activités politiques étaient une profession. C’est plutôt la réponse à l’appel, la réponse qui est liée à un sacerdoce. Cela correspond à un mandat. Nous avons exercé le mandat que nous avons eu et il fallait pour nous le temps d’évaluer et de réfléchir sur notre implication sur l’avancement du Congo. Nous avons continué à œuvrer, nous avons été en contact avec certaines catégories de la population pour leur apporter non seulement notre expertise, mais également notre accompagnement et notre soutien. Donc, le fait de nous être retiré ou de n’avoir pas donné de nouvelles, pour nous, correspondait effectivement à une posture ou une façon de voir les choses. (…), nous avions commencé par approcher la jeunesse de notre pays pour voir comment l’aider à se prendre en charge et à s’assumer. Nous avons refusé parfois les affirmations selon lesquelles la jeunesse est l’avenir du pays. Nous pensons que c’est déjà le présent de ce pays parce qu’un pays se construit avec ses actifs », a-t-il démontré par des exemples, comme dans cet extrait : « Même dans le monde du travail, ce sont les actifs qui permettent de financer les retraites des ex-actifs qui sont devenus des passifs. Donc, si nous ne pouvons pas nous appuyer sur les actifs, les jeunes qui ont la force, la capacité de travailler, c’est très difficile de structurer et même de développer…

Premier défenseur de quado, Maj Kisimba appelle les autorités à poser leur regard sur ce secteur. « Donc la question de la jeunesse, même le diagnostic sur l’émergence de la jeunesse reste à être posée et les réponses ne sont pas très claires dans le Congo que nous voulons émergent. Ça c’est un plaidoyer que nous sommes en train de formuler. Mais, pour cela, nous avons levé l’option depuis plus d’une dizaine d’années d’accompagner certaines catégories. C’est-à-dire, c’est un programme d’actions et d’activités. Il ne s’agit pas d’un discours passager après deux mois, trois mois, où une réunion de personnes… ça ne peut pas changer, ça ne peut pas développer les vies de gens. C’est plutôt un programme de travail. Nous sommes avec les jeunes qui se regroupent dans l’activité de quado, les réparateurs de pneus. Nous disons, depuis 2005, nous travaillons ensemble », a-t-il encore informé. Somme toute, l’Honorable Maj Kisimba soutient que ‘’la valeur de gens, ce n’est pas seulement costume, cravate. C’est également au quotidien les gens qui nous rendent services. Nous pensons qu’il revaloriser certains métiers, également les encourager’’.

La Pros.

Pin It

Statistiques

22106625
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1926
18468
81087
21931225
272665
440043
22106625

Your IP: 3.91.60.234
2022-05-19 02:56

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg