Flash

BAN2

 

 Concrètement, pour quelle raison deux sociétés minières étrangères, opérant sur le sol congolais, plus précisément dans sa partie Est, se sont-elles permis de refuser l’accès aux représentants de l’Etat Congolais dans leurs installations ? De prime abord, ont-elles été dûment identifiées ? Ensuite, est-il stipulé dans les contrats signés entre ces sociétés et la RDC qu’en période d’exploitation, il ne peut y avoir ni visite ni contrôle des agents de la Direction provinciale des Mines ? Et enfin, au vue des images diffusées de ces exploitations dites sauvages, quelles sont les mesures optées par le Ministère des Mines en vue de démontrer que l’Etat Congolais est encore efficace en la matière et que son Code minier reste de rigoureuse application ? Telles sont les grandes interrogations adressées par la Sénatrice Victorine Lwese Bakuamoyo à Antoinette N’samba, Ministre des Mines, dans sa question orale avec débat programmée ce mardi 5 avril 2022 par le Bureau du Sénat.

Qu’est-il donc caché ?

Les faits se déroulent il y a environ 10 mois. Descendu sur place à l’Est du pays, le journaliste de la Radio France Internationale (RFI), Alain Foka diffusa des images présentant des activités d’exploitation minières de deux entreprises minières opérant sur le sol congolais. Qui, de surcoît, refuse l’accès à ses locaux aux autorités tant nationales que provinciales.

Dans l’adresse de sa question orale avec débat, dont l’interrogation princiale s’intitule « Quelle est la place du droit, et donc du Code minier, eu égard à l’exploitation des minerais ? », la Sénatrice Victorine Leswe a fait entendre, en introduction de son adresse, qu’‘’en droit congolais, le sol et le sous-sol appartiennent à l’Etat. Autrement dit, l’exploitation minière relève de la souveraineté de l’Etat qui peut, à tout moment, démontrer, lorsqu’il y a abus, que l’Etat n’est pas une ombre’’.

Face à ces images qui ont suscité des vives réactions, protestations, émois et consternations, cette élue de Tshikapa a laissé entendre, selon sa lecture des faits, que ‘’dès lors que la présence des représentants de l’Etat devient indésirable, ce que l’on cache quelque chose de louche sinon criminogène’’.

Eclairer la religion du Sénat et de la population

‘’L’exploitation des minerais à l’état brut est interdite en République Démocratique du Congo. En n’acceptant pas la présence des représentants de l’Etat dans les sites miniers, les exploitants couvrent ainsi l’exportation des minerais bruts et autres dérivés en échappant au contrôle de l’Etat’’, a épinglé Victorine Leswe à la Ministre N’samba.

Et de renchérir en ces propos par ce qui suit : ‘’L’exploitation des minerais doit profiter non seulement aux Congolais d’ajourd’hui, mais aussi à ceux de demain. C’est la raison d’être du fond minier. Pourriez-vous rassurer les Sénateurs en donnant quelques éclaircissements sur ce fond ?’’.

‘’C’est donc la problématique de l’exploitation minière en République Démocratique du Congo face aux violations répétitives du Code minier qu’il importe d’expliquer aux Sénateurs, car la population est inquiétante. Elle doute, elle suspecte et risque de perdre la relation de confiance qui l’unit à ses élus’’, a-t-elle déclaré, en conclusion de son adresse.

La Pros.

Pin It

Statistiques

22245201
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
9165
14952
87633
22025538
411241
440043
22245201

Your IP: 185.191.171.41
2022-05-27 12:26

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg