Flash

BAN2

 

 

*Les contraintes relatives au cadre juridique, au financement des élections, à la volonté politique et l’apport du parlement ont été abordées mercredi 9 mars 2022, au palais du peuple. Le révérend Maurice Mondengo de l’ECC et Mgr Donatien  N’Shole, porte-parole de la CENCO, ont conduit auprès du Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, les commissions Justice et Paix de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) et la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) pour explorer ces questions essentielles, étant donné que dans quelques jours, il y aura la reprise de la session parlementaire au cours de laquelle le Président Mboso aura un rôle important à jouer s’il faut respecter, impérativement  la feuille de route présentée récemment par Denis Kadima.

Tenez ! Ces échanges s’inscrivent dans le cadre de la mission que les deux Eglises se sont assignée notamment, celle d’accompagner les institutions du pays dans la préparation et la tenue des élections 2023. Au sortir de l’audience, Mgr Donatien N’Shole, porte-parole de la délégation, a circonscrit le cadre devant la presse. «…Les deux commissions Justice et paix de l’ECC et de la CENCO, accompagnées du révérend Maurice Mondengo et Mgr Donatien N’Shole, sont venues voir le président de l’Assemblée nationale, dans le cadre de la mission que les deux Eglise se sont donnée pour accompagner les institutions, et pour le cas d’espèce l’Assemblée nationale, dans le cadre du processus électoral. Nous sommes habités par un seul souci : avoir des élections crédibles, inclusives et apaisées dans le délai constitutionnel, en 2023. Et par rapport à cela, tout ce qui sera de notre pouvoir moral et pastoral pour contribuer à cela, on le fera toujours», a-t-il déclaré.

D’après Mgr N’shole, les deux commissions ont travaillé à la feuille de route présentée par la CENI qui a mentionné quelques contraintes, lesquelles engagent le Parlement ; contraintes relatives au cadre juridique, au financement des élections, à la volonté politique et le Parlement se retrouve partout.

Pour sa part, le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, est conscient de la réalité et que la stabilité du pays, dans les années à venir, dépendra beaucoup de ce qui reste à faire dans le cadre, surtout légal du processus électoral. D’après ses dires devant les deux commissions, Mboso aurait mis en place, un groupe de travail pour y réfléchir, tout en rappelant à ce groupe-là que l’enjeu majeur de l’analyse du traitement des projets de lois relatifs, c’est d’avoir des élections inclusives, apaisées dans le délai constitutionnel. «Pour cela, on devait mettre de côté tout ce qui peut servir de prétexte pour aller au-delà du délai constitutionnel. Nous sommes là pour manifester notre volonté d’accompagner le pays, mais sans donner du crédit à ce qui amènerait le pays dans des difficultés», précisent les deux Eglises.

Cette rencontre intervient 48 heures après celle de la délégation de la CENI conduite par Denis Kadima Kazadi.

A ce jour, aucune opération électorale n’a été lancée par la CENI. En  attendant la publication du calendrier électoral, l’équipe Kadima a présenté au public une feuille de route qui mentionne notamment, quelques contraintes qui peuvent perturber la tenue des joutes électorales dans le délai constitutionnel.

La Pros.

Pin It

Statistiques

22762191
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
19044
24680
140330
22506166
436076
492155
22762191

Your IP: 3.235.78.122
2022-06-25 22:47

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg