Flash

BAN2

 

Considéré comme l’un des pères de l’indépendance congolaise, proche de Patrice Lumumba, chef du Parti solidaire africain (PSA), Antoine Gizenga a été Vice-Premier ministre (1960-1961), Premier ministre de la rébellion lumumbiste (en 1961) et Premier ministre de la République démocratique du Congo (2006-2008). Il était marié (à Mme Anne Mbuba) et père de 4 enfants.

Antoine Gizenga est né en octobre 1925 à Mushiko (dans l’ancienne province du Bandundu). Il débuté ses études au petit séminaire de Kinzambi (dans l’ex-Bandundu). Jusqu’en 1947, il étudie la philosophie thomiste au grand séminaire de Mayidi (dans l’ex-Bas Congo). Après ses études, il devient fonctionnaire à la Banque du Congo belge, puis travaille à la sûreté coloniale à Léopoldville (Kinshasa). Antoine Gizenga embrasse la profession d’enseignant par la suite, avant de s’engager dans la vie politique.

En 1959, il devient chef du Parti Solidaire Africain (PSA). L’année suivante, lors des élections législatives, sénatoriales et provinciales de mai 1960, il est élu député national. A la formation de son Gouvernement, Patrice Lumumba fait de lui son vice-premier ministre. Mais 6 mois après, lorsque Patrice Lumumba est assassiné, il se replie avec d’autres fidèles à Lumumba à Kisangani où il dirigera le gouvernement de ce qu’ils appelleront "République populaire du Congo", une rébellion d’après le coup de force de Mobutu de septembre 1960. Son gouvernement a été reconnu par 21 pays d'Afrique, d'Asie, et de l'Europe de l'Est.

Mais,  en août 1961, à l’issue du conclave de Lovanium convoqué en vue de rassembler toute la classe politique congolaise, y compris ceux qui s’étaient retranchés à Kisangani, Antoine Gizenga est nommé vice-premier ministre dans le gouvernement de Cyrille Adoula. Il sera, malheureusement, destitué quelques temps après. Il est alors emprisonné jusqu’en 1964 sur l’île Bula Mbemba (à l’embouchure du fleuve Congo). C’est seulement en juillet 1964 qu’il sera libéré par le nouveau Premier ministre Moïse Tshombe, lui-même arrivé à Kinshasa après la sécession katangaise. C’est au cours de la même année, lorsqu’il quitte la prison, qu’il va créer le Parti lumumbiste unifié (PALU), dont il est élu secrétaire général. 

Mais,  quelques mois après, il est de nouveau arrêté, puis placé en résidence surveillée pendant 14 mois (jusqu’au coup d’Etat du Président Mobutu, le 24 novembre 1965). C’est là que Gizenga décide de quitter le pays. Il va se réfugier, tour à tour, à Moscou, en Angola et au Congo-Brazzaville. Il restera ainsi opposant au régime de Mobutu pendant une vingtaine d’année.

C’est seulement en 1990 que Gizenga décide de mettre fin à son exil et rentre au pays où il va militer au sein de l’opposition. Pendant toute la période de la transition Mobutu, il ne fait partie d’aucun gouvernement. 

En 2003, il participe au dialogue intercongolais et ses lieutenants siègent au parlement de transition issu de ce dialogue, se démarquant ainsi de l’autre opposant Etienne Tshisekedi dans le processus électoral. Il se porte candidat à l’élection présidentielle de 2006 et parvient à occuper la 3ème position avec un score de 13% de voix (après Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba). 

C’est là qu’il signe une alliance avec Joseph Kabila, alliance qui le portera à la primature après la victoire de Joseph Kabila au deuxième tour de l’élection présidentielle. Il est Premier ministre de la RDC de décembre 2006 à novembre 2008, avant de démissionner de son poste, sous le poids de l’âge. Il est resté, depuis lors et jusqu’à son décès ce matin, président de son parti politique, le PALU.

Pin It

Statistiques

22106213
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1514
18468
80675
21931225
272253
440043
22106213

Your IP: 100.24.115.215
2022-05-19 02:09

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg