Flash

BAN2

 

Cette affaire a fait couler beaucoup d’encres. D’ailleurs, la presse en a fait son chou gras.  Puisque les mensonges viennent par l’ascenseur et la vérité par les escaliers, celle-ci a fini par se révéler. Le Ministre des Infrastructures et Travaux Publics, Alexis Gisaro vient d’être lavé de tout soupçon en ce qui concerne son rôle joué dans la prolongation du contrat de péage  Kasumbalesa-Lubumbashi-Kolwezi, coupant court aux allégations faites par un confrère de la place,  lesquelles ont été non seulement relayées par l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) mais aussi dans les réseaux sociaux depuis la date du 17 février2022.

Lumière

En effet, d’après les sources proches de cabinet du ministre  Alexis Gisaro, en rapport avec la justification de la prolongation du contrat malgré son prétendu caractère léonin, elles ont laissé entendre qu’à ce stade, il y a lieu de préciser que le concessionnaire SOPECO/SGR est signataire, avec la République, de 3 contrats de concession sur les routes Kinshasa-Matadi, Lubumbashi-Kasumbalesa et Lubumbashi-Likasi-Kolwezi. Ces 3 contrats de concession, poursuivent les mêmes sources, ont hérité des passifs issus des contrats précédents sur les mêmes axes, signés entre 2007 et 2010. Par ailleurs, les contrats SOPECO/SGR ont, en plus des routes concédées, intégré d'autres travaux supplémentaires, principalement sur les routes et les voiries jugées urgentes. Cette pratique mondialement reconnue est appelée adossement à la concession.

Témoignage

Selon un membre du cabinet d’Alexis Gisaro qui a requis l’anonymat, alors que le contrat de concession est présenté comme un échec, beaucoup de  choses y ont été faites grâce au travail sans relâche du Ministère des ITPR. C’est ce travail qui a permis de garantir la praticabilité permanence, depuis près de 1 an sur le corridor important qui assure le ravitaillement de la ville de Kinshasa avec un temps de parcours qui est de 18 heures à 6 heures.

En parlant de la concession Lubumbashi-Kasumbalesa conclue en 2015 entre le Gouvernement congolais et la société chinoise SOPECO/SGR, à en croire les sources proches de l’ITPR,  beaucoup de travaux ont été faits. Entre autres, la réhabilitation de 40 km de la route revêtue Lubumbashi-Kasumbalesa, l’élargissement de l’entrée Kasumbalesa (Whisky) sur 8 km ; l’élargissement de la sortie Lubumbashi (Kashamata) sur 15 km ; le redressement des virages sur 10 km de route ; Construction de 5 km de voire revêtue à Likasi ; Construction de 10 km de voirie revêtue à Lubumbashi ; l’Entretien régulier de l’axe Lubumbashi-Kasumbalesa ;  Construction de 25 km de la route revêtue de contournement de la ville de Lubumbashi.Ces travaux ont été évalués à 149 983 674 USD dont une partie financée par l’apport du concessionnaire (35 089 075 USD) pour une durée de 6 ans. Cependant, entre 2015 et 2021, certains travaux supplémentaires et non prévus dans le contrat initial, ont été intégrés.
Points vitaux

La même source a rappelé quelques  points très importants. Il s’agit du recours à la procédure de gré à gré qui est légal et est prévu dans les dispositions des articles 41, 42 et 43 de la loi n°10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics sous certaines conditions. Secundo, le cas échéant, le recours à cette procédure exceptionnelle se justifie par l’urgence impérieuse de poursuivre et finaliser les travaux en cours, sans recourir à un autre concessionnaire au risque de conséquences judiciaires et financières suite à une rupture irrégulière de contrat, d’où l’accord pour la résiliation à l’amiable des contrats existants, et la signature des nouveaux contrats en conformité avec la législation en la matière ; par l’importance économique des routes concernées dans l’approvisionnement de la capitale (Kinshasa-Matadi) et la desserte de la zone minière du Sud-Est du pays.

Approché par les fins limiers de La Prospérité sur le prétendu échec du partenariat avec le concessionnaire SOPECO/SGR, l’un des membres du cabinet a signifié que l’analyse de ce qui a été renseigné supra démontre clairement que le partenariat entre la République et le concessionnaire SOPECO/SGR est très loin d’être léonin ou un échec. Il en va pour preuve les quelques réalisations louables.

En gros, tout laisse croire qu’en ce qui concerne le souhait de changer le concessionnaire, l'une des raisons majeures de son maintien à ce jour est l'existence d'une dette importante qui lui est due. A défaut de lui rembourser et en attendant de trouver les moyens de payer cette dette, il est rationnel de poursuivre avec lui pour finaliser les travaux en cours, maintenir le réseau lui confié dans un état de praticabilité et assurer le service de la dette. En conséquence, pour les milieux proches du Ministre de l’ITPR, toutes les allégations portées  contre Alexis Gisaro sont fausses et ne dénotent pas de la vérité.

La Pros.

Pin It

Statistiques

22144701
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5280
16468
119163
21931225
310741
440043
22144701

Your IP: 34.231.147.28
2022-05-21 06:35

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg