Flash

BAN2

 

Non. La CENI n’a pas recouru à la surfacturation pour l’achat de véhicules des membres de son bureau. Devant la presse mardi 15 février 2022 à Kinshasa, en RD Congo, Patricia Nseya, rapporteur de la Centrale électorale, a éclairé la lanterne quant à cette histoire qui fait couler beaucoup d’encres. Pour ce faire, la voix autorisée de cet organe d’appui à la démocratie a demandé aux ‘’détracteurs’’ d'aller vérifier les prix des véhicules auprès du groupe CFAO.
Mardi dernier, le Rapporteur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Patricia Nseya, a présenté le calendrier réaménagé de l’élection des Gouverneur et Vice-Gouverneur de la province du Sankuru. C’était au cours d’un point de presse organisé au siège de la CENI. Selon le porte-parole de la CENI, cette élection se déroulera donc le 16 avril prochain.
Outre la publication dudit calendrier, Mme le Rapporteur a réagi aux questions d’actualité liées au processus électoral en cours. D'entrée de jeu, Mme le Rapporteur a précisé que «la Ceni ne va pas se livrer au jeu de ping-pong avec les membres du gouvernement». Car, dit-elle, ‘’la Centrale électorale a une feuille de route qu'elle doit suivre pour respecter le timing constitutionnel des élections de 2023’’.
Sur la prétendue surfacturation qu’aurait opérée la CENI, elle n’a pas non plus mâché ses mots. «Je me demande ce que cela signifie. Car depuis notre investiture et la remise-reprise jusqu’au moment où je vous parle, tous les membres de la CENI utilisent leurs véhicules personnels. Et pour le pro-forma que nous avions déposé au Ministère des finances, le ministre peut vérifier les tarifs à CFAO, qui est une société sérieuse connue de tous», lâche-t-elle.
Cette réaction du bureau de la CENI fait suite à la polémique suscitée après la sortie médiatique du ministre des Finances, Nicolas Kazadi. Répondant à une question d’un confrère, il avait estimé que le coût des véhicules des membres de la CENI proposé par la Centrale Electorale était trop élevé, allant jusqu’à  parler d'une surfacturation de prix, 30 à 40 fois supérieur au prix réel. Le ministre des Finances avait, par la même occasion, sollicité l'intervention de l'Inspection Générale des Finances (IGF) pour voir clair sur la gestion des fonds mis à la disposition de cette institution d'appui à la démocratie. 
Selon Mme le Rapporteur, ‘’ce sujet intervient suite à la réclamation de notre autonomie administrative et financière, parce que nous voulons être réellement indépendant’’.
En ce qui concerne l’IGF, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Denis Kadima dit ne pas craindre un quelconque contrôle de l’IGF au sein de la CENI, si cela s’impose car, selon lui, la centrale électorale n’est redevable que devant le parlement et la Cour des Comptes.
Denis Kadima informe que parmi les réformes jusque-là engagées par la CENI depuis son arrivée, il y a la mise en place d’une unité d’audit interne et d’une cellule de gestion des projets et de passation des marchés publics.
MB
Pin It

Statistiques

22143156
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
3735
16468
117618
21931225
309196
440043
22143156

Your IP: 34.231.147.28
2022-05-21 05:05

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg