Flash

BAN2

 

Le Président du Nouvel Elan, Adolphe Muzito, a présenté plusieurs avantages à tirer du sixième Sommet Union européenne-Union africaine,  de ce jeudi  17 au 18 février courant à Bruxelles. Pour lui, ces assises constituent un grand moment pour l’Afrique de mettre en avant ses richesses tant convoitées par l’occident en vue d’un partenariat gagnant-gagnant. «Ce n’est qu’avec la RDC que l’Occident peut doubler son PIB», a-t-il soutenu lors d’une conférence de presse organisée mardi 15 février à Bruxelles. Pour le Premier ministre honoraire, c’est  avec la RD Congo que l’Occident peut prétendre réduire son chômage, doubler son produit intérieur brut (PIB) et améliorer le pouvoir d’achat de sa population.

Soutenant ce grand rendez-vous intercontinental, Adolphe Muzito a insisté sur la mise en place d’un partenariat censé profiter et aux africains et aux eurpéens. Pour l’opposant congolais, ce partenariat gagnant-gagnant doit être le gage d’un développement commun. Il dit espérer que «les dirigeants africains et européens vont débattre de thématiques liées à de vraies réformes, mettre fin aux dictatures…de manière à ce que le continent africain ait petit à petit des institutions stables et des Etats sécurisés. «A ce moment-là, le développement sera possible», a déclaré Adolphe Muzito.

Pour lui, l’issue de ce sixième sommet UE-UA doit être assortie des précautions censées aboutir à des réformes, des financements, l’identification des projets à financer pour qu’il y ait une cohérence entre les projets à financer et la nature des ressources.

«Nous pourrions avoir des financements des Etats. Moi, je préfère même que les Etats européens s’endettent eux-mêmes pour venir investir au Congo. La Belgique a 500 milliards d’euros du PIB, mais elle est surendettée. Si l’Etat belge doit s’endetter pour lui-même pour financer son développement, retrouver la croissance, réduire le chômage, mais rapporte-t-il en termes de rentabilité, par exemple 100€ investis en Belgique pour lequel elle devra payer 5 ou 6% ? Je trouve que le taux de rentabilité est faible parce que même si l’offre peut être créée, mais la croissance est faible parce qu’il y a un problème de marché, l’Occident étant saturé. Mais nous, nous avons un taux de rentabilité très élevé autour de 25% même  si l’argent coûte cher ? Chez-nous…En termes de capacités de rééquilibrer les comptes,  réduire le chômage, je crois que ce n’est qu’avec le Congo que la Belgique ou l’Occident de manière générale, peut réduire son chômage, doubler son PIB, améliorer le pouvoir d’achat de sa population parce qu’en  RD Congo, nous avons toutes les richesses naturelles, les bouches à nourrir», a-t-il soutenu.

Pour Adolphe Muzito, il suffit de créer la richesse pour qu’en redistribuant, il y ait des demandeurs et l’Occident va générer plus de ressources. Il estime cependant que cela suppose aussi qu’on améliore la gouvernance, qu’on mette fin à l’insécurité.

Les attentes de Muzito du sommet

Le leader du Nouvel Elan estime que le partenariat UE-UA à l’horizon 2023 devra dépendre du gap entre les opportunités que referment les deux continents et les contraintes qui gangrènent leurs économies et leurs relations.

Par rapport aux opportunités, il part du constat que l’Europe est géographiquement et historiquement le partenaire naturel de l’Afrique. Il souligne que ce partenariat revêt un caractère complémentaire pour les deux continents tout en précisant que ce que l’Europe n’a pas, l’Afrique l’a et ce que l’Afrique n’a pas, l’Europe l’a.

 «Si dans ce partenariat l’Europe peut apporter son savoir-faire technologique et sa capacité financière, l’Afrique apporte la vitalité de la jeunesse de sa population, ses espaces naturels encore vierges, ses nombreuses ressources naturelles, son faible taux d’endettement et son potentiel de résilience contre le réchauffement de la planète», a-t-il ajouté.

Le rôle de l’Afrique sur la scène mondiale

Tout en reconnaissant la faiblesse de l’Afrique, Adolphe Muzito a indiqué que le continent a encore besoin du savoir-faire européen.

Dans ce nouveau deal «Win-win», Ce cadre de Lamuka indique que l’Afrique qui regorge beaucoup de minerais et de bois recherchés dans le monde, a aussi son mot à dire. Dire aussi que dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, il est prévu d’arrêter à terme, l’usage des véhicules à moteurs thermiques utilisant des énergies fossiles responsables des émissions des gaz à effets de serre (CO2), pour basculer vers des véhicules électriques.

Dans cette rencontre à la fois scientifique et technologique de l’Europe, Adolphe Muzito martèle que l’Afrique a un important rôle à jouer, dès lors que le continent détient les plus grands gisements des métaux bien connus de nos jours et qui entrent, aussi bien dans la fabrication des batteries (cobalt, lithium) que la production de l’hydrogène (platine et nickel).

La RDC et sommet UE-UA

Enumérant ci-haut toutes les matières précieuses, l’ancien Premier ministre met en exergue la spécificité de la RDC dont le sous-sol qui comprend plusieurs ressources minières qui alimentent le marché mondial.

Avec l’exemple du cobalt, par exemple, les données disponibles renseignent  que le Pays de Tshisekedi a eu en 2011 des réserves en tonnes de 8.700.000, sur les 9.500.000 tonnes que représentent les réserves mondiales. C’est donc un record qui place sans ambages le pays au 1er rang mondial des  pays producteurs du cobalt.

Adolphe Muzito espère que cette rencontre intercontinentale puisse être un cadre censé lancer la RDC vers un nouvel élan. L’opposant note que les principaux défis à affronter sont, essentiellement, l’illégitimité des dirigeants actuels du pays, en conflit avec le peuple qui, dans sa grande majorité, ne se reconnait pas dans le pouvoir en place et n’adhère pas à son action.

L’allié de Martin Fayulu évoque également la situation d’insécurité qui prévaut au pays et l’instabilité qui, selon lui, provoque la méfiance des investisseurs, la faible représentativité des partis politiques, incapables de faire le contrepoids face à l’incitation à la haine ethnique qui sape la cohésion nationale, la séparation et l’indépendance des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire non garantie, le climat des affaires pollué par une administration centrale et territoriale tracassière. Adolphe Muzito invite les participants de ce sommet d’orienter les discussions dans un sens pouvant mettre les deux continents au centre des intérêts recherchés.

Gilbert Mulumba

Pin It

Statistiques

22105680
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
981
18468
80142
21931225
271720
440043
22105680

Your IP: 213.180.203.62
2022-05-19 01:07

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg