Flash

BAN2

 

La question de la tenue des élections dans le délai constitutionnel, en 2023, reste encore loin de cesser d’alimenter la toile. Vu le temps qui reste dans le cheminement vers ce rendez-vous de l’histoire, aucun acteur politique congolais ne veut arriver à la fumée des cierges au débat d’idées et de propositions. Le tout dernier à sonner le tocsin, c’est Shekomba Okende, un des candidats malheureux à l’élection présidentielle de 2018. A travers son compte Twitter, le 5 février dernier, il a réagi à la publication de la feuille de route du processus électoral en cours par la Commission Electorale Natonale Indépendante pour dénoncer le schéma que cette dernière a pris pour accomplir sa mission. « La CENI semble avancer dans la mauvaise direction », a-t-il déploré. Car, selon lui, ce procédé n’est pas loin de favoriser le glissement. Or, a-t-il insisté toujours dans son tweet, ‘’ne pas organiser les élections dans le délai constitutionnel sera le plus grand échec du Président Tshisekedi’’. Il dit poursuivre, par cette sonnette d’alarme, sa vocation de partisan des valeurs démocratiques en République Démocratique du Congo. «J’ai toujours soutenu la pérennisation et le renforcement de la démocratie», a-t-il mentionné.

Pour rappel, voici comment se présente la feuille de route de la CENI publiée la semine dernière.

  • De novembre 2021 à février 2022 : le séminaire d'imprégnation ainsi que la production des outils de gestion du processus électoral ;
  • Décembre 2021 à mars 2022 : Stabilisation et consolidation de l'administration permanente et d'infrastructures informatiques et ;
  • Février à avril 2022 : Organisation de l'élection des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces.
  1. 1ère séquence relative aux élections directes (présidentielle, législatives nationales et provinciales, communales).
  • De janvier 2022 à février 2023 : Organisation de l'opération de la cartographie des sites opérationnels et identification et enrôlement des électeurs ;
  • De juillet à septembre 2023 : Organisation des opérations de réception et traitement des candidatures aux scrutins directs ;
  • Septembre à décembre 2023 : Organisation du scrutin direct (présidentielle et législatives).
  1. 2ème séquence concerne les élections indirectes (sénateurs, gouverneurs, conseillers urbains, maires, bourgmestres, etc.).
  2. 3ème séquence portant sur les activités de pérennisation du processus, de mars 2024 à mars 2027.

Parmi les contraintes dont a fait mention Dénis Kadima, président de la Centrale électorale, il y a notamment la réforme de la loi électorale…

Gloire Mfemfere

Pin It

Statistiques

22106437
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1738
18468
80899
21931225
272477
440043
22106437

Your IP: 87.250.224.187
2022-05-19 02:41

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg