Flash

BAN2

 

L’ancien premier ministre et président national du parti politique Nouvel Elan confirme sa candidature à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo. L’allier de Martin Fayulu promet de présenter sa candidature au congrès de son parti politique qui se tiendra très bientôt. C’est ce qu’il a fait savoir le début du week-end dernier, depuis la France sur les ondes de la radio RFI. Une fois élu, le leader de Lamuka promet de doubler le PIB, en mettant l’accent sur les ressources naturelles du pays.

Alors que, dernièrement, son compère Martin Fayulu a été désigné par son parti politique Ecidé, comme candidat à la prochaine élection présidentielle, le leader du Nouvel Elan, lui, ne compte pas croiser les bras. «Je serai candidat en 2023. Dans moins de six mois déjà, je présenterai ma candidature au congrès de mon parti», a-t-il affirmé.

Toutefois, il n’exclut pas une probable alliance politique et/ou électorale avec son allier de l’ECIDé, même avec d’autres leaders d’autres forces politiques. Mais, précise-t-il, cela ne serait possible que s’il se dégage une convergence autour des programmes respectifs. «D’abord, je ne connais pas son programme. Donc, le moment venu, s’il se dégage une convergence autour de nos programmes respectifs, Martin et moi, son parti et le mien, mais aussi avec d’autres forces politiques et sociales, c’est sur cette base là que les alliances politiques et électorales pourront avoir lieu ».

En perspective, il n’envisage pas une quelconque accointance qui va dans le sens de collaborer avec le FCC, plateforme politique de l’ex Président de la République et sénateur à vie, Joseph kabila. C’est ainsi d’ailleurs qu’il a indiqué que son parti politique et lui sont contre l’idée du bloc patriotique.

«Mon parti et moi avons dit non à ce Bloc patriotique parce que nous considérons qu’on ne peut pas s’appuyer sur celui qui a fait le pêché pour combattre celui qui a profité du pêché. Donc, nous pensons que le FCC n’est  pas l’allié approprié pour lutter contre la fraude électorale et pour la vérité des urnes, parce que ce sont eux qui sont à la base de cela. C’est cela, d’ailleurs, qui fait la divergence entre Ecidé et Nouvel Élan, entre Martin Fayulu et moi. Évidemment, c’est une divergence qui peut être dépassée, je l’espère, parce qu’il faut maintenir Lamuka comme force de résistance», a soutenu l’ancien premier ministre.

L’actuel coordonnateur de Lamuka a donné son avis sur la visite du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, ainsi que son message sur la guerre qui se passe à l’Est du pays. Pour lui, le simple discours de dénonciation du Rwanda comme agresseur de la RDC ne suffit de la part de l’homme d’Etat américain.

 Il faudrait, selon lui, accompagner les mots avec des actions de sanctions contre Kigali. «Ça me laisse sur ma soif. J’aurais aimé qu’il se prononce, y compris en condamnant le Rwanda, en s’engageant à prendre des sanctions dans le cadre de son pays, mais aussi dans le cadre de la communauté internationale».

Le leader de Lamuka a souligné, en ce qui concerne le bon climat économique du pays, qu’il faut une ressource pour financer la fonction régalienne de l’Etat, sans laquelle, insinue-t-il, il ne peut y avoir la souveraineté totale de la RDC. C’est dans ce sens qu’il a martelé sur des stratégies à mettre en place pour multiplier le PIB.

«Donc, il faut doubler le PIB. Mais comment doubler le PIB, avec quel modèle économique ? Nous allons mettre l’accent sur les ressources naturelles qui font l’objet de bradage hier comme aujourd’hui. Je prends ma part de responsabilité en tant que dirigeant», a-t-il indiqué.

Fidel Songo

Pin It

Statistiques

24911782
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
20334
18655
145195
24594961
20334
682697
24911782

Your IP: 197.157.209.53
2022-10-01 12:15

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg