Flash

BAN2

 

S’il y a une idée qui exerce une grande influence sur l’évolution de l’époque et ne connaît pas de limites du temps dans le remodelage du destin de l’être humain, ce sont justement les idées du Juche. Elles ont élucidé de façon scientifique que l’homme occupe la position de maître dans le monde et joue un rôle décisif dans sa transformation. Sur cette base, elles indiquent la voie à suivre par les masses populaires, artisanes de l’histoire, pour façonner leur destin par leurs propres forces. Elles ont été élaborées par le Président Kim Il Sung (1912-1994) qui s’était engagé, dès avant l’âge de 20 ans, au milieu des années 1920, dans la lutte afin de libérer la Corée et son peuple sous l’occupation militaire japonaise (1905-1945).

Kim Il Sung, au cours de sa recherche de la voie à suivre par la révolution coréenne, a mis au point les idées du Juche et les a appliquées dans l’ensemble de la révolution coréenne. Grâce à ces idées, les Coréens, réduits à l’esclavage colonial, sont devenus des maîtres authentiques d’un Etat indépendant et souverain et ont édifié un pays socialiste politiquement et économiquement indépendant et capable de se défendre par lui-même.

Kim Jong Il (1942-2011), Président du Comité de la défense nationale de la RPDC, a synthétisé et systématisé les idées du Juche pour les approfondir. Ainsi, elles sont devenues une idéologie directrice pour la révolution coréenne et l’œuvre d’émancipation du monde.

Sa dissertation Des idées du Juche publiée en mars 1982 est universelle et profonde du point de vue du contenu, car elle traite de divers sujets tels que la considération générale de l’histoire de l’humanité, le bilan de l’héritage idéologique de l’humanité, la définition de la tendance fondamentale de l’époque, l’éclaircissement de la voie la plus correcte pour le remodelage du destin de l’être humain, l’établissement de la conception scientifique de la vie et l’avancement du mode de gouvernement révolutionnaire. Somme toute, elle comprend tout ce qui concerne le présent, le passé et l’avenir de l’humanité, y compris les principes directeurs depuis le principe de la raison essentielle de la vie de l’homme et ceux relatifs à tous les domaines de la société, notamment idéologie, politique, affaires militaires, économie et culture.

Dès la publication de sa dissertation Des idées du Juche, elle a eu de grandes répercussions sur le plan international. En moins de douze mois qui ont suivi sa publication, plus de dix millions d’exemplaires de publications de plus de 90 pays l’ont insérée tandis que plus de 140 pays l’ont éditée en brochure.

Des personnalités de renom du monde l’ont appelée « manifeste du parti communiste parue de nouveau dans les années 80 du XXe siècle » et « premier manuel de philosophie qui ait donné des éclaircissements sans équivoque sur le problème de l’émancipation de l’humanité ».

Un professeur français en a parlé : une fois, Lénine a fait l’éloge du Manifeste du parti communiste de Marx et Engels en le qualifiant du chant des chants du communisme ; si j’imite la façon d’exprimer de Lénine, sa thèse est l’ode des odes à une œuvre authentique de l’humanité, à la dignité et à la valeur de l’être humain, ainsi qu’à l’idéal authentique de l’humanité et à son éternel épanouissement.

Nombre de personnalités des pays capitalistes, hier partisans de philosophies bourgeoises, sont devenues de fervents disciples des idées du Juche.

A preuve Inoue Shuhachi du Japon, ancien administrateur général de l’Institut international des idées du Juche, qui a été un zélé propagandiste des idées du Juche et de la réalité de la RPDC.

Quand certains le blâmaient de ne s’appliquer qu’à l’étude de la RPDC sans s’intéresser au Japon, il leur a répliqué : ceux qui me dénigrent ne pensent pas au Japon, c’est-à-dire au sort du Japon ; les idées du Juche n’appartiennent pas qu’à une nation ; bien que nées en RPDC, elles méritent d’être apprises par tout être humain puisqu’elles revêtent une portée universelle.

Pierre Boudot de la France, ancien administrateur de l’Institut international des idées du Juche, a écrit dans sa lettre à l’adresse de ces collègues :

«Je vous recommande de tout mon cœur de venir ici en RPDC apprendre les idées du Juche en vous défaisant de l’orgueil des Européens et de vos préjugés invétérés à l’égard de tout ce qui est asiatique si vous tenez à étudier la vérité en savants et intellectuels consciencieux...»

A l’époque, la communauté internationale regardait d’un œil à la fois admiratif et envieux la RPDC qui sait résoudre tous les problèmes par ses propres forces et conformément à sa réalité, comme l’exigent les idées du Juche, et qui considère l’indépendance comme une chose vitale.

Vers la fin du dernier siècle, alors que l’œuvre socialiste mondiale était en butte à l’échec et à la crise, il en était de même pour la Corée socialiste : à la faveur de la chute du socialisme dans plusieurs pays, les forces hostiles ont déclaré à la hâte la « fin du socialisme » dans le monde et fait converger leur attaque sur la RPDC qui va de l’avant invariablement sous la bannière du socialisme. Aussi, le peuple coréen a été obligé de faire une dure marche sans précédent pour la sauvegarde de son socialisme.

Dans cet âpre affrontement, les tentatives des ennemis à supprimer la RPDC, bastion du socialisme, ont été vouées à l’échec. Grâce à la politique de Songun pratiquée par Kim Jong Il, le potentiel d’autodéfense de la RPDC a été remarquablement accru au point qu’il assure la sauvegarde du socialisme coréen, ainsi que la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne et le reste du monde.

Il est de notoriété publique qu’il y avait alors un grand désarroi idéologique chez les gens qui aspiraient au socialisme.

A ce moment-là, Kim Jong Il, par ses dynamiques activités idéologiques et théoriques, a inspiré aux peuples progressistes la foi dans la victoire de l’œuvre du socialisme.

Ses ouvrages successivement publiés, notamment La leçon historique de l’édification du socialisme et la ligne générale de notre Parti, Toute attaque contre le socialisme est intolérable, Le socialisme est une science, ont servi d’un phare et d’une boussole à ceux qui, désorientés, se désespéraient. De même, ils ont infligé des coups mortels à toutes sortes d’injustices et de sophismes qui perturbaient le globe.

Les idées du Juche ne cessent, pour leur force d’attraction et leur vitalité qui gagnent en force de siècle en siècle, d’être l’objet de l’intérêt et de la sympathie du monde.

A l’heure actuelle, les idées du Juche se propagent largement à l’échelle mondiale en tant qu’idéologie de la plus intensité de propagation du temps contemporain. Ralliés dans un cohérent système d’organisation depuis l’Institut international des idées du Juche jusqu’aux organisations de leur étude des continents et des pays, les partisans des idées du Juche s’activent.

A l’occasion de la fête du Soleil (le 15 avril) de 2012, centenaire du Président Kim Il Sung, la Conférence internationale sur les idées du Juche s’est solennellement tenue à Pyongyang, capitale de la RPDC.

En cette année qui sera marquée par le 110e anniversaire de Kim Il Sung et le 80e anniversaire de Kim Jong Il, auront lieu solennellement à l’échelle internationale et mondiale des symposiums sur les idées du Juche.

Il est naturel qu’une idéologie à même d’éclairer à l’humanité la voie influe en tout temps sur les cœurs. Les idées du Juche brilleront à jamais avec une progression victorieuse de l’œuvre d’émancipation du monde.

Société unie par la noble vertu et l’affection

Aujourd’hui, le monde entier ne peut s’empêcher d’admirer l’inépuisable potentiel de la République populaire démocratique de Corée qui se développe à une vitesse spectaculaire malgré la persistance des manœuvres d’isolement et d’étranglement des forces hostiles. Où est la source de cette puissance ?

A voir des soldats et officiers et des familles de militaires d’une unité de l’armée dans une île se jeter sans hésitation dans l’eau de mer glaciale pour reconduire Kim Jong Un, Président du Comité des affaires d’Etat, qui était de retour à bord d’une petite embarcation en bois et des orphelin s’élancer à sa rencontre en l’appelant d’une voix émue « Père ! », le monde a pu prendre la mesure de leur accueil chaleureux et de leur profonde confiance pour leur Dirigeant.

A la fin d’août 2015, alors que les inondations frappaient le secteur de Sonbong de la ville de Rason au nord du pays, un vieux sinistré dénommé Ri Sang Ro a dit des propos significatifs au responsable de la ville qui le consolait dans ses malheurs :

«C’est pas grand-chose que j’aie perdu ma maison tant que l’Etat prend soin toujours de nous. Mais, ce qui m’inquiète le plus, c’est que, informé de ce fait malheureux, notre Maréchal, très affectueux, s’en affligera au point d’oublier le sommeil. »

Ce sont en effet les paroles qui viennent du cœur du peuple qui connaît très bien son Dirigeant si sensible qui pleure les malheurs de ses citoyens.

A l’époque, les médias internationaux ont informé à propos des dégâts dus aux inondations submergeant le secteur de Sonbong que cette ville a été complètement paralysée, et on ne saurait jamais combien d’années il faudrait pour qu’elle se relève de ses calamités.

Dans cette conjoncture, le Président du Comité des affaires d’Etat a proposé, lors de la session élargie de la Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée, de discuter la remise en état de la ville de Rason comme sujet essentiel.

Alors qu’une âpre confrontation Nord-Sud amenait la situation dans la péninsule coréenne au bord d’une guerre, il a osé mobiliser des unités de l’Armée pour rétablir la région sinistrée. Il s’est rendu sur les lieux ravagés en avion, en bateau ou en voiture pour se renseigner sur les travaux de reconstruction et donner des directives concrètes. Le Président Kim Il Sung (1912-1994) et le Président du Comité de la défense nationale Kim Jong Il (1942-2011), dit-il alors, avaient considéré le peuple comme un dieu ; répondre de l’avenir du peuple et veiller sur lui est le devoir légitime du Parti du travail de Corée ; aussi devons-nous nous dévouer à ce peuple comme nous l’avions fait envers les grands Leaders qui nous l’avaient confié. Enfin, au bout de plus de 30 jours, sur les ruines du secteur dévasté par des inondations catastrophiques se sont dressés des villages féeriques. Chaque foyer s’est vu octroyer une télévision, des meubles, des ustensiles de cuisine, y compris du bois de chauffage.

L’amour et la confiance qui unissent le Dirigeant et le peuple permettent à la RPDC de surmonter sans vaciller toutes les épreuves et difficultés.

Ce qui attire l’attention des visiteurs en RPDC, c’est le mot d’ordre « Un pour tous, tous pour un ! », slogan difficile à déchiffrer dans les pays capitalistes où a cours le concept: « Toi, c’est toi, et moi, c’est moi. »

Une histoire qui s’est passée dans l’hôpital n° 3 de la ville de Pyongyang est là pour comprendre le dernier mot d’ordre collectiviste de la RPDC.

Le 14 août 2019, Cha Hyang Suk, une habitante du 24e inminban (subdivision communale) de la commune de Taephyong dans l’arrondissement de Mangyongdae, ville de Pyongyang qui s’était faite, à la moitié de son corps, une brûlure du deuxième ou troisième degré fut transportée à l’hôpital en danger de mort. Ses fonctions vitales étaient presque nulles.

A l’hôpital a eu lieu une réunion consultative de médecins où ont été réparties des tâches concrètes.

En même temps, des cadres du bureau de la commune de Taephyong se sont réunis d’urgence pour discuter sa guérison. L’important était à qui confier le soin de la malade qui n’avait personne dans la ville comme des proches. Alors, Ri Ok Sun, une autre femme, s’en est chargée volontairement.

Le 2 septembre, lors de la 1re greffe cutanée, des médecins et des infirmières du service orthopédique se sont proposés pour donner leur portion de peau, et des habitants de la commune de Taephyong eux aussi ont accouru pour faire don de leur peau. Cette scène émouvante s’est produite lors des greffes opérées à cinq reprises.

Une affection et un amour dignes de liens du sang ont abouti à un résultat prodigieux : la malade qui était à l’agonie est revenue à la vie.

Le 28 septembre, la malade, guérie, est sortie de l’hôpital, et elle a pleuré émue dans les bras de son mari et de ses voisins qu’elle avait désespéré de revoir : « Je suis couverte des morceaux de la peau des hommes lesquels je dois remercier. Je ne peux pas oser dire que ma vie est la mienne. C’est le régime socialiste m’a revigorée, qui était en passe de s’éteindre. Je ferai sans réserve, tout mon mieux pour lui. »

Une société débordant de la noble vertu et de l’affection, voici le régime socialiste de la RPDC en miniature où tout le monde forme une grande famille harmonieuse, et sur cette base, se consolident de façon remarquable l’unité monolithique et la force de la RPDC.

Pin It

Statistiques

22143792
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4371
16468
118254
21931225
309832
440043
22143792

Your IP: 54.36.148.65
2022-05-21 05:35

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg