Flash

BAN2

 

Communiqué N° 0010/ID/2021 du 10 mai 2021

L’Internationale démocrate, ONG d’initiative africaine, née le 15 septembre 2001 à Bamako, au Mali, et dont l’objectif est d’œuvrer à la préservation de la paix sociale, engagée dans l’action pour changer la société, avec son projet emblématique, la Police de secours « George Floyd », et interpellée par les atrocités commises à l’Est de la République Démocratique du Congo, au Sahel, au Mozambique (…)  par des groupes armés, et par la violence d’Etat en Birmanie, après le coup d’Etat militaire du 1er février 2021, a l’honneur d’informer l’opinion de ce qui suit.

1- L’Internationale démocrate plaide, depuis quelque temps, pour la création, dans tous les pays, de la Police de secours « George Floyd » : la République Démocratique du Congo (RD-Congo), au cœur de l’Afrique, est la patrie du combattant de la liberté assassiné Patrice Emery LUMUMBA. Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République Démocratique du Congo, Président en exercice de l’Union Africaine, montrera la voie, dans les prochains jours, après avoir reçu l’avant-projet de loi portant création, organisation et fonctionnement de la Police de secours, un document de L’Internationale démocrate dont la publication, par voie de presse, est attendue par le peuple. « Le Peuple d’abord ! » (le Président et combattant de la liberté Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA).

Les Afro-Américains seront à Kinshasa pour chercher l’initiateur de la Police de secours « George Floyd » : le changement réel, dans le monde, avec la Police de secours « George Floyd », pour l’humanité (avant la fin des temps), commencera en République Démocratique du Congo, au cœur de l’Afrique, ou ne commencera pas. Selon le Plan de Dieu (A Lui la gloire).

La Police de secours sera baptisée (officiellement) Police de secours « George Floyd » par Madame Nancy PELOSI, Président de la Chambre des Représentants des Etats-Unis, en présence de la famille du défunt.

« Le quadragénaire noir (George FLOYD) est mort à Minneapolis, le 25 mai 2020, asphyxié par un policier blanc, Derek CHAUVIN, qui avait maintenu un genou sur son cou pendant près de neuf minutes ».

L’Internationale démocrate a adressé, le 21 avril 2021, une lettre ouverte aux enseignants, étudiants et combattants de la liberté dans le monde. L’enseignant à l’école primaire, celui qui nous apprend à lire et à écrire, est  le premier combattant de la liberté.

L’Internationale démocrate sait compter sur l’engagement citoyen, l’engagement des étudiants (Université de Kinshasa, Universités d’Afrique et du monde) qui devront allumer la flamme de l’espoir, prendre le relais (le fondateur de L’Internationale démocrate n’est pas un immortel) pour un changement réel, avec la Police de secours « George Floyd », contribution à la prévention de la violence en milieu urbain et à la lutte contre le chômage des jeunes dans les pays pauvres comme dans les pays riches.

Les étudiants allumeront (symboliquement) la flamme de l’espoir à l’Université de Kinshasa, le 25 mai 2021, date anniversaire du meurtre de George FLOYD. Une plaque commémorative du rassemblement des étudiants ce jour-là devrait être réalisée à l’Université de Kinshasa pour être inaugurée le 30 juin 2021 par Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République Démocratique du Congo, Président en exercice de l’Union Africaine.

2- L’Internationale démocrate, qui condamne fermement les attaques terroristes et la violence d’Etat (le terrorisme de groupe comme le terrorisme d’Etat), a interpellé les dirigeants du monde, les décideurs politiques, pour une solidarité avec les pays et les régions en proie à la violence politique.

L’état de siège proclamé dans deux provinces de la République Démocratique du Congo (l’Ituri et le Nord-Kivu) doit déboucher sur l’éradication des groupes terroristes : le courage politique du Chef de l’Etat congolais, qui a proclamé l’état de siège, doit être salué par les peuples épris de liberté et de justice : « La liberté a les limites que lui impose la justice » (Jules Renard).

3- L’Internationale démocrate a soumis aux Chefs d’Etat ou de Gouvernement des pays membres (permanents) du Conseil de sécurité des Nations Unies, avec le droit de veto (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine) un projet d’engagement citoyen en faveur des peuples en danger. Ci-dessous le texte :

« Je soussigné…………….., Président / Premier Ministre……, après avoir pris connaissance de la lettre ouverte, du 21 avril 2021, de L’Internationale démocrate aux enseignants, étudiants et combattants de la liberté (à Kinshasa, en Afrique et dans le monde), par la plume de Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, « juge gabonais, ancien exilé, militant africain des droits humains, fondateur de L’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de la Police de secours « George Floyd », initiateur du cercle de réflexion « America is all of us » (L’Amérique c’est Nous tous), initiateur de la chaîne de télévision « Le Juste » à Jérusalem, la ville sainte, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King »,

Prends l’engagement de porter secours aux peuples en danger, de m’élever contre l’assassinat politique, le bain de sang, le crime de génocide et d’appeler au respect des droits humains dans le monde, et ce, au nom de mon pays,………………….., membre (permanent) du Conseil de sécurité des Nations Unies, avec le droit de veto, comme le préconise L’Internationale démocrate, ONG d’initiative africaine, dont l’objectif est d’œuvrer à la préservation de la paix sociale » (Extrait du projet d’engagement).

Pourront signer (devant Dieu et devant l’histoire), Monsieur Joe BIDENPrésident des Etats-Unis ; Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République française, Monsieur Boris JOHNSONPremier Ministre du Royaume-Uni ; Monsieur Vladimir POUTINE, Président de la Fédération de Russie, Monsieur Xi JINPING, Président de la République Populaire de Chine.

Monsieur Joe BIDEN, Président des Etats-Unis, pourrait être le premier à signer, dans les prochains jours, un engagement citoyen en faveur des peuples en danger (en Birmanie et dans le monde) !

La démocratie est en danger, y compris dans le monde libre. Les signes sont visibles : le coup d’Etat militaire en Birmanie, l’emprisonnement des combattants de la liberté à Hong Kong et dans le monde, l’empoisonnement des adversaires politiques, la confiscation du pouvoir (« le fils de président » ou le militaire accapare le pouvoir), « l'invasion du Capitole du 6 janvier 2021 par des milliers de manifestants pro-Trump », « l’irruption jeudi (25 mars 2021) à Toulouse au Conseil régional d'Occitanie des militants du mouvement d'extrême droite Action française, au Conseil régional d'Occitanie où se tenait une assemblée plénière ».

Les courriers de L’Internationale démocrate envoyés, en avril et mai 2021, à Messieurs les Chefs d’Etat ou de Gouvernement des pays membres (permanents) du Conseil de sécurité des Nations Unies et à Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ont été transmis par les Chefs de Missions diplomatiques en République Démocratique du Congo.

4- L’Internationale démocrate propose le Manifeste contre la guerre. La signature du Manifeste contre la guerre par l’Iran et Israël montrerait la voie par la volonté de Dieu :

« … Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre » (Esaïe 2 : 4) ;

« Et s’ils inclinent à la paix, incline vers celle-ci (toi aussi) et place ta confiance en Dieu, car c’est Lui l’Audient, l’Omniscient » (le Coran 8 : 61).

Le Manifeste contre la guerre est une initiative qui admet naturellement la légitime défense et donc le droit de se défendre en cas d’agression. 

Après la proclamation de l’état de siège dans deux provinces de la RD-Congo, L’Internationale démocrate exhorte l’Afrique et les amis de l’Afrique (ou plutôt les puissances qui ont des intérêts en Afrique) à saisir cette occasion pour démontrer la capacité de l’Etat moderne, dans une société démocratique, à restaurer la sécurité.

L’Internationale démocrate, qui ne souhaiterait pas qu’un pays d’Afrique, soupçonné d’être à l’origine des malheurs des populations en RD-Congo, pour ses richesses naturelles, puisse être stigmatisé, invite les dirigeants, les groupes armés et les partis politiques en RD-Congo et dans les pays voisins de ce pays à signer le Manifeste contre la guerre.

L’état de siège, qui ne doit pas s’éterniser, interpelle tous les dirigeants et tous les peuples de la région et du monde qui devront anéantir L’Internationale terroriste !

Les groupes armés sont constitués de citoyens qui peuvent changer et qui ne voudront pas « jouer au chat et à la souris », et qui devraient pouvoir rentrer librement dans leurs pays respectifs, après la signature du Manifeste contre la guerre.

Avant et après la signature du Manifeste contre la guerre, que propose L’Internationale démocrate, parce que l’insécurité ne doit être qu’un mauvais souvenir dans les provinces meurtries de l’Ituri et du Nord-Kivu, les patrouilles mixtes (Armée-Police), pendant l’état de siège, et les patrouilles de la Police (après l’état de siège) devront permettre au Gouvernement de « l’Union sacrée de la Nation » de rétablir l’ordre et la sécurité.

5- L’Internationale démocrate propose la création d’un fonds d’appui à l’effort de guerre. Le comité de gestion de ce fonds serait présidé par l’archevêque de Kinshasa.

L’Internationale démocrate est aux côtés du peuple congolais. La réalisation d’un cd-rom sur l’hymne de cette association, hymne à la paix sociale (en français, en anglais et dans les langues nationales) avec le concours d’une chorale de la place et de la fanfare de l’Armée congolaise est hautement souhaitable.

Au-delà de l’effort de guerre, il faudrait œuvrer à la mobilisation des énergies en faveur de l’Etat congolais et surtout du peuple souverain. Une Conférence nationale, sur « l’Union sacrée de la Nation » pour l’investissement et la  solidarité nationale, devrait être organisée, après la formation du Gouvernement de « l’Union sacrée de la Nation » : la fortune d’un Congolais doit permettre d’aider l’Etat (les institutions à l’intérieur et à l’extérieur du pays) qui doit aussi veiller à la réduction de son train de vie. Il est vital pour l’être humain de « se nourrir, se loger, se soigner, s’éduquer, s’éclairer, se vêtir ». Le peuple doit avoir l’eau et l’électricité. Le Maréchal MOBUTU SESE SEKO KUKU NGBENDU WA ZA BANGA avait construit un palais à Dakar, au Sénégal. La fortune publique a permis à des particuliers de construire ou d’’acquérir des bâtiments à l’étranger ! « L'Afrique n'a pas besoin d'hommes fortsmais d'institutions fortes» (le Président Barack OBAMA, Accra, 11 juillet 2009).

Après la Traite des Noirs, la colonisation, l’Apartheid (…), l’Afrique doit se libérer, par la volonté de ses enfants.

Après le temps de l’accusation et le temps du constat, c’est le temps de l’action ! Les anciennes puissances colonisatrices de l’Afrique ont besoin de matières premières (avec leurs technologies), mais la France (par exemple) n’a jamais empêché l’Etat gabonais (par exemple) de construire des logements décents pour les civils et les militaires ! 

6- L’Internationale démocrate, qui salue l’exemple donné à l’Afrique et au monde par la RD-Congo, ses élus au Parlement, ses leaders de l’ancienne opposition (Monsieur Jean-Pierre BEMBA GOMBO, Monsieur Moïse KATUMBI CHAPWE …) et son Chef d’Etat, pour « la concorde et la stabilité du pays » au bénéfice du peuple, se félicite de l’initiative du Président Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, l’appel (historique) à « l’Union sacrée », et de la formation du Gouvernement de « l’Union sacrée de la Nation », dirigé par Monsieur Jean-Michel SAMA LUKONDE KYENGE, Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

L’Internationale démocrate, qui avait pris contact avec un proche de Monsieur Martin MADIDI FAYULU, souhaiterait que ce leader politique congolais (candidat commun de l'opposition pour la dernière présidentielle) puisse participer à l’action commune pour un changement réel, avec la Police de secours « George Floyd ».

7- L’Internationale démocrate, qui applaudit aujourd’hui l’exemple congolais, et qui souhaite le succès pour le peuple congolais et son Chef d’Etat, devant les défis de l’heure (la réduction du train de vie de l’Etat, l’augmentation des recettes de l’Etat, l’organisation d’élections libres et crédibles, la lutte contre la pauvreté…) propose les actions suivantes (elles sont valables pour le Gabon, le Cameroun, le Congo-Brazzaville, l’Angola, le Mali, le Tchad, le Pakistan, la Birmanie, la Colombie (…). La RD-Congo montrerait la voie) :

- la Police de secours « George Floyd » (100.000 emplois en RD-Congo), pour les jeunes en quête d’un premier emploi, après une formation de base de 45 jours.

La Police de secours « George Floyd » participerait au recensement général de la population (qui serait organisé en même temps que l’enrôlement des électeurs) et à l’établissement et à la délivrance des cartes nationales d’identité et des cartes d’électeurs : la carte nationale d’identité et la carte d’électeur est un seul et même document. Les cases à gratter (au verso de ce document) correspondraient chacune à une élection générale.   

La Police de secours « George Floyd » porterait secours à tous, y compris aux enseignants à l’école primaire qui sont sans salaire. 1 dollar (sur 4 dollars (par exemple), participation du salarié du secteur public ou privé au fonctionnement de la Police de secours) serait géré par l’Etat, sous le contrôle de la Police de secours, au bénéfice de ces enseignants.

La Police de secours « George Floyd » participerait à la collecte de l’impôt foncier dont une partie lui reviendrait au titre de la participation des ménages au fonctionnement de cette police du peuple.

Les fonds (les salaires des agents) comme les dons, pour la Police de secours « George Floyd », seront gérés par les syndicats, les sections locales de L’Internationale démocrate et les pouvoirs publics.

 « L’allocation chômage » est une invention qui n’est pas forcément valable en Afrique ou que l’Afrique n’est pas obligée de copier. Par contre, la Police de secours « George Floyd », pour les jeunes en quête d’un premier emploi, est une invention africaine valable dans tous les pays du monde.

Il faudrait changer la société, « inventer de nouvelles solidarités » (le Président français Emmanuel MACRON), surtout après la pandémie de coronavirus (Covid-19). L'Internationale démocrate propose la Police de secours « George Floyd », son projet emblématique ;

- le Projet agricole pilote au bénéfice des associations de jeunes agriculteurs en Afrique, en Amérique latine, en Asie (…).

L’objectif de ce projet est de créer des « villages agricoles modernes » pour des milliers de jeunes, y compris les jeunes en quête d’un premier emploi, qui pourront s’installer confortablement en milieu rural comme en Europe.

Les investissements dans l’agriculture, notamment pour « les petits exploitants », pourront être mieux encadrés et plus opérants, avec l’assistance des ONG des pays du Nord, devant « les achats massifs de terres par les riches » qui tirent aussi avantage du salariat agricole au détriment des plus faibles (…).

Le Projet agricole pilote est un instrument de redéfinition de l’aide publique au développement et de mobilisation des jeunes pour le travail de la terre dans les meilleures conditions possibles.

Au Congo-Brazzaville, sous l’impulsion de Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, la Fondation Incubateur Agricole du Congo (IAC), dirigée par son conseiller spécial, le professeur Paul-Valentin NGOBO, œuvre (ces derniers temps, une question de volonté politique) à la lutte contre le chômage des jeunes (Télé-Congo, 22 mars 2021) qui sont employés dans les sites agricoles (dans différentes régions ou différents départements).

L’Internationale démocrate, qui salue cette initiative présidentielle, exhorte le Président de la République du Congo à encourager les jeunes (au Congo et en Afrique) à se prendre en charge (ils ne doivent pas compter sur le salariat agricole) et à participer à l’amélioration de l’habitat rural (pour s’installer en milieu rural), et ce, dans le cadre du Projet agricole pilote (que propose cette ONG d’initiative africaine) au bénéfice des associations de jeunes agriculteurs en Afrique, en Amérique latine, en Asie (…).

Dans le cadre du partenariat Public-Privé, le Service national, en RD-Congo, peut réaliser de grandes exploitations agricoles, mais, le développement rural (avec des « villages agricoles modernes ») passe par la réalisation de petites exploitations agricoles (cultures vivrières, petit élevage) dans le cadre du projet agricole pilote, initiative de L’Internationale démocrate.

La faillite de la Banque agricole ou du Crédit agricole (en Afrique) plaide en faveur de la promotion du partenariat Public-Privé.

Le fondateur de L’Internationale démocrate forme le vœu de pouvoir présenter à Son Altesse Cheikh TAMIM Ben Hamad Al THANI, Emir du Qatar, en présence d’un expert, ce projet agricole pilote. Avant l’organisation d’une conférence des donateurs, à New York, sous l’impulsion de Monsieur António GUTERRES, Secrétaire Général des Nations Unies.

La communauté internationale devrait œuvrer résolument, en 2021 ou 2022, à la réalisation de ce projet agricole pilote (un site agricole par région, province ou Etat fédéré). Elle déclarerait « 2021 ou 2022 : Année de l’habitat rural moderne et du jeune agriculteur dans le monde » ;

- le Complexe sportif, sanitaire, culturel, commercial et touristique (COMSCOT) dans chacune des provinces de la RD-Congo et dans le cadre du partenariat Public-Privé.

Le COMSCOT n’est pas un mégaprojet comme KITOKO (« une cité ministérielle (la plupart des ministères devraient déménager), un Palais de justice, un Palais des congrès, un hôpital, mais aussi un nouveau siège de la Gécamines (deux tours jumelles) »), projet d’extension de Kinshasa, porté par l’architecte sénégalais Pierre GOUDIABY ATEPA.

Le COMSCOT aurait l’avantage de réunir différents départements ministériels et les provinces autour d’un projet national (de moindre envergure) et permettrait à Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de veiller à la maîtrise de la dette publique, à la réduction du train de vie de l’Etat, pour consacrer l’essentiel des ressources de l’Etat à la route, la route, la route.

Le Complexe sportif, sanitaire, culturel, commercial et touristique (aires de jeux (basket, tennis), salle de jeux, laboratoire et service de radiologie, service d’hygiène de l’environnement urbain, salle de conférences, espace art, bibliothèque, radio locale (pour la jeunesse francophone), espace numérique, espace commercial, hôtel pour les sportifs, la diaspora, les élus du peuple, les membres du Gouvernement, les touristes…) serait baptisé COMSCOT « Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO ».

Il conviendrait de souligner que l’objectif de L’Internationale démocrate est d’œuvrer à la préservation de la paix sociale par :

1- la promotion du dialogue inter-religieux, de la culture de la tolérance par la sensibilisation des populations à la nécessité de respecter le droit à la différence ;

2- la lutte contre la pauvreté ou l’exclusion sociale par la satisfaction des besoins fondamentaux des populations, des besoins essentiels de l’être humain pour lequel il est vital de « se nourrir, se loger, se soigner, s’éduquer, s’éclairer, se vêtir ».

Cette association a l’ambition de réunir, dans au moins deux pays, les forces de mobilisation des populations dans les sociétés démocratiques modernes, à savoir les religieux, les syndicalistes, les femmes et hommes politiques et les personnes physiques sans étiquette ou d’horizons divers, désireuses de promouvoir la liberté et la justice.

Le projet d’Internationale démocrate avait été soutenu dans la conclusion du livre « L’Islam au Gabon » (paru en 1995).

Son auteur, Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, avait été interpellé par la situation sociopolitique qui prévalait en Algérie, en Afrique au sud du Sahara et dans les Balkans.

Il s’était interrogé sur les causes profondes de la violence politique (l’intolérance et la pauvreté ou l’exclusion sociale) et sur les solutions à ce problème (la promotion du dialogue inter-religieux, de la culture de la tolérance et la lutte contre la pauvreté ou l’exclusion sociale).

il avait compris qu’il était sur la bonne voie après avoir pris connaissance d’une pensée du pasteur Martin Luther King (sur la religion et « l’opium des peuples ») : « Toute religion qui prétend se soucier des âmes et qui ne se soucie pas des taudis où elles se damnent, de la misère qui les étouffe et de la situation sociale dans laquelle elles s’étiolent n’est qu’une parodie de religion ; elle est exactement ce que les marxistes voient en toute religion : " l’opium des peuples"» (cette pensée est consignée dans le préambule de la charte de L’Internationale démocrate).

Il n’est pas inutile d’indiquer ici, à l’attention des terroristes et/ou des ennemis de l’islam qui utilisent la religion ou le nom de Dieu (Gloire et Pureté à Lui), que L’Internationale démocrate est une initiative inspirée. Son fondateur, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King, ne rêve pas pour rien. L’Internationale démocrate est née le 15 septembre 2001 à Bamako, au Mali. Et en 2007, les Nations Unies ont déclaré le 15 septembre « Journée internationale de la démocratie » : Dieu est le Maître des temps et des circonstances.

Une force (invisible), sur la route de l’exil, l’Eternel (A Lui la gloire), avait permis à Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU de lire et comprendre la prophétie d’Esaïe. Et il est écrit (L’Internationale démocrate est une initiative inspirée. Ne doutez plus) :

« Voici le jeûne auquel je prends plaisir : Détache les chaînes de la méchanceté, Dénoue les liens de la servitude, Renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug » (Esaïe 58 : 6) : « Dialogue inter-religieux, culture de la tolérance ou respect de la différence » (point 1 de l’objectif de L’Internationale démocrate) ;

« Partage ton pain avec celui qui a faim, et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; si tu vois un homme nu, couvre-le, et ne te détourne pas de ton semblable » (Esaïe 58 : 7) : « Lutte contre la pauvreté ou l’exclusion sociale » (point 2 de l’objectif de L’Internationale démocrate).

Et quelques mois plus tard, le 11 mai 2013, sur la route de l’exil, la confirmation par le Coran de la prophétie d’Esaïe (en relation avec l’objectif de L’Internationale démocrate, en ses points 1 et 2), fut dictée au serviteur de Dieu (par la volonté de Dieu. Il guide qui Il veut vers le droit chemin. Il ne guide pas les pervers. Gloire et Pureté à Dieu), et ce, à la faveur de la lecture du Coran (dans son intégralité) pour la 3ème fois :

« Nous avons, certes, créé l’homme pour une vie de lutte. Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ? Il dit : « J’ai gaspillé beaucoup de biens ». Pense-t-il que nul ne l’a vu ? Ne lui avons Nous pas assigné deux yeux et une langue et deux lèvres ? Ne l’avons Nous pas guidé aux deux voies » (le Coran 90 : 4 à 10) ;

« Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile ! Et qui te dira ce qu’est la voie difficile ? » (le Coran 90: 11 à 12) :

« C’est délier un joug » (le Coran 90: 13) : « Dialogue inter-religieux, culture de la tolérance ou respect de la différence » (point 1 de l’objectif de L’Internationale démocrate) ;

« Ou nourrir, en un jour de famine, un orphelin proche parent ou un pauvre dans le dénuement » (le Coran 90 : 14 à 16) : « Lutte contre la pauvreté ou l’exclusion sociale » (point 2 de l’objectif de L’Internationale démocrate).

Et il est écrit (à propos de la confirmation des Ecritures) : 

« Je confirme la parole de mon serviteur, et J’accomplis ce que prédisent mes envoyés ; Je dis de Jérusalem : Elle sera habitée, et des villes de Juda : Elles seront rebâties ; et Je relèverai leurs ruines » (Esaïe 44 : 26) ;

« Ce Coran n’est nullement à être forgé en dehors de Dieu, mais c’est la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, et l’exposé détaillé du Livre en quoi il n’y a pas de doute, venu du Seigneur de l’Univers » (le Coran 10 : 37) ;

« Et ce que Nous t’avons révélé du Livre est la vérité confirmant ce qui l’a précédé. Certes Dieu est Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant sur ses serviteurs » (le Coran 35 : 31).

Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU est un homme inspiré. Il affirme (sans crainte de se tromper) que « L’homme a été créé libre (A quoi aurait servi une marionnette ?) pour agir, faire le bien, bâtir (et non détruire) pour la gloire de Dieu. L’homme a été créé libre, mais avec une conscience qui lui permet de distinguer le bien du mal. Nul n’est égal à Dieu. Dieu seul est Parfait. L’homme doit simplement apprendre à être juste par la crainte de Dieu, L’Esprit de bien (Il est invisible. Il est Esprit).

Le croyant comme le non-croyant ne peut que le proclamer, proclamer la certitude qui transcende la foi : L’homme (normal) qui a commis un crime, même hors la présence d’un témoin, n’a pas la conscience tranquille ». Qui peut affirmer le contraire ?

Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, « juge de la terre », est un simple homme qui a répondu à l’appel du Seigneur, pour rappeler, avec les justes à Jérusalem, la ville sainte, et dans les nations qui craignent Dieu, que la vérité (la lumière sur les affaires, les choses…) est la source de la justice qui elle-même est la source de la paix. Pour la gloire de Dieu.

Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU est aussi initiateur de la chaîne de télévision « Le Juste » à Jérusalem, la ville sainte, pour la défense de la vérité, y compris la vérité des urnes, la promotion des lois justes (dans nos différents pays) et « la publication de la gloire de Dieu parmi les nations » (Esaïe 66).

Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU est également initiateur du « think tank »  « America is all of us », un « think tank » (ouvert à tous), un cercle de réflexion. Il est chargé de rechercher les voies et moyens susceptibles de permettre ou de conduire, notamment les pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie (…) à relever les défis majeurs (l’industrie de transformation et l’alternance au pouvoir).

« America is all of us » (think tank) et L’Internationale démocrate sont une solution, car le processus qui s’enclencherait, pour la mise en place de l’industrie de transformation en Afrique, doit déboucher sur une réelle transformation de l’économie dans la transparence, le respect des normes internationales, le respect des exigences écologiques, le respect des droits des peuples.

L’industrie de transformation est un défi majeur auquel l’Afrique doit faire face. Il n’est plus question de tourner en rond, de répondre au micro du célèbre journaliste Alain FOKA (RFI et France 24) qu’il faudrait « préalablement » former des cadres (des ingénieurs) en Afrique, alors qu’ils peuvent l’être dans les pays industrialisés, car ici et maintenant, l’Afrique doit s’attaquer à un mal, trouver une solution pratique, 60 ans après les indépendances.

L’alternance au pouvoir, qui est un autre défi majeur auquel l’Afrique, pour ne parler que de ce continent, doit faire face, doit être la préoccupation principale de tous, car la confiscation du pouvoir, c’est la négation absolue de la démocratie.

« America is all of us » (think tank) et L’Internationale démocrate sont une solution à ce problème: ils pourront veiller (de façon pratique) au respect, par les dirigeants, de leur engagement en faveur de l’alternance au pouvoir.

Lorsqu’un pouvoir repose sur la force, le dirigeant ne peut pas accepter l’alternance au pouvoir.

Lorsqu’un dirigeant ne peut pas accepter l’alternance au pouvoir, il doit démissionner ou être chassé du pouvoir !  

Le leadership des Etats-Unis, comme le préconise le cercle de réflexion « America is all of us » (L’Amérique c’est Nous tous), doit s’affirmer pour permettre, notamment à l’Afrique, à l’Amérique latine, à l’Asie (…) de relever les défis majeurs (l’industrie de transformation et l’alternance au pouvoir), avec le concours des pays industrialisés, y compris la Chine et la Russie.

L’Internationale démocrate saisit cette occasion pour porter à la connaissance du public que son fondateur n’est plus seul (il est connu dans le monde), après avoir été combattu dans son pays, le Gabon, par le pouvoir en place.

Le contact du fondateur de L’Internationale démocrate à Kinshasa est le professeur Daniel MULENDA LOMENA EMAMBA (Université de Kinshasa), auteur du livre (son dernier) « Gouvernance verte et émergence économique en République Démocratique du Congo », Editions L'Harmattan, août 2020 ».

Le fondateur de L’Internationale démocrate, Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, avait gagné les procès contre ses adversaires politiques, mais il n’était pas en sécurité puisqu’il avait échappé à un assassinat politique.

Il avait échappé à un guet-apens orchestré par deux hommes (des inconnus) qui avaient entrepris de lui faire croire au téléphone (l’un lui parlait en punu, sa langue maternelle, et l’autre en français avec un accent du Sud-Est du Gabon) qu’ils détenaient une lettre du président Nicolas SARKOZY, en réponse à son courrier, qu’il devrait simplement se faire remettre.

Après avoir été informé par l’Ambassade de France au Gabon et le service du courrier de la Présidence de la République (au bord de mer) qu’ils n’avaient aucune indication sur la réponse du président français au fondateur de L’Internationale démocrate, il avait compris que ces hommes voulaient l’assassiner. 

La réponse à la question de savoir pourquoi Monsieur Nicolas SARKOZY, qui lui avait adressé une lettre d’encouragement, alors qu’il était Ministre de l’Intérieur, n’avait plus répondu à son courrier, après son arrivée à l’Elysée, est évidente : le président français avait été induit en erreur par les adversaires politiques du fondateur de L’Internationale démocrate au Gabon.

Monsieur Nicolas SARKOZY avait été induit en erreur, mais le fondateur de L’Internationale démocrate se félicite encore d’avoir reçu des lettres d’encouragement de différents hommes d’Etat : Sa Majesté HASSAN II, Monsieur Jacques CHIRAC, Monsieur Jean CHRETIEN, Monsieur Nicéphore Dieudonné SOGLO, Maître Abdoulaye WADE, Monsieur Mohammed KHATAMI, Monsieur Barack OBAMA (...).

Dans sa lettre d’encouragement, Monsieur Jacques CHIRAC écrivait : « … J’ai été très sensible à l’envoi de votre ouvrage « L’islam au Gabon ». Votre livre, concis et fort documenté, ouvre des pistes de réflexion originales pour un monde pacifique et ouvert au dialogue.

Votre projet « d’Internationale démocrate » est à ce titre digne d’intérêt… ».

Monsieur Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU est né le 10 mai 1960 à Mouila, au Gabon. Aujourd’hui, 10 mai 2021, il se souvient encore. « Enfin tu viens à nous, ô chère liberté ! ». Il se souvient (20 ans après) que « le président de la République française, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en métropole » : « Le président de la République française, Jacques Chirac, avait décidé de faire du 10 mai la Journée commémorative de l'abolition de l'esclavage en métropole : l'occasion pour la France métropolitaine d'honorer le souvenir des esclaves et de commémorer l'abolition de l'esclavage.

Au-delà de l'abolition, la journée devrait engager une réflexion générale sur l'ensemble de la mémoire de l'esclavage, longtemps refoulée, pour la faire entrer dans notre histoire. L'occasion aussi de s'interroger sur la façon dont la mémoire de l'esclavage peut trouver sa juste place dans les programmes de l'école primaire, du collège et du lycée. La volonté également de développer la connaissance scientifique de cette tragédie.

Enrichir notre savoir, c'est le moyen d'établir la vérité et de sortir de polémiques inutiles.

La date du 10 mai correspond à l'adoption par le Parlement, le 10 mai 2001, de la loi Taubira "reconnaissant la traite négrière transatlantique et l'esclavage" (…) ». « Enfin tu viens à nous, ô chère liberté ! » (www.journee-mondiale.com).

Le juge gabonais, militant africain des droits humains, fondateur de L’Internationale démocrate, est sans poste et sans salaire depuis plus de 10 ans. Il a été en exil au Cameroun, pendant 7 ans, avec sa femme (qui n’est plus depuis le 29 septembre 2020) et son fils, après la présidentielle contestée de 2009 au Gabon : un exilé, avec le statut de réfugié accordé par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), n’est pas un démissionnaire.

L’élection du  Président Joe BIDEN est une chance pour l’Afrique et le monde. Monsieur Joe BIDEN, Président des Etats-Unis, saura parler au pouvoir (agonisant) de Libreville.

Le fondateur de L’Internationale démocrate avait séjourné en septembre 1997 (Limete, rue Pétunias. Résidence Dr KAKIESE, voisin du président Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA) pour la promotion de L’Internationale démocrate (qui n’était encore qu’un projet) : il ne lui était pas possible de rencontrer le président Laurent-Désiré KABILA, car le Ministre des Affaires étrangères, Dr Bizima KARAHA, était hospitalisé en Afrique du Sud.

Le fondateur de L’Internationale démocrate a été reçu le 8 février 2021 par Monsieur Jean PING, élu du peuple gabonais.

Il a écrit à Monsieur Joe BIDEN, Président des Etats-Unis : le bulletin de vote au Gabon n’a plus de valeur ! Où en sommes-nous avec la présidentielle de 2016 au Gabon en présence des observateurs de l’Union européenne ? Un objet volé et retrouvé revient à son propriétaire.

Le fondateur de L’Internationale démocrate a établi des contacts avec différents leaders d’opinion en Afrique, en Europe et dans le monde : Madame Anne DEYSINE, Professeur des universités (enseignante française), Vice-Présidente de l’Organisation Internationale pour l’Avancement Politique des Africaines (OIAPA), auteur du livre « Les Etats-Unis et la démocratie », L’Harmattan, 2019, Monsieur Cheick Oumar SISSOKO (cinéaste et homme politique malien), Maître Mountaga TALL (avocat et homme politique malien), Monsieur Saleh KEBZABO (leader politique tchadien).

Il a pris contact avec des proches de Monsieur Maurice KAMTO (au Cameroun), de Monsieur Pascal TSATY MABIALA (au Congo-Brazzaville), de Monsieur Jean-Pierre FABRE (au Togo), de Monsieur Ousmane SONKO (au Sénégal), de Monsieur Jean-Luc MELENCHON (en France) et avec des proches d’autres leaders politiques (en Afrique, en Europe et dans le monde).

Il a écrit à Sa Sainteté le Pape François, à Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat ou de Gouvernement (dans différents pays), à Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies, à Monsieur le Président du Conseil européen (…), à Madame le Maire de Marseille (…), à Madame le Maire de Chicago, troisième ville des Etats-Unis, meurtrie par les violences par armes à feu et le chômage.

Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République Démocratique du Congo, Président en exercice de l’Union Africaine, Monsieur Jean-Michel SAMA LUKONDE KYENGE, Premier Ministre, Chef du Gouvernement et Monsieur Christophe LUTUNDULA APALA, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères (République Démocratique du Congo) ont déjà reçu les courriers électroniques de L’Internationale démocrate.

Le fondateur de L’Internationale démocrate a également écrit à la Fondation Bill et Melinda Gates. « La fondation Bill-et-Melinda-Gates (Bill & Melinda Gates Foundation, BMGF) est une fondation américaine humaniste philanthropique créée en janvier 2000. À l’échelle mondiale, ses principaux objectifs sont d’améliorer les soins de santé et de réduire l'extrême pauvreté, alors qu’aux États-Unis, la fondation vise principalement à élargir l'accès à l’éducation et aux technologies de l'information…» (fr.wikipedia.org).

Après la réponse à son courrier du Président du Conseil européen, Monsieur Charles MICHEL, L’Internationale démocrate doit savoir compter sur l’Union européenne qui ne doit pas baisser les bras (après le Brexit), car l’Union européenne reste, pour l’Afrique, l’Amérique latine, l’Asie (…), un modèle d’intégration régionale dans un monde où les plus forts ont tendance à écraser les plus faibles.

L’Internationale démocrate a une pensée pour toutes les victimes du terrorisme dans le monde (le terrorisme de groupe comme le terrorisme d’Etat).

L’Internationale démocrate a une pensée particulière pour l’ambassadeur d’Italie en République Démocratique du Congo (RDC), Luca ATTANASIO, son garde du corps et son chauffeur, tués près de Goma, dans le Nord-Kivu, le 22 février 2021, par des terroristes. L’ambassadeur s’y était rendu pour visiter un programme humanitaire établi dans une école.

En outre, L’Internationale démocrate a une pensée pour Monsieur Béchir Ben YAHMED, qui vient de nous quitter, journaliste franco-tunisien, fondateur du magazine panafricain « Jeune Afrique » (J.A).

« Pour Médiapart, J.A reste un excellent outil d’endoctrinement des populations noires africaines au service de la France en Afrique (Françafrique) et qui a pour seule loi: «obéir ou mourir» (www.nouvelledeguinee.com).

L’Afrique a le devoir d’inventer, de construire l’avenir, à la suite des sacrifices de ses héros, de ses combattants de la liberté, Simon KIMBANGU, Charles LWANGA, Barthélemy BOGANDA, Patrice Emery LUMUMBA, KWAME NKRUMAH, Ruben UM NYOBE, Agostinho NETO, Amilcar CABRAL, Ahmed Ben BELLA, Gamal Abdel NASSER, Marien NGOUABI, Thomas SANKARA, Steve BIKO, Nelson MANDELA, Etienne TSHISEKEDI, Joseph RENDJAMBE, Pierre MAMBOUNDOU, André MBA OBAME (la liste n’est pas exhaustive).

Comme le combattant de la liberté Simon KIMBANGU, qui a inventé L'Église kimbanguiste et qui n’a donc jamais quitté l’Eglise (« organisation qui regroupe les chrétiens »), Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, qui a inventé la Police de secours « George Floyd », projet emblématique de L’Internationale démocrate, « n’a jamais quitté la Police » (« il n’invente pas la roue »), mais il apporte du « sang neuf ».

L’inventeur de la Police de secours « George Floyd », « n’a jamais quitté la Police » en ce sens que, sans avoir été un agent de Police, il considère la Police comme une institution de tous pour tous : « L’Armée, c’est l’Armée », « la Gendarmerie, c’est la Gendarmerie », « la Police, c’est Nous tous ». « La Police, c’est Nous tous » parce que les agents de police sont des fonctionnaires, mais surtout parce que la Police est une institution de la cité, au service des citoyens qui devraient participer (sans les armes) à la sauvegarde de la sécurité collective.

« L'Église kimbanguiste est une Église indépendante africaine chrétienne de type prophétique. Elle a été fondée le 6 avril 1921 par Simon KIMBANGU, au Congo belge, et est actuellement surtout présente dans l'actuelle République Démocratique du Congo et dans la population congolaise émigrée issue de ce pays » (Wikipédia).

Enfin, la dictature n’aurait pas permis à L’Internationale démocrate et à son fondateur de rêver (« I have a dream ») avec le peuple congolais. La démocratie est un bien pour tous les peuples. La démocratie est le système politique qui interdit la prise du pouvoir par la force (Ibrahim BIGNOUMBE-BI-MOUSSAVOU, fondateur de L’Internationale démocrate).

Le changement réel s’impose. L’Internationale démocrate et la Police de secours « George Floyd », c’est maintenant !

L’Afrique libre est aujourd’hui debout en République Démocratique du Congo. « Le Peuple d’abord ! ».

Fait à Mouila, le 10 mai 2021

Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou                     

Pin It

Statistiques

18651356
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
6600
16417
109465
18420022
386413
491245
18651356

Your IP: 66.249.66.75
2021-09-25 09:57

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg