Flash

Définir les options stratégiques et les modalités concrètes de mise en œuvre de la restructuration de la REGIDESO en conformité avec le cadre légal et institutionnel régissant le secteur de l’eau en RDC et déterminer la place de la REGIDESO dans le nouvel environnement institutionnel du secteur.

C’est autour de ces objectifs qu’il s’est tenu, du 20 au 21 juin 2019, au Centre d’Evénement Roméo Golf de Kinshasa, un atelier de présentation des options stratégiques et du schéma institutionnel de restructuration de la REGIDESO SA, dans le cadre de l’étude sur l’avenir institutionnel de cette société Organisé par le Comité de Pilotage de la Réforme des Entreprises du Portefeuille de l’Etat (COPIREP), cet atelier a connu la participation notamment, des Ministères du Gouvernement central impliqués dans les questions touchant à la gestion du service public de l’eau. Au bout de ces deux jours de travaux, plusieurs recommandations ont été formulées par les parties prenantes.

Par exemple, en ce qui concerne le schéma institutionnel, après discussions, la plénière a adopté la mise en place effective de deux institutions prévues dans la Loi n°15/026 du 31 décembre 2015 relative à l’eau opérant chacune dans un domaine déterminé, à savoir : la gestion des ressources en eau et la régulation du service public de l’eau. Et, pour ce qui est de la réforme de la REGIDESO, il a été adopté la mise en place d’un système de paiement en temps réel à travers un système de prépaiement notamment, la mise en place d’un système de caution. Mais, aussi, l’équilibre du tarif de l’eau par rapport aux charges d’exploitation ; le paiement par l’Etat de ses factures de consommation d’eau ; le filtrage et contrôle régulier de l’eau fournie par les opérateurs privés ou associations ; la création d’une structure au niveau de chaque province ou regroupement de provinces composé d’experts avant délivrance des licences aux opérateurs privés. Sans oublier la sollicitation des compétences des laboratoires de l’OCC en matière de la qualité de l’eau.

Situation du secteur de l’eau
Au fait, il y a un nouveau cadre juridique qui réorganise le secteur de l’eau potable en RDC. Ce cadre consacre la réforme du secteur de l’eau potable et ouvre ledit secteur à toute personne physique ou morale qui a les capacités de fournir de l’eau potable à la population. Il confie aux provinces et aux Entités Territoriales Décentralisées la responsabilité de l’organisation et de la gestion du service public de l’eau dans leurs entités respectives.
Les provinces et les ETD ont la possibilité pour cette mission, soit de recourir à la REGIDESO ; soit de recourir à un autre opérateur en dehors de la REGIDESO, soit encore de créer leur propre régie provinciale. Et donc, la REGIDESO devrait s’adapter à cette nouvelle donne pour répondre à la préoccupation du Gouvernement de donner de l’eau potable à la population urbaine dans les meilleures conditions. Ceci appelle de la part de cette société, le choix d’un nouveau positionnement stratégique dans le secteur de l’eau potable.

La REGIDESO dispose de trois possibilités pour se choisir ce nouveau positionnement dans le secteur : elle peut agir comme société de patrimoine, comme exploitant ou comme concessionnaire. Ce choix dépend, toutefois, de la décision que prendront les provinces et les ETD sur l’organisation du service public de l’eau dans leurs entités.
L’étude réalisée lors de l’atelier de présentation des options stratégiques et du schéma institutionnel de restructuration de la Régideso par le consultant de NODALIS explore différents schémas institutionnels qui pourraient être mis en œuvre pour aider le Gouvernement à restructurer la REGIDESO en vue d’adapter son organisation et son fonctionnement au nouveau cadre juridique en vigueur dans le secteur de l’eau potable.

Dans son étude, le consultant propose une approche expérimentale consistant au choix de deux périmètres pilotes, dont l’un dans un périmètre avec un système AEP en réseau et, l’autre, dans un périmètre avec des systèmes isolés, pour tester la faisabilité de restructurer la REGIDESO en conformité avec le cadre juridique en vigueur. Sur la base de cette approche par périmètres pilotes, le consultant propose un schéma de restructuration de la REGIDESO consistant notamment, à régionaliser ses activités par la création des Directions Régionales couvrant une ou plusieurs provinces regroupées sur la base des critères géographiques, économiques et physiques. Et transformer ces Directions Régionales en filiales de la REGIDESO, dont le capital social peut être ouvert aux provinces. Ce schéma peut être mis en place par phases successives avec une feuille de route ad hoc.

Actions prioritaires
Trois groupes ont été constitués pour réfléchir sur les thèmes retenus à cet atelier notamment, sur les modalités de restructuration de la REGIDESO. Chaque groupe a présenté son rapport ainsi que les recommandations formulées.
En ce qui concerne l’insertion de l’office Congolais de l’eau (OCE) dans la cartographie institutionnelle actuelle, il a été convenu que l’OCE doit évoluer dans les limites des attributions prévues dans l’article 15 de la Loi n°15/026 du 31 décembre 2015 en tant qu’établissement public intervenant dans le cadre de la gestion des ressources en eau. Pour ce qui est du positionnement et le modèle économique de la REGIDESO, cette dernière est une société commerciale opérant dans le secteur de l’eau en concurrence avec d’autres entreprises opérant dans le secteur. Son modèle économique doit être basé sur la compétitivité, la rentabilité et la redevabilité.

Les recommandations concernant les actions prioritaires, privilégient la mise en œuvre du plan stratégique pour le redressement de l’entreprise. Ce plan intègre les actions visant la maîtrise des coûts et l’amélioration des recettes, ainsi que la relance de l’exploitation. Il s’intéresse également à obtenir de l’Etat la garantie de financements du plan précité notamment, par le paiement régulier de ses consommations et le règlement de ses arriérés.
En ce qui concerne l’amélioration des schémas de coopération, il s’agit d’identifier les activités potentielles pouvant faire l’objet de partenariat avec le secteur privé et fixer les critères d’éligibilité à ces partenariats.
Autre recommandation formulée à l’issue des travaux, il serait indiqué que l’Etat puisse encourager la création de centres d’incubateur en vue de la création de petites unités de distribution d’eau. Ce qui aurait un impact sur la réinsertion d’agents de la REGIDESO et la création d’une classe moyenne.

Il sied de noter que l’atelier a connu la participation des Gouverneurs des provinces ou leurs délégués et des experts nationaux provenant des institutions, services, entreprises et structures tel que la Présidence de la République, le Gouvernement, la REGIDESO ainsi que les responsables de projets qui contribuent à distribuer de l’eau en milieu périurbain ainsi qu’en milieu urbain. La séance d’ouverture a été présidée par le Vice-Premier Ministre, Ministre du Budget assurant l’intérim du Ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Pierre Kangudia.

La Pros.

 

Pin It

Statistiques

7247808
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
21466
36518
155257
6883482
57984
932920
7247808

Your IP: 35.173.48.53
2020-07-02 14:34

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg