Flash

Je voudrais saluer votre mémoire, Monseigneur Gérard. J'étais votre séminariste et vous étiez Mon Evêque de 1991 à 1996.Grâce à vous, j'ai fait mes études de philosophie. Grâce à vous, j'ai fait mes études de théologie. J'ai gagné votre confiance du début à la fin lorsque le destin a voulu que j'emprunte une autre direction dans ma vie (1996).


Mes brillantes études et les grandes distinctions accumulées pendant mes études ont forgé votre estime envers moi.il y a des années, je contemplais encore ma soutane d'entrée en théologie (1995) que je gardais encore pour montrer à mes enfants. Je voudrais vous rappeler que vous avez enterré avec dignité mon Père (1994).
Que des souvenirs, Monseigneur.
Ce mercredi 15 avril 2020, j'ai refusé de croire que vous n'étiez plus. Seul le communiqué de la Cenco en début d'après-midi confirmant la nouvelle qui m'a convaincu en m'enfonçant.
Oui, vous étiez un bon berger pour vos séminaristes et vos prêtres ainsi que pour les chrétiens.
La mort, cette fatalité ! Les mots sont insuffisants lorsque je me rappelle que mon passage au grand séminaire a été le fondement de ce que je représente aujourd'hui comme intellectuel, comme chercheur.
Adieu, Adieu wa kalembaMukwaNtombolu, kabulampuka
Louis d’Or Balekaleyi

Pin It