Flash

BAN2

 

Le Chef de l’Etat de la RDC et Président en exercice de l'Union africaine, Félix Tshisekedi, a participé activement au sommet extraordinaire de la Communauté de développement des Etats de l'Afrique Australe (SADC) qui s’est tenu mercredi 23 juin 2021, à Maputo, Capitale de la République du Mozambique. Les Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) qui ont pris part à ces assises, ont exprimé leur solidarité envers les victimes de l’éruption volcanique du 22 mai dernier dans le territoire de Nyiragongo au Nord Kivu.

Hier encore, alors qu’on s’y attendait le moins, les accusateurs de M. Kalev, sept au total, ont majoritairement  joué aux abonnés absents. Seuls, deux sur sept ont comparu. D’où, les Avocats de l’Ancien Administrateur de l’ANR, aujourd’hui porté disparu, émettent des doutes sérieux sur la crédibilité et, même, l’authenticité de ces plaintes portées à la charge de leur client. Voilà pourquoi, en raison de ces absences devenues systématiques des présumés plaignants dont la plupart sont invisibles, les Avocats de M. Kalev Mutond, dans un communiqué officiel, demandent au Procureur Général près la Cour d'Appel de Kinshasa/Gombe d'ordonner le classement sans suite du dossier de leur client et, par voie de conséquence, d'ordonner l'annulation du Mandat d'Amener et de l'Avis de Recherche lancés contre lui afin de le mettre dans les conditions devant lui permettre de  comparaître en homme libre à ce procès et d'organiser la défense de ses droits,  conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution et aux lois de procédure en vigueur en RD. Congo.  

Communiqué de presse

Le Collectif des Avocats-Conseils de Monsieur KALEV MUTOND, Administrateur 

Général honoraire de l’ANR, informe l’opinion de ce qui suit :

  1. Il a été constaté un déferlement et une avalanche de plaintes contre notre Client, 

AU MÊME MOMENT, en janvier-février 2021 ;

  1. Curieusement, aucun des douze (12) Plaignants répertoriés n’a porté plainte ni  contre l’ANR, Service de l’Etat dont notre Client était Administrateur Général,  ni contre aucun autre des Services d’Ordre, de Défense et de Sécurité de la RDC,  pourtant, cités par les Plaignants eux-mêmes, dans leurs propres plaintes, comme les ayant arrêtés en 2008, en 2009, en 2012, en 2014 et en 2015 ;
  2. Les Plaignants, bien identifiés, tenaient coûte que coûte à diaboliser notre Client, en lui collant des griefs haineux, imaginaires et inventés de toutes pièces, renvoyant à l’exercice de ses fonctions, lorsqu’il était à la tête de la Sûreté nationale de l’Etat congolais de 2011 à 2019, en le présentant, injustement et sans 

AUCUNE PREUVE, comme ayant été un Tortionnaire et un Assassin, dans  l’exercice de ses fonctions ;

  1. Ne se reprochant de rien en âme et conscience, et souhaitant que les allégations mises à sa charge, individuellement, et non à charge de l’Etat, outrancièrement  médiatisées à grands renforts des réseaux sociaux, ne trouvent refuge dans  l’instruction secrète du Parquet ;
  2. Tenant à prouver sa disponibilité permanente à coopérer étroitement avec la Justice de son Pays, dans le respect de la Constitution et des Lois de la 

République ;

  1. Soucieux de laver son honneur et sa dignité d’ancien Haut Fonctionnaire de l’Etat et de Père de famille, et même l’honneur de l’ANR [Service de l’Etat dont il a été numéro un (1)] ainsi que l’honneur de tous les autres Services d’Ordre, de 

Défense et de Sécurité de la RDC, sur lesquels l’opprobre est jeté gratuitement ;

  1. Notre Client, Monsieur KALEV MUTOND, a décidé d’attraire, à son tour, ces plaignants en Justice, pour Imputations dommageables, Dénonciation 

calomnieuse et Association des malfaiteurs, par Citation Directe, d’abord au 

Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe, le 8 mars 2021, ensuite au Tribunal de 

Grande Instance de Kinshasa/Gombe, le 24 avril 2021, permettant par ces mêmes occasions aux Accusateurs de produire dans un Procès public les preuves de  leurs allégations ;

  1. Contre toute attente, le Collectif de Monsieur KALEV MUTOND constate  une sorte de rétropédalage, voire de fuite, dans le chef des Plaignants, dont  certains ont passé le clair de leur temps, en janvier-février 2021, à ameuter l’opinion tant nationale qu’internationale avec des accusations qu’ils sont incapables de soutenir aujourd’hui devant la Justice ;
  2. En effet, 
  3. Le 14 juin 2021, devant le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, 

alors qu’ils avaient régulièrement été signifiés respectivement, le 24 avril

2021, à Kinshasa, pour le prévenu Jean-Claude MUYAMBO KYASSA, et le 20 mai 2021, à Lubumbashi, pour les prévenus Cyrille DOEE MUMPAPA LANGUM et Joseph MULUMBA KAPEPULA, AUCUN de ces ACCUSATEURS ne s’est personnellement présenté au Tribunal le 14 juin 2021 pour soutenir ses accusations ;

  1. Le 23 juin 2021, devant le Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe, alors que la 

signification avait été régulièrement faite pour tous les sept (7) prévenus, 

respectivement,  le 11 et 18 mars 2021, y compris par la voie du Journal 

Officiel, seuls deux (2) prévenus, Jean-Claude MUYAMBO KYASSA et Christopher NGOYI MUTAMBA ont comparu, en prenant soin, d’entrée de 

jeu, d’éviter d’aller directement à l’instruction au fond de la Cause !

Les cinq (5) autres (Joseph MULUMBA KAPEPULA, Cyrille DOEE MUMPAPA LANGUM, Vano KALEMBE KIBOKO, Francis KALOMBO 

NTAMBWA et Fortunat TSHIBANGU KASONGO) ont préféré sécher l’Audience sans aucune raison plausible.

  1. Face à cette situation inexplicable et ubuesque, et au regard des absences injustifiées et répétées aux Audiences des Tribunaux des personnes supposées être victimes et plaignants, il est permis à tout Observateur averti de s’interroger à la fois sur la crédibilité des accusations fortement  médiatisées ainsi que sur la réalité et même l’authenticité de toutes les plaintes annoncées ;

C’est pourquoi, le Collectif des Avocats-Conseils de Monsieur KALEV 

MUTOND prend, d’abord, l’opinion tant nationale qu’internationale à témoin, du caractère purement fantaisiste, diffamatoire, téméraire et vexatoire des 

FAUSSES Accusations dont notre Client est victime, et demande ensuite au 

Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, d’ordonner le 

Classement Sans Suite du Dossier des poursuites initiées contre notre Client, et,  par voie de conséquence, d’ordonner l’annulation du Mandat d’Amener et l’Avis de Recherche lancés contre lui le 10 et le 11 mars 2021, pour lui permettre de  comparaître en Homme Libre audit procès et d’organiser la défense de ses droits, sans encombre, tels que garantis par les dispositions pertinentes de la  Constitution.

Fait à Kinshasa, le 23 juin 2021

 

*Le Sommet a exprimé sa sympathie et sa solidarité avec le gouvernement et le peuple de la République démocratique du Congo à la suite de l'éruption du volcan Nyiragongo à Goma, qui a causé la destruction de biens, la perte de vies humaines et le déplacement de personnes.

 COMMUNIQUÉ DE LA RÉUNION EXTRAORDINAIRE DU SOMMET DES CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DE LA SADC

 23 JUIN 2021 

 MAPUTO (MOZAMBIQUE)

 La réunion extraordinaire du Sommet des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) s'est tenue au Centre international des congrès Joaquim Chissano (Joaquim Chissano International Conference Centre) à Maputo, en République du Mozambique, le 23 juin 2021.

  1. A ouvert officiellement le Sommet, le Président de la SADC et Président de la République du Mozambique, S.E. Filipe Jacinto Nyusi. Ont participé au Sommet, les Chefs d'Etat et de gouvernement ci-après, ou leurs représentants :

Botswana :   S.E. le Président Dr. Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi

RD Congo :   S.E. le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo

Lesotho :      S E. le Premier Ministre, le Dr. Moeketsi Majoro

Malawi :       S.E. le Président, Dr. Lazarus McCarthy Chakwera

Mozambique :        S.E. le Président Filipe Jacinto Nyusi 

Afrique du Sud :     S.E. le Président Matamela Cyril Ramaphosa 

Tanzanie :                S.E. la Présidente Samia Suluhu Hassan

Zimbabwe : S.E. le Président Dr. Emmerson Dambudzo Mnangagwa.

Eswatini :      S.E. le Premier ministre par intérim du Royaume d'EswatiniThemba, Sénateur Nhlanganisole Masuku

Angola :                   Honorable Eugenio Cesar Laborinho, Ministre des Affaires intérieures, représentant de S.E. Président João Manuel Gonçalves Lourenço

Comores :    S.E. le Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de l'Union des Comores M. Dhoihir Dhoulkamal,

Madagascar :           Honorable Dr Djacoba Tehindrzanarivelo, Ministre des Affaires étrangères

Namibie :      Honorable Dr Albert Kawana, Ministre de l'Intérieur, de l'immigration, de la sûreté et de la sécurité  

Maurice:                  S.E. M J. P. Jhumun  Chef de mission à l’Ambassade de la République de Maurice à Maputo, Mozambique.

Zambie :       S. E. M. Mwansa Kapeya, Ambassadeur de la République de Zambie au Botswana.

  1. Y a également participé, S.E. Dr Stergomena Lawrence Tax, Secrétaire exécutive de la SADC
  2. Le Sommet a présenté ses sincères condoléances à la famille de l'ancien président Dr Kaunda, à Son Excellence le Président Edgar Chagwa Lungu, au Gouvernement et au peuple de la République de Zambie à la suite du décès de S.E. Dr Kenneth David Buchizya Kaunda, premier Président de la République de Zambie et dernier père fondateur survivant de la SADC et de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), précurseur de l'Union Africaine (UA) ; et le Sommet a rendu hommage au défunt ancien Président Dr Kaunda pour le rôle déterminant qu'il a joué dans la lutte pour la libération, et dans le fondement des bases solides en vue de l'intégration régionale de l'Afrique australe.
  3. Le Sommet a également exprimé ses sincères condoléances à la famille du Dr Magufuli, à Son Excellence la Présidente Samia Suluhu Hassan, au gouvernement et au peuple de la République unie de Tanzanie à l'occasion du décès de Son Excellence le Dr John Pombe Joseph Magufuli, 5è Président de la République-unie de Tanzanie, il a été un leader visionnaire qui s'est fait le champion du développement de l'Afrique. Il a défendu l'indépendance politique et économique du continent ainsi que la valorisation des ressources naturelles de l'Afrique en faveur de ses peuples. Sous la direction du président Magufuli, la SADC a introduit le kiswahili comme quatrième langue officielle et a déclaré le 25 octobre comme journée de protestation de la SADC contre les sanctions prises par certains pays occidentaux à l'encontre du Zimbabwe.
  4. Le Sommet a par ailleurs exprimé ses sincères condoléances au gouvernement de Sa Majesté le Roi d’Eswatini, au peuple d'Eswatini et à la famille Dlamini à la suite du décès du Premier ministre du Royaume d'Eswatini, Son Excellence Ambrose Mandvulo Dlamini, leader et homme d'affaires expérimenté qui a servi le Royaume d'Eswatini et la Région SADC avec une extrême attention et une parfaite assiduité.
  5. Le Sommet a entériné les recommandations formulées dans le rapport du Président de l'Organe de coopération en matière de politique, défense et sécurité et a approuvé le mandat de la mission de la Force en attente de la SADC en République du Mozambique, qui sera déployée dans le cadre de la Force en attente de la SADC en vue de soutenir le Mozambique dans sa lutte contre le terrorisme et les actes d'extrémisme violent dans la province Cabo Delgado.
  6. Le Sommet a exhorté les Etats membres, en collaboration avec les agences humanitaires, à continuer à fournir une aide humanitaire à la population touchée par les attaques terroristes à Cabo Delgado, y compris aux personnes déplacées à l'intérieur du pays.
  7. Le Sommet a félicité la République du Mozambique pour sa proposition d'accueillir le Centre des opérations humanitaires et d'urgence (SHOC) de la SADC à Nacala (Mozambique), lequel est conçu de sorte à améliorer la capacité de préparation et de réaction rapide de la Région
  8. Le Sommet a lancé la publication 40e anniversaire de la SADC (SADC at 40th) et a exhorté les citoyens de la SADC à utiliser cette publication afin d’apprécier l'histoire de la SADC.
  9. Le Sommet s'est engagé à renforcer les capacités régionales et nationales de la SADC en matière de recherche et de fabrication de produits pharmaceutiques et d'autres médicaments essentiels, de promotion des médecines traditionnelles et de substitution, de développement de vaccins.
  10. Le Sommet a exhorté les États membres et la communauté internationale à soutenir la proposition visant à accorder une exception temporaire à certaines dispositions de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) afin de permettre une riposte plus efficace contre la pandémie de COVID-19.
  11. Le Sommet a invité l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à finaliser les négociations relatives à la levée des restrictions liées aux aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) et à accélérer leur application.
  12. Le Sommet a exigé la fin du concept de nationalisme en matière de vaccins et demandé l'égalité d'accès aux vaccins pour tous les pays.
  13. Le Sommet a exhorté tous les citoyens de la SADC à respecter et à adhérer aux mesures préventives prises dans le cadre de la lutte contre la COVID-19.
  14. Le Sommet a appelé les pays qui limitent les déplacements des résidents de la SADC dans leur pays en fonction de leur origine et du type de vaccin qu'ils ont reçu à revenir sur leur position.
  15. Le Sommet a exhorté les États membres à renforcer et à étendre la couverture des programmes de protection sociale et de prévoyance afin de répondre aux besoins d'un nombre ne grandissant de personnes souffrant d'insécurité alimentaire, et de promouvoir la valeur ajoutée par le biais de l'agro-transformation.
  16. Le Sommet a exhorté les Etats membres à intégrer la stratégie régionale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle à leurs stratégies nationales de sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de lutter contre les taux croissants de malnutrition, le but étant d’améliorer et d'étendre la couverture des programmes de protection sociale et de résilience.
  17. Le Sommet a exprimé sa sympathie et sa solidarité avec le gouvernement et le peuple de la République démocratique du Congo à la suite de l'éruption du volcan Nyiragongo à Goma, qui a causé la destruction de biens, la perte de vies humaines et le déplacement de personnes.
  18. Le sommet a invité la communauté internationale à lever les sanctions imposées au Zimbabwe.
  19. Le Sommet a félicité S.E. le Président Matamela Cyril Ramaphosa pour avoir bien représenté la région en soutenant la proposition visant à obtenir une exception temporaire à certaines dispositions de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) à l'Organisation mondiale du commerce.
  20. Le Sommet a également félicité S.E. le Président Dr. Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi pour son leadership exemplaire et exceptionnel à la tête de l'Organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité.
  21. Le Sommet a pris note de l'invitation de S.E. le Président Dr. Lazarus McCarthy Chakwera au 41ème Sommet ordinaire des Chefs d'État et de Gouvernement qui se tiendra à Lilongwe en République du Malawi en août 2021.
  22. Le Sommet a félicité la République du Mozambique pour l'organisation réussie du Forum des affaires.
  23. Le Sommet a félicité S.E. Filipe Jacinto Nyusi, Président de la SADC et Président de la République du Mozambique pour son leadership qui a permis de mener à bien le Programme d'intégration régionale et ce, malgré les contraintes posées par la COVID-19.
  24. Le Président entrant de la SADC, S.E. Dr Lazarus McCarthy Chakwera, Président de la République du Malawi, a invité les Chefs d'État et de Gouvernement à participer au 41e Sommet de la SADC qui se tiendra au Malawi en août 2021.

Fait à Maputo (République du Mozambique), le 23 juin 2021

Réunis, sous l’égide du Coordonnateur ad intérim, Me Magloire Kasongo,

 pour examiner la situation politique actuelle, les Forces Politiques alliés de l’Udps, encore et toujours rangées derrière le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, tout en compatissant au malheur qui a frappé nos compatriotes de Goma suite à l’éruption volcanique de Nyiragongo, félicitent le Chef de l’Etat, particulièrement pour son implication personnelle, pour son geste de réconfort qui marque une attention particulière de solidarité à l’endroit de son peuple. En rapport avec la maffia qui sévit dans certaines institutions étatiques, les FPAU dénoncent et invitent les services compétents à diligenter des enquêtes appropriées.  Par ailleurs, les FPAU remercient tous ceux qui de près ou de loin ont compati avec elles lors du décès du regretté Yesu Kitenge, leur Autorité Morale d’heureuse mémoire.  Ci-après, la Déclaration politique des FPAU.           

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

FORCES POLITIQUES & SOCIALES ALLIEES DE L'UDPS

« F.P.A.U »

Déclaration politique DES Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI

Réunies ce jour lundi 21 juin 2021 sous l’égide de leur Coordonnateur Général a.i  pour examiner la situation politique de l'heure les FPAU font la déclaration dont la teneur suit

  1. Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI rangées derrière le Président de la République Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, présentent leur remerciement à tous ceux qui, de près ou de loin ont compati avec elles lors du décès de leur Patriarche KITENGE YESU, Autorité Morale d’heureuse mémoire.

Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI fidèles à leurs idéaux continueront à défendre l’héritage de cette icône politique dans l’unité et la cohésion.

  1. Tout en compatissant au malheur qui a frappé nos frères et sœurs de Goma, les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI félicitent le Chef d'Etat pour son implication personnelle, geste de réconfort marquant une particulière de solidarité avec son peuple
  2. Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI satisfaites du résultat à mi-parcours de la situation sécuritaire à l’est de la République, encouragent le Chef de l'Etat à proroger l’Etat de Siège jusqu'à l’éradication totale de l'insécurité dans cette partie du territoire national.
  3. Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI joignent leur voix à celle du Chef de l'Etat pour dénoncer la mafia qui règne dans plusieurs institutions de la République et qui gangrène les finances publiques. A cette fin, en appellent aux services compétents pour diligenter sans délai les enquêtes
  4. Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l'UDPS/TSHISEKEDI saluent les dispositions prises par le Président de la République en rapport avec la résurgence de la pandémie à COVID-19 dans sa troisième vague et invitent la population à se conformer scrupuleusement aux gestes barrières.
  5. Les Forces Politiques et Sociales Alliées à l'UDPS/TSHISEKEDI suivent de près la crise institutionnelle dont plusieurs provinces sont sujet à conflit entre les Exécutifs Provinciaux et les Assemblées Provinciales. A ce sujet, les Forces Politiques et Sociales Alliées à l’UDPS/TSHISEKEDI révèlent que le Patriarche KITENGE YESU avec l'accompagnement de l'Honorable Laurent BATUMONA jugulaient déjà de main de maître ces crises.

Les FPAU ne ménageront aucun effort pour faciliter l'apaisement dans la continuité de la médiation initiée par l'illustre disparu en proposant la nomination des gouverneurs non originaires ainsi que les mesures adéquates pour les Assemblées Provinciales.

Fait à Kinshasa le 21 juin 2021

Pour les FPAU

Me Magloire KASONGO

Coordonnateur Général a.i

Nommé aux fonctions de Secrétaire Général de la Dynamique pour la Démocratie au Congo, parti politique cher au Député Jean-Marie Ingele Ifoto, Héritier Mbepongo assume officiellement ses responsabilités depuis ce mardi 22 juin 2021. C’était au terme d’une cérémonie de remise-reprise avec son prédécesseur, Gaston Gebanga Makpolo, au siège du parti en présence des cadres et militants de cette formation politique.

Le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a, par visioconférence depuis la ville de Bunia, lancé le samedi 19 juin dernier, la campagne ‘’Tolérance Zéro immédiate’’ contre les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) dans le but de punir sévèrement les auteurs de ces crimes à travers toute l’étendue du territoire national.

Représentant officiellement la RD. Congo aux travaux de la 40ème Assemblée Générale annuelle de Shelter Afrique, qui se tient depuis ce lundi 21 juin 2021 à Yaoundé, Capitale du Cameroun, le Ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu a relevé les attentes du pays à l’égard de cette Société de construction, notamment le désengorgement de la Ville-province de Kinshasa dont le nombre s’élève à ce jour à plus de 17 millions d’habitants ainsi que la matérialisation des projets de création de la Banque d’Habitat et le montage des industries de matériaux de construction.

La faitière des organisations paysannes du Kwilu, Kwango, Maï-Ndombe (FOPAKKM), une plate-forme de plus de 200 unions et organisations paysannes de la province du Kwilu et de Maï-Ndombe dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) vient d’achever son quatrième et dernier atelier provincial du programme PASPOR (Programme d’appui à la structuration, au plaidoyer et à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux organisés en RDC).

*’’Le Ministre des Finances a fait le point sur le dossier relatif à l’évaluation et au suivi des mesures pour la mobilisation accrue des recettes de l’Etat.

Il a montré la progression continue des réalisations des recettes par les Régies financières. Ceci s’explique notamment,  par la nouvelle dynamique politique qui a eu un impact positif autant sur les contribuables que sur les fonctionnaires ; les efforts des services (Régies financières) ; la crainte du contrôle notamment,  de l’Inspection Générale des Finances ; et enfin, la transparence accrue apportée par le logiciel de comptabilisation des recettes ISYS-REGIES. Le Ministre des Finances a également relevé que le paiement des salaires couvre globalement 73% des recettes réalisées mensuellement alors que le critère de la  qualité des dépenses exige que celles liées aux rémunérations soient plafonnées à 50% des recettes internes.

Lancés il y a quelques jours par le Ministre du Budget, Aimé Boji Sangara, les travaux sur l’élaboration de la Loi de Finances 2022, se déroulent très bien. Pendant que les experts y travaillent, le Royaume de Belgique vient promettre un coup de pousse à la République Démocratique du Congo en signalant qu’elle peut également compter sur son soutien dans la lutte contre la corruption, afin de permettre au pays d'augmenter ses recettes budgétaires.

La Vice-ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et technique, Aminata Namasia a ouvert ce mardi 22 juin 2021 l’atelier du Comité Multisectoriel SABER, un outil du Programme Alimentaire Mondial axé sur la mise en place du projet cantine scolaire en RDC. Lancé dans la salle Lubumbashi de l’Hôtel Pullman à Kinshasa, et inscrit dans la vision du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi au moyen de la politique de la gratuité de l’enseignement, ce projet datant de 2019 est déjà effectif dans trois provinces, notamment,  le Tanganyika, le Kasaï Oriental et le Nord-Kivu.

Le Vice-ministre de la Justice, Amato Bayubasire Mirindi a reçu le mardi 22 juin 2021, Monsieur  Jean Chrysostome Kijana, Président national de la Nouvelle dynamique de la société civile et vice-président international de ‘‘Tournons la page’’ en son cabinet de travail. Ce dernier est venu présenter ses sincères salutations depuis sa nomination à cette nouvelle responsabilité, mais aussi à travers lui, présenter  les félicitations à Mme le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice Rose Mutombo Kiese qui est l’émanation de la société civile.

 

  1. Bertho Mulumba Ngandu (A gauche) et Simon Mikuo Bushishi (A droite), Délégués de l’UDS au Congrès Bicentenaire des Peuples du Monde à Caracas (Venezuela)

A l’invitation du Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV), la délégation de l’Union des Démocrates Socialistes (UDS) séjourne, depuis le dimanche 20 Juin 2021 dernier, à Caracas, capitale de la République Bolivarienne du Venezuela, où elle participe, aux côtés d’autres partis et organisations progressistes du monde, aux manifestations organisées à l’occasion du Bicentenaire  de la célèbre bataille de Carabobo où le Général Simon Bolivar avait infligé une défaite historique aux troupes espagnoles ouvrant ainsi la voie à l’indépendance du Venezuela et de la plupart des anciennes colonies espagnoles d’Amérique latine.

Le dossier n’est toujours pas clos. Après la mise au point de l’Assemblée nationale sur l’affaire Jeeps des Députés nationaux, le Professeur Daniel Mbau Sukisa, élu du Mont-Amba, a crevé l’abcès en apportant un peu plus de lumière quant à ce. Il a fait savoir que ces jeeps ne sont pas une libéralité du Chef de l'Etat aux Députés, mais plutôt un achat à crédit payable mensuellement. Une retenue à la source sur les émoluments des députés sera effectuée jusqu'à total apurement.  Dans le même chapitre, il fait un appel à la population de ne pas se laisser manipuler par des déclarations politiciennes.

 *‘’Les efforts fournis par le Gouvernement méritent d'être soulignés notamment,  la hausse des réserves de change au niveau de la Banque Centrale  et des initiatives prises dans les différents ministères. Mais, la majorité de la population continue à faire face à l'extrême pauvreté. Curieusement, à côté d'elle, il y a encore et toujours une poignée de compatriotes qui s'enrichit de façon scandaleuse et sans cause. D'aucuns se demandent si ce n'est pas le fruit de la corruption et du détournement des deniers publics au profit personnel. Cette situation a aussi un impact négatif sur la cohésion nationale dans la mesure où elle creuse davantage le fossé entre les riches et les pauvres. Sur le plan sécuritaire et humanitaire, ‘’Nous avons, à plusieurs reprises, dénoncé l'insécurité et les violences qui endeuillent notre pays, plus spécialement dans le Nord et le Sud-Kivu, ainsi qu'en Ituri. Ces événements malheureux, qui secouent notre pays, doivent être pour nous un motif d'assumer nos responsabilités et de resserrer davantage nos liens de solidarité et de fraternité (cf. ICO 12, 26), afin de raffermir notre amour de la Patrie. En ce sens, nous saluons les dispositions militaires prises par le Président de la République et l'Etat de siège récemment décrété dont nous espérons les effets positifs. Cependant, nous déplorons le fait que certains de nos compatriotes pactisent encore avec les agresseurs pour des fins égoïstes, et d'autres en font une exploitation politicienne pour en tirer des dividendes’’, soutiennent, dans leur Message à l’issue de la 58ème Assemblée Plénière, les Evêques catholiques, réunis au sein de la CENCO. Ils en appellent ainsi  à la cohésion nationale pour sortir la RD. Congo de l’auberge.

CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

Présidence

MESSAGE DE LA 58ème ASSEMBLEE PLENIERE DE LA

CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

(CENCO)

APPEL A LA COHESION NATIONALE SOYONS UNIS (Cfr.   ICO 1, 10)

  1. Nous, Cardinaux, Archevêques, Evêques et Administrateur Apostolique, réunis à Kinshasa en la 58ème Assemblée Plénière ordinaire de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), du 14 au 18 juin 2021, nous sommes penchés, entre autres, sur la situation actuelle de notre pays.
  2. En vertu de notre ministère pastoral et prophétique, nous lançons un appel à la cohésion nationale pour un Congo stable où règnent la justice et la paix.
  3. La cohésion, une force dans l'épreuve
  4. « Unis par le sort, unis dans l'effort », nous Congolais, sommes appelés à former une communauté nationale autour des idéaux de liberté, de fraternité, de solidarité, de justice, de paix et de travail, comme chanté dans notre hymne national. Cette vision d'un Congo uni et fort, nous la manifestons souvent, comme à l'occasion de participation à des compétitions sportives, de l'octroi des titres internationaux à nos compatriotes ou quand la souveraineté de notre pays est menacée. Le Constitution de la RD Congo (2006),

Préambule. 2 Cf. la marche pour dire non à la balkanisation

même élan a été traduit plusieurs fois dans les cadres de concertation entre Congolais qui ont toujours permis de trouver un consensus qui renforce la cohésion et l'unité nationale.

  1. Dans cette perspective, nous avons apprécié à leurs justes valeurs, les premiers gestes du Président de la République, notamment la décrispation du climat politique et la liberté d'expression dans les médias, la libération des prisonniers politiques et d'opinions, le retour au pays des exilés politiques, la mise en œuvre de la gratuité de l'enseignement de base, et aujourd'hui la proximité avec nos frères et sœurs sinistrés par l'éruption du volcan Nyiragongo.
  2. Ces gestes renforcent l'unité du Congo et la cohésion nationale. Cependant, nous constatons que cette unité est de plus en plus menacée par les antivaleurs telles que le népotisme, le tribalisme, le régionalisme, le clientélisme, l'exclusion des adversaires politiques, des pratiques et des discours qui fragilisent les liens sociaux. Cet état de choses brise le rêve commun et compromet la cohésion nationale sur plusieurs plans qui deviennent de véritables défis.
  3. Les défis

Sur le plan sociopolitique

  1. L'option de la politisation de la CENI, avec la prédominance de la nouvelle Majorité au pouvoir, adoptée au Parlement, ne rassure pas tous les acteurs politiques et sociaux, et ne garantit pas un processus électoral crédible. Ce qui porte les germes de contestation et de crises de légitimité qui fragilisent davantage la cohésion. Cf. Conférence Nationale Souveraine, le Dialogue de Sun City, l'Accord de la Saint-Sylvestre, etc.
  2. Le processus constitutionnel de la décentralisation et du découpage des Provinces, initié dans le pays était censé rapprocher les gouvernants des gouvernés et lancer des dynamiques de développement endogène à partir de la base. Depuis le découpage territorial du pays en 26 Provinces, nous assistons à une instabilité chronique des institutions provinciales due, essentiellement à des manipulations politiciennes et à la cupidité de certains. Pareils comportements divisent les communautés au niveau des provinces et ne contribuent nullement à la consolidation de la démocratie ni à l'amélioration des conditions de vie de la population.

Sur le plan socio-économique

  1. Les efforts fournis par le Gouvernement méritent d'être soulignés, notamment la hausse des réserves de change au niveau de la Banque Centrale, et des initiatives prises dans les différents ministères. Mais, la majorité de la population continue à faire face à l'extrême pauvreté. Curieusement, à côté d'elle, il y a encore et toujours une poignée de compatriotes qui s'enrichit de façon scandaleuse et sans cause. D'aucuns se demandent si ce n'est pas le fruit de la corruption et du détournement des deniers publics au profit personnel. Cette situation a aussi un impact négatif sur la cohésion nationale dans la mesure où elle creuse davantage le fossé entre les riches et les pauvres.

Sur le plan sécuritaire et humanitaire

  1. Nous avons, à plusieurs reprises, dénoncé l'insécurité et les violences qui endeuillent notre pays, plus spécialement dans le Nord et le Sud Kivu, ainsi qu'en Ituri. Ces événements malheureux, qui secouent notre pays, doivent être pour nous un motif d'assumer nos responsabilités et de resserrer davantage nos liens de solidarité et de fraternité (cf. ICO 12, 26), afin de raffermir notre amour de la Patrie. En ce sens, nous saluons les dispositions militaires prises par le Président de la République et l'Etat de siège récemment décrété dont nous espérons les effets positifs. Cependant, nous déplorons le fait que certains de nos compatriotes pactisent encore avec les agresseurs pour des fins égoïstes, et d'autres en font une exploitation politicienne pour en tirer des dividendes.

Sur le plan de la justice et des droits humains

  1. La Justice est un des piliers d'un Etat de droit ; elle grandit une nation (cf. Pr Par contre, dans notre pays, elle continue à être mal rendue, gangrénée par la corruption et instrumentalisée par le politique. Pour beaucoup de nos compatriotes, l'appareil judiciaire est perçu comme une officine de combines, un espace de règlement des comptes et de cautionnement des injustices. La corruption, hélas, semble être le principal moyen pour gagner un procès. Par ailleurs, le droit cède la place au clientélisme, au régionalisme, au tribalisme et au népotisme. La cohésion nationale est ainsi mise à mal, particulièrement quand la Justice est exploitée pour écarter les concurrents politiques.
  2. La population a bien accueilli la fin de la coalition et l'avènement du nouveau Gouvernement censé répondre à ses besoins. Il s'avère que, dans la réalité, le budget national privilégie les institutions politiques au détriment du bien-être de la population. Cette injustice ne fait que renforcer les inégalités sociales.

III. Nos recommandations

En vue de renforcer l'unité et la cohésion nationale, nécessaires pour le développement du pays, nous recommandons :

Cf. CENCO, « La Justice grandit une Nation » (cf. Pr14, 34). La restauration de la Nation par la lutte contre la corruption. Message de la CENCO aux fidèles catholiques, aux hommes et aux femmes de bonne volonté à l'occasion du 49eme anniversaire de l'Indépendance de la RD Congo, éd. du Secrétariat Général de la CENCO,

2009.

A Son Excellence Monsieur le Président de la République

12.- De promouvoir les initiatives favorisant l'unité nationale ;

-De veiller à la bonne représentativité géographique dans les institutions, notamment en décourageant le tribalisme ;

-De mettre davantage l'Armée dans les conditions qui lui permettent de répondre efficacement à sa mission de défendre et de sauvegarder l'unité et l'intégrité du territoire national ;

-De poursuivre véritablement la lutte contre la corruption et l'impunité.

Au Parlement

13.- De ne pas voter les lois qui préconisent la discrimination et menacent la cohésion nationale ;

-D'initier les lois qui détribalisent les institutions ;

-De ne pas abuser des immunités parlementaires pour échapper à la justice ;

 D'améliorer sensiblement la loi électorale afin de rassurer la population de la crédibilité des élections en 2023.

Au Gouvernement

14.- De rééquilibrer les dépenses des institutions proportionnellement aux besoins de la population,

-De promouvoir des projets de société qui renforcent l'intégration nationale, tels que la construction des routes nationales ;

 D'évaluer au niveau national le processus de la décentralisation et les moyens les plus efficaces de stabiliser les institutions provinciales et de les mettre au service de la population ;

De veiller au respect du cycle électoral, gage de la démocratie ;

-De revaloriser les fêtes nationales et les symboles forts de la Nation.

A nous, Peuple congolais

15.- De ne pas nous laisser entrainer par des discours et des actions séparatistes, car c'est la cohésion qui permet de souder le pays même dans les épreuves ;

 De soutenir toute bonne initiative de notre Gouvernement, au-delà de nos tendances politiques ;

-De lutter ensemble contre la pandémie du Coronavirus en respectant les gestes barrières et en nous faisant vacciner afin de nous protéger et de protéger les autres ;

-De demeurer vigilant pour la tenue des élections en 2023.

A la Communauté Internationale

16.- D'appuyer les projets promoteurs de la cohésion nationale ;

-D'évaluer le rôle des pays voisins de la RD Congo dans la persistance des violences et des massacres ;

-D'aider la RD Congo à lutter contre tous les mouvements fondamentalistes qui se déploient dans le pays.

Conclusion

  1. Unis par le sort, les uns ayant « la nationalité congolaise d'origine », les autres l'ayant « d'acquisition individuelle », nous sommes tous, à titre égal, filles et fils de la RD Congo. Nous sommes invités à apprécier ce que nous sommes, apprécier aussi les autres, afin de mettre ensemble ce qui nous est commun ct ce qui nous différencie, pour le plus grand bien de tous et la gloire de Dieu. La diversité des tribus fait partie du patrimoine qui constitue le Congo, ce don béni que nous avons reçu de nos aïeux. Elle ne doit pas nous porter à l'exclusion des autres, mais Cf. La Constitution de la République Démocratique du Congo (2006), art. 10.

Plutôt à une opportunité d'enrichissement des uns et des autres, et une base pour le développement de notre Nation 6.

  1. Comme Saint Paul l'a recommandé aux Colossiens en affirmant Là, il n'est plus question de Grec ou de Juif, de Barbare, . . . , d'esclave, d'homme libre ; il n'y a que le Christ, qui est tout et en tous » (Col 3, I l ), nous vous prions, chers filles et fils.de la RD Congo, de ne pas réfléchir ni agir en terme d'origine, de tribus ou de région. Soyons unis (cf. ICO l , 10) pour un Congo fort et prospère.
  2. Au regard de l'impératif de sauvegarder la cohésion et l'unité nationale, nous décrétons pour l'Eglise-Famille de Dieu qui est en RD Congo, une Journée de prière pour l'Unité nationale, en la date du 30 juin 2021.
  3. Par l'intercession de la Vierge Marie, Notre Dame du Congo, et par celle de nos Bienheureux Isidore Bakanja et Marie-Clémentine Anuarite, que

Dieu bénisse la RD Congo et son Peuple.

Fait à Kinshasa, le 18 juin 2021

La Première dame de la RDC, Denise Nyakeru Tshisekedi, s'est rendue au site de l'E.P Kanyarucinya qui héberge des familles sinistrées, le lundi 21 juin 2021. Ces familles occupent des salles de classe malgré la reprise des cours qui a eu lieu le lundi 14 juin dernier 2021. Devant l'urgence de la situation, des abris provisoires sont en construction sur le même site offert par le diocèse de Goma pour permettre aux élèves de reprendre le rythme normal des cours et aux sinistrés d'avoir un toit.

Statistiques

17786199
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2296
10205
12501
17694519
12501
669504
17786199

Your IP: 185.191.171.12
2021-08-02 04:41

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg