La Chambre basse du parlement sera en plénière dès ce mardi 5 mai 2020. C’est ce qui ressort de la conférence des présidents animée hier, lundi 4 mai, par Mme Jeanine Mabunda Lioko. Au terme de celle-ci, plusieurs matières ont été alignées à l'ordre du jour dont les plus importantes concernent principalement deux projets de loi à ratifier.

Le Dossier judiciaire autour des travaux de 100 jours du Chef de l’Etat continue à faire couler l’eau sous le pont. Surtout qu’il incrimine plusieurs personnalités dont le patron de la société Samibo, M. Jammal Samih qui est maintenu en détention préventive pour ‘‘détournement’’.

‘’Comme l’a si magistralement démontré le Ministre Justin Bitakwira, toutes les opérations administratives et financières se sont faites en dehors et à l’insu total du gouvernement Tshibala déjà neutralisé et dessaisi par le communiqué du 25 janvier 2019 du même Directeur de Cabinet interdisant, entre autres, tout engagement et toute liquidation des dépenses publiques sans accord préalable du Président de la République. Ainsi donc, après cette date, les actes ultérieurs posés dans le cadre de ce projet n’engagent nullement le gouvernement Tshibala qui n’y était associé, ni de près, ni de loin. Ce qui, du reste, est irréfutable. Il reste politiquement, financièrement, moralement et pénalement indiqué que les responsables de ce projet dans sa phase exécutoire assument leurs responsabilités devant le peuple et l’histoire’’.

Le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba, a réuni, samedi dernier à la Primature, le VPM en charge du Budget, Jean-Baudouin Mayo, le Ministre d’Etat chargé des Hydrocarbures, Rubens Mukindo, la Ministre de l’Economie Nationale, Acacia Bandubola et celui des Finances, Sélé Yalaghuli, pour apprécier l’évolution de la situation actuelle du secteur pétrolier et ses implications.

Le Coordonnateur adjoint des Forces Politiques Alliées de l'UDPS chargé des Questions politiques et législatives et, en même temps, Député élu de la circonscription de la Mongala, dans l’ex-Equateur démembré, Elysée Bokumwana, œuvrant pour le soutien inconditionnel aux actions du Chef de l'Etat, est monté au créneau pour protester vigoureusement contre une bande d’aventuriers qui cherchent à déstabiliser politiquement l'Honorable Laurent Batumona.

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) est montée au créneau contre le journaliste Jean-Marie Kassamba pour avoir diffusé une image d’un homme malade allongé sur un lit d’hôpital qu’il a présenté à son Invité et aux téléspectateurs comme Vital Kamerhe, Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat et Président National de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), actuellement en détention provisoire à la prison de Makala. «Non seulement cette image est fausse puisqu’il s’agit d’un produit de photomontage, mais aussi elle a soulevé une vague d’indignations au sein de la famille biologique, de la famille politique et de l’opinion publique de la victime », fait savoir l’UNC dans un communiqué signé par son Secrétaire Général a.i. Conformément au code d’éthique et de déontologie du journaliste congolais, l’UNC somme Jean-Marie Kassamba de présenter des excuses publiques.
Ci-dessous, retrouvez l’intégralité du communiqué du parti de l’UNC.

UNION POUR LA NATION CONGOLAISE
Le Secrétaire Général
Kinshasa 01 MAI 2020
Transmis copie pour information
- Au Président National de l’Union Nationale de la Presse Congolaise (UNPC)
- Au Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC)
Tous à Kinshasa
Concerne : protestation et demande d’excuses publiques
A Monsieur Jean-Marie Kassamba
Directeur Général de Télé 50
Monsieur Kassamba,
Il nous a été donné de constater qu’au cours d’une émission télévisée que vous avez animée le 28 avril 2020 sur Télé 50, vous avez diffusé une image d’un homme malade allongé sur un lit d’hôpital que vous avez présenté à votre Invité et aux téléspectateurs comme étant l’Honorable KAMERHE, Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat et Président National de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), actuellement en détention provisoire à la prison de Makala.
Non seulement cette image est fausse puisqu’il s’agit d’un produit de photomontage, mais aussi elle a soulevé une vague d’indignations au sein de la famille biologique, de la famille politique et de l’opinion publique de la victime.
En votre qualité de journaliste, point n’est besoin de vous rappeler qu’en portant atteinte à l’intégrité physique et orale de l’Honorable Vital KAMERHE par la diffusion de fausses informations dans l’intention délibérée de nuire, vous vous êtes exposé à la rigueur des lois de notre pays et particulièrement la loi 002 du 22 juin 1996 portant modalités de l’exercice de la liberté de presse en RDC.
L’opinion publique se rappelle aussi que depuis plusieurs années, de manière cyclique et systématique, vous vous êtes distingué dans une campagne d’attaques médiatiques teintées de dénigrement contre l’Honorable Vital KAMERHE pour des raisons qui vous sont propres.
Respectueuse de l’Etat de droit, l’Union pour la Nation congolaise se réserve le droit de vous traduire en justice pour imputations dommageables.
D’ores et déjà, conformément au code d’éthique et de déontologie du journaliste congolais, nous vous demandons de présenter des excuses publiques.
L’UNC continue à croire à l’innocence de son Président National et attend fermement l’organisation d’un procès équitable.
Le Secrétaire Général a.i
Honorable Aimé BOJI SANGARA

*En Afrique, la pandémie de coronavirus est certes moins intense, mais les dégâts sont bien visibles sur les fragiles économies africaines. A l’instar des économies du monde, dit développées, les économies africaines sont déjà en pleine récession. Alors que l’Afrique se bat contre le Covid-19, elle doit en même temps sauver ce qui reste encore de son économie.

Après mille et une interprétations sur l’Arrêté pris, récemment, par la ministre de la Fonction Publique portant mise en place et affectation des Secrétaires Généraux de l’Administration publique, le dossier semble être définitivement clos. Plusieurs acteurs socio-politiques et analystes de front se sont empressés sur la toile et les médias en émettant des critiques politiques, juridiques et même concernant la légalité de cette décision.

Statistiques

6079607
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
31619
34303
96334
5748910
775074
559814
6079607

Your IP: 46.229.168.152
2020-05-26 16:15

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg