Flash

BAN2

 

«L'ASBL ZIBULA MESO, jeunesse consciente et engagée de la province du Kwango, demande à la population kwangolaise, en particulier, et congolaise, en général, de rester éveillée et de se mettre debout quand il le faut pour mener ce combat pour le rétablissement de la vérité». C’est le combat que compte mener les forces de la province du Kwango réunies au sein de l’Association Sans But Lucratif Zibula Meso. Pour les jeunes de cette structure citoyenne, la Cour de Cassation devra se saisir du dossier Bukangalonzo après que la Cour constitutionnelle se soit déclarée incompétente pour juger l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo Mapon. Dans une déclaration publiée récemment, l’ASBL Zibula Meso demande au Gouvernement de travailler d’arrache-pied en vue de ressusciter le parc agroindustriel Bukangalonzo qui va permettre à la population du Kwango de bénéficier de maïs en abondance. «Ainsi, nous attendons du Gouvernement une véritable politique de réhabilitation de cette grande machine de production, en tenant compte des autochtones, et qui contribuerait sensiblement à l'éradication de la malnutrition qui sévit dans la plupart de nos provinces, la nôtre y compris. Les forces vives du Kwango porteront leur dévolu sur le PR 05 aux prochaines élections si et seulement si des actions de grande envergure, dont la réhabilitation de ce projet, l'électrification de la ville de KENGE et de certains tronçons routiers stratégiques, arrivaient à devenir une réalité », lit-on dans ladite déclaration.

La Pros.

 

DECLARATION DE FORCES  VIVES DU KWANGO REUNIES AU SEIN  DE ZIBULA MESO ASBL LE MERCREDI 12 JANVIER 2022

Nous, forces vives du Kwango, réunies au sein de l'ASBL ZIBULA MESO, après plusieurs mois d'observation et d'analyse sur le dossier du Parc Agro Industriel de BUKANGALONZO, avons décidé de porter à l'opinion nationale et internationale ce qui suit :

  1. RAPPEL DES FAITS

Créé sur l'initiative du Gouvernement MATATA PONYO, et inauguré le 15 juillet 2014 par l'ancien Président de la République, le projet Agro industriel de Bukangalonzo, qui porte le nom d'un des secteurs de la province de Kwango, a suscité beaucoup d'enthousiasmes et d'espoirs tant au niveau national que provincial. La population du Kwango a pour la première fois rêvé d'un lendemain meilleur par la création d'un environnement qui changerait ses conditions de vie. Elle a cru à la création des emplois, à la croissance économique qui créerait une classe moyenne.

Grande est notre surprise que cet espoir soit tourné au dérisoire suite à la mauvaise gestion de son coordonnateur, le Premier Ministre honoraire MATATA PONYO, aujourd'hui Sénateur de la République. Beaucoup de rapports ont étalé les responsabilités de ce dernier dans cette débâcle aux conséquences incalculables pour la République et les populations autochtones, qui du reste se sont vues écartés et escroqués totalement dans ce gigantesque projet ce que nous dénonçons.

  1. OBSERVATIONS

Malgré les dénonciations faites, ainsi que les enquêtes menées par les services spécialisés dont les résultats sont mis à la disposition de la justice, nous avons le regret de constater que la politique et le juridisme semblent dédouaner les responsables de l'échec de ce grand projet, et le dossier est mis dans le placard, attitude qui va à l'encontre de la nouvelle politique du Chef de l'Etat qui prône l'Etat de droit et une justice juste pour tous. Le juridisme qui plane autour de la gestion de ce dossier serait-il une ouverture qui mettrait à l'aise les actuels dirigeants et les entêter à commettre d'autres bévues?

Nous sommes persuadés qu'un procès juste et équitable ferait éclater la vérité au grand jour, afin de décourager les antivaleurs dans les chefs de certains dirigeants véreux. Eu égard à ce qui précède, l'ASBL ZIBULA MESO, voix autorisée de la jeunesse Kwangolaise exige:

1) Louverture immédiate du procès du Parc Agro industriel de Bukangalonzo à la Cour de Cassation étant donné que la Cour Constitutionnelle s'est déclarée incompétente;

2) Que la Cour Constitutionnelle indique sans ambigüité à l'opinion nationale et internationale quel est le juge naturel d'un ancien Président de la République et d'un ancien Premier Ministre pour les infractions de droit commun, commises lors de l'exercice de leurs fonctions ;

3) Que les médias nationaux et internationaux fassent preuve de professionnalisme et cessent de se faire manipuler pour des raisons inavouées;

4) Que le Président de la République, garant de la nation et du bon fonctionnement des Institutions, y compris les Cours et Tribunaux, veillent à ce qu'il y ait un procès équitable et transparent afin de rétablir la population et même la nation congolaise dans ses droits qui lui reviennent, suite à la débâcle de ce projet. L'ASBL ZIBULA MESO, jeunesse consciente et engagée de la province du Kwango, demande à la population kwangolaise en particulier et congolaise en général, de rester éveillée et de se mettre debout quand il le faut pour mener ce combat pour le rétablissement de la vérité.

Ainsi, nous attendons du Gouvernement une véritable politique de réhabilitation de cette grande machine de production, en tenant compte des autochtones, et qui contribuerait sensiblement à l'éradication de la malnutrition qui sévit dans la plupart de nos provinces, la nôtre y compris. Les forces vives du Kwango porteront leur dévolu sur le PR 05 aux prochaines élections si et seulement si des actions de grande envergure, dont la réhabilitation de ce projet, l'électrification de la ville de KENGE et de certains tronçons routiers stratégiques, arrivaient à devenir une réalité.

Que vive la République!

Que vive le vrai Etat de droit !

Que vive ZIBULA MESO!

 

Le Togo et l'UE ont signé ce 12 janvier un nouvel accord dans lequel l'Union Européenne et ses Etats membres s'engagent à renouveler leur soutien à la République togolaise à hauteur de 243 millions d'euros. C'est à travers un Document Conjoint de Programmation pluriannuelle 2021-2027 (DCP) qui renforce et élargit les domaines d'intervention.

Une cérémonie officielle de présentation et de lancement du Document Conjoint de Programmation pluriannuelle 2021-2027 (DCP) a été organisée, à Lomé, le 12 janvier 2022, au siège du Ministère de la Planification du Développement et de la Coopération. Adopté le 16 décembre 2021, le Document Conjoint de Programmation a été élaboré dans une démarche inclusive avec l’Union Européenne, l’Allemagne et la France. Il définit le cadre des interventions des partenaires européens en appui aux efforts du gouvernement de la République Togolaise pour les sept prochaines années.

  1. Payadowa Boukpéssi, ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires a co-présidé cette cérémonie de présentation aux côtés de l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Togo, M. Joaquìn Tasso Vilallonga. Mme Sandra Ablamba Johnson, ministre, secrétaire général de la Présidence de la République, M. Gilbert Bawara, ministre de la Fonction Publique, M. Sani Yaya, ministre de l’Économie et des Finances, pour le gouvernement de la République Togolaise, ainsi que Mme Jocelyne Caballero, ambassadeur de France et M. Matthias Veltin, ambassadeur d’Allemagne, ont pris part à cette manifestation.

Le DCP s’inscrit en synergie avec le Plan National de Développement (PND) et la Feuille de Route Gouvernementale Togo 2020-2025. À travers ce document stratégique, l’Union Européenne et ses Etats membres s’engagent à renforcer leur soutien à la République Togolaise dans trois domaines prioritaires :

- Le développement humain, en particulier,  en matière d’inclusion socio-économique et d’accès aux services publics de base ;

- L’agro-industrie durable et la gestion des ressources naturelles, pour contribuer à la création d’emplois et à la lutte contre le changement climatique ;

- La consolidation d’une société apaisée et résiliente au Togo à travers la promotion de la sécurité, de la bonne gouvernance et de la décentralisation.

L’adoption de ce Document est une étape importante dans le renforcement et la concrétisation de la coopération entre le Togo et ses partenaires européens. Le Document Conjoint de Programmation précise la démarche de l’« Equipe Europe », composée de l’Union européenne, de la France et de l’Allemagne, ainsi que de leurs institutions financières et de développement respectives, à savoir la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’Agence Française de Développement (AFD), la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW). Il s’agit, pour les partenaires européens, d’identifier des synergies et de mutualiser leurs outils dans le but de gagner en efficacité dans le cadre de cette programmation conjointe. Une approche saluée lors de la visite au Togo, le 24 novembre 2021, de responsables de haut niveau de « l’Équipe Europe ».

Les actions de l’UE qui en découleront seront financées par le nouvel instrument intitulé « Europe dans le monde », en remplacement du Fonds Européen de Développement (FED). L’adoption du Document Conjoint de Programmation 2021-2027 et la mise en œuvre de ce nouvel instrument financier concordent avec l’entrée en vigueur de l’Accord Post-Cotonou, venant renforcer le partenariat entre, d’un côté, le Togo et le Groupe des Etats d’Afrique, Caraïbes et du Pacifique (ACP) et, de l’autre, l’Union européenne et ses États membres. Dans le cadre de la première année de mise en œuvre de ce Document, « l’Équipe Europe » engage plus de 243 millions d’euros, soit près de 160 milliards de CFA, pour de nouveaux projets dans les trois domaines prioritaires précités.

L’Ambassadeur Joaquìn Tasso Vilallonga, chef de la Délégation de l’Union Européenne (UE) au Togo, s’est réjoui de la pertinence des axes contenus dans ce Document, qui renforcera davantage le partenariat entre l’UE et le Togo : « Le document que nous avons aujourd’hui, après la visite de haut niveau de « l’Equipe Europe » à Lomé il y a quelques semaines seulement, est la matérialisation concrète de cet engagement de l’Union européenne notamment dans le domaine de la coopération et de la solidarité européenne avec le Togo ».

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires a remercié les partenaires européens pour leur appui à l’élaboration de ce document aligné sur les priorités nationales togolaises : « Je voudrais renouveler les sincères remerciements du gouvernement à la Commission européenne, à l’Allemagne et à la France,  en particulier, pour la qualité de leur coopération, et pour leur accompagnement dans la mise en œuvre des projets et programmes de développement en faveur du bien-être des populations ».

Le ministre d’Etat a souligné à cette occasion « la vision éclairée et le leadership dans le pilotage des actions de développement » du Président de la République, S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé.

Il a conclu en invitant tous les acteurs impliqués dans l’exécution de ce document à prendre des dispositions nécessaires pour la mise en œuvre rapide des projets.

Les congolais ont commémoré durant deux jours  leurs Héros nationaux, Patrice Emery Lumumba et Laurent-Désiré Kabila, assassinés respectivement le 17 janvier 1961 et le 16 janvier 2001, dans une attitude de méditation, aucune cérémonie officielle d’hommages n’ayant été prévue. Toutefois, à la Gombe, au Mausolée, comme à la place Echangeur de Limete, quelques compatriotes et personnalités du pays à l’instar du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, représentant personnel du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, et quelques membres du Gouvernement ont rendu hommage aux héros nationaux d’heureuse mémoire. L’occasion était tout de même propice pour certains compatriotes de faire entendre leurs sons de cloche, dans le cadre d’un combat nationaliste à mener pour la renaissance effective de la République Démocratique du Congo. Pour Jean-Claude Katende, Président National de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO), Mzee aura été la figure emblématique du nationalisme et du patriotisme, capable de défendre valablement la souveraineté de la RDC au prix de son sang. «Le souvenir que je garde de Laurent-Désiré Kabila est qu’il était capable de résister au diktat des occidentaux», a-t-il twitté, le 16 janvier dernier. «Lumumba est l’épine dorsale d’une lutte écrite de sang et de sueur dont la finalité fût notre indépendance. Honorons sa mémoire en faisant en sorte que l’histoire du Congo ne s’écrive ni ailleurs ni par les autres, mais par ses dignes fils et filles», a rappelé, sur son compte twitter, Yvette Tabu Inangoy, commissaire générale en charge du Numérique de la ville-province de Kinshasa.

Pour rappel, Patrice Emery Lumumba fut le tout premier Premier ministre de la RDC, dès les premières heures de l’indépendance chèrement acquise, le 30 juin 1960. Il a d’ailleurs été au four et au moulin, avec Joseph Kasa-Vubu, pour l’accession de la République Démocratique du Congo à cette indépendance. Né le 2 juillet 1925 à Onalua, dans l’actuelle province du Sankuru, le Héros national fut assassiné le 17 janvier 1961 dans l’Ex Katanga, aux côtés de Jose Okito et Mpolo Maurice, ses deux compagnons de lutte. Pour ce qui est de Mzee Laurent Désiré Kabila, faut-il retenir que l’homme fut le troisième président de la République Démocratique du Congo après Joseph Désiré Mobutu à qui il a succédé en 1997 grâce à l’appui des forces rwandaises et ougandaises. Né le 27 novembre 1939, l’homme fut assassiné le 16 janvier 2001 dans son cabinet de travail situé au Palais de marbre, à Kinshasa.

La Pros.

Visiblement très attristé. Les yeux rougis et remplis des larmes. Attitude d'un orphelin qui se rappelle de son défunt Père. C'est tout ce que l'on pouvait constater du recueillement du Colonel Eddy Kapend  au mausolée de Feu Laurent-Désiré Kabila, le dimanche 16 janvier 2022. 20 ans après son incarcération à la prison centrale de Makala dans le dossier de l'assassinat de son Chef, le Colonel Eddy Kapend a saisi l'occasion pour saluer la mémoire de celui qu'il ne cesse d'appeler Père afin de lui rendre hommage digne de son rang.

Képi soldat à la tête, bâton à la main, Eddy Kapend s'est recueilli devant la tombe de son mentor, en signe d'amour et d'attachement qu'il garde, à jamais, à son égard.  Mzee Kabila, après des loyaux services rendus avec amour et passion à la nation congolaise, s'en était  allé tête haute, arme en main. Devant la presse, le Colonel Eddy Kapend a affirmé, sans ambages, de rester loyal au défunt qui a totalisé  21 ans dans l’au-delà ce dimanche 16 janvier 2022 depuis qu'il a quitté la terre des hommes de suite d’un assassinat. ''Ne jamais trahir le Congo", telle a été l'idéologie phare qu'a prônée  l'Ancien Président de la RDC (1997-2001) à cause de laquelle, les "ennemis de la République" l'ont rudement précipité à la mort.  Ainsi, le Colonel Eddy Kapend, 20 ans après son arrestation qu'il qualifie d'injuste,  a décidé de  défendre toujours cette idéologie et  s'engage fermement à ne trahir le Congo, encore moins Mzee Laurent-Désiré Kabila. Comme jamais il ne l'a fait alors que ce dernier  était encore vivant.

«Je suis venu comme beaucoup d'entre vous. Aujourd’hui, c'est le jour où mon père avait été assassiné par des méchants. Je suis resté plusieurs années en prison, exactement 20 ans, lorsque le Président Félix-Antoine Tshisekedi m'a libéré, j'ai trouvé utile de venir m'incliner devant la tombe de mon père et  lui dire qu'il a beaucoup aimé  la République, il a beaucoup aimé le peuple et le peuple congolais l'a beaucoup aimé. Il est mort pour ce peuple, il est mort pour la République.  Et moi libre aujourd'hui, je veux lui renouveler mon engagement de tous les jours, que je ne le trahirai jamais. Je ne l'avais jamais trahi quand il était vivant, je ne le trahirai jamais quand il est mort, et je ne trahirai jamais la République démocratique du Congo mon pays. Je partage la douleur de tout notre peuple», a réaffirmé le Colonel Eddy Kapend au sortir du mausolée de Laurent-Désiré Kabila, à Kinshasa.

Jules Ntambwe

 

Après un long périple effectué à l’espace Grand Kasaï où il a accompagné le Président de la République, Eddy Mundela Kanku, premier vice-président du Sénat a répondu présent à la cérémonie d’échange de vœux avec les femmes et jeunes de l'Union pour la Démocratie et le Progrès (UDPS), le samedi 15 janvier 2022. En bon fils qui n’oublie jamais ses parents, Eddy Mundela a répondu présent à cette cérémonie pour célébrer la nouvelle année et communier avec les différentes femmes mais aussi des jeunes de sa famille politique particulièrement de la ville province de Kinshasa.

Après la prière et la présentation de l’équipe dirigeante de la Ligue des femmes de l'UDPS, guidée par Christine Mansoni, le speaker numéro 2 de la chambre haute du parlement Eddy Mundela, dans sa casquette de ‘’fils maison’’ au sein de l’UDPS, parti présidentiel a, au cours de son allocution, rappelé la portée de cette journée tout en s’excusant pour le retard, causé par le voyage qu’il a eu à entreprendre. « Je suis votre enfant, ce sont les mamans qui bâtissent la nation. Vous m'avez envoyé me battre, ce combat était d'obtenir le poste de premier vice-président du Sénat. Je me suis battu et j'ai gagné et je suis devenu vice-président du Sénat. Mais le travail était un peu énorme, j'ai commencé le travail et ça se passe bien. Mais j'ai regardé derrière, je me suis dit, je viens d'une famille et ma famille, c'est quoi ? L'UDPS. Je me suis dit on ne mange pas tout seul (Je mange, tu manges), il faut que je pense à mes mamans. Je voudrai aussi m'excuser comme je suis venu un peu en retard, c'est parce que j'avais voyagé avec le chef de l'État dans l'espace Grand Kasaï. Là où vous m'aviez envoyé m'a donné un peu de moyens. Je me suis dit de venir partager avec mes mamans le peu que Dieu m'a donné », a-t-il déclaré.

Après la cérémonie d’échanges des vœux, Eddy Mundela a dévoilé publiquement son engagement de doter à toutes les femmes de son parti politique  des moyens financiers chaque après 3 mois. « J'étais assis, une intelligence m'est venue en tête. Les mamans sont aussi intelligentes. Qu'est-ce-que nous pouvons faire pour les mamans ? Je prends l'engagement, avec le peu que je reçois là où je suis, je prends l'engagement devant vous, tous les 3 mois à partir d'aujourd'hui, je vais envoyer une enveloppe pour la ligue des femmes. C'est pour que vous aussi vous puissiez réfléchir sur comment apporter le développement dans notre pays parce que ce sont les mamans qui bâtissent la nation. Une enveloppe sera mise à la disposition de la ligue des femmes. Vous-mêmes réfléchissez sur ce que la ligue des femmes peut faire pour devenir autonome », a-t-il lâché.

Dans cette optique où les joutes électorales se trouvent à quelques encablures, il était important de rappeler et de sensibiliser pour une bonne bataille en 2023. C’est en cet effet que, Eddy Mundela a martelé sur l’accomplissement de la promesse faite au président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de lui donner deux mandats successifs. Plus droit aux rêveries, Cet élu et membre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) a invité les femmes et jeunes de son parti à se mettre en ordre de bataille pour donner au président Tshisekedi un deuxième mandat. « Ce sont les mamans qui construisent le pays, vous êtes l'épine dorsale du parti. Les mamans, ne dormez pas. Nous sommes en 2022, il faut que nous nous réveillons pour que la promesse que nous avons faite au chef de l'État ; deux mandats, (...) 2023, ça se prépare dès aujourd'hui. Il faut se mettre en ordre de bataille en vue de nous préparer pour les échéances électorales à venir. Je vous demande de ne pas dormir. Aidons le chef de l'Etat pour que nous avançons», a martelé le premier vice-président du Sénat avant de  clôturer la cérémonie par la remise des dons composés essentiellement des sacs de maïs et de riz, question pour eux de passer cette période des fêtes en toute quiétude.

De l’autre côté, les bénéficiaires de ces dons ne sont pas restés indifférents face à ce geste de générosité, c’est le cas de Christine Mansoni,  présidente de la ligue des femmes  a vivement remercié le 1e Vice-Président du Sénat, l’honorable Eddy Mundela pour ce geste ‘’louable’’ invité les autres cadres de l'UDPS devenus membres du gouvernement et autres à lui emboîter les pas.

Jules Ntambwe

 Le Ministre des Finances Nicolas Kazadi a clôturé ce samedi 15 janvier 2022, en présence de la Vice-Ministre des Finances, O’Neige N’Sele, la retraite stratégique 2022 de son Ministère dans la ville de Moanda au Kongo Central dans le but de faire le bilan des performances 2021, et définir les priorités de 2022. Cette retraite stratégique est une première dans l’histoire du Ministère des Finances de la République Démocratique du Congo. Il s’agit d’une opportunité historique et surtout novatrice qui a permis aux régies financières (DGI, DGDA, DGRAD), à l’Administration, au Cabinet et aux Structures rattachées au Ministère des Finances, de faire un diagnostic approfondi des défis auxquels le Ministère fait face.

En effet, ces travaux intenses de Moanda qui ont réuni toutes les intelligences du Ministère des Finances étaient une occasion propice pour le Ministre Nicolas Kazadi de dévoiler sa vision visant à rendre ce Ministère moderne, mobilisateur, et performant afin d’accroître la mobilisation des recettes, améliorer la qualité de la dépense et promouvoir la transparence qui met un accent particulier sur la recevabilité afin de renforcer la confiance entre le Gouvernement de la République et le peuple congolais pour le développement pérenne.

Dans son mot de clôture de cette première retraite stratégique, le Ministre a fait savoir  que les objectifs qui visaient, notamment, à faire un état des lieux des performances et défis de l’année 2021, définir les priorités stratégiques de l’année 2022 et développer la cohésion ainsi que l’esprit d’équipe au sein de la Galaxie du Ministère des Finances ont été atteints.

 A ce titre, l’atteinte d’unetelle vision implique, à coup sûr, des engagements des parties prenantes, la mise en œuvre des réformes courageuses ainsi que la promotion de  l’éthique exemplaire dans le chef des uns et des autres.

Au demeurant, ce séminaire  de Moanda a été d’un apport considérable pour permettre à toutes les composantes du Ministère des Finances citées ci-dessus d’être plus performantes en 2022.

‘’Nous avons noté l’importance de la cohésion du groupe, l’esprit d’équipe, la collaboration,  l’image de notre Ministère ainsi que de l’éthique réputationnelle, au niveau individuel et collectif, dans la réalisation des missions que nous nous sommes assignées’’, a martelé le Ministre des Finances.

Pour plus de pragmatisme, Nicolas Kazadi met en exergue la cohésion, le respect mutuel, la libéralisation de la parole, la tolérance, ainsi que la délégation du pouvoir au sein de notre Ministère, qui sont des valeurs intrinsèques que  tout le monde doit intérioriser, et mettre en pratique pour un succès inéluctable.

En ce qui concerne les priorités pour l’année 2022, il y a lieu de souligner les engagements et le plan d’actions ci-après, en matière de mobilisation des recettes publiques singulièrement :

-  l’accroissement des recettes par les Régies financières ;

-  l’augmentation du nombre de contribuables et comptes fiscaux ;

- l’accélération des réformes et des actions préconisées.

(Avec la Cellule de Communication du Ministère des Finances)

 

C’est une déclaration politique de grande envergure qui tombe au moment où la majorité incarnée par l’Union Sacrée de la Nation, mieux, l’UDPS, parti présidentiel est secouée par une guerre interne qui fragilise tant soit peu le pouvoir de Félix Tshisekedi. Ce lundi 17 janvier 2022, date commémoratrice de la mort du héros national Patrice Emery Lumumba, les Présidents des Groupes parlementaires de l'Union sacrée de la Nation ont pris position et ont apporté leur soutien indéfectible à Félix Tshisekedi.

«Nous réaffirmons, au nom de tous les Députés nationaux membres de l'Union sacrée de la Nation, notre fidélité, notre loyauté et notre attachement sans faille à l'Auguste Personne de Son Excellence Monsieur Le Président de la République, Chef de l'Etat, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO », lit-on dans leur communiqué. Et de préciser :« Nous rassurons le Président de la République, Chef de l'Etat, que l'Union sacrée de la Nation reste une, unie et indivisible pour l'accomplissement de Sa Vision au bénéfice du peuple. Enfin, nous rappelons à l'opinion que l'Union sacrée de la Nation n'a qu'un seul Chef et Visionnaire en la personne de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l'Etat, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, derrière qui nous sommes tous ranges et engages ».

Dans leur déclaration politique, ils ont rassuré leur soutien, dans toutes les initiatives louables et salvatrices de son leadership éclairé. « Nous lui rassurons de notre soutien, tous azimuts, dans toutes les initiatives louables et salvatrices que son leadership éclairé entreprend, dans la perspective de la réalisation du bien-être collectif du Peuple congolais et pour le rayonnement de la République Démocratique du Congo à travers l'Afrique et le monde... Aussi, nous réitérons notre soutien indéfectible à toutes les institutions de la République en commençant par l'Institution Président de

la République. Par la même occasion, nous déclarons solennellement notre soutien aux Forces armées de la République Démocratique du Congo et la Police Nationale Congolaise qui assurent au quotidien l'intégrité territoriale, la sécurité et l'ordre public, sur l'étendue du territoire national au prix des sacrifices suprêmes », affirment les présidents des groupes parlementaires du FCC.

Face à la crise qui sévit au sein de l’UDPS, avec l’annonce à travers les réseaux sociaux de la démission de Jean Marc Kabund dans ses fonctions du 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, laquelle démission qui a fait bouger les lignes, les présidents des groupes parlementaires ont à travers leur démarche, rassuré le Chef de l’Etat de leur soutien indéfectible nonobstant n’importe quel problème qui  peut resurgir.

La Pros.

En marge de ces deux dates de hautes significations, aussi patriotiques que sacrées, sans lesquelles l’histoire de la République Démocratique du Congo ne s’écrirait pas avec fierté d’un côté et passion d’un autre, avec la présence de Mzee Kabila et Lumumba, les deux qui ont accepté de verser de leur sang pour servir de sauvetage et couper court à la dépendance et à la misère du Congo, le président du parti politique ADD/Congo Prince Epenge, est revenu sur le côté sémantique de ces deux journées considérées comme chômées et payées en RDC. Il s’agit de la journée du 16 et celle du 17 janvier de chaque année en mémoire des héros nationaux Kabila et Lumumba, assassinés l’un le 16.01.2001 et l’autre 16.01.1961. Pour ce membre de la coalition Lamuka, les deux héros de là où ils se trouvent ne sont pas contents de la situation actuelle de la République Démocratique du Congo, pays pour lequel ils avaient été mis à mort, et affirme que les deux hommes ont poursuivi le même combat noble, celui d’un Congo prospère.

De Kimpa-Vita en passant par Kimbangu, Lumumba jusqu’à Mzee Kabila le combat était le même, celui de la libération totale des congolais et de leur bien être. Pour cette visée unique qu’ont prônée ces martyres, Prince Epenge pense qu’ils ne sont pas morts seulement pour sauver le pays de la main de l’oppresseur, mais aussi et surtout pour la grandeur du Congo futur, à laquelle ils croyaient profondément. Mzee Kabila qui a marché sur les pas de Patrice Emery Lumumba,  Lumumba qui a également marché sur les pas de Simon Kimbangu et Kimpa Vita sont morts poursuit-il, pour un Congo aux potentialités diverses et immenses, ils ne sont pas morts pour un Congo mort comme disent certains aujourd'hui. Ils sont morts pour un Congo vivant, grand prospère, fort, un Congo où il devait faire beau vivre. « Le dénominateur commun de ces deux grandes  personnalités (Mzee Kabila et Lumumba) est avant tout le patriotisme; l'amour de la patrie Congo et de ses habitants(…) Deuxième dénominateur commun entre les deux c'est la très grande idée qu'ils avaient en perspective de Congo futur, ils ne sous-estimaient pas le Congo par contre ils voyaient la grandeur de Congo sur tous les plans et ils se promettaient de donner un avenir presque meilleur aux congolaises et congolais contrairement à ceux qui nous disent que le Congo est mort, Lumumba et Mzee pensaient que le Congo est plus que vivant, plus que riche, et qu'il demandait tout simplement du temps et surtout la fédération des têtes. Troisième dénominateur commun de Lumumba et Mzee Kabila c'est l'unité et la cohésion national, ils voulaient rassembler les enfants du Congo pour un idéal commun, ils étaient des idéalistes, des gens qui avaient une idée claire de ce qu'ils voulaient faire du Congo et surtout quelles allaient être les ressources pour faire du Congo cette nation respectable et respectée. »

En raison des clivages politiques qui ne cessent d’endiguer de peur les espoirs des congolais et les conditions socio-économiques anodines, le Leader de ADD/Congo conclu qu’aujourd'hui les objectifs poursuivis par Lumumba et Mzee ne sont pas atteints et donc ajoute-t-il, on peut parler d'une trahison. Lumumba comme Mzee ont été trahi par ceux-là qui ont repris le flambeau de manière illégitime. Preuve à l’appui, Prince Epenge soulève quelques points, lesquels points expliquent les moments épineux que traversent les Congolais.  « Aujourd'hui les Congolais doivent aller demander les forces étrangères pour sécuriser leurs propres frères et leur territoire, alors que Kabila et Mzee avaient prévu de construire une armée digne et capable de protéger les congolais de ses frontières et ses enfants. Aujourd'hui, alors que Lumumba et Mzee pensaient que les rivières et le fleuve du Congo peuvent nourrir les enfants du  Congo, on est obligé d'aller effectuer le voyage de  plus de 9000 Km pour acheter des chinchards...et rien que ces aspects là nous pouvons Parler d'une trahison, mais nous ne baissons pas la culote, nous n'abandonnons pas, l'espérance est permise, l'espoir est doit demeurer contrairement à ceux qui disent que le Congo est mort, pour nous le Congo n'est pas mort, c'est vrai qu'il est malade mais le Congo a besoin d'un médecin », a-t-il dit.

Fidel Songo         

                                                          

 Le communicateur de la plateforme politique Lamuka et président du parti politique l’Action pour la Démocratie et le Développement du Congo (ADD Congo), Prince Epenge  rend hommage à Laurent- Désiré Kabila et à Patrice Emery Lumumba, les vrais soldats du peuple en faisant quelques analyses sur les points communs de leur vision pour développement de la République Démocratique du Congo  et donne son point de vue sur les idéologies politiques que ces derniers avaient pour la transformation et l’auto-prise en charge du peuple congolais, dans une interview ce lundi 17 janvier 2022. Prince Epenge a éclairci l’opinion nationale tant qu’internationale sur la lutte qu’avaient menée les héros du 16 et du 17 janvier en République démocratique du Congo.

«Patrice Emery Lumumba comme Mzee Laurent-Désiré Kabila sont morts pour le Congo, ils sont morts pour la grandeur du Congo futur auquel ils croyaient profondément. Mzee Kabila qui a marché sur le pas de Patrice Emery Lumumba, Lumumba qui a également marché sur le pas de Simon Kimbangu et de Kimpa-vitasont mort pour un Congo aux potentialités divers et immenses. Ils ne sont pas morts pour un Congo mort comme disent certains aujourd’hui,  ils sont mort pour un Congo vivant, plus que vivant, ils sont mort pour un Congo grand, prospère, fort, un Congo où il devait faire beau vivre », a-t-il fait savoir.

Hors l’hommage, Prince Epenge a soulevé les dénominateurs communs en termes d’idéologie dans la stratégie de bien faire les choses pour le développement de la République Démocratique du Congo.

« Le patriotisme, l’amour de la patrie Congo et de ses habitants,  l’idée en perspective du Congo futur, ils ne sous-estimaient pas le Congo par contre, ils voyaient la grandeur du Congo sur tous les plans et ils se promettaient de donner un avenir plus que meilleur aux congolais et Congo contrairement à ceux qui nous disent que le Congo est mort. Lumumba et Mzee pensaient que le Congo est plus que vivant et plus que riche et qu’il demandait tout simplement du temps et surtout quelques affiliations de têtes.  Commun dernier dénominateur commun entre les deux, c’est l’unité et la cohésion nationale, ils voulaient ressembler les enfants du Congo pour un idéal commun,… »,  a indiqué le  communicateur de la plateforme politique Lamuka.

Il a ensuite parlé de la trahison dans le combat que ces derniers avaient acceptés de donner leurs vies pour l’amour de la RDC.

« Les objectifs poursuivis par Mzee et Lumumba ne sont pas atteints. On peut parler d’une trahison, Lumumba comme Mzee ont été trahit par ceux-là qui ont repris le flambeau de manière illégitime », a conclu Prince Epenge.

La meilleure manière d’honorer Mzee et Lumumba c’est de travailler pour redonner la grandeur au Congo sur tous les plans.

Jonathan Bafumvwa

 *16 janvier 2001-16 janvier 2022 : exactement 21 ans depuis l’assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila, 3ème Président de la RD.  du Congo, depuis son accession à la souveraineté nationale.

A cette occasion, le Premier Ministre et Chef du Gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde a procédé, au nom du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  au dépôt d’une gerbe de  fleurs au Mausolée de l’illustre disparu à la Gombe.

C’était en présence de plusieurs membres du Gouvernement, de quelques membres de son Cabinet, du Commissaire provincial de la Police/Ville de Kinshasa, des responsables de la Fondation Mzee Laurent-Désiré Kabila ainsi que de tant   d’autres personnalités du pays.

Après le dépôt du gerbe de fleurs, Jean-Michel Sama Lukonde a, ensuite, écrit et  signé dans  le livre d’or, en exprimant quelques mots pour rendre hommage à celui qu’on appelle “Le soldat du peuple” et Héros National, Mzee Laurent- Désiré Kabila.

La Pros.

Journaliste en danger (JED) s’insurge contre la décision prise vendredi 14 janvier 2022, par le gouvernement provincial de l’Equateur, de prolonger jusqu’à nouvel ordre la fermeture de la Radiotélévision Sarah, émettant à Mbandaka, chef-lieu de la province.

Cette radio, initialement fermée depuis le 15 novembre 2021,  pour une durée de 60 jours, a été maintes fois accusée de diffuser des émissions incendiaires et de mener une campagne hostile contre l’actuel Gouverneur de province, Monsieur Bobo Boloko Bolumbu.

La durée de cette suspension devait donc prendre fin le 15 janvier 2022.

Dans le compte rendu de la réunion du Conseil des Ministres  annonçant la prolongation de la fermeture de cette Radio, les autorités provinciales justifient cette décision par le fait de « l’accalmie observée dans la province depuis la cessation des émissions de la radio Sarah ».

JED dénonce cette mesure abusive et illégale dont le mobile inavoué est de réduire définitivement au silence une radio trop critique à l’égard des autorités en place.

JED demande instamment au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) de se prononcer sur ce dossier, et aux instances judiciaires compétentes de lever, sans délai, cette mesure de suspension afin de permettre à ce média de reprendre ses activités.

Ce n'est plus un secret, le dimanche 16 janvier 2022, Mzee Laurent-Désiré Kabila, ancien président de la RDC, a totalisé 21 ans depuis son assassinat brusque dans son cabinet de travail. Face à ce triste anniversaire, l’Honorable Député National Josué Mufula, élu de la ville de Goma et ancien kadogo, regrette la mort brutale du Mzee Laurent-Désiré qu’il a qualifié d'homme très respectueux et une icône pour tout Congolais voulant le changement et l'émergence du pays.

Appel à la jeunesse congolaise

Se confiant à votre Quotidien, ce lundi 17 janvier 2022, Josué Mufula a appelé tous les congolais à avoir le souci du pays, guidé par des envies d’actions et d’interventions de tous et chacun, pour l’émergence de la Nation.

A l'en croire, tout jeune congolais doit avoir le souci de faire avancer le pays comme l'avait fait Feu président Mzee Laurent-Désiré Kabila de son vivant et que c'est le moment opportun de penser à l'avenir du pays.

«Le congolais ne devrait donc pas perdre l’espoir, en dépit de multiples régimes politiques passés ou en place. La solution reste la prise de conscience et l’auto défense populaire face aux menaces sécuritaires des rebelles ADF, groupes armés et autres, faire confiance aux braves FARDC dans lesquelles l’Etat devrait plus investir que de faire appelle aux forces étrangères de combattre à notre place», a laissé entendre l’élu de Goma en se basant sur la vision, la philosophie et l’idéologie de Mzee Laurent-Désiré Kabila.

«Nous avons été avec Mzee Laurent-Désiré Kabila dans la lutte pour libérer le pays de la dictature de Mobutu ce qui était une très bonne chose et nous avons pu adhérer à son idée», a-t-il encore rajouté dans cet entretien.

Figure emblématique nationale

Pour le Député Josué Mafula, Mzee Laurent-Désiré Kabila est une étoile filante, une figure de proue du nationalisme congolais à l’instar de Patrice Emery Lumumba. En effet, il garde de ce héros des valeurs républicaines qu’il faut transmettre aux générations futures pour bâtir un pays plus beau qu’avant, la RDC.

Valeur du patriotisme

Par ailleurs, il a rappelé que ce monument congolais, a, dans sa philosophie politique, encouragé les congolais à se reconnaître afin de se faire confiance, se comprendre et construire le pays dans l’ensemble sans mettre de côté l’appui des étrangers avec qui nous devons dialoguer dans l’intérêt de tous.

Au-delà de cette collaboration qui devrait caractériser le peuple congolais, l’Honorable Josué Mafula est revenu également sur l’idée de réorganiser la jeunesse, qui est un espoir pour toute nation.

‘’Mzee Laurent- Désiré Kabila a tenté de reprogrammer cette jeunesse pour créer un nouveau type d’homme à la société congolaise à travers des formations afin de les inciter à protéger l’intégrité nationale’’, a-t-il déclaré.

Concluant ses propos, Josué Mafula a fait savoir que le Héros national Mzee Laurent-Désiré Kabila était un visionnaire, un leader, un clairvoyant et un voyant pour la société congolaise.

Il estime, pour sa part, que la classe politique devrait transcender les susceptibilités politiques, se dépenser à transmettre des valeurs républicaines pour des générations à venir.

Face à cette disparition tragique, il a exhorté les jeunes au patriotisme pour que la RDC un pays béni par Dieu soit un modèle de développement pour l'Afrique.

Mérite Bahogwerhe

 Je me permets de faire suivre cet émouvant témoignage, car il nous fait découvrir le Professeur Samuel Loka ne Kongo sous d’autres facette que beaucoup ne connaissaient pas, y compris nous ses anciens étudiants. Le Professeur Loka ne Kongo était en 1974 un des étudiants très expérimentés quand il avait été nommé Assistant à la Faculté des Sciences Sociales,  Politiques et Administratives.

En effet, il appartenait à cette génération d’élèves de l’Ouest du Congo que la colonie avait envoyés  à l’Institut des études agronomiques et vétérinaires de Butembo dans les années mi-1950. Il fut le premier Directeur des services agricoles et vétérinaires de la ville de Léopoldville après l’indépendance en 1960.

Les jeunes assistants parmi lesquels j’étais,  devrions être attentifs à ses remarques et argumentations dans la défense des travaux tellement que  ses inputs concernant  les études des gouvernements et administrations locales étaient très pertinents.

Je me rappelle comment il a pu convaincre, un jour, le Professeur Crawford Young qui était le Directeur de son mémoire sur le fait que l’ancien Président Joseph Kasa-Vubu n’a jamais été sécessionniste contrairement aux idées que la majorité des observateurs politiques et même, voire politologues, avaient tendance de lui.

Donner l’étudiant Loka ne Kongo évoquait tout simplement des discussions auxquelles il avait assistées et dont faisaient partie le Président Kasa-Vubu et le Gouverneur Vital Moanda. Je ne pouvais que respecter cet étudiant très mûr et intelligent qui allait rejoindre notre groupe d’assistants.

A la Faculté, il se concentrait plus sur sa thèse de doctorat du fait qu’il appartient au groupe que j’appelais  des érudits académiques comme Kalele Matthieu, Adolphe Lumanu Mulenda et Longando qui ont élaboré et écrit leurs thèses de doctorat sans bénéficier des bourses extérieures et qui se trouvaient être des taches très difficiles.

Une fois sa thèse défendue, le Professeur Loka s’était révélé être un très bon enseignant, mais aussi un politicien redoutable qui lui permit d’occuper la position du Directeur de Cabinet du Recteur de l’Université de Lubumbashi (UNILU) où il exerçait une grande influence, même à l’époque du Professeur Bingoto.

Très apte à prévoir les événements politiques, il fut membre influent de l’Opposition conduite par le Professeur Ngoma Ferdinand. Le Professeur Loka qui, par sa nature, savait  naviguer plusieurs courants politiques hostiles et surtout compte tenu de son esprit très nationaliste, qui lui permirent de faire partie des gouvernements successifs de Etienne Tshisekedi pendant la Conférence Nationale (CNS) Souveraine aussi bien que des deux Kabila.

J’avais admiré le nationalisme du Professeur Loka  pendant la période de la CNS et du HCR PT en 1994, lorsqu’il fut désigné membre de la délégation mixte CNS – Gouvernement partie au Bas-Congo avec d’autres personnalités. Telles que Kinkela vi Kan’Sy  Moreno du Bureau du Parlement de Transition aussi bien que M. Mbenza Thubi qui avait pour mission de calmer les élites Bakongo qui voulaient proclamer l’autonomie de la province suite à une présence nombreuses de  ressortissants d’autres régions aux postes de commande de leur entité administrative.

Bien sûr que le mouvement était fomenté par les services de sécurité du Président Mobutu qui voulaient démontrer que la démocratisation du Congo ne provoquera que désordres politiques et balkanisation des provinces.

Ce fut la période de la fameuse Géo Politique lancée par le Premier Ministre Ngunz Karl-i-Bond, Ngbanda Honoré  et Enoch  Nyamwisi Muvingi.

Que son âme repose en paix.

Prof. Bikuko (Témoignage tiré de  Média Plus Magazine)

*C’est fut un honneur pour l’Agence Nationale de promotion des Exportations (ANAPEX) de recevoir dans ses installations, le Ministre du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa Tongba, ce lundi 10 janvier 2022. Une visite solennelle, en présence du DG Mike Tambwe,  des agents et cadres de l’entreprise, sans oublier des moments d’échange de vœux en ce début  de la nouvelle année 2022.  Branche du Ministère du Commerce Extérieur axée sur la promotion des Exportations des  produits congolais d’origine  agro-industrielle, industrielle et artisanale, l’ANAPEX  a ouvert ses portes au  Ministre Bussa. Ce qui, normalement,  lui a permis de s’imprégner du déroulement de ses  activités 

Comme toute entreprise, le bilan est d’une importance capitale pour le progrès de celle-ci  afin de mieux relever ses défis et de connaître ses points forts.

C’est à ce titre que Mike Tambwe,  un des lauréats du Prix Excellencia, qui lui a été remis par le Regroupement international des journalistes d’investigation en décembre dernier, a loué les efforts consentis par le personnel de l’ANAPEX. Selon lui, en effet, l’année 2021 a été marquée par une forte sensibilisation auprès des producteurs et   exportateurs,  en ce qui concerne l’exportation en RDC, depuis la  mise en action de l’ANAPEX. 

Il a ajouté que ces initiatives leur ont coûté d’immenses efforts  et un travail acharné  dont un des moments forts aura  été spécialement,  la tenue de  trois journées de dégustations café et  la  participation au salon café dans la ville de Kinshasa.

Dans ce même ordre d’idées, il a aussi évoqué la participation de l’ANAPEX aux échanges commerciaux qui ont réuni la RDC et la Zambie.

Aussi, en a-t-il  profité pour remercier le Ministre du Commerce extérieur pour son implication au succès ainsi qu’à l’aboutissement de  toutes les démarches engagées.

Jean-Lucien Bussa Tongba a, pour sa part,  interpellé la conscience de tous les agents à œuvrer dans  l’excellence.

Tout compte fait, pour  cette année 2022,  de  nouvelles dispositions sont prises  afin que dans les jours à venir,  la RDC soit comptée  parmi de  grands pays exportateurs de l’Afrique ainsi que du monde.

Mais,  en attendant tout cela, des dispositifs permettant aux différents producteurs et exportateurs sont déjà plantés qui  y répondent déjà. Ce qui présage une lueur d’espoir.

Niclette Ngoie

 *Vendredi 14 janvier 2022, le Ministre d’Etat en charge de l’Aménagement du Territoire, Me Guy Loando Mboyo, a reçu une délégation de  Sénateurs élus de la province de la Tshuapa, au Nord-ouest de la RDC. En effet, d’après le service de communication du Ministère, leurs échanges ont porté sur les priorités du développement de cette province, dépourvue des infrastructures de base. Au sortir de l’audience, la Sénatrice Lidye Bapoko, Porte- parole de la délégation, n’a pas manqué d’expliquer les raisons et les retombées de leur présence au cabinet du Ministre d’Etat.

Intervention du Ministre

«Nous sommes venus rencontrer le Ministre Guy Loando Mboyo parce que nous sommes en vacances parlementaires et nous nous préparons à descendre dans nos bases respectives. Nous ne pouvons  pas  aller en vacances  sans pour autant le rencontrer en tant que l’unique Ministre, fils du terroir, que nous avons dans ce Gouvernement», a-t-elle déclaré devant la presse.

Elle a renchérit ses propos en ces termes : «Avec le Ministre de l’Aménagement du Territoire, l’entretien a tourné autour des priorités de  notre province. Notre province est la dernière sur la liste alphabétique et aussi sur le plan de développement, il y a trop de problèmes. Mais, nous ne sommes pas pauvres parce que nous avons ce que le monde entier manque. L’humanité a besoin de la respiration et la Tshuapa est la source des tourbières, nous avons la forêt. Celle-ci est une source de vie. Dans le cadre de l’atténuation des conséquences du changement climatique, la forêt joue un grand rôle. Pour ce faire, et il ya des fonds qui sont alloués pour la gestion des provinces  forestières».

Difficultés énormes

Par ailleurs, Lidye Bapoko a fait savoir que la Tshuapa est en retard en ce qui concerne la construction des équipements sociaux collectifs de base. Elle a cité, pour cela, le manque de  routes asphaltées  adéquates  s’étendant jusqu’à Boende ; des écoles ne sont pas  construites, exceptées celles héritées de la colonisation ; aucune université construite ; pénurie  d’eau et d’électricité ; le taux de chômage  élevé.

«La Tshuapa se vide de sa population parce que tous les secteurs de la vie sont par terre et la situation socio- économique est en baisse», a-t-elle signifié.

John Ngoyi

Le coordonnateur de la force révolutionnaire du changement (FRC)  a tenu un point de presse ce jeudi 13 janvier 2022 pour expliquer au public les ambitions du PPRD après l’échec  aux élections présidentielles  de 2018 jusqu’à l’ère de la collation FCC-CACH. Pour lui, le parti de Joseph Kabila est sur une nouvelle dynamique où les jeunes sont mobilisés pour donner un souffle afin de la reconquête du pouvoir lors de prochaines élections.

«La politique des enfants d’abord, la politique de copinage a  aujourd’hui ouvert un avenir sombre au parti cher à Joseph Kabila. Sur ce, la force révolutionnaire du changement  est là pour veiller et éveiller la conscience des uns et des autres enfin de sauvegarder ce grand acquis qui est le PPRD», a indiqué Djimmy Ngalasi pour montrer la vision de leur structure qui est celle de régénérer, redynamiser, démocratiser, moderniser, rebâtir, et relooker la famille politique de JKK pour la reconquête du pouvoir dans un avenir proche. Partant de la vision de la structure, le coordonnateur a soulevé un mot important celui de dire que le FRC n’a pas encore dit son dernier mot pour la réorganisation du PPRD après que ce dernier soit détruit par les anciens du parti.  A en croire Ngalasi, les petits dieux du PPRD sont ces doyens qui ont dirigé le parti mais qui n’ont rien fait en réalité. 

Dès sa prise de parole, Djimmy Ngalasi a saisi l’occasion pour rendre gloire à Dieu pour le bon début du nouvel an. Il a ensuite souhaité ses vœux les meilleurs au président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, garant du bon fonctionnement des Institutions et a rendu un vibrant hommage au président honoraire de la RDC, autorité morale de la force révolutionnaire de changement, président National du PPRD,  Joseph Kabila Kabange. Il a encore rendu hommage à tous ses compagnons de lutte  ainsi qu’à tous ceux qui les accompagnent enfin de faire circuler la pensée réelle de congolais.

«Chers amis de la presse, je reviens sur les attitudes diaboliques de ces petits dieux anciens qui se considéraient comme héritiers et co-présidents prétendus mettre à penser de Joseph Kabila afin de manipuler les uns et les autres, et avoir de l’ascendance sur les militants. Il sied de préciser main sur cœur que notre démarche n’est pas de voir le parti cher à Joseph Kabila disparaitre comme l’ABACO, le MPR et autres à cause des individus sans idéologie ni conviction, je reviens sur les attitudes diaboliques de ces petits dieux experts en mukubua anasema, le chef suit de près, le chef a dit, le chef connait, baba anasema, mukubua asololaka naye kutu te, kingakati akotaka te, ce comportement a totalement détruit le parti cher à Joseph Kabila », a déclaré si haut Djimmy Ngalasi la presse.

Jonathan Bafumvwa

 

 *En sa qualité de Président en exercice de l’Union Afrique, depuis le 6 février 2021, le Chef de l’Etat Congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé, le samedi 15 janvier 2022, depuis son Cabinet de travail à la Cité de l’Union Africaine, sa toute dernière réunion du Bureau de la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de cette organisation continentale. Déroulée en visioconférence, trois points étaient inscrits à l’ordre du jour notamment, le rapport sur l’évolution de la situation politique de paix et de sécurité sur le continent, la réponse réservée à la situation de la pandémie de la Covid-19 et, enfin, les préparatifs des réunions statutaires de l’Union africaine et de partenariat.

Défis relevés

Animateur principal de cette visioconférence, Félix Tshisekedi a entamé son intervention en remerciant tous les participants, particulièrement les membres du Bureau, pour leur engagement et leur contribution tout au long de  son mandat. Avec eux, il affirme avoir relevé de nombreux défis auxquels ils ont apporté des réponses appropriées, au titre de la gestion de la pandémie à Coronavirus, des mesures de relance des économies africaines, des questions liées à la paix et à la sécurité, et des questions relatives au thème principal de sa mandature, en l’occurrence ‘’Arts et  culture, levier de l’édification d’une Afrique que nous voulons’’.

En somme, pour le Président Félix Tshisekedi, son passage à la tête de l’Union africaine a été une expérience enrichissante où, lui ainsi que les membres de son bureau, n’ont ménagé aucun effort pour apporter des solutions idoines aux problèmes posés.

Participants à la réunion

Outre la Task force présidentielle, qui accompagne le chef de l’Etat dans sa mandature à l’Union Africaine, quelques chefs d’Etats et des Gouvernements, membres de la Conférence, ont pris part à cette importante réunion. Il s’agit du des Présidents du Sénégal, des Comores, de l’Afrique du Sud, du Premier Ministre Egyptien ainsi que du Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat.

Passation du pouvoir

Investi Président en exercice de l’Union africaine, le 6 février 2021, Félix Tshisekedi, à son tour, passera le témoin dans quelques jours à son successeur, le Président Sénégalais Macky Sall.

Des sources officielles, la cérémonie de passation du pouvoir devra intervenir en début du mois de février prochain.

John Ngoyi

 

 Lieu mythique et historique, le mausolée d'Étienne Tshisekedi, père fondateur du Parti UDPS , ancien président de l'UDPS, ancien Premier ministre de la RDC, Zaïre à l'époque, symbole de la lutte pacifique et de la  résistance contre la dictature, rayonne à nouveau grâce à la clairvoyance de l'un des  ses héritiers politiques, en l'occurrence,  Augustin Kabuya, actuel SG de l'UDPS, parti présidentiel.

A  la tête d'une forte délégation composée du Secrétaire National en charge de l'organisation, Me  Antoine Ababifanina, de deux vice-présidents de la ligue des jeunes de l'UDPS, Me  MUKE Mukengeshayi et Adolph Amisi ainsi que des parlementaires debout, le numéro 2 du parti au pouvoir s'est rendu au mausolée du Feu Sphinx de Limete ce mercredi  12 Janvier 2022, pour s'assurer de l'évolution des travaux de réhabilitation du groupe électrogène de 30 KVA qui alimente le site et procéder au placement des drapeaux neufs de l'UDPS et de la RDC qui surplombent le site.

A  travers cette démarche, Augustin Kabuya manifeste à l'opinion publique et au personnel commis à la garde de cet édifice historique que son parti a une attention particulière et une grande considération pour le lieu de repos éternel de ce leader charismatique.

Il y a lieu de signaler  que c'est depuis le samedi  9 janvier 2022, que le numéro 2 du Parti Présidentiel a pris l'initiative de redorer ce mausolée et  améliorer les conditions de travail des combattants et militaires qui assurent la garde ce site.

Dimanche soir, l'homme était parti voir le Chef de l’Etat, Son Excellence monsieur Félix TSHISEKEDI, fils biologique de Feu Dr Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA, pour échanger sur certains points d'actualité,   y compris l'état des lieux du mausolée ainsi que la situation de son personnel civil  et militaire commis à la garde de ce site.

(Avec Liberté Plus)

Statistiques

20359368
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8712
16871
115644
20149509
304288
417873
20359368

Your IP: 197.157.211.160
2022-01-23 11:19

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg