L’humanité toute entière traverse une période sombrement historique caractérisée par la crise sanitaire criante causée par la pandémie mortelle du Coronavirus. Epidémie qui n’a pas épargné la République Démocratique du Congo qui a déjà franchie la barre de 300 cas testés positif, depuis la détection du premier cas le 10 mars dernier.

Fréquemment en désaccord sur le plan politique avec son Chef hiérarchique, Jean-Marc Kabund A Kabund, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, de surcroît, Président national a.i de l’UDPS, parti présidentiel, est aujourd’hui plus que jamais sur une chaise éjectable du bureau de cet organe délibérant. Oui, en effet, cet élu du Mont-amba ‘’n’arrive pas à faire un distinguo entre le militantisme et le sens de responsabilité qu’oblige son rang’’, lui reproche son collègue Jean-Jacques Mamba du MLC qui, plus est, exige sa démission.

Causes principales
Hier, mardi 21 avril 2020, dans une correspondance adressée à l’Honorable Kabund dont une copie a été transmise pour information à Jeanine Mabunda, Jean-Jacques Mamba, élu de Lukunga pour le compte du MLC, exige la démission du Premier Vice-président de la Chambre basse du Parlement. «L’article 31 de notre Règlement Intérieur sera activé si dans les 48 heures vous ne tirez pas les conséquences de la présente», a menacé cet ancien porte-parole du MLC, parti cher à Jean-Pierre Bemba Gombo. A en croire l’Honorable Mamba, le Premier Vice-président de l’Assemblée nationale n’aura pas été digne de représenter ses collègues députés au sein du bureau que régente Jeanine Mabunda Lioko. «Vous n'avez pas été en mesure de fournir le budget et éléments que je vous ai demandés et la raison est simple, vous aviez affabulé sur les 7 millions USD pour ameuter les auditeurs et décrédibiliser tous ceux et celles de vos collègues qui, en toute liberté et responsabilité, pouvaient avoir un avis contraire", a-t-il par ailleurs indiqué dans ladite correspondance.

Auparavant, dans sa correspondance datée de vendredi 17 avril dernier, ce membre influent du MLC avait demandé à Kabund de rendre public le document qui reprend le budget de la convocation d’un Congrès pour la crédibilité du parlement, d’autant plus que celui-ci, lors de son passage sur la radio TOP CONGO, avait laissé entendre que la convocation d’un Congrès coûterait 7 millions USD au trésor public. «Votre magistrale intervention sur TOP CONGO a jeté le pavé dans la marre en ce sens qu’il est, et je comprends l’opinion sur ce point, inadmissible en cette période, de dépenser 7 millions de dollars pour un congrès censé durer 2 heures, alors que notre pays fait face à d’énormes défis financiers dans le cadre de la lutte contre le covid-19 », pouvait-on lire dans la lettre signée par Jean-Jacques Mamba. Et ce, avant d’exiger : ‘’Je vous demande de nous fournir par courrier le budget et autres élements qui soutiennent vos propos’’. 72 heures sont écroulées, le géniteur de la lettre estime que son collègue n’aura pas été en mesure de fournir le budget et éléments demandés.

Que dit l’article 31 du Règlement intérieur ?
Dans la foulée, l’élu du MLC invite Kabund à démissionner de ses fonctions et brandit la menace d'activation de l'article 31 du règlement intérieur de la Chambre basse, relative à la motion de déchéance. Pour ceux qui ne les savent pas, la pétition pour la déchéance d’un membre du Bureau n’est recevable que si elle est signée par au moins un dixième des membres composant l’Assemblée. L’article 31 ajoute également que la pétition en vue de la déchéance d’un membre du Bureau de l’Assemblée nationale est mise à débat soixante-douze heures après le dépôt de la pétition. Une fois le débat engagé, il ne peut être interrompu jusqu’au vote.

De ce fait, connaissant les pratiques parlementaires et le caractère jusqu’auboutisme qui anime Jean-Marc Kabund, ce sera difficile pour lui de céder à la demande de Jean-Jacques Mamba. A défaut d’une solution politique, le FCC, majoritairement à l’Assemblée nationale, souvent aussi en désaccord avec le 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, pourrait accompagner Mamba dans cette démarche. Toutefois, cette action pourrait, sans aucun doute, engendrer une crise politiquement ‘’inutile’’ surtout en cette période où le parlement congolais est appelé à siéger séparément pour proroger l’Ordonnance du Président de la République sur l’état d’urgence sanitaire contre la propagation de la pandémie du covid19.

La Pros.

Mambacommuniqué

*Benoît Lwamba, le Président de la Cour Constitutionnelle et Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, rejette, dans une lettre, le projet de visite dans les juridictions et autres services relevant strictement du pouvoir de la magistrature dont l’indépendance est d’autant consacrée dans la Constitution qu’elle ne peut souffrir d’aucune violation.

Nous sommes tombés par hasard sur un récent article du Professeur André Mbata (21 avril 2020) dans lequel, interprétant une fois de plus l’article 144 de la Constitution, il soutient, qu’en ce qui concerne la prorogation de l’état d’urgence, la réunion des deux Chambres en Congrès n’est pas prévue par la Constitution.

Et pourtant, l’élu de la Funa est parmi ceux qui ont lutté pour le changement et l’alternance et, selon un des ses proches, Laurent Batumona ne peut pas détruire son propre pouvoir dont il est un des artisans se trouvant dans son propre camp depuis janvier 2019 et qui, aujourd’hui, est incarné par le Chef de l’Etat Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République Démocratique du Congo. Ci-après, le message du MSC en rapport avec cette campagne de diabolisation de ‘‘Diatabawu’’.

Le Cabinet du Chef de l’Etat a rendu public hier, mercredi 22 avril 2020, trois Ordonnances portant respectivement, élévation d’un Général-Major et de deux Généraux de brigade au sein des FARDC ; nomination au sein du Commandement de la Garde Républicaine et, enfin, nomination des membres du Comité de Gestion du Fonds National de Solidarité Contre le COVID-19, FNSCC, dont la principale mission consiste à rechercher et collecter des moyens financiers destinés à servir sous forme d’aide, assistance ou soutien aux personnes physiques ou morales, personnels médicaux soignants, services médicaux ou hospitaliers.

Suite aux inondations survenues dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 avril 2020 à Uvira – dans le Sud-Kivu, Moïse Katumbi, Président d’Ensemble pour la République, a eu, au travers de son compte Twitter, à lancer un appel pressant au Gouvernement consistant en une aide rapide et efficace en faveur des victimes et des familles touchées par cette catastrophe à Uvira.

Au cours d’un échange avec les responsables des supermarchés et épiceries situés dans la Commune de la Gombe, lundi 20 avril 2020 à l’Hôtel de Ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila s’est dit prêt à accorder la reprise de leurs activités dès ce mercredi 22 avril 2020. Cependant, il a insisté sur le respect strict des gestes barrières et sur le port des masques, à caractère obligatoire, par les agents de ces établissements.

Statistiques

6080340
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
32352
34303
97067
5748910
775807
559814
6080340

Your IP: 46.229.168.129
2020-05-26 16:30

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg