Flash

BAN2

 

Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, refuse de rebrousser chemin au sujet de son combat noble qui met un accent particulier sur la mobilisation décuplée des recettes de l’Etat. Au cours de la dernière réunion du Conseil des ministres, tenue le vendredi 18 juin dernier, il a éclairé la lanterne des membres du gouvernement sur les multiples stratégies mises en place pour d’une part, renflouer les caisses de l’Etat, et d’autre part, faire face aux multiples attentes de la population congolaise.

Annoncée il y a quelques jours par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo depuis Bunia, dans la province de l'Ituri, la campagne dénommée ‘’tolérance zéro immédiate’’ a été officiellement lancée à Kinshasa par le Vice- Ministre à la Justice, Amato Bayubasire Mirindi en l’absence de Rose Mutombo. Cette cérémonie s’est déroulée à Kinshasa, en présence du Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde

L'amour du Congo n'est  pas une question de souche, mais une question de conscience. Et la conscience est une question d'intérêt, de choix, de préférence, et de cœur, affirme Etienne Pembe, président national du parti Action pour le Développement  de la Nation Congolaise, ADNC, en sigle. Selon lui, le problème n’est pas de naître de père ou de mère congolais, mais plutôt d’avoir la conscience de servir sa patrie.

Les enseignants des écoles conventionnées, toutes obédiences confondues, ne doivent absolument pas être transformés en fidèles chrétiens, venus chercher le salut de l’âme dans l’exercice de leur noble profession, l’enseignement. Ils méritent, ces éducateurs qui forment les présidents de pays du monde, leur salaire sans retenue d’un quelque montant pour des prétextes tels que la dîme, la réfection des infrastructures scolaires…

*C’est assurément le scénario pièce contre pièce au Cadastre Minier, CAMI, où la remise-reprise est renvoyée sans cesse à plus tard. Madame Chantal Bashizi, nommée Directeur général de cette structure du Ministère des Mines, par ordonnance Présidentielle n°18/138 du 27 décembre 2018, laquelle a été publiée au journal officiel du 15 janvier 2019, attend toujours la cérémonie de passation des pouvoirs. A en croire une mise au point parvenue  à La Prospérité et signée par M. Oscar Bisimwa, Attaché de Presse  de Madame Chantal Bashizi, les Ministres des Mines qui se sont succédé depuis la période de nomination de nouveaux mandataires  ont choisi de ‘‘fouler aux pieds les lois de la République, en se pliant à on ne sait quelle force au-dessus des lois et se sont abstenus de procéder à la notification de cette Ordonnance à la nouvelle équipe’’. Sinon, comment comprendre la résistance de l’équipe sortante,  nonobstant la demande de notification du Premier Ministre Bruno Tshibala Nzenzhe  contenue  dans sa lettre du 8 février 2019 portant le N°CAB/PM/DIRCAB/CJDHC/PPM/2019/0126 ainsi que la correspondance du Ministre de la Justice de l’époque, Alexis Thambwe Mwamba,  adressées au Ministre des Mines. Dans la première, le Premier Ministre Tshibala soutient que ‘‘l’Ordonnance n°18/138 du 27 décembre 2018 publiée au  Journal officiel,  dans son numéro spécial du 15 janvier 2019,  n’étant pas litigieuse’’, il demandait  au Ministre des Mines de l’époque d’envisager la notification des intéressés et en conséquence,  la remise-reprise entre les sortants et les nouveaux dirigeants de l’Etablissement. Dans la seconde, Alexis Thambwe Mwamba demandait également  au Même Ministre de ‘‘s’en tenir à la lettre de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre vous adressée ’’. Cette résistance, affirme-t-on dans certains milieux du CAMI, se poursuit encore jusqu’aujourd’hui car, malgré les notifications de Madame Antoinette N’Samba Kalambayi, la nouvelle Ministre des Mines,  les anciens dirigeants n’obtempèrent pas. Qu’à cela ne tienne, une nouvelle date, à savoir,  le  2 juillet 2021 a été fixée. L’opinion espère que  cette fois-là, ce bras de fer va s’estomper  pour permettre à ce service public d’être,  enfin,  débloqué. Au cas contraire, il n’y a que le bic rouge de Félix Tshisekedi qui, en tant que Président de la République et Garant du bon fonctionnement des Institutions, doit trancher pour  conjurer cette crise de leadership  aux élans pernicieux à la tête du CAMI.   Ci-après, la Mise au Point de M. Oscar Bisimwa, Attaché de Presse et, de surcroit,  porteur du  son de cloche  de Madame Chantal  Bashizi.    

Mise au point

Dossier Cadastre Minier

Le 27 décembre 2018, alors qu’il détenait encore pleinement l’impérium du pouvoir en qualité du Chef de l’Etat, le Président de la République, Joseph Kabila Kabange prit une vingtaine d’ordonnances nommant de nouveaux responsables dans plusieurs secteurs d’activités.

Toutes ces ordonnances ont été transmises par le cabinet du chef de l’Etat au Journal Officiel qui les a publiées en bonne et due forme, dans son numéro spécial du 15 janvier 2019. Et conformément à l’article 2 de l’Ordonnance-Loi du 23 octobre 1968 portant sur la publication des actes officiels, ces Ordonnances sont entrées en vigueur 30 jours après leur publication.

Comme à l’accoutumée, le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat transmit au ministre des Mines, par sa lettre n°2180/12/2018 du 27 décembre 2018, les copies certifiées conformes de 5 Ordonnances présidentielles nommant de nouveaux responsables dans son secteur, pour dispositions utiles.

Le ministre des mines procéda aux notifications des ordonnances n° 18/139 à 18/142 nommant les nouveaux responsables du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses (CEEC), du service d’assistance et d’encadrement de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (SAEMAPE), du service géologique national du Congo (SGNC) ainsi que du Centre de retraitement des minerais (CRM) et laissa de côté la première sur la liste portant n°18/138, nommant les nouveaux responsables du Cadastre Minier.

Bénéficiaire de cette dernière et constatant l’omission, Madame Chantal Bashizi, nommée Directeur Général en remplacement de Monsieur Jean-Félix Mupande adressa, le 2 février 2019, une correspondance au ministre des mines par laquelle elle lui demandait de lui notifier également son Ordonnance, en prenant soin de lui transmettre une copie du Journal Officiel déjà en circulation.

Au lieu de tirer toutes les conséquences de droit relatives à la publication de cette ordonnance au Journal Officiel, le Ministre de Mines demandera au nouveau Directeur Général, par sa lettre N/Réf.CAB.MIN/MINES/01/0067/2019 du 08 février, de continuer à signer en tant que Directeur Administratif, en attendant qu’il fasse des «vérifications usuelles sur l’authenticité des différentes vantés». En effet, il sied de relever que le nouveau Directeur Général était, avant sa promotion, comme Directeur Administratif et Technique du Cadastre Minier.

Informé du comportement inapproprié du Ministre des Mines, le Premier Ministre lui adressa, à la même date du 08 février 2019, la lettre n° CAB/PM/DIRCAB/CJDHC/PMM/2019/0126 par laquelle il lui demanda de notifier l’Ordonnance nommant les nouveaux responsables du Cadastre Minier, tout en précisant que cette Ordonnance n’était nullement litigieuse. Saisi également d’une réclamation du nouveau Directeur Général, le Ministre de la Justice qui joue le rôle de garde des Sceaux auprès du gouvernement et par conséquent Conseiller juridique de ce dernier a, par sa lettre N/R : 320/LK19/D/CAB/ME/MIN/J&GS/2019 du 04 avril 2019, demandé au ministre des mines de s’en tenir à la lettre n°CAB/PM/DIRCAB/CJDHC/PMM/2019/0126 du 08 février 2019 lui adressée par le premier ministre et lui enjoignant d’exécuter l’ordonnance dont question car exempte de tout litige. Décidés à fouler aux pieds les lois de la République, les ministres de Mines successifs se sont pliés à on ne sait quelle force au-dessus des lois et abstenus de procéder à la notification de cette ordonnance à la nouvelle équipe. Entretemps le Cadastre Minier s’enfonçait dans le dysfonctionnement. Après son audit mené au cadastre minier du 09 novembre 2020, le ministre des Mines Willy Kitobo a tenté de corriger les choses en confiant de nouveau l’intérim de la direction Technique à Mme Bashizi Chantal, la même, mais cette démarche était incomplète. Il fallait sans tergiverser, respecter les textes en procédant à la notification de nouveaux animateurs. Il a fallu attendre l’arrivée d’une femme de valeur à la tête des mines, en la personne de Madame Antoinette N’samba Kalambayi pour qu’enfin, le droit triomphe de l’arbitraire. En effet, après vérification de l’authenticité de l’ordonnance 18/138 auprès du Directeur général du Journal Officiel, la Ministre des Mines a notifié, par sa lettre n°CAB.MIN/MINES/ANSK/00460/01/2021 du 21 mai 2021, ladite ordonnance en souffrance depuis 2 ans et demi.

Qui donc peut lui en vouloir de mettre de l’ordre dans ce service, hormis les personnes qui veulent saboter l’Etat de droit et la promotion de la femme dont le président de la République, Chef de l’Etat a fait son cheval de bataille.

L’ensemble des citoyens congolais saluent cette décision courageuse de Madame la Ministre des Mines et souhaitent que cette passation des pouvoirs initialement prévue le 31 mai, reportée initialement le 17 juin puisse avoir lieu le 02 juillet 2021 comme prévu.

Fait à Kinshasa, le 21 juin 2021

Oscar Bisimwa

Attaché de Presse     

La Cellule de Communication de l'Assemblée Nationale dénonce une fois de plus, la mauvaise foi d’une certaine classe politique en mal de positionnement qui cherche à soulever des "vagues de vent", même quand le temps et l’occasion ne s’y prêtent pas. Actuellement, un groupe de députés nationaux malintentionnés font flèche de tout bois. Toute une polémique stérile et puérile est en train d’enfler dans les réseaux sociaux autour de l’affaire « Jeeps aux députés ».

C'est pour nous de nous interroger sur les vrais mobiles de cette pratique criminelle.

  1. Depuis deux législatures, les Députés Nationaux ont toujours bénéficié des moyens de locomotion. Cette pratique était-elle une façon de corrompre les élus du Peuple?
  2. Si l'actuelle dotation est basée sur la corruption des Députés Nationaux de l'Union Sacrée de la Nation, devrions-nous conclure que la famille politique du Chef de l'Etat compte 500 Députés Nationaux ?
  3. Il est à noter que les 500 véhicules ont été commandés par l'Assemblée Nationale et tous les Députés Nationaux en seront bénéficiaires et ce, suivant les us et coutumes relatives à une gestion orthodoxe de la chose publique. Et les preuves sont disponibles pour en témoigner.
  4. L'Honorable Président de l'Assemblée Nationale, Mboso N’kodia Mpwanga Christophe, fervent acteur de la bonne gouvernance n'avait rien à se reprocher ainsi il s'est donné à l'exercice d'informer ses collègues Députés de l'Union Sacrée de la Nation et ainsi faire un rappel des troupes.
  5. Nous en appelons donc à tout Député qui juge contraire cette pratique de se désengager publiquement tout en notant qu'un Député National mérite mieux qu'une "SUV".
  6. Les Députés Nationaux membres de l'Union Sacrée de la Nation accompagneront sans relâche les initiatives salvatrices du Président de la République au profit de son Peuple, nonobstant les atermoiements des politiciens véreux habitués dans la loi de l'omerta.

Cellule de Communication de l'Assemblée Nationale

 Le vendredi 18 juin dernier, l’assemblée plénière de la Chambre basse du parlement a prorogé de 15 jours l’état de siège en Ituri et au Nord Kivu. Juste après, la plénière a également accordé un vote favorable au réquisitoire du Procureur général près la Cour constitutionnelle autorisant l’instruction à charge ou décharge des Députés nationaux, à savoir Louise Munga Mesozi et René Lumbu Kiala. 

Le Ministre des transports, voies de communication et de désenclavement, Chérubin Okende,  s'est présenté lundi 21 juin 2021 devant les sénateurs réunis en plénière, pour soumettre six projets de lois portant ratification des conventions internationales relatives au droit aérien. 

Pour sa deuxième visite au cabinet du Président de l’Assemblée nationale depuis sa prise de fonction au mois de mars, comme représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies en République Démocratique du Congo, Bintou Keita, a échangé une fois de plus avec Christophe Mboso Nkodia sur les questions électorales à l’horizon 2023 ainsi que la question de la transition de la Mission de l’Organisation des Nations Unies au Congo (MONUSCO) pour une sortie responsable, graduelle et durable.

‘’Le Démocrate encourage et supporte nos troupes armées qui luttent contre les ennemis invisibles qui troublent la paix à l’Est de notre pays. Le Démocrate prie pour la victoire totale qui sera écrasante afin que désormais nos populations à l’Est puisent vivre en paix de façon permanente’’. Telle est la foi de M. Alexis Monga Mande Tiefolo, Président National du Parti Politique Le Démocrate déclinée dans la déclaration,  ci-après :

C’est un rendez-vous à ne pas manquer, le samedi 24 juillet  2021  au terrain Sainte Thérèse situé dans la commune de N’djili que donne l’Honorable Vice-Président de l’Assemblée provinciale de Kinshaa, Francis Tshibalabala surnommé ‘’Charge ya Tshangu’’, ‘’Likofi ya Tshangu’’par les siens, ses électeurs de Masina en particulier et toute sa base de la Tshangu, en général. Après plusieurs tournées de sensibilisation organisées récemment à l’intention des parlementaires débout de toutes les cinq communes de la Tshangu ainsi que tous les habitants de ce coin de la Capitale Kinshasa, l’infatigable héritier de la vision de Feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba et disciple de Fatshi béton, Francis Tshibalabala convie tous les kinois, en général, ceux de la Tshangu en particulier, de prendre part à une journée de prise de conscience des enjeux de l’heure et de sensibilisation dénommée ‘’Tshangu pour Fatshi’’ au terrain Sainte Thérèse, non loin de la Station Sainte Thérèse, à quelques encablures du boulevard Luemba. Francis Tshibalabala dans la Tshangu, Tshangu pour Fatshi. Le rendez-vous est pris…

Gloire Mfemfere

 

 Réunis lundi 21 juin 2021, sous l’égide du Coordonnateur ad intérim pour examiner la situation politique actuelle, les Forces Politiques alliés de l’Udps, encore et toujours rangées derrière le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, tout en compatissant au malheur qui a frappé nos compatriotes de Goma suite à l’éruption volcanique de Nyiragongo, félicitent le Chef de l’Etat, particulièrement pour son implication personnelle pour son geste de réconfort qui marque une attention particulière de solidarité à l’endroit de son peuple.

Le Gouverneur de la Ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka vient de renforcer les mesures de lutte contre la propagation de la troisième vague de la Covid-19 dans la Capitale Congolaise, avec ses variants indien et sud-africain qui s’avèrent plus dangereux. Dans son arrêté pris ce lundi 21 juin 2021, l’autorité urbaine interdit, entre autres, la vente des produits sur la voie publique, le rassemblement ou manifestations de plus de 20 personnes aussi bien sur les lieux publics que privés clos. L’organisation des deuils et veillées mortuaires dans des salles, funérariums ou en famille est aussi interdite. Le nombre d’accompagnateurs des dépouilles mortelles vers le cimetière ne doit pas dépasser 50 personnes. Dans les transports publics, seuls 50 % de la capacité d’accueil seront tolérés. Quant aux motos-taxis, ils ne sont autorisés qu’à transporter un seul passager.

J'ai eu l'honneur et le privilège d'être reçu deux fois, en l'espace d'une semaine, par le Vice-premier et Ministre de la Fonction publique, Jean-Pierre Lihau, pour échanger notamment sur un sujet qui me tient à cœur depuis quelques années : " la réforme de l'administration publique congolaise ", pour une mise en œuvre efficace, efficiente et économique, des politiques publiques initiées par le gouvernement, sous le leadership éclairé du Président de la République, Félix Tshisekedi.

Il est à Yaoundé, Capitale du Cameroun, depuis hier lundi 21 juin 2021 où il prendra part aux travaux de la 40ème Assemblée Générale annuelle de Shelter Afrique. Au cours de ces travaux de 5 jours, signale-t-on, Pius Muabilu Mbayu Mukala, Ministre d’Etat en charge de l’Urbanisme et Habitat, a affirmé garanti de sa participation active pour examiner les différents problèmes de l’Habitat en Afrique, de trouver et de déterminer le processus de mise en œuvre des solutions efficaces.

*Ce que nombreux d’acteurs sociopolitiques dénonçaient hier, les princes de l’Eglise catholique l’épinglent aujourd’hui. Tenez ! La 58ème Assemblée plénière de la Conférence Episcopale nationale du Congo (CENCO), tenue du 14 au 18 juin à Kinshasa, a brossé un tableau global de   la situation actuelle de la RDC. Dans sa déclaration finale publiée dans  les médias,  après avoir lancé un appel à la cohésion nationale pour un Congo stable où règnent la justice et la paix, la CENCO a dénoncé également  la  justice à double vitesse au pays. Elle en appelle, enfin,  à éviter que  l’appareil judiciaire soit   exploité  pour écarter, de manière sélective,  les potentiels  adversaires  politiques.

Statistiques

17786804
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2901
10205
13106
17694519
13106
669504
17786804

Your IP: 54.36.148.108
2021-08-02 05:42

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg