Flash

BAN2

 

L’équilibre politique de l’ère en République Démocratique du Congo donne à l’opinion tout le loisir de penser profondément quant à la genèse d’une guerre d’esprit qui ne dit pas son nom. Ce n’est qu’un secret de polichinelle. Ça ne semble pas aller ! D’abord,  au sein du parti présidentiel ainsi qu’au niveau de la grande machine de l’Union Sacrée de la Nation avec notamment,  la déclaration visiblement intuitive de démission sur le compte Twitter du premier vice-président de l’Assemblée nationale. Ensuite,  avec des diverses déclarations de désaveux adressées contre le prétendu démissionnaire, par les membres et cadres de cette formation politique.

D’une part, les réactions fulminantes et anodines  des caciques de la grande barque USN  sont constatées comme une sorte de venin ajouté au piment, de l’huile au feu ou, mieux, un empirisme ou un rejet à ciel ouvert contre le surnommé Maître-Nageur  et,  d’autre part, le silence monacal du Chef de l’Etat, seule autorité morale de sa famille politique qui, jusqu’à  preuve du contraire,  préfère rester muet, alors que ce silence mystérieux  insinuerait un consentement de l’atomisation de ce bloc  mis en forme depuis le divorce du mariage FCC-CACH, de triste mémoire.

Devant cet épiphénomène aux allures d’un couteau à doublement tranchant, se trouve Jean-Marc Kabund. Debout entre le marteau et l’enclume, ne sachant pas, du moins   pour l’instant,  à quel saint se vouer  au sein de son parti, l’Union pour la Démocratie et le Progrès social,  de  l’union sacrée de la nation, maintenant que des  déclarations de désaveu à son encontre  foisonnent. Ces compères qui ne lui facilitent pas la tâche, réaffirment, par contre,  leur soutien  indéfectible au Chef de l’Etat.

Un pas en avant,  deux pas en arrière !

Démissionner de son poste du Premier vice-président de l’Assemblée nationale revient en quelque sorte, selon ses congénères de l’UDPS,  à se défaire volontairement de ses responsabilités du parti. Rendre le tablier, cela veut dire en quelque  sorte   pour beaucoup,  le changement des camps, des attitudes, se rebeller contre la vision de l’autorité morale et se précipiter vers la rue, revenir à l’exercice des marches et revendications, après plusieurs décennies  passées dans  l’opposition auprès du sphinx de Limete !

Autrement dit,  revenir à sa décision et continuer à convoler avec Félix Tshisekedi comme seul et unique autorité de régulation, avec l’UDPS et toute la base après les intentions de démission dévoilées,  deviendra une coupe remplie du lait amer, indigeste et impie mais que l’on est obligé de gober.

Dans cette façade où se dessine les choses, démissionner ou pas, Jean-Marc aura dévoilé, d’une manière ou d’une autre, son appartenance   à une autre force que l’Udps ou l’Union sacrée,  après 37 ans de lutte acharnée, et que cette image de ‘’traître’’, de cet homme plein de lui-même, rodera  toujours et  restera encrée dans les esprits des combattants de la dixième rue et  des décideurs de cette famille politique.

Fidel Songo

Pin It

Statistiques

22106101
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
1402
18468
80563
21931225
272141
440043
22106101

Your IP: 185.191.171.4
2022-05-19 01:55

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg