Flash

BAN2

 

Depuis quelques jours en République Démocratique du Congo, la chronique est dominée par la sortie d’un scoop musical du groupe Musique Populaire de la Révolution intitulé :’’Nini tosali te’’. Plusieurs personnes ont émis leur point de vue sur le contenu de cette chanson. Si pour les uns, elle est une attaque au pouvoir en place, pour Franck Mbo, cadre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social et Coordonnateur de la Fondation Bomoko, en plus d’une interpellation aux gouvernants, cette chanson a pour objectif d’inoculer un sentiment de désespoir et de révolte populaire.

Dans un entretien, le leader de la communauté Teke au sein de l’UDPS a livré son point de vue concernant la chanson ’’Nini Tosali te’’ du groupe musical MPR qui a récolté un franc succès quelques jours seulement après son lancement. «Nous sommes en démocratie. Ceux qui sont d’accord avec la chanson doivent aussi admettre qu’il y a des gens qui voient des choses différemment d’eux. S’ils continuent d’insulter les gens comme je le vois dans les commentaires de vos publications, cela dénature la beauté de la démocratie», explique Franck Mbo.

Analysant scrupuleusement cette chanson ainsi que son clip, Franck Mbo souligne que cette chanson a été composée pour révolter la masse en lui faisant voir que l’actuel régime n’a rien fait pour lui. Raison pour laquelle, le réalisateur a même accepté que le cercueil apparaisse dans le clip et que les obsèques de la maman décédée s’organise en présence des gens qui chantent la misère que traverse la plupart des jeunes gens.

A la question de savoir ce qu’il faut faire avec cette chanson, Franck Mbo, en  sa qualité de leader de l’UDPS, estime que c’est une expression démocratique qui mérite une réponse démocratique et qu’il ne faut pas inquiéter les compositeurs comme tant d’autres le veulent, car, ils n’ont fait que réfléchir à haute voix.

«A mon sens, il revient à nous l’UDPS de définir maintenant la voie à suivre concernant la gestion des affaires publiques allant de la base au sommet, en appliquant par exemple les politiques de proximité, afin que le petit peuple sente que les lignes ont sérieusement bougé. Car, l’impression qui se dégage actuellement prouve qu’à chaque fois que la roue semble être bloquée, toute la faute retombe sur l’UDPS, alors que le pays est actuellement géré par la coalition », a affirmé Franck Mbo.

En poursuivant son analyse, le Coordonnateur de la Fondation Bomoko pense que les jeunes doivent continuer à garder espoir et de ne pas perdre patience. Car, les choses évoluent positivement. « Il y a encore beaucoup à faire et demain, la République Démocratique du Congo ressemblera à un paradis terrestre.

Pour finir, il a fait savoir que autant l’Etat s’active à créer les conditions de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, du petit commerce exercé par nos mamans ainsi que la diversification d’emplois, autant nos universités doivent s’employer à former les créateurs d’emplois. La santé, l’éducation, l’eau et la sécurité doivent être au rendez-vous.

Steve Ilunga

Pin It

Statistiques

19698550
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
292
11672
11964
19596772
61343
417380
19698550

Your IP: 54.36.148.252
2021-12-06 00:01

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg