Flash

BAN2

 

En RDC, les femmes accusées de sorcellerie sont régulièrement  victimes des tueries et sont brûlées vives par la communauté. Ceci a été  dénoncé, à Kinshasa dans le tout dernier rapport du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO). Cette situation, selon le communiqué signé par la Chargée de projet au CAFCO, Mimy Mopunga, est devenue alarmante car,  elle affecte toutes les provinces du pays. Pire, les rares victimes qui échappent au lynchage sont chassées même de leurs habitations sans aucune autre forme de procès. C’est dire qu’en République démocratique du Congo, pays où la prophétie prend davantage d’ampleurs dans des églises dites de réveil et autres, cette situation mérite attention des autorités.

Dans un document de plus de 12 pages, le CAFCO s’adresse au Ministre du genre, famille et enfant avec des copies aux différentes organisations de la société civile pour lancer les cris d’alarme afin de mettre un terme à cette situation qui touche aux violences basées sur le genre. Selon des cas  rencontrés par le Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO) ces trois derniers mois, plus de 37 au total, ce drame connait un taux très élevé surtout au Sud Kivu, Kinshasa, Ituri et dans le Kongo Central.

‘’Visiblement, Il y a encore beaucoup à faire, des efforts de toute part doivent être consentis pour que ce phénomène disparaisse. Ce qui pousse le CAFCO  à poursuivre avec des sensibilisations à travers des émissions radio et des ateliers. Ainsi, une série d’ateliers et rencontres sur le danger de cette pratique a été préparés. Les victimes, les représentants de la communauté, les medias, les autorités coutumières, religieuses, politiques et judiciaires y participeront’’, peut-on lire dans le communiqué du cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO). Question d’alerter toutes les couches concernées sur les dangers de cette pratique qui met en péril les femmes congolaises.

Dans la conclusion, il exige fermement  aux autorités nationales de punir en toute rigueur les coupables de cette pratique. C’est dire le gouvernement doit impérativement assurer la sécurité à toute personne sans distinction aucune et particulièrement les femmes. 

Le CAFCO prend désormais le ferme engagement de traduire en justice tous les auteurs de ces violations et d’accompagner les victimes à accéder librement à la justice.

Il insiste sur le fait qu’Il est temps que la population arrête  de se rendre justice. Cela va largement contribuer au rétablissement de la cohésion sociale et au  développement de la communauté sans toute autre forme d’interprétation de la loi.

Jules Ntambwe

Pin It

Statistiques

19730473
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5738
13972
43887
19596772
93266
417380
19730473

Your IP: 66.249.65.27
2021-12-08 09:15

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg