Flash

BAN2

 

Des allégations de détournements ont été portées par des acteurs environnementaux et politiques de la RDC contre l’ancien Directeur de l’Iccn, Pasteur Dr. Cosma Wilungula. Toutes ces allégations se sont avérées fausses. L’Union européenne vient de lavé de tout soupçon qui pesait sur lui. Toutes les mesures et tous les audits que nous avons faits, a clarifié Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de l'Union européenne en RDC, n’ont jamais trouvé aucune trace de détournement. Donc : ‘’Je considère au jour d’aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de détournement des fonds de l’Union européenne en faveur des aires protégées en République démocratique du Congo". Dans le même registre, un groupe d'ONGs avait également accusé l’ex. DG de l’ICCN et le chef de site du parc de l'Upemba de détournement de fonds européens. Des affirmations qui n'ont jamais été prouvées par leurs auteurs. Le bras de fer entre les autorités congolaises et l’ex. DG de l’ICCN est fini.  Le Pasteur Dr. Cosma sort blanchi des accusations calomnieuses portées contre lui.  Il avait été accusé de détournement des fonds. Aujourd’hui, il est lavé de tout soupçon.

Des déclarations mises en ligne ont accusé, il y a plus de deux mois, l’ancien Directeur général de l’Institut Congolais pour la Conservation et la Nature (ICCN), de détournement des fonds versés par l’Union européenne et par le gouvernement congolais destinés aux Aires protégées. Le préjudice financier avoisinait plus ou moins 20 millions de dollars américains, a-t-on suivi. ‘‘Nos investigations, à l’époque, établissaient que l’accusation était fausse, tout comme d’ailleurs le prétendu montant. Aucun franc n’a disparu entre le financement de l’union européenne et du trésor public, comme l’alléguaient les déclarations. En voulant exploiter le filon sensationnel et nuire à la réputation d’un haut fonctionnaire, les auteurs de ces accusations  prouvent suffisamment qu’ils ont été stipendiés par un esprit tourmenté et revanchard’’, a soutenu un observateur qui a suivi de près cette situation. Ce dernier cite notre consœur actualité.cd, qui a approché et obtenu de Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de l’Union Européenne en RDC, toutes les vérités permettant de retracer les fonds de l’UE destinés aux Parcs de la RDC. Dans sa mise au point qu’il a rendu public, Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de l’Union Européenne en RDC, a précisé qu’ : ‘’Aucun rond des fonds de l'Union européenne en faveur des aires protégées de la République démocratique du Congo n'a été détourné’’. 

Traçabilité des fonds effectués par l’UE

Le diplomate européen a révélé que des audits ont été menés. Selon les résultats, aucun détournement n'a été signalé. "Dès que nous entendons parler de telles allégations, nous procédons à des demandes d’audit des fonds et bien-sûr des subventions que nous accordons aux partenaires et aux concernés. Toutes les mesures et tous les audits que nous avons faits n’ont trouvé aucune trace de détournement. Donc, je considère au jour d’aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de détournement des fonds de l’Union européenne en faveur des aires protégées en République démocratique du Congo", a déclaré M. Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de l'Union européenne en RDC.

Plus loin, en dehors des Audits diligentés par le pourvoyeur des fonds, l’opinion a le droit de savoir que l'ex Directeur Général de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), Pasteur Dr. Cosma Wilungula et le Directeur du Parc National des Virunga, Emmanuel De Mérode ont été attendus et maintes fois invités au parquet général de Kinshasa/Gombe après des accusations fracassantes de détournement portées contre eux par l'ONG «Dynamique Impunité Zéro». Les inspecteurs de l’Inspection Générale des Finances (IGF), ont également effectué plus d’une enquête pour rien trouver de suspicions allégués malencontreusement à l’endroit de l’ex. DG de l’ICCN.  Les deux personnalités ont été blanchies par la justice congolaise dans cette affaire. En République démocratique du Congo, l'Union européenne soutient 5 aires protégées. 50% de ses financements vont à la protection de parcs et l'autre moitié au développement des communautés locales.

Ce qu’ils ont témoigné

Des années Cosma Wilungula à la tête de l’ICCN n’ont pas été que rose. Il a pris les fonctions  à la tête de cet établissement public alors un canard boiteux. Il y a mis toutes ses compétences et tout son savoir pour que les Parcs nationaux soient florissants et que le monde entier puisse s’y investir. Il a crédibilisé la RDC. La Communauté occidentale lui a fait confiance. Sa gestion lui a valu prix et reconnaissance des éminents Hommes d’Etat et personnalités diverses. Le Commissaire de l’Union européenne, Louis Michel : ‘’En Afrique, pour la gestion des aires protégées, il faut compter avec la bonne gestion du Pasteur Cosma de la République démocratique du Congo’’. Le Président de la RDC Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo : ‘’Partout où je suis passé dans mes tournées on me parle de vous pour la gestion et compétence dans la gestion des aires protégées’’. L’ambassadeur Britannique : ‘’l’union européenne compte sur vous pour la protection des aires protégées’’. Il est l’initiateur du projet : Partenariat Public Privé dans le domaine de la conservation. Une autre initiative : ‘’ On ne peut pas faire la conservation pour la conservation’’.    

Malveillance et malhonnêteté intellectuelle

Que l’opinion s’assure que le chiffre évoqué  comme une référence irréfragable dans les allégations   diffamatoires est trompeur. Les auteurs du brûlot noient le poisson dans une phraséologie alambiquée et truffée de fausses données  visant à impressionner l’opinion tant nationale qu’internationale, la manipuler et donner un semblant de caution divine à leurs allégations mensongères. S’ils en avaient, que n’ont-ils tout simplement donné les preuves irréfutables de la disparition du montant fantasmagorique de 20 millions  de l’Union européenne? Ironie du sort, ces grands moralisateurs des affaires publiques sont mis à nus.  Si l’accusation portée contre l’ex. Directeur général de l’ICCN était gravissime, la malveillance cousue de fil blanc qui la sous-tend prêterait à rire. Mais il n’y a pas de quoi rigoler, car le mal est fait. Comme dit Basile dans Le Barbier de Séville, la célèbre pièce de théâtre de Beaumarchais, « Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose. »

Néanmoins, le pétard mouillé des auteurs des accusations n’a pas fait long feu. A part la trace que laissera sa diffamation, il a manqué son but. Une chose est sûre, ils se sont tiré une balle dans le pied, car leur victime garde silence parce que Dieu combattra pour lui. Qui a dit que l’eau n’est potable qu’à la source ?

Peter Tshibangu

Pin It

Statistiques

19730242
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5507
13972
43656
19596772
93035
417380
19730242

Your IP: 54.227.97.219
2021-12-08 08:43

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg