Flash

BAN2

 

Le rendez-vous est confirmé. La Cour Constitutionnelle siégeant en matière répressive, appellera à son audience publique de ce lundi 25 octobre 2021 à 10 heures du matin, l’affaire qui concerne l’ancien Premier ministre Matata Ponyo, Patrice Kitebi et Christo Grobler, lit-on dans l’extrait de rôle. Le sénateur Matata  sera devant la barre pour se défendre des griefs de détournement des deniers publics dans le cadre du dossier  Parc Agro industriel de Bukanga Lonzo qui était destiné à la relance et l’amélioration de l’agriculture dans toutes ses formes pour lutter contre la famine au pays.

Matata Ponyo, Premier ministre de 2012 à 2016, est présenté par l’Inspection Générale des Finances IGF comme «l’auteur intellectuel» de ce détournement. Publié le 18 novembre 2020, le rapport de l’IGF a dénoncé le détournement de 205 millions de dollars sur les 285 millions alloués au projet agricole Bukanga Lonzo, lancé en 2014. Ce qui avait conduit le procureur général près la Cour constitutionnelle, de se saisir du dossier pour demander l’autorisation de poursuivre cet ancien Premier ministre devenu aujourd’hui sénateur.

Si nombreuses personnalités proches du pouvoir en place ont toujours soutenu la justice de poursuivre Matata Ponyo l’incriminant de plusieurs griefs dont le détournement des derniers publics, de son côté, l’ancien premier Ministre lui par contre a toujours dénoncé ce qu’il qualifie d’un « acharnement judiciaire », critiquant à plusieurs reprises une « procédure politique ».

Après un scenario raté contre le Premier ministre honoraire, Augustin Matata Ponyo Mapon, dans le dossier sur la Zaïrianisation suivi de la levée de ses immunités, l’homme en cravate rouge avait démontré l’absence des preuves et il exigeait le recouvrement de ses immunités. Dans un communiqué signé par le Sénateur Matata, il donnait les détails depuis le premier réquisitoire de Procureur Général près la Cour Constitutionnelle jusqu’au troisième, en montrant les bavures dans toutes les procédures.

Sur ce, trente-trois (33) ONGD pour la défense et promotion des droits de l’homme et mouvements citoyens, avaient  à travers un communiqué de presse, exprimé leurs préoccupations à l’endroit du Procureur général près la Cour Constitutionnelle en rapport avec le dossier Bukanga Lonzo dans lequel le Sénateur et ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo est poursuivi. A les en croire, l’honorable Matata est victime d’un acharnement visible orchestré par le Pgr près la Cour Constitutionnelle. « Les 33 ONGD des droits de l'homme et Mouvements Citoyens, suivons de très près le dossier judiciaire ouvert au Parquet près la Cour Constitutionnelle dont l’Affaire BUKANGA LONZO où vous êtes allés contre le Sénateur MATATA PONYO et sieurs intervenant dans ce projet d'éradiquer la faim que vit notre population ; Fort et malheureusement, ce dossier qui devrait être judiciaire va dans un sens politique au regard des méfaits contre la Constitution et les lois de la République en la matière. Une procédure biaisée qui ne respecte pas les normes juridiques et ça frise l'État de Droit que nous a promis le Président de la République dans ses multiples discours », accusent les ONGD.  « Monsieur le Procureur Général pourquoi le silence sur certains noms à l’occurrence la Sénatrice Ida Naserwa et Monsieur Yav Mulang ancien Ministre des Finances ? », s’interrogeaient-elles.  Dans leur  rôle de sentinelle de l'Etat de droit véritable, elles ont alerté toute la communauté tant nationale qu'internationale sur les prémisses d'une jungle qui s'installe petit à petit en RDC,   une justice instrumentalisée et influencée par les caciques du régime actuel.

Toutefois, Matata devra se défendre face à la justice.

La Pros.

Pin It

Statistiques

19730353
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5618
13972
43767
19596772
93146
417380
19730353

Your IP: 54.227.97.219
2021-12-08 08:59

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg