Flash

BAN2

 

*Quelques heures après l’entérinement de Denis Kadima comme nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le G13 a exprimé son désaccord. Delly Sessanga et les autres personnalités de G13 qui ont lutté en faveur d’un processus électoral réellement crédible, transparent et apaisé,  ne jurent que sur le consensus.

A les en croire, la personne de Denis Kadima ne fait l’unanimité ni au sein de la composante Confessions religieuses (d’où elle vient), ni au sein de la classe politique. Le G13 invite toutes les parties prenantes à se ressaisir et à revenir au consensus comme la seule voie pour sauver le processus électoral et empêcher l’enlisement de la situation. «La CENI est un pilier majeur de la gouvernance électorale et concorde nationale. L’installation de ses membres est une première alerte quant au niveau de crédibilité du processus électoral, des élections elles-mêmes et de leurs résultats», fait savoir le G13.  Plus qu’une invitation, c’est un «appel au sens de responsabilité de tous» et particulièrement des «institutions publiques» en vue de «garantir l’effectivité des élections dans des conditions de transparence et de crédibilité meilleures que celles de 2006, 2011 et 2018».

L’interpellation du FCC

L’entérinement du bureau Kadima rencontre l’opposition farouche du FCC de Joseph Kabila. Parlant au nom de sa famille politique, Félix Kabange Numbi appelle la population à se prendre en charge pour barrer la route à cet entérinement. « Nous invitons le peuple congolais à se prendre en charge, car si c'est dans ce climat que se dérouleront les élections de 2023, nous pouvons y mettre une croix », a déclaré Félix Kabange Numbi. En outre,  le FCC dit avoir été attaqué par des hommes armés à l'intérieur de la salle de plénière pendant l'entérinement des membres de la CENI. « Ça, c'est la pensée unique qui continue. Nous ne pouvons pas comprendre que dans une séance plénière qu'on ait identifié 145 députés et qu'on tienne une séance d'entérinement du bureau de la CENI. Nous avons été attaqués et ça, c'est très grave. On a laissé entrer ces hommes armés à l'intérieur de l'hémicycle et qui ont touché même sur l'intégrité physique des députés du FCC. Nous disons non! », a déclaré Félix Kabange Numbi.

Dans cette confrontation entre les politiques sur l’entérinement du bureau Kadima, la décision du Chef de l’Etat est vivement attendue.

La Pros.

Pin It

Statistiques

19698377
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
11791
11642
101605
19512626
61170
417380
19698377

Your IP: 54.36.148.110
2021-12-05 23:44

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg